GDF Suez, leader de l’éolien en France avec 1.000 MW

Avec l’inauguration mercredi du parc éolien (12 MW) de la CNR à Guerville, en Seine-Maritime (76), GDF Suez vient de franchir le barre des 1.000 MW éoliens en exploitation dans l’hexagone confortant ainsi sa position de leader de l’éolien.

Le Groupe a maintenant pour ambition d’atteindre non seulement 2.000 MW dans l’éolien terrestre en France d’ici 2016, mais aussi de contribuer au développement de l’éolien en mer et de faire émerger une filière industrielle française.

« Le franchissement des 1 000 MW éoliens terrestres en France témoigne de l’engagement et de l’ambition de GDF SUEZ dans les énergies renouvelables, et de sa volonté de développer des projets énergétiques, économiques et environnementaux au cœur des territoires. GDF Suez nourrit à ce titre de grandes ambitions en Haute-Normandie, une région où le Groupe est déjà fortement présent » a déclaré Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, à l’occasion de cette inauguration.

En France, GDF Suez devient le leader de l’éolien et le deuxième électricien.

Avec plus de 1 000 MW installés et 16 % de parts de marché, GDF Suez devient le premier producteur éolien en France. Pour se faire, il s’appuie sur des filiales spécialisées dans l’éolien, implantées sur tout le territoire national : La Compagnie du Vent, CN’Air, Eole Generation, Erelia, Maïa Eolis et Maïa EolMer. Par ailleurs, avec une capacité installée de plus de 8 000 MW dont près de 60% de sources d’énergie renouvelables, GDF Suez devient le deuxième producteur d’électricité en France, derrière EDF.

GDF Suez devient le leader de l'éolien en France

Récemment, le Groupe énergétique s’est associé à Vinci pour créer un consortium et répondre à l’appel d’offres lancé par le gouvernement français, qui prévoit l’implantation en mer de 3 000 MW éoliens d’ici 2015. Ce consortium travaillera avec deux partenaires industriels, qui fourniront des éoliennes offshore sur des zones spécifiques. Il s’agit d’Areva sur les zones de Dieppe-Le Tréport (Seine-Maritime, Somme), Courseulles-sur-Mer (Calvados) et Fécamp (Seine-Maritime) ; Et de Siemens sur la zone de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor).

La Haute-Normandie une région stratégique

En effet, après avoir investi plus de 130 millions d’euros en 4 ans, GDF Suez est présent en Haute-Normandie dans l’ensemble de ses métiers (énergie, services et environnement), notamment au travers de ses filiales Axima Seitha, Cofely, Endel, Ineo, Lyonnaise des Eaux, Novergie, GrDF, GRTgaz, Savelys et Sita.

GDF Suez mène également d’importants projets éoliens en mer depuis plusieurs années dans cette région. A travers sa filiale La Compagnie du Vent, le Groupe développe depuis 2005 le projet de parc éolien en mer des Deux Côtes, situé dans la zone de Dieppe-Le Tréport. Ce projet porte sur l’implantation de 140 éoliennes pour une puissance totale de 700 MW, et permettrait d’approvisionner 900.000 personnes en électricité. Maïa EolMer poursuit quant à elle des études sur la zone de Fécamp.

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "GDF Suez, leader de l’éolien en France avec 1.000 MW"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Gil
Invité

Bravo pour les 1000MW installé, car cela correspond à la puissance d’un réacteur nucléaire, sauf que le rendement de l’éolien ne dépassant pas les 25% de la puissance installée il faut multiplier par 4 le nombre d’éoliennes pour avoir la puissance d’une tranche nucléaire. Les adversaires de l’éolien ont encore de beaux jours devant eux.

Blabla
Invité

enfin un argument nouveau et intéressant comparant l’éolien et le nucléaire, MERCI Gil ! Commentaire éculé s’il en est, 1000 fois discuté en long en large et en travers. Merci de relancer une fois encore ce débat vide et dénué de sens et d’intérêt, Eolien vs. Nucléaire.

Reivilo
Invité
En effet, de surcroit il y a confusion entre rendement et taux de charge. Si on veut vraiment parler de rendement, une tranche nucléaire a un rendement de 35% maximum (65% de l’énergie primaire est perdue), pour une éolienne la “perte” est de l’ordre de quelques pourcents et l’énergie de base, le vent, est gratuite et inépuisable. Si on parle de taux de charge il n’est pas de 100% loin de là pour le nucléaire, mais plutôt aux alentours de 75% en France. Il y a pire, c’est du 0% à Fukushima-Daïchi et dans les 2/3 des centrales japonaises depuis… Lire plus »
Effipower
Invité

Pourquoi faut il encore opposer 2 sources d’énergie ? Le débat en France ne pourra évoluer que quand nous comprendrons tous ensemble que l’enjeu est un mix énergétique équilibré. Aujourd’hui il ne l’est pas. Il ne s’agit pas de remplacer A par B mais de composer. Une seule source d’énergie primaire pour plus de 70 % de notre électicité est une aberration. Sortons de cette emprise le plus vite possible et REEQUILIBRONS

Steph
Invité

Bien sur que les energies renouvelables ont vocation a remplacer le nuke, il n’y a que quelques blablateur dont lambition est de noyer le poisson pour le nier. Ca deviendra une evidence non plus seulement ethique mais economique lorsque le scandale du demantellement eclatera au grand jour.

[ylt]
Invité

@reivilo Si l’on veut partir de l’énergie de base qui est le vent, on a la limite théorique de Betz qui place la récupération d’énergie possible à 59%, qu’il faut donc minorer selon les caractéristiques aérodynamiques de la machine, puis minorer en fonction du rendement des différents composants de la chaine (génératrice, régulateur, redresseur/onduleur – au moins sur le petit éolien, je ne maitrise pas bien le fonctionnement des grosses machines)… On sera donc dans tous les cas inférieurs à 50%. Pour donner une comparaison de taux de charge, il est à 20-25% pour l’éolien. Cordialement,

Reivilo
Invité
La notion de rendement est peu pertinente pour l’éolien car le vent qui passe à travers le rotor n’est pas facturé et il n’y en a pas moins le lendemain malgré les kWh produits. Pour une centrale thermique utilisant une énergie de stock, fossile ou fissile le rendement est par contre essentiel. Gaspiller les 2/3 d’une ressource limitée ; uranium, charbon, gaz ou pétrole pour produire de l’électricité, qui plus est en polluant, est simplement scandaleux et désastreux pour les générations qui nous suivront. Il faudrait des millions d’années pour réconstituer ces stocks. Par contre laisser passer 50% de l’énegie… Lire plus »
Gil
Invité

Je rigole je rigole!!! , mais rendez vous dans dix ans vos salades d’aujourd’hui n’aurons plus beaucoup de sens. Les besoins énergétiques de la planète grandissent bien plus vite que les capacités de production du solaire et de l’éolien réunis. Les concurrents asiatiques de ce qui était “Areva” l’ont bien compris eux!

Gil
Invité

Je rigole je rigole!!! , mais rendez vous dans dix ans vos salades d’aujourd’hui n’aurons plus beaucoup de sens. Les besoins énergétiques de la planète grandissent bien plus vite que les capacités de production du solaire et de l’éolien réunis. Les concurrents asiatiques de ce qui était “Areva” l’ont bien compris eux!

Asta
Invité
D’accord sur votre notion de flux opposés aux stocks, mais ce n’est pas pour ça que la notion de rendement est adaptée à l’un et pas à l’autre. Autant faire marcher des centrales au gaz ou au charbon (de base ou marginalement) pour alimenter des convecteurs électriques est absurde avec 2/3 de perte d’énergie dans le process, puisqu’il vaudrait mieux dans ce cas les brûler chez soi dans la chaudière, autant le seul moyen de récupération de l’énergie fissile est dans des centrales nucléaires qui fournissent de l’électricité, avec nécessairement des pertes du cycle thermodynamique difficilement valorisables par cogé vu… Lire plus »
Nature
Invité

Le schéma éolien régional Rhône-Alpes vient d’être défini le 7 nov.2011. 92 % des communes sont déclarées éligibles en zone ZDE ! Toutes les recommandations: Zico, Natura 2000, Paysages répertoriés dans l’Atlas régional, sont écartées sans examen. Où est le respect dû au cadre de vie , dont les promoteurs de cette industrie se font les chantres ? Parler d’impérialisme serait plus juste.

Tonys
Invité

Le marché de l’uranium est extrêmement captif (production d’électricité, un chouia de propulsion nucléaire maritime et d’armement balistique). Parler de rendement n’est donc pas vraiment significatif (dans l’optique de le comparer à celui d’un autre type de production d’électricité). Il est en revanche beaucoup plus pertinent de réserver le pétrole à l’automobile. Il n’y a pas d’autre alternative aussi performante (autonomie, prix) pour la propulsion automobile.

Dan1
Invité

Pour une éolienne le rendement calculé entre l’énergie cinétique du vent qui embrasse le rotor et l’électricité qui sort de l’alternateur est d’environ 25% sur une grosse éolienne : Maintenant le taux est une autre affaire car 25% ou pas, il faut qu’il y ait du vent… régulier si possible.

Bachoubouzouc
Invité

Tout est dit dans le titre. Félicitations à GDF Suez.

Ecoenergei
Invité
Comment peut on parler d’énergies intermittentes sans mentionner les problèmes liés au stockage. Quand il y a un anticyclone sur l’Europe voyez les resultats des mesures……Les eoliennes de forte puissance sont des machines extrêmemnt perfectionnées qui ont des rendements electriques souvent superieurs à 96%. L’énergie éoilienne est apres l’hydraulique (merci au service public qui a developpe l’hydraulique francaise pendant les trentes glorieuses) l’energie renouvelable qui offre le plus de possibilités. Elle pourrait apporter une contribution a l’equilibre energetique sans CO2 si on developpait en même temps le stockage correspondant mais c’est oublié Pourquoi ? Sans stockage l’appoint se fait et… Lire plus »
max76
Invité

Aujourd’hui mardi 10/01/2012 à 13h production national de l’ensemble du parc éolien=479 MW, même pas la moitié du parc français de GDF-suez et presque la moitié d’un et un seul réacteur type Fessenheim. Pour rappel le parc éolien est de 6500 MW environ. On oublie souvent de nous sortir ces chiffres ont nous parle que des records de production lors de tempête. Voilà la réalité

max76
Invité

Interview à écouter absolument face à se mensonge d’état car c’est si rare d’entendre cela vue à qule point l’éolien est subventionné par nos média à longueur de temps sur nos antenne en plus de l’état. Qui va oser critiquer l’éolien de nos jours ? Bon courage et place aux communicuants. … aires.html

wpDiscuz