Focus sur la centrale photovoltaïque d’Helios Bay

Située à 40 km de Nouméa (Nouvelle Calédonie) en bord de mer, la centrale photovoltaïque Helios Bay est idéalement exposée puisqu’elle bénéficie de la ventilation naturelle des alizées, d’un taux d’ensoleillement très favorable (plus de 1900 h / an) et des précipitations faibles (moins de 80mm / an).

Surplombant les bassins de la ferme aquacole de la presqu’île de Montagnès, en baie de Saint Vincent, 10 000 panneaux couvrent désormais une colline idéalement orientée est-ouest sur une surface de 3 hectares les flancs.

D’une puissance installée de 2,1 MWc (Mégawatt crête), cette centrale est capable d’injecter sur le réseau de Nouvelle Calédonie 3 millions de KWh par an, soit l’équivalent de la consommation de 800 à 1000 foyers, évitant ainsi l’émission de 1 710 tonnes de CO2 dans l’atmosphère par an.

L’objectif du projet Helios Bay demeure de produire et de distribuer de l’électricité d’origine renouvelable (ferme photovoltaïque), permettant ainsi de diversifier les sources d’énergie en Nouvelle Calédonie, de limiter les émissions de gaz à effet de serre – la ferme permettra concrètement l’économie de 250 tonnes de fioul lourd, évitant ainsi l’émission d’environ 1 710 tonnes de CO2 dans l’atmosphère par an – et enfin d’améliorer l’indépendance énergétique du territoire.

Les panneaux photovoltaïques sont fournis par le français Tenesol – une filiale des groupes Total et d’EDF – et toute l’énergie produite est rachetée par ENERCAL (Société néo-calédonenne d’énergie) pour être injectée ensuite dans le réseau Néo-Calédonien.

Focus sur la centrale photovoltaïque d'Helios Bay

Les deux promoteurs du projet, Philippe Marconnet et Olivier Charles, sont des spécialistes des « énergies vertes » en Nouvelle-Calédonie.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Focus sur la centrale photovoltaïque d’Helios Bay"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

11,27M€, soit pour 25 ans et 3MW/an : 15 centimes le KW, rien que pour l’amortissement de l’installation, hors coûts financiers, hors entretien. ça fait égzlement 264€ / T de CO2, faut-il que de gaz soit dangereux. Mais à part ça, Mmme la marquise, bravo pour les ENR sur des îles en région tropicale, à compléter avec éolien, ETM, géothermie, biomasse, énergies de la mer. (et on ne parle pas de prix d’investissement, c’est très laid, et très politiquement incorrect)

Salina
Invité

Alors certe l’électricité renouvelable à un coût, qui heureusement baisse d’années en années, mais le réchauffement climatique aura lui un coût beaucoup plus élevé humainement, écologiquement et économiquement. C’est dommage de toujours penser financièrement et à court terme, ce n’est pas comme cela que l’on préservera la planète et ses habitants !

Umwelt
Invité
Votre remarque est pertinente, mais vous oubliez un élément pourtant crucial. Il existe une énergie totalement gratuite, dont l’impact est absolument nul sur l’environnement (pas de métaux lourds, pas de béton, pas d’acier, pas de terres immergées, de fleuves réchauffés, et déchets en tous genre et en millions de tonnes) : l’énergie que l’on n’a pas consommée. Vouloir produire du photovoltaïque en recouvrant des surfaces considérables de terres, qui pourraient servir de réserve naturelle, c’est bien ; réaliser les investissements structurants pour réduire d’autant votre besoin en énergie, c’est mieux. Comme Coluche disait : “Dites-moi ce dont vous avez besoin… Lire plus »
Dan1
Invité
Vouloir miser un maximum sur les économies, c’est bien gentil, mais cela a un domaine d’application très limité : essentiellement les pays à haut niveau de développement. Pour les autres ça être très dur. Exemple, la Chine : Lien direct : Mais nous avons le même phénomène à des echelles différentes : Pour la Turquie : Pour l’Egypte : L’électricité : L’énergie : Et enfin un pays avec une population équivalente à l’Allemagne et qui pour l’instant consomme 100 fois moins d’électricité par habitant (attention au décollage) : Conclusion : quand on pense global, on se dit qu’avec ou sans… Lire plus »
Envir5
Invité
Dommage que le grand Charles n’ait pas pris en compte les calculs de rentabilité lorsqu’il a engagé le France dans l’indépendance énergétique via le nucléaire, il nous aurait évité nos réacteurs nucléaires et leurs milliers de tonnes de déchets dont ont ne sait que faire et qui pèseront longtemps sur les générations à venir Les économies bien sur ET aussi le développement rapide de toutes les énergies renouvelables. En combinant les 2 approches, si l’on reprend l’exemple d’Umwelt 1000TWh avec 500TWh  de renouvelable cela fait 50% de renouvelable mais avec économies 500TWh et 500Twh de renouvelable celà fait 100% d’électricité… Lire plus »
Mamouth
Invité
Je ne vois pas de où vous tirez ce chiffre de 11,27 M€. En admettant que ce soit le coût du projet, je rappelle que diviser des € par des années.watts ne donne pas grand chose comme résultat (des € /(watts.années) ?! ). Alors si on garde ce 11,27M€ comme coût de la centrale, avec une puissance de 2,1MW et 1900 heures crête par an, cela fait une production annuelle de presque 4GWh. Sur 20 ans, cela fait un coût de 14 c€ le kWh (et pas KW, ce qui serait des Kelvins.Watts, et n’a rien à voir) ou 11,3… Lire plus »
a mamouth
Invité

Mais vous avez raison, les calculs ne sont pas aussi simples, notamment avec les frais financiers. Par ailleurs, on parle de 1900h/an d’ensoleillement, pas de 1900h équivalent pleine charge.

wpDiscuz