France : l’éolien et le solaire plongent au premier trimestre 2013

Après le rythme soutenu de raccordements des éoliennes constaté au second semestre de 2012, les nouvelles capacités raccordées au premier trimestre 2013 sont en net recul, pour s’établir ‘seulement’ à 73 MW** ; par rapport au premier trimestre de 2012, la puissance raccordée sur le trimestre a baissé de 31%.

Le parc éolien dans l’hexagone a atteint une puissance de 7.667 MW au 31 mars 2013. La production éolienne s’établit en revanche à 4 TWh au premier trimestre 2013, soit une progression de 12% par rapport à la période équivalente de 2012.

Avec l’arrivée de deux nouveaux projets offshore, la puissance des projets éoliens entrés en file d’attente progresse de plus de 1000 MW par rapport à fin décembre 2012.

France : l'éolien et le solaire plongent au premier trimestre 2013

Le parc photovoltaïque atteint quant à lui une puissance de 4.113 MW à la fin du mois de mars. Le très net ralentissement des puissances raccordées observé à partir du dernier trimestre 2012 se poursuit, avec 88 MW raccordés sur le trimestre**. Comparées au premier trimestre 2012, les puissances raccordées ont diminué de 76%.

Près de 84% de cette puissance supplémentaire installée provient d’installations de taille relativement modeste (jusqu’à 100 kW). Cependant la puissance globale des projets censés aboutir au cours des prochains mois (dont la convention de raccordement est déjà signée) est en hausse de 12% par rapport à fin 2012.

France : l'éolien et le solaire plongent au premier trimestre 2013

La baisse des raccordements éoliens et photovoltaïques constatée au 1er trimestre est le résultat mécanique des décisions prises par le précédent Gouvernement fin 2011, début 2012 concernant les mesures tarifaires et réglementaires de soutien aux énergies renouvelables. C’est précisément pour enrailler ce décrochage que le Gouvernement a pris des mesures d’urgence en faveur de l’éolien et du photovoltaïque.

En ce qui concerne l’éolien, une modification législative est intervenue par la loi du 15 avril 2013 et un nouveau système de contrat d’achat est en vigueur depuis le début du mois d’avril.

En ce qui concerne le photovoltaïque, 1.000 mégawatts de projets nouveaux sont lancés en 2013. Ces mesures produiront une hausse des raccordements en 2014, mais sont d’ores et déjà de nature à conforter l’activité des entreprises dans ce secteur.


** chiffre provisoire

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "France : l’éolien et le solaire plongent au premier trimestre 2013"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Propv
Invité

C’est n’est que le résultat d’une politique finement menée par la précédente équipe gouvernementale et la non-politique de l’équipe actuelle, le tout alimenté par ce lobby des producteurs d’énergie centralisée conventionnelle.

Steph
Invité
‘de nature à conforter l’activité des entreprises dans ce secteur’ : on associe l’incomptence au cynisme chez Enerzine ? La verite c’est qu’avec un tres leger rebond apres l’application de la bonification de 10%, les demandes de raccordement vont repartir a la baisse, deja ce trimestre, et qu’avec une baisse de plus, le marche sera definitivement sinistre dans la moitie nord de la France, puis un peu plus tard dans le sud. Mais bien sur, il y aura toujours de incompetents comme Messieurs Bal ou Joffre pour tirer la couverture eux, se feliciter de miettes qui restent et tenter de… Lire plus »
Tof
Invité

moi aussi je suis “propv” et autant je suis 200% d’accord avec toi sur la précédente équipe gouvernementale, autant l’actuelle ne fait pas du tout mieux contrairement à ce qu”on pourrait/aurait pu penser. Il faut juste te dire qu’a ce niveau là, ce ne sont pas les politiques qui décident mais les différents lobbys et les experts (corps des mines) étant pro nucléaires. Enfin, les politiques pourraient décider mais tellement incompétents dans des domaines (pas que l’energie d’ailleurs) variés qu’ils s’en remettent aux lobbyistes. Vécus 🙁

christophe1007
Invité

En ces temps de déficit sévère, il faut limiter très vite TOUTES les subventions énergétiques: pétrole, gaz et surtout éolien et photovoltaïque. Pour ces dernières, on n’a plus les moyens de surpayer ces ‘énergies’ marginales. L’industrie ne survivra que si elle garde une énergie bon marché.

wpDiscuz