Géothermie profonde : 1ère mondiale pour la centrale de Rittershoffen

Prévue pour une mise en service dans 3 ans, la centrale de Rittershoffen constitue une première mondiale dans l’application de la géothermie profonde à l’alimentation en chaleur d’un process industriel.

Le forage du premier puits d’exploration inauguré le 29 octobre 2012 demeure l’étape technique majeure qui doit révéler le potentiel géothermal du site et ainsi permettre d’engager les prochaines étapes du projet dont le second forage.

Le projet ÉCOGI à Rittershoffen vise à extraire la chaleur du fluide géothermal qui circule dans un réseau faillé à plus de 2.500 m de profondeur pour alimenter, après transport dans une boucle d’eau douce surchauffée, directement les process industriels de l’usine Roquette Frères à Beinheim. A cette profondeur, les géologues s’attendent à trouver une eau approchant les 200 degrés, dans une roche naturellement fracturée. Par ailleurs, la mesure d’un débit à 230 m3/h devrait valider le projet.

Avec une puissance cible estimée à 24 MWth, et le renfort d’une chaudière biomasse, la chaleur géothermique permettra à l’usine Roquette de Beinheim de passer de 100% énergie fossile (gaz) à un mix énergétique à 75% d’énergies renouvelables (EnR) (50% d’origine biomasse, 25% d’origine géothermale). Le projet ÉCOGI permet directement la substitution de 16.000 TEP/an et une réduction des émissions de CO2 de 39.000 t/an.

Initié à l’été 2011 par les sondages de reconnaissance et poursuivi en ce début d’année par l’aménagement de la plateforme de forage sur plus de 2 hectares, le chantier ÉCOGI connaît aujourd’hui une étape majeure avec le forage du premier puits d’exploration.

Un chantier d’exception

Ce chantier reste en effet exceptionnel tant par la mobilisation des moyens techniques (rig de forage avec son mât de 45 m de haut, laboratoires d’analyse géologique et géochimique, production électrique autonome, communications satellitaires) qu’humains (plus de 45 personnes mobilisées réparties en 2 ou 3 postes pour les travaux de forage 24h/24, 7j/7). Avec des enregistrements de tous les paramètres (profondeur, vitesse de l’outil de forage, pression des boues, analyse des gaz…) plusieurs fois par minute, l’ensemble des données sont collectées et analysées afin de piloter et guider le forage vers la ressource géothermale.

Géothermie profonde : 1ère mondiale pour la centrale de Rittershoffen

Ce premier forage doit permettre de vérifier le potentiel énergétique estimé lors des études préliminaires. La température et le débit du fluide géothermal, mesurés à la fin du forage prévue en novembre, seront déterminants pour la poursuite du projet. Si ceux-ci sont conformes aux attentes, un deuxième puits sera foré pour créer la boucle de production/réinjection de l’eau géothermale. La boucle géothermale fera elle aussi l’objet d’essais et tests de circulation pour valider l’exploitation industrielle de la ressource. Si cette phase est concluante, une centrale sera construite permettant de transférer la chaleur à une boucle d’eau douce surchauffée enterrée de 15 km reliant le site de Rittershoffen à l’usine Roquette à Beinheim. La mise en exploitation est prévue en 2015.

Échelonné sur plus de 3 ans, le projet industriel d’ÉCOGI a été labellisé par le pôle de compétitivité Énergivie qui fédère des acteurs alsaciens dans l’éco-efficacité énergétique et la géothermie. ÉCOGI est la première déclinaison industrielle française de l’expérience réussie de géothermie profonde du site pilote de Soultz-sous-Forêts qui a révélé et confirmé le potentiel géothermique local.

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) contribue au financement du projet à hauteur de 25 ME et à la garantie du risque géologique associé au chantier pour 4,2 ME. Elle utilise pour ce faire, le « Fonds Chaleur » spécialement créé pour appuyer les projets de développement des EnR. La Région Alsace complète le dispositif de couverture du risque géologique par une garantie maximale mobilisable de 2 ME.

Enfin, SAF Environnement, société auxiliaire de financement et filiale de la Caisse des Dépôts, apporte le socle de la couverture du risque géologique associé au chantier pour un montant mobilisable de 4,7 ME.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Géothermie profonde : 1ère mondiale pour la centrale de Rittershoffen"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Ambiel
Invité

C’est très bien mais chez nos voisins allemands ils en ont quelques dizaines en en cours ou réalisés, et jusqu’à 4000mètres de profondeur…

De passage
Invité

Pour le plaisir ou pour regretter que la France s’y mette aussi? Ambiel, pour une fois soyez un peu positif

Teredral
Invité

Pourvu qu’ils ne trouvent pas du gaz de schiste, car c’est bien connu, un forage profond avec injection d’eau est très écologique… s’il soit géothermique !

Ambiel
Invité

C’est vrai que c’est très bien qu’on le fasse ! Mais de là à le présentr comme une première mondiale… Dans cette commune et à cette profondeur précise c’est sans doute une “première mondiale” 🙂 Au passage, sur l’électrique, en Italie la plus grande centrale géothermique fait… 754MW et produit 8000 heures par an.

Nature
Invité

Initiative excellente,une énergie que l’on peut espérer éternelle et sans conséquences lourdes. On aura attendu longtemps pour s’inspirer de Chaudes-Aigues qui se chauffe avec son eau sortant à 83 ° depuis la nuit des temps.

yp
Invité
pour Teredral qui nous parle d’Hypocrisie: -le forage profond pour l’extraction de gaz de schiste ce n’est pas 1 forage, mais des centaines de forage, d’où une consomation en eau continue, sans comparaison avec ici où on ne fait que 2 puits et point. -l’eau utilisée ds l’exploitation du gaz de schiste est additionnée de détergents de lubrifiants et de biocides. cette eau toxique à plus d’un titre, injectée en millions de litre, n’est pas récupérée ni traitée et va s’infiltrer dans les nappes phréatiques qui nous alimentent en eau potable. -l’ouverture de centaines de puit provoque la fuite de… Lire plus »
Dan1
Invité

Voilà ce nous écrivions il n’y a pas si longtemps à propos du potentiel énergétique renouvelable de la géothermie en France : Voir notamment ce qu’écrivait Eloi. Ne nous leurrons donc pas, la géothermie profonde à haute température, c’est très bien dans certains endroits du globe… voire de France, mais ce n’est pas cela qui va remplacer le charbon ou autre filière énergétique concentrée demain.

Dan1
Invité

A Chelya. “Ce n’est pas de la géothermie à haute température puisqu’on ne dépasse pas les 200°C.” Ben il paraît que la limite “basse” des hautes températures c’est 150°C, alors 200°C c’est de la haute. C’est bêtement conventionnel.

Sicetaitsimple
Invité

malgré , d’une façon plus générale, le fait que la géothermie ne peut pas, comme rappelé par le lien de Dan1 sur un débat plus ancien, être considérée comme le Graal. Je note quand même d’après l’article: -que l’Ademe couvre 4,2M€ du risque géologique ( en gros que les résultats de forage ne soient pas à la hauteur des espérances) – la région Alsace couvre 2M€ – et une filiale de la Caisse des Dépots 4,7M€. Vachement risqué pour les développeurs! C’est de l’initiative privée avec parachute dorsal et ventral!

Sicetaitsimple
Invité

Si c’était vrai.. Mai aujourd’hui c’est surtout ( pour le PV au moins) un moyen de subventionner l’industrie chinoise … En parlant d’OMC, vous avez vu, les chinois attaquent sur les “bonus” à l’industrie europenne:

Ambiel
Invité
Subventionner l’industrie chinoise vous y allez un peu fort.. Uneinstallation solaire aujourd’hui c’est 1 à 1,2€ du watt dont 0,3 à 0,5 pour le module, et dans ce module la proportion de VA qui reste en chine varie entre à peine 10% (assemblage à 80/90%), sachant que dans la majorité des cas on est à peine à la moitié. D’ailleurs la Chine vient de porter plainte pour dumping contre l’UE à qui elle importe une grande partie de sa matière première pour le PV. Pour la maintenance et l’exploitation, la rémunération du financement (qui represente aujourd’hui plus que le prix… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je me suis mal exprimé, je vous l’accorde. On va plutôt dire les consommateurs européens et notamment no voisins ont payé très cher et vont continuer à payer très cher pendant 20 ans des tarifs d’achat qui ont permis en développant une demande au-delà du raisonnable à la Chine de devenir et de très loin le premier producteur de panneaux au monde, Chine qui maintenant tue les producteurs de panneaux européens qui auraient ( peut-être) un peu mieux résisté dans un marché à la croissance mieux régulée. C’est mieux comme ça?

Sicetaitsimple
Invité

Ca sent pas très bon pour Bosch. Ne croyez surtout pas que je m’en réjouisse.

Ambiel
Invité
Par bêtise on va permettre principalement à EDF de toucher des TRI monstre sur le premier GW de PV français qui est la cause de la bulle. C’est ce 1er GW qui aurait du être dégonflé à l’espagnole (taxe a posteriori) et le marché laissé ouvert mais en baissant les tarifs régulièrement sur toutes les tranches de puissance plutot que de faire un moratoire sur toutes les moyennes et grandes installations. Bref. Si les chinois s’amusent à nous subventionner les panneaux qu’ils nous bradent, tant mieux pour nous. De toute façon cette bataille de la production des panneaux est perdue… Lire plus »
Martin
Invité

Effectivement, d’ailleurs pour info la région parisienne est située sur une nappe géothermique qui permet de chauffer des milliers de logements et de nouveaux projets sont encore à l’étude. Potentiel par région sur ce site :

Martin
Invité

En fait c’est environ 100 000 équivalents logements qui sont chauffés à partir du “Dogger” avec une eau entre 55 et 80°.

Martin
Invité

… le potentiel identifié dans les années 70 n’est exploité qu’en partie. Pourquoi préférer construire à grands frais quelques ruineux zeupéhères pour faire bouillir de l’eau et et la transformer en électricité puis en chaleur en gaspillant les 2/3 plutôt que d’utiliser directement tout le potentiel de cette source d’eau chaude gratuite ? Mystère et GGP.

wpDiscuz