Gaz de schiste : le propane, alternative à la fracturation hydraulique ?

Alors que la polémique concernant la méthode d’extraction des gaz de schiste comme la fracturation hydraulique continue de faire rage en France, une société américaine a développé et mis en œuvre d’autres techniques d’extraction des ressources de gaz conventionnel et non-conventionnel à base de propane.

La société eCORP a crée la filiale ecorpStim (eCORP Stimulation Technologies), pour proposer sa propre alternative. Le groupe américain a été l’un des premiers à utiliser le propane dans des opérations de récupération de pétrole dans les puits (enhanced oil recovery) dans les années 1980. Elle a ainsi développé sa propre technologie d’extraction de gaz de schiste à partir de ce savoir faire et de cette expérience.

La stimulation propane mise au point ne requiert ni eau, ni produits chimiques et affiche selon eCORP de "très hauts niveaux standards de qualité afin de satisfaire aux exigences de sécurité les plus strictes". Cette technologie serait la première véritable alternative permettant d’extraire du gaz de schiste.

Le concept se base sur le remplacement de l’eau par un gaz réutilisable : Pour libérer le gaz ou l’huile emprisonné dans les couches de schiste, il convient de « stimuler » le puits. Alors que la technique de fracturation hydraulique utilise de l’eau comme fluide de fracturation, ecorpStim a recours à un composant du gaz naturel, le propane. Acheminé sous forme liquide le propane est injecté avec du proppant (du sable ou des billes de céramique), ce qui permet de laisser ouverts les interstices créés de manière à ce que le gaz puisse s’échapper. L’opération de stimulation dure de quelques jours à quelques semaines.

Par ailleurs, la quasi-totalité du propane injecté (entre 95 et 100%) remonte sous forme de gaz, grâce au phénomène naturel de pression. Le propane ainsi récupéré peut être réutilisé pour des opérations de stimulation, ou injecté dans les pipelines avec l’ensemble du gaz extrait.

Gaz de schiste : le propane,  alternative à la fracturation hydraulique ?

EcorpStim a indiqué avoir apporté 2 innovations majeures au procédé existant. Une nouvelle formule de fluide de stimulation a ainsi été mise au point. Celui-ci est désormais exclusivement constitué de propane pur et d’un agent de soutènement (sable et/ou céramique). Aucun produit chimique n’est ajouté. La société a également "réduit drastiquement les volumes de propane utilisés afin de respecter les normes les plus exigeantes en matière de sécurité". En améliorant les procédés, eCORP veut démontrer qu’il est possible de procéder aux opérations de stimulation avec un minimum de gaz stocké en surface.

Recourir à la stimulation propane permet d’économiser des milliers de m3 d’eau qui auraient été nécessaires en utilisant la fracturation hydraulique. Mieux encore, d’après eCorp, le propane utilisé comme fluide de stimulation est récupéré et peut être réutilisé presque à l’infini, ce qui limite d’autant les volumes de gaz liquide utilisés. Enfin, l’utilisation du propane liquide permettrait également de réduire le temps de stimulation (entre 1/3 et 1/10ème) tout en améliorant le taux de récupération du gaz grâce à une meilleure pénétration du fluide dans les interstices.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Gaz de schiste : le propane, alternative à la fracturation hydraulique ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gaga42
Invité

Super! L’alibi pour se ruer sur les GDC est trouvé. Et bientôt, on aura ça: à la place de ça:

Tassin
Invité

On ne doit pas utiliser le gaz de schistes si on veut pas trop bousiller le climat. Il y a déjà trop d’hydrocarbures dans les champos actuellement en production. Technique avec ou sans produits chimiques, là n’est pas la question.

loranger
Invité

loin d’être spécialiste, si on peut injecter du propane, pourquoi pas du CO2 ? c’est presque la même température d’ébullition … un novice utopique qui bien entendu pense que la meilleur énergie, c’est celle qu’on a pas besoin d’utiliser car on est bien isolé, et qu’on utilise un transport collectif économe en énergie.

Jethan91
Invité

Accessoirement, la démonstration que les industries des énergies fossiles pourraient se montrer capables de détruire un peu moins l’environnement avec un peu plus de R&D et un peu moins de retour immédiat sur investissement. J’ai encore en mémoire les lettres déchirantes de sincérité adressées par les industriels du secteur au gouvernement et qui tiraient sur la corde sensible de l’autonomie énergétique et du gisement d’emplois potentiels pour justifier la fracture hydraulique …

climax1891
Invité

Avant de penser au gaz de schiste, regardons s’il n’y a pas quelques économies à faire! En 2007, en énergie primaire, l’Europe a utilisée 431,8 millions de TEP donc : – 137,4 millions de TEP pour produire 730 TWh d’électricité (soit un rendement de 45%). – 160,3 millions de TEP dans le secteur résidentiel-tertiaire – 92,5 millions de TEP dans l’industrie.

christophe1007
Invité

C’est là que réside le plus grand danger de l’exploitation du gaz naturel. Le gaz, soit disant “plus propre” que le charbon est bien pire à cause des fuites de méthane à tous les stades entre l’extraction, le transport et l’utilisation. Dans le cas des gaz de schiste les fuites, surtout au stade de l’extraction, sont bien pires. IL NE FAUT PAS TOUCHER AU METHANE PIéGé dans le schiste.

Sicetaitsimple
Invité

Il est en effet beaucoup plus simple d’importer du gaz soviétique, nigérian ou qatari, du charbon indonésien, Sud-Africain Colombien ou Américain, au moins la merde est chez les autres! C’est bien ça que vous vouliez dire?

Jms
Invité
la première photo de gaga42 est vraiment très parlante. Au dela des problèmes de pollutions, de coût, de traitement de la sécurité et de l’environement il y a une chose dont on ne parle jamais… se sont les failles que l’on voit très bien sur cette photo. Les failles qui apparaissent en surface mais aussi celle qu’on ne verra jamais dans le sous-sol et qui vont rayonner des nocivités dont on a pas idée. En tant que géobiologue, je peux vous dire que les failles ça fout un fameux bordelle sur tout le vivant. Je crains fort que toutes ces… Lire plus »
Propanous
Invité

On va pouvoir extraire ce GDS sans eau,ni produits chimiques. Il serait temps d’explorer (et si on en trouve suffisament d’exploiter) la Provence(notament la Drome et le haut Var),afin que la France devienne un super émirat GAZIER. Il faudra aussi faire s’écraser le lobby idéologique de la Bande à Duflot-Placé aprés avoir viré Flamby et son PS idiot, en 2017 bien sur (ou en 2022 au pire). La richesse(et prospérité) est à notre porte mais le nuisible lobby écolo-socialo devra d’abord être viré pour accéder à cette richesse et propspérité. Encore un peu de patience(5 ou 10 ans).

Nicias
Invité

Votre diatribe anti-socialo-écolo serait plus convaincante si ce n’était pas l’UMP qui avait voté en 2011 l’interdiction de la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste.

Bachoubouzouc
Invité

Quittes à consommer des énergies fossiles (ce qu’on est pas près d’arrêter), mieux vaut consommer du gaz que du charbon ou du pétrole. Quittes à consommer du gaz (même les écolos ne sont pas contre…), mieux vaut consommer du gaz qu’on n’importe pas à prix d’or. Par ailleurs, je doute que le gaz naturel extrait de Russie et transporté sur des milliers de km par pipeline fuie moins que le GDS. Bref, ces nouvelles sont intéressantes. Et j’espère que Total, GDF-Suez et EDF développent ou rachètent ce genre de technologies.

Sicetaitsimple
Invité

De quoi parlez-vous?

Propanous
Invité

Justement: Les UMP ont voté en 2011 l’interdiction de la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste, mais pas la stimulation propane mise au point,qui ne requiert ni eau, ni produits chimiques.

Propanous
Invité
Pour l’avenir,si on choisit (éventuellement) de casser la molécule de méthane pour obtenir de l’H2 (stocké) d’un coté(utilisé dans les piles à combustibles pour du suivi de charge d’EnRi et des usages nocturnes’sans vent)) et du carbone de l’autre pour produire des fibres de carbone et des plastiques et autres matériaux composites mais ne brulant pas ce carbone.Cela ne produira plus de rejet de CO2 dans l’atmosphère. Le crackage du CH4 pouvant être effectué avec l’énergie des EnRi ou du nucléaire . En résumé: Il faut extraire et exploiter ce GDS sans eau,ni produits chimiques.Notre pays doit utiliser cette chance… Lire plus »
Propanous
Invité

J’oubliais: Je ne suis pas UMP(ni pour ni contre). Je suis Pro éolien-solaire-gaz(toutes origines)-nucléaire-stockage d’énergie.

Sicetaitsimple
Invité

Si on choisit…. Ben voyons, yaka choisir….. Allons y, comment on fait CH4—> C+ 2H2 ?

Sicetaitsimple
Invité

Si on choisit…. Ben voyons, yaka choisir….. Allons y, comment on fait CH4—> C+ 2H2 ?

Propanous
Invité
Le crackage Thermo-catalytique à 600°C existe depuis longtemps mais ils le font en utilisnant du fossile pour chauffer(produisant du co2 donc pas bon si on ne veut plus de co2).D’où la possibilité d’utiliser l’électrisité issue des EnRi et du nucléaire pour ce crackage.Mais tout dépend de ce qu’on voudra faire politiquement dans le futur.Si on se fout du RCA(si c’est une fumisterie),alors pas de crackage du méthane.On brule le méthane comme d’habitude. Si le RCA n’était pas une fumisterie,Alors on utilisera le crackage thermo-catalytique.A condition que tout ceci se révèle économiquement rentable bien sur. Dans tous les cas,le Gaz non… Lire plus »
Jfk
Invité

Pour remplcer nos importations de gaz il n’y pas d’autres solutions durables et économiquement viable que le biogaz. Méthanisation des déchets comme nos voisins Anglais et biomasse comme les Allemands. Le potentiel est énorme et les retombées économiques considérables.

Herve
Invité
Cela dit, la “stimulation au propane” fracture la roche. On joue sur les mots! La différence est le remplacement de l’eau par du propane. Aux pressions utilisées les deux fluides sont liquides. Donc ils s’agit dans les deux cas de fracturation hydraulique. En fait, la fracturation à l’eau a un inconvenient majeur: il est difficile de ressortir l’eau, et l’eau qui ressort est polluée par les adjuvents de fracturation, des hydraucarbures et les minéraux qu’elle aura dissout lors de son passage sous terre. Le gros interêt de la fracturation au propane, c’est de laisser la merde au fond du trou… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Est-ce que vous pouvez nous le préciser? Avec bien sûr les hypothèses qui vont avec ( surface utilisée, cultures utilisés, ,…)

Bruno lalouette
Invité
Biogaz = Potentiel équivalnt à 30% des carburants consommés. Mais il y a aussi les jachères et les sols pauvres où il faut mettre de la luzerne. Très bonne luzerne, pas d’eau, pas de produits chimiques, elle abrite beaucoup d’espèces, les abeilles adorent, et elle peut aussi nourrir les vaches… Bon ça ne fait pas tout le gaz consommé, mais nous avons le gaz russe, 140 millions de consommateurs qui aiment nos vins et spiritueux, ainsi que nos produits de luxe… Mais surtout nous consommons 33400 milliards de m3 d’eau par an, dont les 2/3 par les agriculteurs, cette eau… Lire plus »
Propanous
Invité
Ce qui compte d’abord,c’est de faire l’inventaire de la ressource GDS en France,en utilisant la stimulation propane mise au point,qui ne requiert ni eau, ni produits chimiques.Mais pour cela: Il faudra aussi(comme je le dis plus haut) faire s’écraser le lobby idéologique de la Bande à Duflot-Placé aprés avoir viré Flamby et son PS idiot, en 2017 bien sur (ou en 2022 au pire). Car il veulent interdire la simple possibilité de faire cette inventaire avec une loi scélérate proposé à la fin de l’année 2012(voir l’article d’énerzine du 12/12/2012).Le premier article de cette loi vise à interdire l’exploration et… Lire plus »
Propanous
Invité

Mon lien semble mal fonctionner.il s’agit d’1 article enerzine du 12/12/2012,rubrique Gaz(servez vous au besoin du “moteur de recherche d’ enerzine”),sur une loi scélérate anti hydrocarbure non conventionnel.

Sicetaitsimple
Invité

On vous remercie par avance de nous citer vos sources sur le biogaz qui aurait un potentiel de 30% des carburants consommés, ainsi que la surface que ça représenterait. La luzerne très bien, mais je vous ai déjà répondu, c’est 5 fois moins méthanogène à l’hectare que le maïs. Quant à l’eau turbinée plusieurs fois sur son parcours qui supprimerait la consommation de gaz, alors là elle est fameuse. .. Vous avez bien lu ça quelque part?

Hellohello
Invité

Bonjour Propanous, tu parles de materiaux composites. Peut on en produire avec du GDS comme substituant aux PP? Merci, A

Hellohello
Invité

Bonjour Propanous, tu parles de materiaux composites. Peut on en produire avec du GDS comme substituant aux PP? Merci, A

Hellohello
Invité

Bonjour Propanous, tu parles de materiaux composites. Peut on en produire avec du GDS comme substituant aux PP? Merci, A

Propanous
Invité

Oui,on peut en produire avec du GDS comme substituant aux PP,mais pour l’instant c’est plus cher.Dans le futur,ça deviendra rentable.

etehiver
Invité
Lobbying qui dissimule Exemple flagrant de lobbying puissant efficace qui dissimule, ment et manipule, comme pour le tabac !! Il écrit “stimulation au propane” avec parfois ininflammable en plus mais jamais le mot Fluor mis dedans qui est dangereux et donc caché systématiquement au public, pour le tromper !! . La vidéo écrit et dit : “Aucun additif chimique” alors que ce propane fluoré est très chimique à produire, avec la chimie du fluor, fait en Chine (voir Alibaba pour en acheter pas cher 1 à 100€ le litre 1000 fois plus cher que l’eau potable ) au mépris des… Lire plus »
wpDiscuz