GDF vise les 10% de sa production à partir d’ENR

Gaz de France et Maïa Sonnier ont signé, mercredi, un protocole d’accord portant sur la prise d’une participation par Gaz de France dans la société Maïa Eolis, en charge d’assurer dorénavant le développement des deux groupes dans l’énergie éolienne. Cet accord reste soumis à l’approbation du conseil d’administration de Gaz de France.

Maïa Eolis assurera le développement, la maîtrise d’œuvre de construction et l’exploitation de parcs éoliens. Elle se donne l’ambition de détenir, à l’horizon 2012, 1 000 MW de capacité installée en énergie éolienne en Europe, dont environ 50 % en France.

Cette société commune, détenue à 49 % par Gaz de France et à 51 % par Maïa Sonnier, sera opérationnelle à la fin 2006, sous réserve d’obtention des autorisations nécessaires. Maïa Sonnier est une entreprise lyonnaise dont l’activité historique est l’ingénierie et la construction d’ouvrage technique et qui se positionne tout particulièrement sur les ouvrages d’art. Elle a développé depuis 2001 une filière Energies Nouvelles qui détient et exploite à ce jour quatre parcs éoliens représentant une puissance installée globale de 48 MW. Par ailleurs, elle développe plusieurs projets en France à hauteur de 550 MW.

Ce partenariat s’inscrit dans la stratégie de développement de Gaz de France dans les ENR. Il vise à répondre à l’objectif de détenir, à l’horizon de 2012, des centrales de production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelable totalisant 10 % de la capacité électrique du Groupe en Europe, en privilégiant le développement dans l’éolien terrestre.

En 2012, la production des parcs éoliens européens de Maïa Eolis devrait être de l’ordre de 2,3 TWh. Cette production, qui représente l’équivalent de la consommation d’électricité annuelle d’environ 300 000 foyers, devrait permettre d’éviter l’émission dans l’atmosphère de près de 2 millions de tonnes de CO2 par an.

Après l’accord portant sur l’achat de production du parc d’éoliennes d’Earlsburn en Ecosse, ce partenariat marque une nouvelle étape importante dans la mise en œuvre de la politique de développement durable de Gaz de France. Celle-ci vise à réduire les émissions de gaz à effets de serre et à développer l’usage des énergies renouvelables permettant de lutter contre le réchauffement climatique.

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz