Gestion des déchets radioactifs (démantèlement) : 12 projets sélectionnés

Afin de renforcer la filière française de démantèlement des installations nucléaires, la Ministre de l’écologie et de l’environnement, Ségolène Royal a annoncé la sélection de 12 projets jugés innovants dans la gestion des déchets radioactifs.

La gestion des déchets radioactifs issus du démantèlement des installations nucléaires devient un enjeu majeur pour la France car la part de ces déchets va croître dans les années à venir (en 2030, 1 100 000 m3 de déchets de très faible activité seront produits selon l’édition 2015 de l’inventaire national de l’Andra). La réduction des volumes et plus globalement l’optimisation de leur gestion est donc une priorité.

C’est dans ce cadre qu’en 2014, un appel à projets a été lancé par l’ANDRA en coopération avec l’Agence nationale de la recherche (ANR) et avec le soutien du Programme d’investissements d’avenir, auprès du monde industriel, des PME françaises et de la communauté scientifique pour susciter des projets innovants et collaboratifs.

Sur les 29 projets soumis, 12 viennent d’être retenus. Le montant total de ces projets représente 40 millions d’euros ; ils seront financés à hauteur de 18 millions d’euros par le Programme d’investissements d’avenir et le reste par les partenaires industriels des projets.

Parmi les projets sélectionnés :

– le projet CAMRAD consistera à créer une caméra haute-résolution durcie (résistante aux radiations). Elle fournirait des images haute définition non altérées par les radiations et serait utilisable dans toutes les étapes du démantèlement et du stockage des déchets radioactifs. Il s’agit notamment de multiplier au minimum par 10 la résistance aux radiations par rapport aux caméras actuelles,

– le projet DCND développera un système permettant de contrôler la structure des bétons sans les détruire. En effet, le contrôle de l’intégrité des structures de béton et de la qualité des colis est essentiel pour la sûreté des installations (sites nucléaires ou centres de stockage). La méthode proposée combine des mesures d’ondes mécaniques, électromagnétiques et électriques, qui seraient effectuées à partir de la surface de l’objet en béton à ausculter,

– le projet MAUD utilisera des techniques empruntées à la recherche en biologie et en géologie pour créer un appareil d’autoradiographie en l’adaptant aux contraintes du démantèlement des installations nucléaires. Il permettrait, en temps réel, d’avoir une image de la radioactivité présente dans les déchets et de mesurer certains types de radioactivité qui le sont difficilement aujourd’hui.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

65 Commentaires sur "Gestion des déchets radioactifs (démantèlement) : 12 projets sélectionnés"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Verdarie
Invité

On voit pas très bien en quoi ces projets pourraient absorber les montagnes de déchets produits par l’industrie nucléaire ?

Dan1
Invité

Vious pourriez préciser en mètre cube la taille de la montagne ? Sinon c’est parole parole.

Dan1
Invité

Si vous avez un argument chiffré pour le crapaud, ne vous privez pas… écrivez-le !

Tech
Invité

le nuke qui reproche les subvention aux ENR les accepte volontier pour lui! qq Millions de Dollar! oui dans le nuke l’unité c’est le million ;o)

Dan1
Invité

“oui dans le nuke l’unité c’est le million” Euh là , je vous trouve vraiment petit avec vos millions. Non l’unité du nucléaire c’est le milliard par centaine ou par milliers : Tous se calcule en milliards, pas en millions. D’ailleurs, à propos du nucléaire, je ne parle quasiment jamais en millions.

Dan1
Invité

A Verdarie Toujours pas d’idée sur la taille de la montagne ?

Dan1
Invité

A Verdarie “On voit pas très bien en quoi ces projets pourraient absorber les montagnes de déchets produits par l’industrie nucléaire ?” C’était sérieux et argumenté ou juste un dénigrement gratuit au passage ? Parce qu’on attend la réponse sur la taillle de la montagne… à moins qu’elle n’accouche d’une souris !

Verdarie
Invité

Dan 1 Je ne répond pas aux questions que n’importe quel imbécile est capable de trouver sur le net. Ce qui m’intéresse c’est de démonter la façon dont certains industriels ou certaines parties prenantes cherchent à dissimuler, transformer,tromper. En faisant croire comme dans cet article, qu’on va réduire les stocks de déchets radioactifs, parce qu’on développe quelques projets, qui ne vont consommer que quelques miligrammes voir moins de ce poison persistant.

Dan1
Invité
Le problème n’est pas de savoir si on trouve la réponse sur le net car d’ailleurs elle figure en partie déjà dans l’article. Le problème est que vous attaquez dans le sensationnel en oparlant de montagne de déchet pour une industrie qui, corrélativement à la production massive d’électricité (12 000 milliards de kWh déjà produits) en génère très peu. Qualifier de montagne une production totale confinée et maîtrisée de l’ordre du million de mètre cube pour trente ans d’activité, me paraît être déplacé. Mais il faut considérer que là il s’agit de déchet de Très Faible Activité dont la définition… Lire plus »
Verdarie
Invité
Dan1 Elles génèrent très peu de déchets, mais qui sont hautement toxiques ! Et pour les cacher on fabrique un énorme trou, comme ça on pourra en mettre autant qu’on en veut sans rien dire à personne ? Pourquoi l’industrie que vous défendez, qui est si fière de sa technique ne demande t’elle pas à ses salariés et de ses adorateurs de prendre une partie des déchets pour les enterrer dans leurs jardins ? Puisqu’il y en a si peu et qu’ils sont si peu dangereux ? Ce sont ces raisons qui me font préférer aujourd’hui le développement des renouvelables… Lire plus »
Dan1
Invité

Mouais, sans rien dire à personne alors que tout est comptabilisé et publié. Oui les TFA sont très peu dangereux et certains pays ne les considèrent pas comme des déchets nucléaires… sauf la France. Mais je considère que c’est uniquement ceux là qui sont très peu dangereux. N’essayer donc poas de travestir mes écrit par manque d’arguments. La montagne a accouché d’une souris.

Verdarie
Invité

Mettre en avant l’ENORME production énergétique (12 000 milliards de kwh déjà produits ) en oubliant de préciser la quantités de déchets émis pour cette production(chacun peu lire dans cet exemple que l’utilisation des chiffres sert que dans un sens ? Pourquoi ? S’il n’y a rien à chacher ?) et dont l’humanité devra se protéger pendant des millions d’années c’est du même accabit que l’enfumage de WW

Dan1
Invité

Au lieu de pérorer sur l’enfumage, donnez plutôt les chiffres de cette prétendue montagne de déchets. Soyez factuel, sinon ça ne vaut rien. Alors combien de m3 cette montagne ?

Verdarie
Invité

OUI C’EST DE L’ENFUMAGE ! Car lorsque vous publiez des chiffres , il faut les donner tous sinon il vaut mieux ne rien dire. Les bons chiffres comme les moins bons.Or vous publiez ceux qui vous arrangent, ceux qui sont tendentieux mais vous vous gardez bien de donner les autres. C’est à dire ceux qui seraient aussitôt contestés. Ceux que vous attendez que je vous disent pour pouvoir dire le contraire . Mais vous n’aurez pas ce plaisir ! Pourquoi ne les publiez-vous pas puisque vous semblez vouloir dire que je ne les connais pas ?

Sicetaitsimple
Invité

Peut-etre que vous pourriez avoir quelques informations de première main si vous acceptiez de vous déplacer sur Toulouse?

Dan1
Invité

“Les paroles s’envolent, les écris restent” Pour sûr… Et les chiffres des déchets restent aussi car je les ai déjà tous donnés sur Enerzine et pas qu’une fois… contrairement à vous qui ne donnez rien ! Alors la montagne elle accouche ?

Dan1
Invité

Je pense que même en me déplaçant dans le ville rose, je n’apprendrai pas grand chose à propos des déchets nucléaires et des déchets radioactifs. En revanche, ce pourrait être une révélation à propos des systèmes de stockage de masse de l’électricité !

Sicetaitsimple
Invité

Vous ne pensez pas que ce serait un bonne occasion de vous régaler d’un bon cassoulet plutôt que de taper sur Google “andra inventaire 2015”, certes sans avoir à signer un accord de confidentialité?

lr83
Invité
En faisant abstraction des quantités, en être réduit à faire un trou pour y planquer des déchets (et espérer qu’ils n’en ressortent pas sous une forme ou une autre), je trouve cela assez frustrant intellectuellement. D’un coté on nous vante là haute technicité de l’industrie nucléaire, rafinement ultime du savoir français, et de l’autre on voit dans quelle misère on est. Ceci étant, ces projets sont une excellente initiative (on rigole, ça vient du ministère de l’environnement !), car c’est un enjeu majeur pour notre pays. Si au moins on réussi à être les meilleurs dans le domaine du démantellement,… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Laisser ses déchets dans un trou est pourtant ce que fait l’industrie ENR, par exemple lorsqu’elle ne démantèle qu’à moitié les fondations des éoliennes en fin de vie… Environ 200t de béton qui restent dans le sol pour chaque éolienne. Quant à l’avance de nos voisins – j’imagine que vous voulez parler des allemands -, nous démantèlons déjà actuellement plus de réacteurs qu’eux, et dans des technologies plus variées (REP, UNGG, eau lourde, surgénération). Le seul domaine dans lequel ils nous battent, c’est le greenwashing : Ils émettent 15 fois plus de CO2 que nous pour produire à peu près… Lire plus »
Dan1
Invité
A lr83 C’est marrant de taper sans arrêt sur la France en matière de déchets nucléaires, alors que c’est le pays le plus rigoureux et le plus avancé en la matière. Par contre ça m’étonnerait beaucoup que vous veniez nous parler de la gestion des déchets nucléaires en Allemagne par exemple. Pourtant c’est urgent si elle veut démanteler rapidement. Le hic, c’est qu’elle n’a aucune solution pérenne à jour, ce qui l’oblige à entreposer ses déchets dans des conteneurs CASTOR. De plus en France on considère comme déchets nucléaires (qui ne sont d’ailleurs pas tous radioactifs), des déchets très faiblement… Lire plus »
Dan1
Invité
A Bachoubouzouc “Environ 200t de béton qui restent dans le sol pour chaque éolienne” Pour une éolienne de 2 à 3 MW, ce sera bien plus que 200 tonnes. Pour 2 MW, la fondation totale fait entre 250 et 400 m3 de béton hors virole + 30 à 50 tonnes d’acier de ferraillage. La fondation pèse donc 625 tonnes et 970 tonnes… pour 2 MW. Je pense donc que l’arasement se fera au niveau inférieure de la virole et que la totalité de la galette de béton armé restera dans le sol, c’est à dire entre 600 tonnes et 1500… Lire plus »
Dan1
Invité

Confiner quelques milliers ou dizaines de milliers de m3 de déchets nucléaire à 500 mètres sous terre ça effraie les vendeurs de peur, mais creuser des trous gigantesques (plusieurs kilomètres cube) en Allemagne jusqu’enb 2045, pour extraire du charbon sale… on en parle pas. C’est peut être ça l’écologie ?

dan1
Invité

Sinon, j’attends toujours la réponse de Verdarie ?

lr83
Invité
4 post en rafale de Dan1. Est-ce un record ? Quand je disais que vous bagaiez (dans un autre post), je suis pas loin de la vérité. Le socle des éoliennes comparé aux déchets nucléaires, fallait osé ! Il l’a fait !!! Entre un truc totalement inerte, qui peut resservir, qui peut rester en place des millions d’années sans créer la moindre gêne (j’hésiterais pas une seule seconde à construire ma maison dessus) et les résidus d’une centrale nuke ou il faut dépenser des milliards sans être totalement sûr qu’ils ne nous pourriront l’existence sur des milliers d’années … enfin… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Entre un truc totalement inerte, qui peut resservir, qui peut rester en place des millions d’années sans créer la moindre gêne” Donc quand vous nous disiez hier à 15h55 que vous trouviez “intellectuellement gênant” de planquer ses déchets dans un trou dans le sol, vous nous racontiez des conneries… Pour vous il y a les bons déchets planqués dans le sol et les mauvais déchets planqués dans le sol… Bref vous êtes un faux-cul qui change d’avis comme de chemise, en fonction des besoins.

Temb
Invité

Mauvaise foi… Il y en a qui ne polluent pas, ne risquent pas de prendre feu et ne sont pas radioactifs et d’autres….

Bachoubouzouc
Invité
Le bilan carbone de l’électricité nucléaire en France est autour de 6-8gCO2/kWh : Le bilan carbone de l’électricité photovoltaïque est autour de 40gCO2/kWh pour du PV produit en France, et autour de 120gCO2/kWh pour du PV produit en Chine (90% du marché mondial). Le CO2 est un des polluants principalement incriminés dans le réchauffement climatique, et est généralement accompagné d’autres polluants dangereux (CO, poussières, NOx, etc). Tous ces polluants sont rejettés dans l’atmosphère, notre poubelle principale. Ils sont la cause plus ou moins directes de maladies respiratoires, de catastrophes climatiques, bref de milliers de morts chaque année rien qu’en Europe.… Lire plus »
lr83
Invité

De nous deux, qui est le plus faux-cul quand on parle des déchets nucléaires ? Par de problème en 30 ans en France avec les déchets. Cette bonne blague, on en est tout juste au début de la gestion qu’il faudra gérer sur des milliers d’années. Encore heureux qu’il n’y ait pas eu d’accident ! Ceci étant, sauf erreur de ma part, il me semble que les Allemands ont tenté un stockage dans une mine de sel et qu’ils ont gravement merdés. Vous voyez, je n’encense pas toujours les Allemands !

Dan1
Invité
Vous remarquerez que la France n’a pas retenu les couches de sel comme stockage mais des ragiles extrèmement stables. Bien que nous soyons en avance sur les Allemands c’est moins urgents pour nous car on ne va sortir du nucléaire tout de suite. Par contre de l’autre côte du Rhin, il faudrait peut être se presser un peu si les Allemands veulent démanteler rapidement et proprement. Pour ce qui est des déchets HA-VL (ceux qui durent longtemps et qui chauffent beaucoup), je rappelle que le problème, c’est 5 000 m3 en 2040 après 80 ans d’exploitation de l’énergie nucléaire en… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

pour ceux qui voudraient y voir un peu plus clair, j’ai trouvé cette présentation relativement pédagogique: Le problème, (c’est la raison du titre “provocation”), c’est que c’est sur le site des retraités d’Areva! C’est bizarre , personnellement quand j’ai une question je préfère quand même m’adresser à des gens dont c’est le métier qu’au type que je croise dans la rue ou sur un forum…. Mais c’est certainement un défaut….

Dan1
Invité
Marci Sicetaitsimple pour ce lien que je ne connaissais pas. C’est clair et factuel. Et cela montre bien que la France est la plus rigoureuse (un peu trop ma semble-t-il) sur la classification des déchets, outre-Rhin ils sont nettement plus “laxistes” ou réalistes (ils n’ont pas les “écologistes” allemand sur le dos puisqu’ils viennent manifester en France contre Fessenheim ou Bure). La France est plus en avance que l’Allemagne qui n’a aucune solution de stokage pour les déchets HA-VL (les plus potentiellement dangereux). Mais l’Allemagne se lance dans le démantèlement sans solutions autre que l’entreposage de longue en CASTOR :… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Ce lien vers un ancien débat est (de mon point de vue) instructif au sens où il relativise ( par des photos de la réalité) un problème certes important, mais gérable. La photo que vous reproduisez , elle montre un type qui se promène quotidiennement à quelques mêtre d’éléments de combustible irradié. Il y en a d’autres (des photos)que chacun pourra consulter. Je concluais le fil en disant: “Allez, arretons de déconner…. Les quelques photos ci-dessus veulent simplement essayer de montrer à ceux qui ne connaissent pas que des “déchets” pourtant très “virulents” ( dans ce cas il s’agit de… Lire plus »
Dan1
Invité

Oui, je me rappelle et je venais de le relire. Mais je remets la photo parce que pour les antinucléaires français (ou supposés tels) il paraît que c’est le plus grand danger du monde, indépassable. Enfin ça doit être le plus grand danger qu’en France, parce qu’en Allemagne c’est dans un hangar avec un type qui marche tranquillement à côté de l’enfer sur terre. D’ailleurs à propos de l’enfer, on peut aussi marcher dessus : Mais attention, là c’est extrèmement dangereux… parce que c’est en France !

Sicetaitsimple
Invité

Les deux sites de l’Andra dans l’Aube, c’est 95ha pour l’un et 48ha pour l’autre, pour environ 60ans d’exploitation avant d’avoir à en rouvrir d’autres. Ca fait environ la surface deux fermes PV de respectivement 50MWc et 25MWc avec un design “classique”. Cerise sur le gateau, au bout de 60 ans, on peut installer une ferme PV dessus! Bon, dans l’Aube c’est pas forcément terrible en productible , mais dans 60 ans avec les progrès why not!

lr83
Invité

Incroyable, heureusement que les Allemands sont là pour déverser votre bile ! En tout cas, si on me demandait mon avis, je préfèrerais nettement le stockage en surface dans des fûts qu’on peut facilement surveiller plutôt que l’enfouissement dans un trou. En plus, ça doit coûter moins cher.

Bachoubouzouc
Invité

“En tout cas, si on me demandait mon avis, je préfèrerais nettement le stockage en surface dans des fûts qu’on peut facilement surveiller plutôt que l’enfouissement dans un trou.” Si vous n’avez pas de problème avec les déchets en surface, alors quel est votre problème avec les centrales nucléaires ? C’est littéralement pareil, sauf que dans une centrale les matières radioactives servent à quelque chose… Ou alors c’est une tactique réthorique ? Empêcher la construction de Cigeo, et après vous plaindre qu’il faudra surveiller et protéger ces CASTOR pendant des millions d’années et que ça va coûter une fortune ?

Dan1
Invité
A lr83 “Allemand bashing Incroyable, heureusement que les Allemands sont là pour déverser votre bile !” Ben non, c’est de la petite bière par rapport à ce que l’on entend à longueur de commentaire sur la France. mais vous n’aimez pas que l’on joue avec vos armes. Vis à vis de la gestion des déchets nucléaires en Allemagne, je suis factuel et j’informe sur des divergences importantes en matière de gestion et classification des déchets. “je préfèrerais nettement le stockage en surface dans des fûts qu’on peut facilement surveiller plutôt que l’enfouissement dans un trou” Bon ben alors, les déchets… Lire plus »
lr83
Invité
Les déchets seront toujours un problème. Et c’est pas en les poussant sous le tapis qu’ils disparaitront (ou dans un trou comme on veut le faire). Je dis juste que puisqu’il faudra gérer ces déchets pendant des centaines d’années, autant qu’ils restent en surface facile d’accès (à la mode Américaine si ça vous plait). C’est quand même plus facile à surveiller et à la moindre alerte, on peut intervenir rapidement. Encore une fois, cette histoire de Cigeo n’est qu’une nième mascarade des pro-nukes pour nous faire croire que tout va bien. La réthorique est la suivante : on met les… Lire plus »
Realisme55
Invité
De toute manière,si on les garde en surface,c’est quand même plus facile de les récupérer pour les transmuter plus tard dans des RNRs(réacteurs 4G de toutes sortes,dédiés à cet usage)afin d’en faire des déchets à vie courte,et de régler ainsi ce problème de gestion des déchets nucléaires à l’echelle de 100 à 150 ans.Même si l’électricité des RNRs s’avéraient plus cher dans 40 ans que les ENRs+stockage,les RNRs nous débarrasseront des déchets des siècles passés,même s’ils ne devaient plus servir qu’à ça,et que cela devait être financé par l’ensemble des nations nucléaires(par une contribution obligatoire de ces nations nucléaires) qui… Lire plus »
Dan1
Invité
Premier point : Si on accepte facilement de conserver en surface pendant des dizaines voire des centaines d’années des déchets HA-VL (l’indépassable !), c’est visiblement que ce n’est pas l’enfer que l’on veut nous faire croire et que l’on a confiance dans les conteneurs CASTOR ou autre DRY CASK. Alors pourquoi faire un pataquès sur les supposés problèmes de confinement à 500 mètres sous terre ?? On peut toujours envisager de transformer une proportion non négligeable des “déchets” en combustibles futurs (la France le fait déjà contrairement à d’autres pays). On peut aussi transmuter des Déchets HA-VL en d’autres déchets… Lire plus »
Dan1
Invité

Mais rappelons que les déchets nucléaires sont traitées dans le cadre de la filière qui les a produit (pollueur-payeur). Elles font comment les autres filières ??

Sicetaitsimple
Invité
“c’est quand même plus facile de les récupérer pour les transmuter plus tard dans des RNRs” Désolé, mais je ne suis pas d’accord. Dire “plus tard” en parlant de nucléaire c’est de mon point de vue le meilleur moyen de discréditer la filière . Celle ci doit assumer ses coûts et proposer des solutions, et j’ai déjà souvent écrit sur Enerzine que si en France on avait des doutes sur le niveau de provisionnement des coûts du démantèlement et des provisions pour le cycle du combustible, c’était maintenant et non plus tard qu’il fallait lever des taxes qui seraient minimes… Lire plus »
Realisme55
Invité
Les RNRs capables de devenir des incinérateurs de transuraniens,il y en a plusieurs types de technologies en préparation dans le monde.En France,c’est Astrid,ailleurs il y a le MSFR(sels fondus),l’Ads(piloté par accélérateur),et d’autres… S’il faut un jours se débarrasser des transuraniens HAVL dans le monde(à cause d’un accord politique mondial,dans 45 ans,100 ans ou 150 ans)ces technologies feront le travail.Quand au provisionnement ,s’il n’a pas été fait à temps(auparavant),intelligement,à travers le monde,cela se terminera probablement par une contribution obligatoire pour l’ensemble des nations nucléaires qui ont produits ces déchets dans le monde.D’où le fait qu’ils soient dans une situation de réversibilité… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

“Les RNRs capables de devenir des incinérateurs de transuraniens,il y en a plusieurs types de technologies en préparation dans le monde.” Oui, et en préparation depuis 50 ans en France, c’est ce que je vous dis au-dessus… Ce n’est pas parce qu’on a une solution technique sur le papier qu’elle est forcément pertinente d’un point de vue économique ni même d’un point de vue écologique. C’est quoi le problème de stocker en stojkage géologique des transuraniens?

Realisme55
Invité

D’où le fait, qu’il soit préférable, qu’ils soient dans une situation de réversibilité de leur stockage,la moins honéreuse possible,pour les générations futures.

Realisme55
Invité

C’est quoi le problème de stocker en stockage géologique des transuraniens? Il semble que les antinucléaires aient peur qu’ils soient oubliés et causes des maux aux générations futures.

Realisme55
Invité

et causent des maux aux générations futures.

Realisme55
Invité

Le RNR incinérateur de transuraniens de dans 50 ans, ça fait 50 ans que le CEA en parle….. Il y a quand même eu des RNRs comme Phénix et Superphénix qui n’étaient pas en papier.Même s’il étaient employés en surgénération plutot qu’en sous- génération.Et ils ont prouvé qu’ils pouvaient détruire des actinides mineurs (HAVL).Il y a eu des expériences à ce sujet.Même si ce n’était vraiment pas leur destination première.

Dan1
Invité

“C’est quoi le problème de stocker en stockage géologique des transuraniens?” “Il semble que les antinucléaires aient peur qu’ils soient oubliés” Ben oui, c’est le risque majeur du stockage profond : c’est que les déchets soient oubliés et qu’on en entendent plus jamais parlé ! Pour l’instant, le risque n’existe pas puisque qu’on a encore des antinucléaires vaillants, mais ils ne seront pas éternels eux. A l’échelle des siècles et des millénaires qui prendra le relais et entrediendra la flamme ?

wpDiscuz