Gaz Schiste : le Maire de Melun réclame de la prudence

Gérard Millet, l’actuel Maire de Melun, mais aussi ancien député, expose sa position vis-à-vis de l’exploitation du Gaz de Schiste. Il y réclame notamment de la prudence et de la transparence à l’issu du moratoire qui prendra fin en juin 2011.

"Depuis quelques semaines maintenant les esprits s’échauffent autour de la question de l’exploitation en France du Gaz de schiste. Entre l’extrémisme de certains écologistes et l’irresponsabilité de ceux qui méprisent la question écologiste lorsqu’il s’agit de piller les ressources naturelles je crois qu’il existe une position raisonnable" estime t’il.

"Le gaz de schiste est un gaz naturel dont la particularité est d’être disséminé dans les micro-poches d’un millefeuille de schiste à plus de 2000 mètres de profondeur. Jusqu’ici il était trop couteux de l’exploiter mais la raréfaction des énergies fossiles a conduit à en faire une énergie rentable. Ce qui a mon sens va à l’envers du cours de l’histoire où l’épuisement des ressources polluantes doit nous amener à investir dans les énergies renouvelables et non à forer les sols au mépris des équilibres naturels."

La Seine-et-Marne est particulièrement concernée par l’exploitation du gaz et de l’huile de schiste puisqu’aux alentours de Doue, dans le nord du département, un permis de prospection de 830 km² a été accordé. De la même manière des tests de fracturation hydraulique ont eu lieu sur la concession de Champotran sur le territoire de la commune de Vaudoy-en-Brie et d’autres sont prévu à Donnemarie-Dontilly. C’est derniers, qui devaient intervenir en février, sont au moins repoussés jusqu’à la publication du moratoire en juin.

En effet, comme le montre la carte ci dessous, la région parisienne et plus particulièrement le département 77 (Seine et marne) reste exposée à l’exploration des gaz de schiste.

Gaz Schiste : le Maire de Melun réclame de la prudence

Le Maire de Melun rejoint la décision du gouvernement de suspendre les projets de prospection et d’exploitation sur le territoire national.

La technique d’exploitation du gaz de schiste, par fracturation hydraulique, demande l’utilisation massive d’explosifs, de litres d’eau par millions et de centaines de produits chimiques dont la dangerosité est désormais mise en lumière.

"Nous n’avons pas en France suffisant de recul pour estimer le coût environnemental de cette exploitation mais une étude américaine pointe déjà les risques cancérigènes des substances utilisées qui s’infiltrent dans les nappes phréatiques alimentant les habitants en eau potable."

"Il me semble ainsi parfaitement sage que la ministre de l’Ecologie demande une mission d’expertise des risques potentiels au Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) et au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD). De la même manière la prudence de François Fillon, qui a prolongé et élargi le moratoire en suspendant les travaux et recherches jusqu’à la mi-juin, est le signe d’une sensibilité réelle à ces questions."

Mr Millet exprime une certaine inquiétude à ce sujet et "souhaite, au même titre que nombre d’élus locaux, que les rapports qui seront remis en juin fassent la lumière sur les risques réellement encourus et que l’impact sur l’écosystème soit mesuré."

Il juge même que "les quantités d’eau nécessaires à l’exploitation du gaz de schiste" sont "parfaitement indécentes alors même que la Seine-et-Marne connait un niveau de ses nappes phréatiques extrêmement bas." Et conclut de la même façon : "la menace de sécheresse qui pèse sur certains éleveurs et agriculteurs, déjà en proie à d’autres difficultés structurelles, rend inacceptable un gâchis qu’il nous faut combattre à chaque instant."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Gaz Schiste : le Maire de Melun réclame de la prudence"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Marjolaine
Invité

Entre l’agriculture et les déchets ménagers et assimilés  la France, pourtant pionnière dans les procédés techniques de méthanisation est loin d’arriver au niveau allemand. Dit autrement, nous n’avons rien de fait sur le domaine. Et pourtant, le biogaz est une énergie renouvelable inépuisable. Mieux que l’incinération seule (élimination du déchet sans valorisation énergétique), la méthanisation peut associer les petites communes et les agriculteurs pour des projets de territoires. Qu’est-ce qu’on attend au lieu de lorgner sur le gaz de schiste ?

yp
Invité

à notre époque? Malgré l’argent? la pression? et est encore capable d’entendre la voix du bons sens? Merci M.Millet.

Fred 13
Invité
Les récents évenements d’afrique du nord ont démontrés que un moment les gens décident de dire “non “Il faut du courage , de la persévérence et il  y a aussi un prix à payer… Que pouvez vous faire concernant les gaz de schistes ? tout seul , rien! Par contre vous pouvez écrire à votre député, qui en bon politique et soucieux de sa réelection se fait trés attentif de son électorat sur certains sujets.Pour cela il faut également que vous soyez suffisament nombreux à lui écrire si vous souhaitez qu’il vous accorde la moindre attention. Vous pouvez également en… Lire plus »
Smice
Invité

combien de catastrophe faudra-t-il pour que l’on prenne le temps de réfléchir? Le bon sens l’emportera-t-il ? Il faut écouter avant de foncer vers quel profit, parce que les producteurs n’ont pas d’engagement pour la remise en l’état des dégâts causés. Le beau principe du pollueur payeur n’est pas appliqué dans la plupart des cas.

De passage
Invité
Ah la vie est dure en ce moment pour les écolo-anti-tout. Mais ils jubilent car on parle d’eux, c’est ça l’important! Je salue l’attitude raisonnée de G.Millet et de Marjolaine. le bio gaz est mieux contrôlable et la matière première sous la main. La porte “gaz de roche” ne devant pas être fermée, commençons par regarder les ordres de grandeurs en eau et produit chiliques supposés dangereux: Eau de fracturation: Parler en millions de litres est insidieusement tandancieux: pourquoi ne pas parler de la même quantité en grammes (des milliards.., ça fera encore plus monstrueux). La réalité en unités honnêtes… Lire plus »
De passage
Invité
Ah la vie est dure en ce moment pour les écolo-anti-tout. Mais ils jubilent car on parle d’eux, c’est ça l’important! Je salue l’attitude raisonnée de G.Millet et de Marjolaine. le bio gaz est mieux contrôlable et la matière première sous la main. La porte “gaz de roche” ne devant pas être fermée, commençons par regarder les ordres de grandeurs en eau et produit chiliques supposés dangereux: Eau de fracturation: Parler en millions de litres est insidieusement tandancieux: pourquoi ne pas parler de la même quantité en grammes (des milliards.., ça fera encore plus monstrueux). La réalité en unités honnêtes… Lire plus »
Reivilo
Invité

Le premier risque des gaz de schistes c’est le surplus de gaz à effet de serre qu’ils vont produire si on les extrait et qu’on les brûle. Quelle cohérence dans le fait de financer des mesures de réduction des émissions et en même temps de financer la recherche de nouveaux gisements de carburants fossiles ?

Heptan
Invité

Si ça peut te faire plaisir, on peut te parler en tonnes de produits toxiques ! 0.5% (estimation trés basse) de produit chimique dans 10 000 m3 d’eau = 50 tonnes de polluants divers infiltrés “on ne sait-où”. ça vous parle un peu mieux? Vous multipliez par 1000 fracturation, cela fait 50 000 tonnes ! On peut aussi parler de cancers et de nappes phréatiques polluées, c’est comme vous voulez. De toute façon, vous n’êtes pas objectif: depuis 2 semaines, le net est envahi de trolls de votre acabit… Les mêmes trolls qui rédigent des rapports pipeau.

wpDiscuz