Fusion nucléaire : l’Académie des sciences au rapport

L’académie des sciences de France a présenté jeudi au gouvernement français les conclusion de son rapport sur la fusion nucléaire, soulignant la responsabilité de la France qui abrite deux grandes installations nucléaires.

Intitulé la fusion nucléaire : de la recherche fondamentale à la production d’énergie", ce rapport traite des deux approches pour maîtriser la fusion, à savoir les confinements magnétique et inertiel, et les grands équipements associés, principalement ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) et le LMJ (Laser Mega Joule).

La présence sur notre territoire de ces deux grandes installations constitue un atout incomparable pour notre pays mais aussi une responsabilité importante dans les difficultés scientifiques et technologiques qu’il reste à surmonter pour parvenir à maîtriser la fusion thermonucléaire, qu’il s’agisse des instabilités évoluant vers des régimes turbulents, des interactions plasma-paroi ou de la tenue des matériaux, autant de verrous clairement identifiés dans le rapport de l’Académie.

Pour relever ces défis, de nombreuses disciplines seront mobilisées. Le Gouvernement a donc engagé une action structurante de la communauté scientifique assurant son renouvellement et son développement par la création de deux fédérations de recherche (fédération de recherche en fusion par confinement magnétique et Institut Laser des Plasmas) et une fédération de formation délivrant un master spécialisé en sciences de la fusion.

François Goulard s’est réjoui que l’Académie des sciences ait formulé son avis au moment où se structure le paysage français de la recherche dans ce domaine.

" Ce rapport de très haute qualité et des plus complets est le fruit d’un travail de concertation avec les grands organismes, les universités et les personnalités françaises en pointe sur ce sujet. Par ses recommandations portant sur le maintien nécessaire d’équipements annexes à ITER tels que Tore Supra, sur les moyens de calcul pour la simulation, sur les matériaux, sur la formation et sur la coopération internationale, il conforte les orientations prises par la France et sera un élément de référence pour la mise en œuvre de notre politique de recherche en fusion thermonucléaire", a conclu le Ministre.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz