France et Irlande : une nouvelle interconnexion électrique à l’étude

Les deux réseaux de transport d’électricité, RTE en France et son homologue irlandais EirGrid, viennent de signer un protocole d’accord pour réaliser les études de faisabilité d’une interconnexion électrique sous-marine reliant la France et l’Irlande.

Une interconnexion entre la France et l’Irlande pourrait relier la côte Sud de l’Irlande à la côte Nord Ouest de la France grâce à un câble sous-marin d’environ 600 km. Au cours des derniers mois, RTE et EirGrid ont mené des études préliminaires qui ont montré l’intérêt économique d’une telle interconnexion, bénéfique pour l’alimentation électrique des deux pays et de leurs consommateurs.

Par cet accord, les études détaillées de faisabilité porteront en 2013 sur l’analyse des fonds marins afin d’identifier les possibles corridors de passage.

La capacité de cette interconnexion entre la France et l’Irlande pourrait être d’environ 700 mégawatts, ce qui représente l’équivalent de la consommation d’environ 450.000 foyers. L’année dernière, EirGrid a achevé la construction d’une interconnexion sous-marine de 500 MW d’Est en Ouest entre l’Irlande et le Pays de Galles.

Le Président d’EirGrid, Fintan Slye a indiqué : "Le projet, s’il est mis en œuvre, devrait aboutir d’ici 2025. Les avantages de l’interconnexion France-Irlande reposeront sur une meilleure sécurité d’approvisionnement, une pression à la baisse des prix de l’électricité du fait d’une concurrence accrue et du potentiel d’exportation des énergies renouvelables."

"La construction de cette interconnexion permettrait de faire foisonner la production éolienne irlandaise avec celle issue des régimes de vents continentaux, facilitant ainsi l’intégration des énergies renouvelables dans le système électrique européen. Elle améliorerait également la qualité d’alimentation de la façade Nord-Ouest de la France" a déclaré Pierre Bornard, le vice-président de RTE qui se réjouit de la signature du protocole d’accord.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "France et Irlande : une nouvelle interconnexion électrique à l’étude"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

Quelqu’un sait il comment on protège ce genre de connection à 400 000 volts contre les chaluts qui ratissent la zone toute l’année ? Au passage compte tenu de l’importance de l’investissement , de la longueur de la ligne(600KM) , une ligne de seulement 700 MW , cela me parait faible pour des transferts intercontinentaux. Pourtant l’irlande avec ses éoliennes aura de gros besoin d’importation les jours sans vent et un gros potentiel d’export les jours ventés. Mais je suppose qu’ils ont fait de savantes études de marché(à court terme comme toujours)

Thibaut123
Invité
trimtab
Invité

“…..Mais je suppose qu’ils ont fait de savantes études de marché(à court terme comme toujours)…….” Ils ont quand même un exemple ‘jumeau’ avec presque les mêmes charateristiques (600km/700MW) pour se faire une idée: Le NorNed semble fonctionner depuis 2008 sans perturber les chaluts en mer du Nord. trimtab

Bachoubouzouc
Invité

RTE n’a pas pour habitude de faire des études de marché “à court terme comme toujours” Et techniquement, la puissance qu’on peut faire passer par une ligne n’est pas infinie. Si vous voulez plus que ces 700MW, il faudra donc construire d’autres lignes. Donc non, RTE n’est pas constituée d’imbéciles. Ils savent ce qu’ils font.

Sicetaitsimple
Invité
En complément des commentaires de Trimtab et Bachoubouzouc, je vous signale que l’Irlande est une île sur laquelle la consommation d’électricité tout au long de l’année varie entre environ 3000 et 6000MW. Il y a une règle dans l’exploitation des systèmes electriques dite du “N-1” qui veut que sur perte d’un ouvrage ( une grosse centrale, une ligne principale), le système ne s’effondre pas. Pas bête non? 700MW par rapport à 3000 en période de basse consommation, c’est très élevé et j’imagine qu’il y aura des restrictions de transit dans le sens France-Irlande la nuit. Sinon, déclenchement de la ligne… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

si votre scénario se réalise (ce que je souhaite et ce n’est pas nouveau), il sera toujours temps de rajouter tous les dix ans environ un nouveau cable vers la france ou d’autres vers la grande-bretagne. De toutes facons ils ne passent pas dans la même tranchée, 2 cables coutent environ deux fois plus cher qu’un cable, rien à voir avec la “courte vue” dont vous avez parlé. Donc il faut les faire en fonction des besoins confirmés, pas en fonction de besoins supposés à un horizon de 20 ans

Sicetaitsimple
Invité

Comme l’article est consacré aux interconnexions DC, je signale cette information concernant la nouvelle liaison Danemark-Norvège: Les norvégiens ont juste “oublié” de renforcer leur réseau intérieur, ce qui devrait amener pendant 3 ou 4 ans la nouvelle ligne à être limitée à certains moments dans le sens Norvège-Danemark. Vous remarquerez malgré les termes diplomatiques employés ( “it is really unfortunate”…) que les Danois n’ont pas l’ai très contents! Bref, Norvège “batterie de l’Europe”, certes, mais au rythme que les Norvégiens décideront….

wpDiscuz