Enerzine

France : 1er appel d’offres pour l’éolien en mer – 3000 MW

Partagez l'article

Le coup d’envoi pour le 1er appel d’offres concernant l’installation de 600 éoliennes offshores mer réparties sur 5 sites retenus au large des côtes de la Manche et de l’Atlantique, va être lancé officiellement aujourd’hui par le gouvernement.

Le lancement de cette 1ère tranche permettra d’implanter au large du littoral français, 600 machines de 5 MW, pour une mise en service prévue en 2015. A cette date, environ 9 millions de mégawatts heure seront produits, soit 1,7 % de la production électrique du pays. Selon les chiffres communiqués par la ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet, l’emploi serait également le grand gagnant de ce projet issu du Grenelle Environnement avec "plus de 10.000 emplois attendus."

Les 5 zones (5 lots) seront étalées sur une surface totale de 533 km2 :

  • Le Tréport (Seine-Maritime, Somme) : 750 MW
  • Fécamp (Seine-Maritime) : 500 MW
  • Courseulles-sur-Mer (Calvados) : 500 MW
  • Baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) : 500 MW
  • Estuaire de la Loire à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) : 750 MW

Les territoires portuaires prêts à accueillir les futurs parcs éoliens offshores, sont les suivants :

  • Zone Manche-Mer du Nord : Dunkerque – Le Havre – Cherbourg
  • Zone Bretagne : Brest
  • Zone Atlantique : Nantes – Saint Nazaire – Bordeaux

Enfin, la seconde tranche sera lancée début 2012. L’objectif vise à l’horizon 2020 une puissance installée de 6 000 MW, soit environ 1 200 éoliennes produisant 3,5 % de la consommation française d’électricité.

La structuration des activités industrielles autour des ports d’accueil potentiels de la filière offshore. Les villes impactées :

Dunkerque

Le territoire de Dunkerque concentre des compétences fortes en énergie, métallurgie, mécanique et logistique. Il est positionné parmi les premiers ports européens pour le trafic maritime, dispose de vastes espaces pour le stockage, le transport de pièces d’éoliennes et bénéficie d’une position stratégique pour le développement de l’éolien offshore sur la côte Atlantique, la façade Manche/mer du Nord jusqu’aux côtes anglaises, néerlandaises, allemandes et danoises. C’est sur le site portuaire de Dunkerque qu’on été assemblées les éoliennes du plus grand parc éolien offshore au monde situé au large des côtes de Thanet au Royaume-Uni.

Le Havre

Le territoire du département de Seine-Maritime possède d’ores et déjà des infrastructures portuaires et énergétiques adaptées à la logistique et à l’acheminement de pièces lourdes, telles que celles utilisées par l’industrie éolienne offshore. Le Port de Rouen/ Le Havre représente le premier port maritime français. De nombreux secteurs sont présents sur ce territoire dans les secteurs de la pétrochimie, l’automobile, l’aéronautique, la chimie, l’électronique etc. Le territoire compte également de nombreux sous-traitants dans les domaines de la fonderie et le travail des métaux, la plasturgie, les matériaux, la chaudronnerie, l’électricité, la construction navale ou la maintenance industrielle.

Cherbourg

La Basse-Normandie s’est engagée dans un processus collaboratif associant le Conseil Régional, le département de la Manche et l’agglomération de Cherbourg. Avec les Ports Normands Associés, la Miriade (Mission pour l’innovation et le développement économique régional), le territoire dispose des capacités nécessaires au développement de la filière industrielle éolienne offshore et de l’ensemble des énergies marines. Les Ports Normands Associés ont décidé d’accroître la capacité du port avec l’extension du quai des Flamands de 220 mètres, ce qui représente un investissement de 50 millions d’euros. Cette opération permettra d’accroître les avantages de ce site.

Brest

L’Agence Economique de Bretagne et le cluster d’entreprises Bretagne Pôle Naval pilotent le développement d’une filière industrielle dans le secteur des énergies marines renouvelables. La région regroupe effectivement toutes les compétences et les savoir-faire dans les métiers de cette filière avec une centaine d’entreprises, filiales ou établissements de grands groupes industriels ou PME performantes et innovantes.

Ces entreprises, au nombre de 70, représentant près de 800 salariés, présentes sur le secteur naval et de l’énergie notamment éolienne, sont des chantiers navals, des sociétés d’ingénierie, des réalisateurs de travaux par spécialité (notamment dans la mécanique, la tôlerie, l’électricité et l’électronique), des fournisseurs d’équipements (notamment de mâts, de structures composites, de mesures physiques) et des prestataires de services associés (en particulier dans la logistique, le transport et la manutention).

Les principaux ports, propriété du Conseil Régional, ont un positionnement géographique optimal pour les projets en Manche et en Atlantique. Les ports de Brest et de Lorient sont particulièrement bien adaptés pour la réalisation des fondations et des structures et pour l’assemblage des turbines bord à quai avec des espaces disponibles respectifs de 36 et de 5 hectares.

Les actions en cours permettront aux entreprises de se positionner en fournisseur, prestataire ou sous-traitant des développeurs de projet et de leurs partenaires pour la logistique, les fondations, les structures métalliques, la fourniture d’équipements, l’assemblage des éoliennes, les infrastructures électriques, l’exploitation et la maintenance.

Plusieurs pistes sont étudiées pour proposer des sites d’expérimentation, de fabrication de pièces ou l’assemblage d’éoliennes. Ainsi, le polder de Brest pourrait se prêter à la construction de fondations, l’assemblage des différentes pièces et à la maintenance, en raison notamment de ses facilités d’accès et de l’espace disponible. Les ports de Lorient et Saint-Malo pourraient servir de sites pour l’assemblage de sous-ensembles et la maintenance.

Nantes Saint-Nazaire

La Loire-Atlantique rassemble une forte concentration française de savoir-faire, de compétences et de capacités dans le domaine de la construction navale, qui représente une activité économique et industrielle majeure. Dans la perspective du développement de l’éolien offshore en France, plusieurs groupements d’entreprises se sont formés au cours des derniers mois, autour de la chambre de commerce et de l’industrie de Nantes Saint-Nazaire, sur les différents types de fondations, la fabrication des câbles, l’assemblage à terre, la logistique, la maintenance, la fabrication de composants mécaniques et électromécaniques.

Au sein de ce regroupement, le cluster Néopolia regroupe plus de 130 entreprises, possédant des compétences dans les secteurs naval, aéronautique, offshore et ferroviaire. Il a constitué une filière marine d’une soixantaine d’entreprises, qui prépare aujourd’hui sous forme de partenariat entre entreprises une diversification de ses activités vers l’éolien offshore, notamment pour la fabrication de mâts, la logistique, le déchargement, l’entreposage des composants d’éoliennes.

Les infrastructures portuaires sont en cours d’évolution afin de proposer une offre adaptée à l’éolien offshore. En effet, le Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire est spécialisé dans la manutention de charges lourdes, avec la présence de plusieurs acteurs importants qui réceptionnent déjà les éoliennes destinées aux installations à terre, avant de les stocker à Montoir. Le territoire possède une longue expérience de la fabrication d’ensembles métalliques complexes pour la construction navale et aéronautique. Le port de Saint Nazaire et le site du Carnet sont des sites pouvant servir à l’assemblage d’éoliennes destinées à des parcs offshore.

Bordeaux

La région bordelaise compte aujourd’hui plusieurs industriels éoliens dont EADS Astrium, qui fabrique des pales d’éoliennes et Plastinov, qui réalise des pièces en matériaux composites. Plusieurs sous-traitants de l’aéronautique, de l’automobile et de la construction navale, représentant 400 entreprises, soit plus de 20 000 emplois, souhaitent se positionner sur le marché de l’éolien offshore comme sous-traitants des constructeurs d’éoliennes, avec des compétences en mécanique, logistique, électricité, usinage… La région dispose de la première formation française pour la production de pièces en matériaux composites de grande dimension. Bordeaux bénéficie de sa position au cœur de l’Océan Atlantique et possède les infrastructures portuaires et fluviales adaptées à l’acheminement des grandes pièces dont les composants destinés à l’installation des parcs éoliens en mer.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    47 Commentaires sur "France : 1er appel d’offres pour l’éolien en mer – 3000 MW"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    bruno
    Invité

    Ce qui est « dingue » c’est de voir que même avec les 1200 éoliennes géantes prévues au large de nos côtes pour 2020, les 6 GW de puissance crête qu’elles représenteront ne fourniront que 3.5% de la consommation électrique française. Ce calcul intègre t-il une hausse prévisible de la consommation ou quoi ?

    Samivel51
    Invité

    Le calcul, s’il est rigoureux, integre la hausse prevue de la consommation ainsi que le facteur de charge estime. Il auraient pu d’ailleurs le mentionner. 25%, peut-etre?

    gaga42
    Invité

    Et oui Bruno, se passer du nucléaire et des énergies carbonées, ça va être une aventure assez « dingue »…

    Offresdemploi
    Invité

    La courbe exponentielle des recrutements est lancée. Disons qu’elle doit être devant nous. Parce que derrière nous, ça fait 7 ans (depuis le précédent appel d’offre éolien offshore) qu’elle est à zéro.

    Pastilleverte
    Invité

    allons gaga, vous oubliez les « 10.000 emplois attendus » (y compris une fois les chantiers terminés ???) et donc « toutes choses égales parailleurs », les 285.714 emplois à terme quand 100% de notre électricité sera produite grâce à l’éolien (comment , ça faut laisser parler les spécialistes !)

    Clobinson
    Invité
    1)estuaire de la Loire à St NAZAIRE = en fait la côte touristique de la baie de LA BAULE au CROISIC !… et silence sur la biodiversité marine qui va être détruite 2) 10000 emplois = peut-être (??) pendant 2 ans de construction des infrastructures,… mais ensuite quelques dizaines pour la gestion et la maintenance, et pas tous d’origine locale ! 3)on attend les offres sur la concentration de l’énergie éventuellement produite, le raccordement au réseau, l’acheminement vers les zones de consommation… Mission confiée à RTE ? Bonne excuse pour en dissimuler les détails et les coûts le plus longtemps… Lire plus »
    Tassin
    Invité

    « Mais rassurez-vous : c’est bien le consommateur qui va payer !!!! » Encore heureux! Ces messieurs voudraient consommer gratuitement et sans limite?

    William
    Invité
    Les éoliennes sont célébrées comme une énergie propre. Problème: quand le vent s’arrête, soit en moyenne 5 jours sur 6, on doit mettre en route des centrales de remplacement pour éviter que le réseau ne s’effondre. Et ce ne peut être que des centrales à combustible fossile, que l’on peut mettre en route sans délai. C’est le cas en Allemagne, où une dizaine de centrales à charbon et à gaz doivent être tenues en réserve pour prendre le relais des 23’000 éoliennes géantes quand le vent cesse de souffler. Autrement dit, dès que l’éolien atteint quelques pour cent de la… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Ce que vous dites était vrai il y a 10 ans, bien que votre chiffre soit inexact : l’éolien en mer produit en moyenne 35 sa puissance maximale et surtout : il produit de façon plus régulière qu’à terre. Les différences de température terre-mer provoquent des vents de convection au lever et coucher de soleil. Or ces vent correspondent assez bien aux pointes de consommation. Sur l’intermittence encore, RTE la prend en charge avec les barrages et une production minime au gaz jusqu’à ce que l’éolien représente 10-15% du mix, au delà, le smart-grid « lissera » les pointes jusqu’à 20-25% du… Lire plus »
    cezorb
    Invité

    Leurs éoliennes ne sont même pas fabriquées en France. Alors que toutes les PME du solaire se battent pour les miettes des 200 MW de quotas. Une politique énergétique de copinage. C’est vraiment trop visible !

    Samivel51
    Invité

    J’ajoute que la part du thermique fossile comme energie d’appoint peut egalement diminuer au profit du thermique renouvellable (biomasse): bois, dechets, biogaz.

    Samivel51
    Invité

    Bienvu(e) dans le 21eme siecle! La seule entite economique et sociale pertinente est desormais la Zone EURO. (Cf sauvetage de la Grece, de l’Irlande et du Portugal): Nous sommes dans la meme galere et les travailleurs s’y deplacent librement. Donc si les eoliennes d’Areva et d’Alstom sont fabriquees en zone EURO, c’est tres bien! Beaucoup mieux que le PV made in China, en tous cas!

    Reino
    Invité

    J’espère au moins que pour une fois le marché n’a pas déjà été accorder à EDF et à ses principes de rentabilité optimum sans penser ni à l’environement ni au consommateur. GDF-suez semble une bonne option, déjà impliqué dans ce milieu depuis quelques années, ils sont en collaboration avec beaucoup de petites entreprises possédant la culture et les compétences nécessaires pour valoriser tout cela au niveau européen.

    Lionel_fr
    Invité
    Pour le copinage , je suis bien d’accord et on n’y peut rien. Il faut de l’applomb pour faire le poids quand on annonce que l’éolien coutera 25€/an à chaque foyer sans préciser qu’ensuite il rapportera autant pendant 60 ans. Dans la série des horreurs insupportables, je trouve cet article bien placé : J’aime beaucoup l’expression « la France est le moyen-orient électrique » dans la conclusion C’est vrai qu’en la matière nos politiques ressemblent plus à un Saddam ou un Mouamar qu’à une économie de marché moderne. Nos choix industriels d’il y a 40 ans font de nous les « voyous » de… Lire plus »
    gaga42
    Invité
    C’est tout à fait d’actualité au contraire, et RTE ne peut rien y faire car nos capacités de stockage sont utilisées à 100% pour tamponner les heures de pointe, si on doit y ajouter en plus les baisses de vent on est mal. Les smart-grid amélioreront éffectivement quelque peu, au prix, entre autres, de la construction ne nouvelles lignes THT qui faisaient frémir les écolos il y a peu. Quand à « l’e-gas », sauf à y inclure le gaz soi-disant naturel… Pour moi, les constructeurs d’éolien ne seront crédibles que si on les oblige à construire des « STEP » (stockage hydraulique, c’est… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Dans la série des éternels arguments anti-éoliens, il y a l’horrible étude de potentiel offshore que M Jancovici partage avec nos vrp d’EDF qui viennent de faire un scandale de presse en angleterre. L’étude générique est là : On peut lire que notre don quichotte national juge obligatoire de disposer une couche d’éoliennes équi-distantes parralèle au littoral. Evidement cette ligne ruine les paysages et nécessite des milliers de km de cable réseau pour aboutir à un misérable 17Gw de capacité…. Maintenant que de véritables études sur sites sont effectuées , JMJ va-t-il continuer à dire qu’on aurait mieux fait de… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Les smart-grids nécessitent de lignes THT ?? Ce postulat est inédit et exactement à l’opposé de la réalité. EDF investit 28M€ dans les smart-grids très exactement pour supprimer des lignes de réseau. Je crois que vous devriez consulter Wikipedia Le smart grid est une modernisation du réseau qui utilise l’information de production pour contrôler à distance les appareils consommateurs. (entre autres..) Cela permet d’optimiser les lignes de réseau existantes et logiquement d’en diminuer le nombre Avez vous une dent contre les smart grids ? Je n’ai encore jamais rencontré de contradicteur à ce jour , vous êtes le premier ,… Lire plus »
    Sakharov
    Invité
    Vous n’avez visiblement pas compris le propos de JMJ. Celui-ci tente par son étude d’avaluer le potentiel maximum du gisement éolien offshore en France : comprendre, ce qu’il est possible d’installer au maximum compte tenu de la limite naturelle qu’est la longueur des cotes. Evidemment si l’on rajoute une rangée d’éoliennes, ce potentiel max est multiplié par 2… Evidemment, même s’il ne l’a pas mentionné, il ne s’agit pas d’un scénario d’implantation et en mer (vous, mais aussi JMJ le savent mieux que moi) les éoliennes sont généralement installée en fermes et non selon une unique ligne parallèle à la… Lire plus »
    gaga42
    Invité
    Je n’ai rien contre les Smart Grid bien au contraire mais, en voulant faire court, je me suis mal exprimé, désolé (et en +, je me suis trompé d’interlocuteur, je ne répondrai plus à l’heure de la sieste). Pour moi, le problème est de palier à l’intermitance des EnR, on peut y arrver en partie avec les Smart Grid, du moins sur le papier et dans « quelques » années. Mais, si les EnR deviennent majoritaires (ce que souhaiterais) on ne fera pas l’impasse d’un réseau de production continental, voire intercontinental (cf Desertec) afin que les coups de vent espagnols puissent compenser… Lire plus »
    gaga42
    Invité

    Pour rappel cette info très prometteuse parue ici il y a quelques semaines:

    Guydegif(91)
    Invité
    Oui, JMJ ne prends pas cette solution  »Offshore ET Flottante » en considération dans son hypohèse du potentiel de l’éolien offshore français. Il part du principe que ça doit être posé ou enfoncé au fond. A mon avis à tort, car des techniques et solutions existent, que ce soit HyWind ou autres structures flottantes et ancrées… Facilité d’implantation et de mobilité, quelle que soit la profondeur d’eau. La technologie des derricks offshore, sur semi-submersibles ancrés ou drill-ship à positionnement dynamique pour l’exploration pétrolière dans les Mers et Océans ont démontré en son temps,- au début des années 70 en Mer du… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Désolé Lion, calculs de JMJ pas déconnants certes, mais certaines considérations à revoir, dont les éoliennes offshore posées au fond ou enfoncées….Son papier date de 2008…des nouveautés ont été découvertes depuis…. Si chapelets d’éoliennes, hydroliennes et autres exploitations de houle et courants, il faudra penser à un maillage de réseaux de distribution en voltage et type adéquat, avec une  »ceinture périmétrique » en sous-marin, un peu comme une toile d’araignée: HVDC ou HVAC de niveau ad hoc là où judicieux pour garder les courants donc les pertes ohmiques le plus faible possible….Des réflexions et mise en question des pratiques anciennes, peut-être….… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    @ gaga42 Au temps pour moi, l’éolien flottant a un potentiel tel q’une partie de l’humanité pourrait soit vivre , soit trouver ses ressources alimentaires dans les 70% de surface océanique. La promesse est vraiment fascinante et balaye toutes les technologies existantes , hydraulique compris !! Hlas, il semble que les machines à axe horizontal souffrent du tanguage au delà des limites supportables par tous les matériaux connus. L’axe de recherche est fantastique et quand on voit les eaux calmes, on se dit que la rupture est proche mais la réalité est moins rose.. J’ai fait mon prototype 3D sans… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    @tous Je m’emporte contre JMJ car j’avais confiance en lui et en ses compétences et que toute référence à ses travaux donne des catastrophes, emplois perdus commerce extérieur, et même qualité de l’ingénierie sont en cause. Sa position anti-éolienne est dictée par le business et non pas par la connaissance Le potentiel exploitable en mer est en l’état actuel des technos, dicté par la mécanique des fluides et le fond marin. EDF Angleterre qui a fait la même prospective (longueur litoral / distance théorique) s’est heurtée à l’industrie de l’offshore qui a sérieusement étudié la question. L’argument d’EDF était pourtant… Lire plus »
    ccsiaix
    Invité

    Lionel_fr s’il te plait, filme nous ton « prototype 3D sans prétention » ou montre nous un schéma, sois chic ! et surtout explique nous comment une éolienne peut fournir de l’électricité quand il n’y a pas de vent (souvent), pas assez de vent (souvent), trop de vent….

    Lionel_fr
    Invité
    On trouve de l’info sur une bonne dizaine de projets éoliens flottant sur le net. Le projet de Total me semble appétissant. Il y a 30 millions de voitures en France et beaucoup (chiffre introuvable) de camions. Mettre 150 000 moulins à l’eau est presque simple en comparaison. Mais je crois deviner un soupçon d’ironie dans votre ton .. Avez vous jamais fait une video 3D juste pour voir ? ou un modèle pour tester des propriétés mécaniques ? C’est un binz.. Des centaines de milions en R&D actuellement sur cette idée saugrenue puisque le vent ne souffle jamais quand… Lire plus »
    dede29
    Invité

    très bien cette étude de Jancovici ,pertinente et pleine de bon sens !

    Jaltadi
    Invité
    Effets sur une éolienne sur flotteur – Effet d’entrainement, de derive dans le lit du vent – Derive avec les courants marins – D’accord le tangage. Le vent pousse le haut de l’éolienne qui donc oscille d’arrière en avant (quand on la regarde en face, le dos de l’observateur au vent) – Mais effet gyroscopique aussi. A priori, l’effort est plus élevé sur la pale en haut (vent plus fort en altitude) donc effet d’une force 90° aprés (hélice tourne dans le sens horaire) donc effet de lacet (girouette) faisant tourner le nez de l’hélice à droite (tjs quand on… Lire plus »
    Jaltadi
    Invité
    Il y a aussi la résistance à la rafale Une rafale augmente la force en haut de l’éolienne: elle bascule en arrière L’hélice bascule avec, la pale du haut passe moins haut: retroaction négative, la force exercée en haut du mat baisse, le mat se redresse L’éolienne peut peut etre adopter une position d’équilibre inclinée vers l’arrière, si l’oscillation est bien amortie – mais la seule chose qui résiste à ce mouvement, c’est le flotteur: la poussée d’archimède lutte contre cette « gite » et tend à remettre d’aplomb le mat. Faut il une forme de coque particulière, avec plus de volume… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Très bonne votre todo list Mon premier modèle , simpliste , utilisait des flotteurs passifs, j’ai alors testé en environnement très perturbé (gros creux) puis j’ai essayé d’asservir les flotteurs en jouant sur leur position et leur profil… Mon but étant de faire une demo de propagation d’énergie dans les structures , je me suis arrèté là avec un goût de « pas fini » Les contraintes focalisaient sur la base des pales (l’axe est moins critique car il peut être très lourd) , je ne peux pas vraiment simuler le gyro , seulement l’accélération (d’où l’utilité de la video) Visuellement, il… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Sur le productible éolien offshore. Je n’avais pas d’idée sur la question, la mécanique de fluides semble donner des résultats inexacts. Le problème des études Française est d’avoir « oublié » une dimension (sur deux) Les schemas d’implantation sur les projets réels sont incroyablement différents de ce que prédisaient nos (très vieilles) théories. Comment les scandinaves et les anglais sont-ils parvenus à ce résultat ? Cette question me turlupine. Il semble très difficile d’installer un parc éolien offshore de test « juste pour voir ».. D’une manière ou d’une autre , il faut bien faire la conception des parcs par une approche théorique à… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Donc les Allemands ont fait une plateforme réelle. Je divine qu’à l’image des dannois , ils ont publié leurs résultats. Il est vrai que les nouveaux parcs tranchent avec la ligne incurvée d’Horns Revs II. Oui l’Allemagne a des facyeurs de charge très bas, ils ont sûrement majoré les prévisions pour obtenir les financements. Mais maintenant que les turbines multi-megawatt sont la norme, ils n’on que les nacelles à changer pour monter en charge (facteur 2 ou 3) La Norvège est vraiment un pays à part en scandinavie. Statoil est partout et son intéret pour le carbone et le vent… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité

    J’ai oublié le gaz de méthanier qui est un gros joker des prochaines années. Le choix Breton de produire son électricité par ce procédé semble un bon pilote puisque la péninsule va aussi accueillir beaucoup d’offshore. EDF pourra tester des modèles « à l’anglaise » et faire des projections

    Lionel_fr
    Invité
    En lisant mieux McKay, je vois que les courbes sont des vitesses de vent à l’anémomètre. En tout cas le fameux « sucre d’orge rotatif » à l’entrée des salons de coiffure continuera de tourner mais le livreur de lait sous-payé pourra-t-il recharger son camion électrique de livraison à la seule force des vents ? Les éoliennes modernes sont servo-commandées et stockent souvent l’énergie de rotation , même lors d’un changement d’angle de pales ou une rotation de la nacelle Autrement dit, l’extrème variabilité des rafales de vent est complètement absorbée par les 70 tonnes de l’hélice (mécanique) et la charge asservie… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Il m’apparait que le productible par m² est exactement ce qui a fait échouer les prévisions. Je m’explique : Mr MacKay fait une analyse de signal temporelle qui est définitivement limitée à deux dimension. Dans le contexte du mouvement des fluides on a (une fois de plus) 3 dimensions avec des flux perturbés par les éventuelles machines adjacentes. Autrement dit , le signal d’un anémomètre renseigne sur le flux à une coordonnée précise (et unique) comme si on avait une seule grosse centrale Mais là nous avons une multitude de petites centrales avec une occupation par m² inconnue (à résoudre)… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité

    La question est : comment Mr MacKay réagit-il au london Array qui sera mis en service en 2012 et qui met en pratique une matrice très géométrique ?

    Lionel_fr
    Invité
    vous défendez ces sources ce que je comprends très bien. Mais dans le cas du vent (et uniquement du vent) on n’utilise pas toute l’énergie qui est à peine perturbée par l’extraction qui en en faite. L’autre point est que sur une matrice de turbines comme le London Array , vous n’avez qu’une partie des machines qui tournent car les flux sont localisés, des turbulences situées à des km peuvent en inverser le flux localement etc… D’autre part les algorithmes utilisés pour la météo ne sont pas connus pour être conçus par des non-scientifiques et le phénomène éolien est mieux… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité

    30Mw et non pas 30Gw!!

    Lionel_fr
    Invité
    non pas des calculettes , juste des pc comme celui qui nous sert à dialoguer et des système embarqués ARM7 Linux Ethernet assez standard avec une usine à gaz qui sert au debug Une poignée de logiciels dont certains gratuits 4 Compilateurs C/C++ Csharp perl sqlite… Sur l’industrie , je devine que vous la connaissez suffisamment , badges,formations à la sécurité, les différentes sirènes, les signaux , les peintures au sol.. brrrrrr Coopérer avec les anglais : ce sont les plus vaches d’europe mais aussi les plus fascinants si vous franchissez les portes, tremplin vers le monde entier. Le mieux… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    ce qu’un anémomètre ne dit pas , ni messieurs McKay ni JMJ , c’est que le flux de vent peut être plafonné à 100m d’altitude auquel cas il est turbulent et notre moulin va vibrer, mais il peut aussi être constant sur un diamètre de 2km en hauteur comme en largeur. La quantité d’énergie contenue dans le flux peut varier de facteurs 1000++ alors que l’anémomètre donnera exactement la même valeur. Il y a toujours infiniment plus d’énergie que ce qui est mesuré par un anémomètre qui n’indique que la vitesse à un point précis. C’est pourquoi les stations meteo… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Il est sûrement possible d’expliquer le même processus de façon vectorielle, plus schematique et simple à visualiser. Je suis trop impliqué pour m’interresser aux vecteurs, j’ai l’habitude des matrices et je m’en contente. Mais au delà des matrices, je premier travail d’un programme de calcul est de dessiner les points et les relier par des droites. On optient alors des « spaghetti’s » ou vecteurs qui montrent vraiment la trajectoire du vent et comment l’énergie répartie dans une section d’1 km de diametre peut être « concentrée » dans une série de rotors de 100m de diametre.. Un schema vous serait plus utile mais… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Je me permet de vous citer afin de clarifier : « et on obtient l’énergie maximum récupérable par l’ENSEMBLE du vent » « Comment voulez-vous récupérer plus d’énergie qu’il en existe ? » Je n’ai pas de lien internet sur toutes les disciplines mises en jeu par votre estimation, en résumé : Mécanique des fluides, analyse de signal, cosmologie… Le vent qui nous décoiffe est généralement issu de la convection de l’atmosphère, phénomène dont les cycles sont 1 jour et 1 année. le « bruit » est surtout le fait des nuages qui perturbent la distribution de l’énergie solaire. Cette énergie correspond à ~50 fois la… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Ces questions sont au sommet de la pertinence dans l’appel d’offre français je pense. L’information sur la répartission des moulins dans un par offshore est certainement un des secrets industriels qui seront défendus par la partie EDF EN – DONG – Vestas , qui ont deux générations de parc offshore d’expérience. Mon information repose en partie sur les remous récents dans la presse anglaise (pas uniquement tabloïd) concernant l’industrie française dont j’ai pu parler avec un ex-collègue anglais aujourd’hui à Berlin et surtout, l’observation visuelle des parcs en cours de construction – d’où la video sur le London Array qui… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Sur les vents terrestres : les chaines de montagnes du pacifique et asie sont des obstacles d’une autre ampleur. Au point de vue planétaire , l’homme n’est pas en mesure de changer quoi que ce soit mais au point de vue local , on peut imaginer que des courants marins soient perturbés puisque les récentes études confirment le rôle des vents dans leur cycle. Il faudrait quand même que l’éolien flottant soit arrivé à matûrité et que des millions de machines géantes soient déployées dans les zones critiques. La NASA a beaucoup de cameras braquées sur ces phénomènes. L’armée US… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Après une petite recherche, je constate que ce sujet a tendance à créer du buzz autour du potentiel éolien et favorise cette industrie car les détracteurs n’ont d’autre choix que d’investir dans la recherche.. La question que je posais était : L’absorption de l’énergie du vent par des moyens magnétiques produisant un courant qui se disperse en chaleur , pourrait-elle soustraire aux vents une énergie qui sans cela, serait restée mécanique .. Les montagnes dévient le vent plus qu’elles ne le bloque. Mais la végétation et les arbres sont aussi un piège à vent qu’ils convertissent en énergie oscillatoire avec… Lire plus »
    Vive la france
    Invité
    Explosion Nuclear Power Plant Tricastin 2.July 2011- 2 Photos Attachment///French Geologist explains: Tricastin Earthquake Zone///20 Anti-Nuclear Activists ARRESTED, 2 INJURED by French Police Centrale de Nucleaire Tricastin EXPLOSION 2nd July 2011 http://www.next-up.org/Newsoftheworld/Tricastin.php http://www.ledauphine.com/drome/2011/07/02/explosion-et-colonne-de-fumee-a-la-centrale-edf-du-tricastin?image=18FC1E26-7571-4EA6-A79A-16288577CAEB#galery http://www.ledauphine.com/drome/2011/07/02/explosion-et-colonne-de-fumee-a-la-centrale-edf-du-tricastin?image=8CE271F9-2614-4CBC-B8EF-9561991509B2#galery twitpic.com/5k5h91 http://www.ledauphine.com/fr/images/18FC1E26-7571-4EA6-A79A-16288577CAEB/LDL_06/explosion-et-colonne-de-fumee-a-tricastin.jpg fr.wikipedia.org/wiki/Socatri http://www.tagesschau.de/multimedia/audio/audio21408.html http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/incendie-a-la-centrale-du-tricastin-03-07-2011-1358060.php Centrale de Nucleaire Tricastin EXPLOSION 2nd July 2011 – 2 Photos von Twitter – censored by ALL FUC_KING FRENCH NEWSPAPERS !! Centrale de Nucleaire Tricastin EXPLOSION 2nd July 2011 – Video TRICASTIN NUCLEAR PLANT = BIGGEST NUCLEAR PLANT IN THE WHOLE WORLD EXPLODED AFTER PASSED AREVA/EDF STRESS-TEST. Tricastin Zone Sismique: Une Géologue Francaise – French Geologist explains in detail that Tricastin… Lire plus »
    Information add
    Invité
    Manifestation Anti Nucleaire Paris 11 juin journée d’action internationale Manifestation 14h30 – Départ République/Paris – 20 Réacteurs Nucléaire Zone Sismique >8,5 France (French Alps) + Flooding Danger due to Global Warming = 18x Super-GAU http://www.sortirdunucleaire75.org/ http://www.facebook.com/Sortirdunucleaire75 Videos Manifestation Anti Nucléaire Paris, 11 Juin 2011: http://www.youtube.com/watch?v=NJ1j0kFTzHA http://www.itele.fr/video/manifestation-anti-nucleaire-a-paris http://www.20minutes.fr/article/739817/trois-mois-apres-fukushima-manifestation-anti-nucleaire-paris videos.tf1.fr/jt-we/le-japon-marque-les-trois-mois-depuis-la-catastrophe-dans-le-nord-6529069.html vimeo.com/24996690 Dominique LALANNE,ex CNRS vimeo.com/24997292 Dominique MALVAUD, SUD-Rail vimeo.com/24998008 Parodie ASN Photos Manifestation Anti Nucléaire Paris, 11 Juin 2011: http://www.flickr.com/photos/26460028@N02/sets/72157626817494425 http://www.flickr.com/photos/26460028@N02/sets/72157626942287728 billancourt.blog50.fc2.com/blog-entry-477.html billancourt.blog50.fc2.com/blog-entry-478.html http://www.centpourcentnaturel.fr/post/2011/06/13/Journee-d-Action-mondiale-et-Manifestation-a-Paris-contre-le-nucleaire-11-Juin-2011 http://www.sortirdunucleaire75.org/photos/?photo=2011/06/11.manif -> Anti Nuclear Demo: 11 June 2011, Departure: République, Paris, FRANCE – 20 Nuclear Reactors Earthquake Zone France >8,5/Flooding Zone due to Global Warming ! –> Anti… Lire plus »
    wpDiscuz