Gaz de couche : “la création d’emplois promise est un leurre”

Des collectifs et associations veulent alerter la population, les élus, les administrations, les médias et le monde scientifique des dangers et conséquences "dramatiques" que représentent les projets d’exploration ou d’exploitation de "gaz de couche" dans les anciens bassins houillers (Nord/Pas-de-Calais, Jura, Lorraine, Provence, Cévennes).

Le gaz de couche (coalbed methane en anglais) est du méthane piégé dans les micropores du charbon des veines profondes non exploitées ou incomplètement exploitées. C’est un hydrocarbure de roche mère, non conventionnel comme les huiles et gaz de schiste.

Pour exploiter le gaz de couche, il est nécessaire de coupler à un forage vertical des forages horizontaux en étoile qui s’étendent dans la veine de charbon. Par le pompage de l’eau en bas du puits, il est possible de créer une dépression qui facilite la libération du méthane. La stimulation par l’injection d’un fluide, que ce soit de l’eau ou un autre fluide de fracturation, permet l’exploitation industrielle du gaz de couche.

Aux États-Unis et au Canada qui exploitent ces gaz, c’est le plus souvent la fracturation hydraulique qui est utilisée pour rentabiliser les forages. Si cette technique reste interdite en France pour l’exploration et l’exploitation de ces gaz, la loi de juillet 2011 laisse ouverte la possibilité d’utilisation de la fracturation hydraulique pour des puits d’expérimentation.

L’exploration, un prétexte pour contourner la loi ?

"Les rapporteurs de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, contre l’avis de tous les experts ne considèrent pas le gaz de couche comme un hydrocarbure de roche mère et passent ainsi sous silence la nécessité de la stimulation .Quant à l’Académie des sciences, elle propose de faire de l’expérimentation pour la fracturation hydraulique dans les anciens bassins ‘charbonniers’ " précise le mouvement altermondialiste Attac dans un communiqué.

Il ajoute, "l’exploitation des hydrocarbures de roche mère nécessite des techniques de plus en plus polluantes, dont le rendement énergétique est de plus en plus faible. Comme pour toutes les autres énergies extrêmes, leur extraction n’est pas souhaitable. L’exploration des gaz de couche, si elle est autorisée, entrainera une exploitation, toujours de courte durée qui dévastera les régions de par la multiplicité des forages nécessaires, impactera les paysages, polluera l’air et les ressources en eau, dévalorisera le patrimoine bâti…"

Et de conclure, "la création d’emplois promise est un leurre ! Il y aura plus d’emplois perdus que créés, notamment dans l’agriculture avec une incidence forte sur le tourisme vert. La France s’est engagée à diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 et à diminuer d’à minima 30 % la consommation d’énergies fossiles d’ici 2030. A l’heure de la transition énergétique et des annonces en ce sens, il serait inconcevable de gaspiller des centaines de millions d’euros dans l’exploration et l’exploitation de nouvelles ressources énergétiques fossiles : il est donc urgent de sortir de notre dépendance aux énergies fossiles et d’empêcher l’exploitation du gaz de houille dans nos régions. De véritables politiques d’efficacité et de sobriété énergétiques et le développement des énergies renouvelables permettraient de créer des emplois locaux, pérennes et respectueux de l’environnement et de notre santé !"

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Gaz de couche : “la création d’emplois promise est un leurre”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

mais il est bien dommage de se refuser à récupérer de l’énergie potentielle, résiduelle sous pretexey qu’elle serait “fossile” ou pire (diaboliquement) “carbonée”. PS : pas d’arnaque dans les chiffres annoncés de création d’emploi dans l’économie “verte” ou la “transition énergétique” (en emplois nets, bien sur) ?

etehiver
Invité
Lobbying à court terme, et il est bon de rappeler des réalités, pas du tout idéologiques, très dangereuses à long terme bien plus qu’à court terme. Folie aveugle de l’idéologie la compétitivité à très court terme, laissant plein de pollutions à nos enfants qui nous le reprocheront pendant des siècles ! Il y a plein de vraies solutions écologiques réelles avec plein d’emplois. Une solution négligée et méprisée, pour se chauffer gratuite à l’usage qui fonctionne à http://www.dlsc.ca depuis 2007 lire !! On stocke la chaleur solaire gaspillée en été sous terre pour se chauffer en hiver . A l’usage,… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Sur un tout autre sujet, Greenpeace a tenté une série d’intrusions sur des centrales nucléaires en Europe. Ne comptez vous pas publier un article là dessus ? Je sais bien que ce coup-ci ça n’est pas très sexy, vu qu’en France leur coup médiatique a été un échec. Mais c’est assez frustrant de voir les médias enterrer l’affaire dès que la gendarmerie et EDF font parfaitement leur boulot.

Gaziak
Invité
C’est pas tellement pour crééer des emplois ,mais surtout pour réduire le déficit commercial énorme,qu’il nous faut exploiter les ressources fossiles françaises non conventionnelles.Et ces mouvements écolos-attac sont les pires ennemis de l’économie de la France et de tous les pouvoirs politiques,PS ou UMP.Quelle pitoyable attitude de l’actuelle présidence,de sacrifier l’intérêt du pays à ces inutiles et nuisibles ministres eelv pour de basse raisons d’arrangements politiques méprisables qui de toute manières seront aussi nocifs qu’improductifs.Ce président de la petite magouille électorale,est vraiment la pire des andouilles que le pays ait jamais eu,depuis qu’existe la cinquième république. Et en plus,en ce… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
“pourquoi ne pas acheter le gaz de schiste américain et leur laisser la pollution”. Voilà une très bonne idée, souvent d’ailleurs en filigrane de beaucoup de discours “d’écologistes” très convaincants…. Laisser la merde aux autres est effectivement une option, c’est d’ailleurs dans beaucoup de cas celle retenue. Et on se concentre sur nos “core business”, le bon vin, le fromage fermier et le tourisme… Bien entendu, pas de nucléaire parce que c’est quand même pas terrible, pas d’éolien parce que ça détruit les paysages, on ne va pas parler de gaz de schistes ce serait inconvenant. Super programme! Très ambitieux… Lire plus »
Gaziak
Invité
Ce gaz de couche n’est pas du gaz de schiste.C’est du méthane piégé dans les micropores du charbon des veines profondes non exploitées ou incomplètement exploitées.On sait encore mieux où il setrouve en France que le gaz de schiste. Et il faut l’exploiter car il nous évitera de sortir des milliards d’euros alimentant notre énorme déficit commercial(du aux importations de gaz).On sait où ils sont dans les anciens bassins houillers (Nord/Pas-de-Calais, Jura, Lorraine, Provence, Cévennes). Ainsi,on gagne du temps et de l’argent.Il ne faut pas acheter le gaz de schiste américain parceque ça fait du deficit commercial et que la… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Si le potentiel est bien connu, à combien est-il estimé?

Gaziak
Invité

Très bonne question .

Sicetaitsimple
Invité

Je pensais que vous auriez une amorce de réponse, puisque vous annoncez que ça “nous évitera de sortir des milliards d’euros alimentant notre énorme déficit commercial(du aux importations de gaz)”

Gaziak
Invité

Dans le nord/ pas de calais: European Gaz Limited (EGL), le seul spécialiste français du gaz de couche. Lequel pense réussir à extraire en un quart de siècle l’équivalent de deux années de consomation de gaz française. Si c’est pareil,dans les autres régions,ça réduira notre déficit énergétique d’autant,toujours bon à prendre même si d’autres trouveront ça modeste. En attendant d’exploiter d’autres ressources non conventionelles,c’est toujours ça de pris.On roule pas sur l’or pour mépriser cette ressource.

Sicetaitsimple
Invité

Le potentiel est relativement limité, même si je vous l’accorde ça peut valoir le coup d’être regardé.

wpDiscuz