Fonds démonstrateurs européen : 5 projets français

L’Europe s’est dotée, dans le cadre du paquet climat-énergie adopté sous présidence française de l’Union européenne, du fonds démonstrateurs européen, encore appelé NER300 (New Entrant Reserve 300).

Il s’agit d’un dispositif majeur permettant de financer des démonstrateurs de captage et stockage du CO2 (CSC) et d’énergies renouvelables innovantes de taille commerciale. Il est doté de 300 millions de quotas d’émissions de CO2 correspondant à une aide de 4,5 à 9 milliards d’euros (pour un cours du CO2 variant de 15 à 30 euros par tonne).

Deux appels à projets sont organisés par la Commission Européenne afin de sélectionner les meilleurs projets qui pourront être financés jusqu’à hauteur de 50% des coûts éligibles.

Le premier appel à projets, portant sur deux tiers de la dotation du fonds (200 millions de quotas), est clos ; les Etats Membres avaient jusqu’au 9 mai pour transmettre à la Commission Européenne les dossiers des projets qu’ils soutenaient.

Dans le cadre de ce premier appel à projets, la France soutient la candidature de cinq projets innovants dans les domaines du captage & stockage du CO2 et des énergies renouvelables.

Le 09 mai 2011, la France a confirmé à la Commission Européenne son soutien à cinq projets majeurs dans les domaines du captage & stockage du CO2, des biocarburants, des énergies éoliennes et marines renouvelables :

– Le projet d’« ULCOS-BF » porté par ArcelorMittal, concourant dans la catégorie des projets de captage & stockage du CO2 appliqué à l’industrie (ici la sidérurgie).

– Le projet « UPM Stracel BTL Project » porté par UPM-Kymmene Corporation, un projet de production de biocarburants de deuxième génération à partir de biomasse lignocellulosique par voie thermochimique (Biomass to Liquid).

– Le projet « ETM DOT PP 10M » porté par la SEM Martinique : un démonstrateur pour la production d’électricité à partir de l’énergie thermique des mers. La technologie envisagée est développée par la société DCNS avec l’appui d’autres industriels français, dont le groupe STX France.

– Le projet « VertiMED » porté par EDF EN, pour une ferme dédiée à la production d’électricité à partir d’éoliennes flottantes, utilisant une technologie développée par un consortium d’industriels, dont le groupe Technip et la société française Nénuphar.

– Le projet « Normandie Hydro » porté par EDF EN, pour une ferme dédiée à la production d’électricité à partir d’hydroliennes. La technologie envisagée est proposée par un groupement d’entreprises conduit par l’industriel français DCNS.


Les lauréats de ce premier appel à projet seront connus courant 2012.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Fonds démonstrateurs européen : 5 projets français"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
jl06
Invité
Les prévisions des différentes agences nationales ou internationales de l’énergie misent toutes de façon significative sur le Captage et la Séquestration de Carbone pour réduire les émissions de GES à moyen terme et assurer la transition vers l’ère post-carbone. Le succès du CSC est d’autant plus impératif depuis le soi-disant échec de Copenhague, qui a le mérite d’engager les chefs d’état co-signataires du document qu’ils ont produit en dernière minute à une hausse moyenne de 2°C. Quels sont les enjeux pour la France et pour l’Europe, et comment le NER300 va-t-il les appuyer? La France dispose d’un savoir-faire CSC non… Lire plus »
wpDiscuz