France : “Il faudra trancher sur les moyens de production électrique”

A quelques jours de l’ouverture de la conférence environnementale, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, a appelé de ses voeux dans un entretien au Journal du Dimanche à accélérer la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), ainsi qu’à réaliser rapidement des choix énergétiques "tranchés" pour le pays.

Concernant la fermeture de Fessenheim, il a expliqué que "l’arrêt de production de la centrale peut être décidé du jour au lendemain." Toutefois, "sa fermeture définitive implique son démantèlement selon une procédure très stricte (…) Si Fessenheim est stoppée fin 2016, le démantèlement doit débuter au plus tard fin 2018. Sachant que ce processus prend cinq ans, le délai est très serré. Il faut que les choses avancent très rapidement."

Par ailleurs, même si le parc nucléaire français est "standard", en cas de détection tardive de problèmes, "on peut avoir une anomalie grave, de la corrosion ou une fuite, sur cinq à dix réacteurs en France. Dans ce cas, l’Autorité de sûreté nucléaire pourrait les arrêter pour une durée indéfinie (…) Nous jugeons ce scénario plausible, voire réaliste et en tout cas pas impossible." a t-il indiqué.

"Dans l’année qui vient, il faudra trancher sur les moyens de production électrique à construire, qu’ils soient nucléaires, au gaz ou renouvelables", a t-il expliqué. "Ces problèmes doivent être traités maintenant. Il n’y a plus beaucoup de marge dans le timing."

Quelques jours avant cet interview, une secousse sismique de faible intensité a été détectée dans la Vienne là où est implantée la centrale nucléaire de Civaux. L’ASN a été informée le 10 septembre à 00h20 de sa survenue, lundi 9 septembre dans la soirée.

On apprend que cette secousse a été ressentie par les équipes de conduite de la centrale nucléaire de Civaux. Ils ont, en application de leurs procédures de sécurité, procédé à une vérification des deux réacteurs. Toutefois, étant donné la faible magnitude du séisme, "aucune alarme ne s’est déclenchée dans la centrale."

Pour sa part, EDF a indiqué à l’ASN n’avoir identifié aucune incidence sur les installations. L’ASN a demandé à EDF une présentation détaillée de l’ensemble des contrôles réalisés.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

38 Commentaires sur "France : “Il faudra trancher sur les moyens de production électrique”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

on entend à longueur de posts qu’il faudrait prolonger les centrales nuk à 50 ou 60 ans. Voilà un démenti cinglant de la part DU référent en la matière en France. Faudrait savoir! Il en a d’autres comme ça des lapins dans son chapeau ! Bonne semaine

Bob1
Invité

Quand il dit qu’il faudra “trancher”, il donne pas l’impression d’avoir envie de diversifier le mix énergétique mais plutot de choisir une solution plutot qu’une autre

Bachoubouzouc
Invité
@ fredo “on entend à longueur de posts qu’il faudrait prolonger les centrales nuk à 50 ou 60 ans. Voilà un démenti cinglant de la part DU référent en la matière en France.” En quoi c’est un démenti, et à plus forte raison cinglant ? Il ne fait que rappeler que des défauts génériques peuvent apparaitre sur un parc normalisé, et indisponibiliser simultanément 5 à 10 tranches. Ca n’a aucun rapport avec la prolongation de la durée de vie des tranches. En clair ce qu’il demande, c’est plus de marges. Plus de moyens de production disponibles, pour palier aux éventualités.… Lire plus »
climax1891
Invité

Hors chauffage, éclairage et réfrigération, l’électricité, en énergie finale, représente environ 19 millions de TEP par an ou 220 TWh. Le chauffage, l’éclairage et la réfrigération représentent environ 19,3 millions de TEP (224 TWh) dont – 1, 7 million de TEP (20 TWh) pour la cuisson dans le résidentiel et le tertiaire. – 1,6 million de TEP (18 TWh) pour le chauffage dans l’industrie. Bien sur, il n’est pas possible de faire 100% d’économie d’électricité surtout avec la cuisson et certains fours industriels. Il reste tout de même plus de 150 TWh à économiser.

Mich mich
Invité

quand on s’interesse un peu au monde de l’énergie on se rend bien compte que dans le court terme on ne pourra pas faire le choix d’une énergie par rapport à une autre. Politiquement et socialement ça ne passera jamais. on est parti pour quelques années de statu quo

Bruno lalouette
Invité
Il n’est pas possible d’attendre, la raison s’appelle “gaz de schiste”, et le gaz de schiste est en train de tuer le nucléaire aux Etats-unis avec un coût de production de 65$ pour un MWh, contre 110 $ pour un MWh atomique. Les anglais à leur tour vont exploiter leur gaz de schiste et tuer le nucléaire européen. La seule électricité compétitive face au gaz de schiste, c’est l”hydroélectricité, donc, le turbinage des eaux potables/usées. Maintenant il faut donc décider de produire des petites turbines à installer partout en France, et si possible en concurrence, ou continuer à assurer le… Lire plus »
Luis
Invité

C’est dit. Entre 2020 et 2030, cinq ou six réacteurs arriveront chaque année à l’âge limite de 40 ans. Ce délai n’est pas de trop pour construire des nouvelles centrales nucléaires ou déployer des économies d’énergie. EDF ne doit pas compter sur l’allongement de la durée de vie des centrales à 60 ans pour établir le futur paysage énergétique de la France. Il faudra beaucoup améliorer leur sûreté pour espérer les prolonger. Cela aura un coût, mais pas seulement. Si certains matériels, comme la cuve, ne peuvent être remplacés, le réacteur sera arrêté.

Nicias
Invité
le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, a appelé de ses voeux dans un entretien au Journal du Dimanche à accélérer la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim Non, ce n’est pas ce qui est dit dans l’article. Il appelle à un démantèlement rapide en cas de fermeture, ce n’est pas pareil. L’ASN a donné son autorisation pour la poursuite de l’exploitation de Fessenheim pendant 10 ans, il serait absurde que son directeur demande dans le même temps sa fermeture au plus vite. Enerzine doit changer/manger son chapeau qui peut laisser croire que l’ASN pense que… Lire plus »
trimtab
Invité
Encore une voix de plus pour dire ‘C’est Maintenant’,’ Ca Urge’ , mais sommes nous prêts à les écouter enfin ? Et si ici il est question QUE de l’électricité (et Franco-Français en plus), nous savons tous qu’a cause des transferts d’usages prévisibles dans la mobilité ‘carbon’ vers du ‘jus’ le moins carboné possible, comme faisait remarquer ici sicetaitsimple : ” le futur (énergétique) sera électrique ou ne sera pas!” Et…… Il faudrait beaucoup de ‘jus’……Et qu’il faut trancher (individuellement et collectivement) maintenant sur comment on le consomme et le produise avec les moyens ‘les moins pires’ et le plus… Lire plus »
marcarmand
Invité

Dans l’état actuel, on ne peut pas faire le choix du tout renouvelable, faute de moyens de stockage à grande échelle. Par contre, en suivant l’exemple de l’Allemagne, on peut au moins continuer le développement des renouvelables, jusqu’à une proportion d’environ 20% du mix énergétique. En même temps, il faut explorer toutes les solutions de stockage, et en particulier le méthanisation, ou le stockage via NH3 (, )

gp
Invité
On peut tjrs tirer à boulets rouges sur ceux qui font (…), à force de n’avoir RIEN fait, la France se dirige à pas de géant vers un MUR! Peut-on seulement dire que tout ce temps passé à regarder ce qui s’est passé chez nos voisins (Allemagne, Espagne, Italie, Suède, Autriche, Danemark…) ces 10 dernières années a été propice à la réflexion et à l’élaboration d’une VRAIE feuille de route pour les 30 prochaines années? Ca n’est même pas le cas! 🙁 A l’heure où les territoires exigent des marges de manoeuvre pour aller de l’avant, le système jacobin à… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

A lire les commentaires de cet article, vous allez voir : Le DNTE va arriver à la conclusion que la politique d’EDF était la bonne depuis le début. ^^

jmdesp
Invité
L’Angleterre est encore plus dans le mur, elle est en train de se diriger tout droit vers devoir à tout prix sur les 5/6 prochaines années maintenir en service des centrales nucléaires AGR d’une technologie complètement dépassée uniquement pour avoir toujours du courant. La seule techno de remplacement dont elle dispose à peu près ce sont des centrales gaz, mais du fait de la réduction de la production en mer du nord, son approvisionnement est de plus en plus serré. En Espagne plus aucun renouvelable n’est installé, et les taxes rajoutés menacent de plus en plus de rendre l’exploitation de… Lire plus »
Herve
Invité
@ Bruno Lalouette Vous écrivez: “La seule électricité compétitive face au gaz de schiste, c’est l”hydroélectricité, donc, le turbinage des eaux potables/usées.” A vous lire on dirait que le futur du développement de l’hydraulique consiste au turbinage des eaux sanitaires. Sachant qu’il faut turbiner 1m3 sur environ 400m de dévivelé pour faire 1Kwh, Sachant que le français moyen consomme 137l/ jour d’eau (denivelé moyen on va dire 100m) Soit 0.037Kwh. Le même habitant consomme actuellement 136Kwh d’energie primaire toutes sources confondues. je serais interéssé que vous nous expliquiez comment cela peut être compétitif VS gaz de schistes? Le turbinage des… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Réaction “à chaud” à l’arret du dernier réacteur japonais ? Sans surestimer l’empathie du cas nippon sur un secteur qui souffre d’un revirement de confiance manifeste, on reste largement sur les campagnes de dénigrement des tarifs d’achat, des nouvelles capacités charbon en Allemagne (merci JMJ), toutes largement orchestrées par (vous savez qui) pour nettoyer par le vide un secteur qu’il considère comme sa propriété On parle ici de problèmes en cascade dû à l’uniformité des centrales … Mais je cas japonnais peut-il se produire en France sans accident nucléaire grave ? permettez moi de me montrer extrèmement dubitatif ou plus… Lire plus »
Dan1
Invité

A Hervé. Ben on peut quand même faire l’effort d’essayer en incitant les Français à consommer de l’eau pour produire de l’électricité tout comme on peut parfaitement encourager l’élevage intensif des porcs pour produire du biométhane issu du lisier (les Allemands produisent bien du maïs pour remplir les digesteurs. L’important c’est la COM, à partir du moment où l’emballage est vert on peut imaginer plein de chose écologique… comme le chauffage électrique !

Bachoubouzouc
Invité

Petit rappel : La circulation de l’eau potable n’est pas quelque chose dans lequel on peut récupérer de l’énergie, c’est au contraire quelque chose pour lequel on dépense de l’énergie, via des pompes et des châteaux d’eau. Se mettre à la turbiner reviendrait donc à utiliser des ventilateurs pour faire tourner les éoliennes.

Herve
Invité
Bonsoir, Et si c’est pas forcément toujours idiot (meme si c’est effectivement peu réaliste dans la grande majorité des cas): On pompe effectivement (ou pas dans certains cas) la flotte pour remplir les chateaux d’eau, mais la nuit quand on dort (bas tarif…) Le matin quand on se reveille, on consomme l’eau qui redescend juste au moment ou la conso remonte. L’idée est de remplacer les detendeurs qui limitent la pression par des turbines afin de récuperer cette énergie “au bon moment”. Bon la bonne idée s’arrete là, car sauf quelques cas trés particuliers ou c’est valable, les puissances en… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité
Je ne suis pas ingénieur, ce que je sais c’est que nous consommons en France 34 milliards de m3 par an, plus 28 milliards de m3 d’eaux usées. L’eau parcourt des centaines de km dans des tuyaux, installer des turbines le long des parcours chaque fois qu’il y a des dénivelés ne me parait pas être de la science-fiction. La Ville de Paris possède, dans un rayon de 80 à 150 km autour de la capitale, de nombreuses sources qui lui fournissent environ la moitié de l’eau potable. Celles-ci se situent dans les régions de Sens, Provins, Fontainebleau, et à… Lire plus »
Dan1
Invité
“L’hydroélectricité est l’énergie la moins cher, solution mise à mort par l’état au profit du nucléaire.” La vieille théorie du complot du nucléaire qui tue tout sur son passage. Cette antienne éculée ne peut plus abuser que les parfaits ignorants qui ne sont pas légion quand même sur Enerzine… et les amnésiques. La vérité vis à vis de l’hydraulique (la grosse et les petites) est bien connue en France et le productible est inférieur à 100 TWh/an, là où la France fonctionne avec 500 à 550 TWh : Et Bruno lalouette sait tout cela puisque je lui avais déjà répondu… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Brino Lalouette nous parle d’exemples par exemple Suisses où le captage d’un eau en montagne est ensuite dirigé vers le village consommateur 500m plus pas. Certes là ça marche. On en a parlé recemment mais c’est bizarre la “recherche” Enerzine ne donne pas les mêmes résultats qu’avant ( je me souviens avoir tapé “Damed la Suisse”). Il y avait d’ailleurs une présentation associée.

Dan1
Invité
Sicetaitsimple
Invité

Merci à Dan1, mais pour Enerzine je ne comprends pas trop ce qui se passe sur la recherche. Honnêtement et pour Bruno Lalouette, certes c’est possible mais le potentiel est complètement marginal sauf dans ces cas très précis. Pour essayer de vous convaincre, mettre le même argent dans du PV est certainement bien plus efficient, même en Suisse.

Bruno lalouette
Invité
Bon, je reprends, Paris, 470 km d’aqueducs utilisant majoritairement la gravité pour transporter l’eau. Valloire, une petite turbine de 518 kw de puissance. Imaginons que l’on puisse mettre une turbine de 518 kw, tout les 47m en moyenne, cela ferait 10000 turbines, 5180000 kw, 5,18 Gw… Avec des turbines trois fois plus puissante, vous avez un EPR. Maintenant vous me dites que mettre la turbine juste avant le robinet, c’est dérisoire, ce n’est pas ce dont je parle! @Dan, il faut entre 4 et 6 ans pour avoir les autorisations administratives pour construire un barrage au fil de l’eau, je… Lire plus »
Renard
Invité
Encore un qui n’a pas la moindre notion d’hydrodynamique. Car si la turbine de Valloire fait bien 518 kW, c’est pour profiter d’un dénivelé de 680 m avec une conduite forcée. Mais seulement en saison, lorsque 18.000 vacanciers permettent de livrer 95 litres à la seconde. Hors saison, avec 1.400 habitants, c’est à l’arrêt. A Paris et autour, il faut surtout des pompes pour pousser l’eau dans les canalisations, malgré de rares coups de pouce dus à la gravité par endroits. Avec de telles compétences, on comprend pourquoi Lalouette, candidat du SIEL bleu marine FN, n’a recueilli que 7,27% des… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

Bête et méchant Renard, je ne suis pas candidat aux municipales, par contre 7,27% à Paris, à la législative, c’est un très bon score, c’est plus que la candidate à la présidentielle… Mais c’est hors sujet, je préfère l’idée de turbiner les eaux de Paris.

Sicetaitsimple
Invité

“Imaginons que l’on puisse mettre une turbine de 518 kw, tout les 47m en moyenne, cela ferait 10000 turbines, 5180000 kw, 5,18 Gw…” On peut effectivement imaginer n’importe quoi quand on n’y connait rien. Pour prendre une image, vous êtes en train de chercher combien de km pourraient faire au total en un an 10000 “monstres” automobiles de plus de 600ch dont chacune aurant (pour l’année) 2l d’essence dans le réservoir….

Sicetaitsimple
Invité
Je vous la fais à la louche: d’après le site que vous citez , il y en moyenne 550000 m3 d’eau potable consommés chaque jour à Paris ( 2 Millions d’habitants + 1 million de travailleurs). Ca fait 555000/ (3600*24)=6,3m3/s en moyenne. En imaginant que vous pouvez turbiner chacun de ces m3 en récupérant 10m de hauteur de chute en moyenne, vous arrivez à la louche à une puissance moyenne d’environ 500kW. Faut surtout pas mettre 10000 pompes de 518kW, le potentiel c’est une seule, ou 10000 qui seraient 10000 fois plus petites! Je vous laisse faire les comparaisons avec… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité
ok, j’avais pas fait le calcul, autant pour moi… le truc, en creusant un peu l’idée de base (le but de cette conversation étant de développer des idées) est qu’il s’agit d’aqueducs , et qu’il n’y a pas de hauteur de chute, il y a juste la vitesse de l’eau, alors la turbine n’est pas du tout adaptée. Mais il n’y a pas que les turbines sur cette terre, je m’étonne d’ailleurs que les érudits n’y aient pas pensé… – Alors nous disons que pour un débit de 5 m3/s, cela fait du 150kw. C’est 5 fois moins que 750kw,… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

Alsthom fait tourner des hydroliennes par 40 m de fond, on peut peut-être inventer l’hydrolienne pour conduite forcée…? Mais encore une fois, c’est le boulot des pros…

Dan1
Invité
Mouais, une hydrolienne sur conduite forcée, ça s’appelle une turbine et ça a été inventé au 19ième siècle. Pour les hautes chutes c’est plutôt des roues Pelton, turbine inventée en 1879. Pour d’autres types de chute moins haute et fil de l’eau on aura des turbines Francis (inventé par le Français Poncelet en 1820… mais brevetée par un américain !) et des turbines Kaplan (inventée en 1912). Et les français furent des pionniers en la matière avec trois ingénieurs dès le début du 19ième siècle : Je redonne les noms des précurseurs de l’essor des EnR : François Burdin, Benoît… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Eh bien persistez et signez… C’est tellement ridicule qu’il me parait vain de poursuivre…. Tapez “bernouilli” sur Google. Et juste un signe: on sait bien qu’en France toutes les bonnes initiatives sont étouffées par l’hydre EDF. Mais heureusement ce n’est pas le cas ailleurs! Alors, à part quelques exemples suisses avec 500m de hauteur manométrique, vous en avez d’autres sur la production d’électricité à partir de l’energie potentielle ou cinétique de l’eau potable ou des eaux usées? Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez aussi par exemple étudier la production hydraulique du Rhone entre Lyon et la Méditerranée.C’est en… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

Je m’excuse, moi, vil ignorant, d’avoir importuné vos augustes majestés en posant mes questions bêtes, le soleil est tellement pâle face à vous, comment ai-je pu oser une telle impudence. Allez, je cours me flageller, mais pitié mes bons moines inquisiteurs, pas le bûcher, s’il vous plait…

Dan1
Invité

Ben non, M. Lalouette ce ne sera pas le bûcher pour vous car : 1) Ce n’est pas pour les ignorants (Cf Giordano Bruno) et visiblement vous n’avez pas de savoir à abjurer (au moins en hydroélectricité) 2) Sur Enerzine, c’est réservé à trimtab… et peut être à moi-même ! Il vous reste le fouet, l’écartèlement, le pilori ou tout autre réjouissance. En Asie, on vous aurait peut être mis la cangue avec une pancarte “j’ignorai que les turbines avaient déjà été inventées”

Sicetaitsimple
Invité
Il ne s’agit pas de vils ignorants ni de majestés. Il s’agit juste d’en savoir un peu sur ce dont on parle, et si on en sait peu d’être plutôt sur le mode interrogatif que sur le mode affirmatif. Je ne vais pas faire une ici une collection de liens vers vos interventions , mais vous êtes (concernant ce sujet et voir plus haut sur les quasi 6000MW installables en région parsienne) sur un mode purement affirmatif, alors que vous n’y connaissez strictement rien. That’s it. Donc pas la peine de vous flageller trop fort, restez juste à l’avenir dans… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

Il n’empêche, vous ne m’avez toujours pas démontré en quoi il serait débile de mettre des milliers de roues à aubes tout du long d’un aqueduc…??? Et ma question était, mettre les turbines “DANS” la conduite forcée, et non pas réinventer les turbines…

Sicetaitsimple
Invité

Vous voyez, à la même heure et à la seconde près, le jugement est tombé! Vous êtes gracié, mais dans les deux cas il vous est recommandé de ne pas affirmer à longueur d’intervention de pures “c……s .

Sicetaitsimple
Invité

Est ce que vous ne trouveriez pas plus logique que ce soit soit vous, l’inventeur, qui nous démontriez que c’est une excellente idée? Je vous recommande “one more time” le théorème de Bernoulli, disponible gratuitement sur internet.

wpDiscuz