GIEC : “Le changement climatique s’opère à un rythme sans précédent”

Le premier volume du cinquième rapport du GIEC, rendu public le vendredi 27 septembre, qui confirme et aggrave le diagnostic sur le changement climatique a été voté à l’unanimité à Stockholm.

la première décennie du XXIème siècle (2001-2010) a été la plus chaude depuis 1850. L’augmentation de la température moyenne à la surface du globe, l’élévation du niveau des océans et l’accélération de la fonte des glaciers sont confirmés comme des faits scientifiques incontestables.

Le réchauffement de la planète, d’origine antropique, se poursuit et s’accélère sur les trois dernières décennies. Les impacts attendus sont conséquents. Selon le GIEC, l’augmentation de la température moyenne du globe la planète pourrait aller jusqu’à + 4,8 °C avant 2100. Le niveau des océans pourrait s’élever de près d’un mètre.

Dans son scénario le plus sobre, le GIEC indique qu’il est encore possible de limiter le réchauffement global en dessous de 2°C à la fin du siècle. Les actions et les efforts à engager pour y parvenir sont connus.

GIEC : "Le changement climatique s'opère à un rythme sans précédent"

Pour le parti Europe Écologie Les Verts, ces actions ne peuvent plus être retardés, comme si renvoyer le problème à plus tard pouvait laisser croire qu’il se résoudra tout seul. La conférence des Nations Unies sur le Changement climatique (COP21) qui se tiendra à Paris en 2015, devient une échéance capitale.

"Il est indispensable qu’elle débouche sur un succès réel, et l’engagement de l’ensemble des parties à des progrès réels et concrets. La confirmation, par le GIEC, de l’ampleur des enjeux et des bouleversements profonds qu’ils pourraient impliquer doit conduire la communauté internationale à entamer, enfin, une véritable transition énergétique et climatique, seule réponse à la hauteur de tels risques" a affirmé EELV.

GIEC : "Le changement climatique s'opère à un rythme sans précédent"

Même son de cloche chez Greenpeace : "Ce rapport est un signal d’alarme sur la gravité grandissante des impacts des changements climatiques. Il montre aussi que l’on peut encore agir pour éviter le chaos climatique absolu."

Le GIEC émet différentes hypothèses pour les émissions de gaz à effet de serre et leur impact potentiel. Le scénario qui verrait l’augmentation moyenne des températures rester sous la barre des 2°C implique que les émissions de gaz à effet de serre cessent d’augmenter à partir de 2020 et atteigne un niveau zéro à l’horizon 2070.

"La seule réponse à un tel avertissement passe par des mesures et une action immédiates. Malheureusement, ceux qui tentent d’agir sont en prison en Russie, alors que les responsables de la catastrophe en cours sont protégés par les gouvernements dans le monde entier" a expliqué Anne Valette, chargée de campagne climat-énergie pour Greenpeace France.

"Nous nous rapprochons dangereusement du point de non-retour sur les changements climatiques, poursuit Anne Valette. L’Arctique est au centre de la catastrophe planétaire qui se déroule lentement devant nos yeux. Il en est un symptôme en fondant, un accélérateur en étant la cible de la voracité des groupes pétroliers ou gaziers. Pourtant, partout des militants comme nos activistes se lèvent. L’âge des énergies fossiles touche à sa fin. La seule question c’est : combien de temps nous reste-t-il ?"

Dans la décennie passée, la calotte glacière du Groenland a fondu six fois plus vite en moyenne que la décennie précédente tandis que l’antarctique fond cinq fois plus vite. Depuis 1993, le niveau de la mer a augmenté en moyenne deux fois plus rapidement que lors du siècle passé tandis que le niveau de glace de l’Arctique a fondu beaucoup plus rapidement que prévu.

"Une des conclusions qu’on peut tirer de ce rapport, c’est en tous cas que nous avons encore une chance, que nous avons encore le choix ! Ou bien nous poursuivons la fuite en avant en allant chercher et en brulant les dernières ressources d’hydrocarbure comme en Arctique, où nous prenons un virage différent en misant enfin complètement sur les énergies renouvelables et un avenir meilleur que celui qui s’annonce si rien n’est fait" a conclu Anne Valette.

GIEC : "Le changement climatique s'opère à un rythme sans précédent"

De son côté, le WWF précise que le changement climatique est plus rapide et plus intense que prévu. Cet éclairage scientifique ne fait que renforcer le caractère crucial des négociations climatiques (COP 21) qui doivent aboutir fin 2015 à Paris.

"Les résultats de ce rapport ne sont pas une surprise. Les faits scientifiques présentés ne font que valider ce que nous pouvons déjà observer autour de nous" a déclaré Samantha Smith, leader du Global Climate Initiative du WWF et de l’énergie. "Depuis la dernière publication du GIEC en 2007, la fonte du glacier terrestre et l’élévation du niveau des mers se sont considérablement accélérées ; la fonte des glaces de mer dans l’Arctique en été est plus élevée que prévu et la dernière décennie a été la plus chaude depuis 1850."

L’acidification des océans comme préoccupation majeure

Le rapport révèle que nos océans subissent des impacts majeurs. Cela en fait une source importante de préoccupation, étant donné que plus d’un milliard de personnes vivent et dépendent des océans qui sont leur principale source de nourriture et de subsistance. L’acidification des océans depuis 1900 a augmenté de près de 30% et est probablement à son niveau le plus fort depuis des millions d’années.

L’acidification est liée au "CO2 issu principalement de la combustion des matières fossiles. Celui-ci se dissout dans les océans et peut ainsi détruire un écosystème déjà fragile d’une façon presque irréversible si nous n’opérons pas au plus vite une transition vers les énergies renouvelables", a déclaré le Dr Stephan Singer, responsable du département européen Energie et climat au WWF.

"Le réchauffement des océans et surtout leur acidification sont néfastes pour les poissons, les récifs coralliens et la plupart des autres éléments des écosystèmes marins (…) Il incombe à tous les secteurs de la société, y compris les gouvernements, d’agir maintenant en se basant sur les faits scientifiques présentés dans ce rapport et qui ont fait l’objet d’un processus d’examen sans précédent."

"Si les faits scientifiques peuvent être discutés, débattus ou déformés, nous ne pouvons pas ignorer la réalité qui est que nous devons agir ou faire face aux nouveaux impacts du changement climatique. Nous savons que la principale source de pollution à l’origine du changement climatique est la combustion de matières fossiles. Le WWF appelle les gouvernements et les entreprises à stopper leurs investissements dans les énergies polluantes et à opérer une transition immédiate vers les énergies renouvelables" a terminé M. Smith.

Le rapport IPCC WGI AR5 est disponible ici (.pdf)

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "GIEC : “Le changement climatique s’opère à un rythme sans précédent”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Teredral
Invité

Les représentants d’EELV, de Greenpeace ou du WWF devraient plutôt se regarder dans un miroir, étant des opposants déterminés au moyen le plus efficace de produire de l’électricité sans émission de GES !

Sphere
Invité
Bonjour, Vue les conditions pour le scenario bas , on peut s’attendre au pire . il y a trop de pays émergents qui ont besoin de beaucoup d’energie pour arriver au standard occidentale , pour esperer un arrêt de l’augmentation des rejets de GES dès 2020 . L’espèce humaien brulera tout ce qu’elle peut trouver en sous sol . Les solutions passeront aussi bien par des innovations dans le renouvelable , la fiscalité , le nucleaire ( j’insiste ) mais aussi dans le contrôle de la taille de la population .Tant que cette question restera tabou , vous pouvez faire… Lire plus »
juanasol
Invité
Les centrales nucléaires ne sont SURTOUT PAS la solution ! Voir Fukushima où l’accident toujours en cours fait peser une menace mondiale, que dis-je menace, l’Océan Pacifique est déjà sérieusement pollué par une radioactivité croissante ! Personne au monde ne sait gérer une catastrophe nucléaire, et on y va tout droit en France en voulant prolonger la durée de vie de centrales qui fuient, qui ont des départs de feu… Voir l’extraction d’uranium qui pollue à jamais des territoires, et l’uranium est une énergie fossile qu’on n’aura bientôt plus non plus ! Voir le problème du démantèlement et des déchets… Lire plus »
gaga42
Invité

“Les centrales nucléaires ne sont SURTOUT PAS la solution ! ” Certes, vous avez tout à fait raison, mais c’est la seule chose intellgente et vraie que vous ayez dite. Le problème avec une grande partie des écolos (dont vous?), c’est qu’on a l’impression que “Les centrales nucléaires sont LE SEUL PROBLEME ! “, le GIEC nous rappelle avec insistance que non…

Michel gourd
Invité
Le dernier rapport du Groupe d’experts sur l’évolution du climat, confirme que l’homme en est responsable. Il faut maintenant créer une structure juridique internationale pour contraindre ceux qui causent le réchauffement climatique à en défrayer les coûts. Après le 5e rapport du GIEC, il n’y a plus de doute possible quant à la cause des changements climatiques. Il est désormais extrêmement probable à 95 % que l’influence humaine est la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle. Dans son précédent rapport de 2007, ce niveau de certitude était de 90 %. Non seulement, le changement climatique… Lire plus »
Luis
Invité
¤ Les énergies fOssiles sont le charbon, le pétrole et le gaz. L’uranium est une énergie fIssile mais pas fossile. On le trouve dans la terre, mais il ne provient pas de la décomposition d’organismes vivants fossilisés. Cela dit, le “peak” de production du pétrole est tout proche, celui du charbon dans une vingtaine d’années, celui du gaz et de l’uranium aussi. Après le “peak”, c’est la descente, la diminution graduelle de la production malgré une demande qui augmente avec la population. Maintenant, le nucléaire n’est déjà pas rentable avec les nouveaux réacteurs, EPR, AP1000 ou autre et il le… Lire plus »
Luis
Invité

¤ On entend souvent parler du “greenwashing”, maintenant il faut aussi parler du “CO2 washing”. Pour le moindre petit évènement climatique, on accuse le CO2. Pour le réchauffement climatique, qui existe depuis la sortie du petit âge glaciaire vers 1850, on accuse le CO2. Curieusement, les courbes toujours publiées commencent à cette date : la sortie du petit âge glaciaire. Maintenant, quelle est l’importance réelle du CO2 ? Très modeste. Quelques mesures à voir de près. Et pour le niveau des mers, on a ceci.

s4m
Invité
“le nucléaire n’est déjà pas rentable avec les nouveaux réacteurs, EPR, AP1000 ou autre” Je ne comprends pas votre raisonnement. La rentabilité dépend du prix de vente et du coût de revient. Si le prix de vente est suffisant pour couvrir les coûts, il n’y a pas de problème de rentabilité (ce n’est pas parce qu’une ferrari coûte plus cher qu’une clio qu’elle n’est pas rentable). “les coûts d’extraction de l’uranium commenceront à monter sérieusement” Le coût du combustible nucléaire ne représente déjà que 20% du prix final (cette proportion tend à baisser avec les coûts d’investissement qui augmentent), et… Lire plus »
trimtab
Invité

“………Curieusement, les courbes toujours publiées commencent à cette date : la sortie du petit âge glaciaire…….” Certaines toutefois remontent à 420,000 ans ! : Pour avoir un regard un peu plus ‘global’ et ‘temporel’. Après chacun interprète comme il veut…….! trimtab

Wax37
Invité

Qui a intérêt à voir le climat se réchauffer, dégeler le sol et ouvrir de nouvelles voies de navigation au nord ? Le réchauffement, c’est une sacrée aubaine pour certains pays !

jipebe29
Invité

Donc, si je comprends bien, plus les projections des modèles numériques divergent des observations, plus le GIEC fait des prévisions encore plus cataclysmiques… Soit dit autrement, plus les modèles sont faux, plus le GIEC les considère comme étant encore meilleurs et accorde un degré de confiance de 95% à ieurs projections. Comprenne qui pourra… peut-être est-ce dû au fait que le GIEC est une structure politique, comme le montre la procédure de rédaction du résumé pour les décideurs…

jipebe29
Invité
Parce que vous croyez naïvement que les EnR sont vierges de tout défaut environnemental? Elles utilisent des terres rares, qui sont particulièrement polluantes à l’extraction et au traitement… mais, comme cela se passe en Chine, peut-être que cela ne vous dérange pas??? Les pales des éoliennes sont en balsa, avec un revêtement en fibre de carbone… Quid des forêts dont sont issus la balsa? Et quid du massacre de rapaces, chauves-souris, grands tétras, migrateurs, … par les pales de éoliennes (la vitesse à leur extrémité est supérieure à 200 km/h)? Quant au démantèlement des éoliennes et des panneaux photovoltaïque, je… Lire plus »
jipebe29
Invité
Le résumé pour les décideurs est élaboré avec les représentants des gouvernements (fonctionnaires, diplomates). Donc rien de scientifique. La rédaction est faite pour conforter la Pensée Unique, et malheur à ceux qui oseraient la contester…Car, compte tenu des décisions politiques (UE, gouvernements) : lampes basse consommation (une horreur écologique…), réduction des émissions fossiles, développement des EnR (dont les éoliennes, hachoirs de biodiversité…), taxes diverses et variées, isolation des bâtiments, réduction du nucléaire (et là, rien à voir avec des rejets de CO2), normes et règlements contraignants qui pourrissent la vie des citoyens, … et propagande lyssenkiste, il leur est difficile… Lire plus »
Herve
Invité

@ jipebe29 Je ne suis pas spécialement favorable au développement massif des éoliennes (dégradation des paysages) mais faut pas exagerer non plus. Il n’y a pas une couche d’oiseaux morts au pieds des machines. Certes l’éolien n’est pas sans impact sur la faune mais l’impact reste acceptable au regard d’autres causes de déstructions des espèces. La LPO estime qu’une éolienne tue entre 0 et 60 oiseaux par an. En supposant qu’en moyenne c’est 10, 100000 machines en turait environ 1000000. C’est pas un problème. A+

Sicetaitsimple
Invité

“Il faut arrêter au plus vite nos centrales et passer enfin aux énergies renouvelables gratuites” Vous avez un ou deux liens à proposer, pour les energies renouvelables gratuites? Parce que je suis sûr que ça va interesser plein de monde.

Dan1
Invité

A Juanasol. “l’uranium est une énergie fossile”. C’est bon, vous avez tout compris, continuez comme ça, vous ne pouvez pas être très nuisible ! Mais on peut vous expliquer que vous Juanasol (comme la totalité de l’humanité) êtes un enfant du nucléaire, pas de nucléaire… pas de Juanasol : Sinon, votre cause n’est pas gagnée :

Sandine
Invité
Effectivement, il faut un mix durable. Si on voit les émissions de GES à l’échelle terre, je ne crois qu’il soit judicieux de se concentrer sur l’électricité et qui plus est en France. La question économique est plutôt pour l’électricité tourner vers le Vrai stockage de l’excédent de production ENR sans quoi on pollue pour assurer les fluctuations de la producuction. Nucléaire ou pas, ce stockage doit concentrer nos efforts de R et D, les STEP sont à ma connaissance largement exploitées, quoi d’autres… Sans quoi il y aura une dégradation du bilan carbone sur la production électrique, et ça… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“aucune centrale nucléaire ne s’est jamais construit sans soutien financier de l’état.” Si, l’EPR (par exemple). On pourrait vous citer une large partie des réacteurs américains, qui ont été construits généralement par des opérateurs privés. Et si vous me sortez que l’Etat y a participé via la R&D ou autre, je vous répondrai que dans ce cas tout est subventionné à un stade ou à un autre. Surtout dans le domaine de l’énergie ! “C’est de ça qu’on parle quand on parle de rentable, les PVD qui concentrent l’essentiel du potentiel de hausses des émissions de gaz à effet de… Lire plus »
Stephsea
Invité

Le débat sur le climat global et sa prévision réveille toujours une cohorte de trolls qui prennent prétexte à ces – très – mauvaises nouvelles pour ressasser en permanence les même débats stériles. Un entre soit qui ressembel de plsu en plus à un asile de fous. Les éoliennes en balsa est un nouvelle variante du délirium… Keskonrigoleici! Mais la vraie question est : nos maillots de bain sont ils resistants à l’acide? Si non, il serrait temps de penser à sortir les nouvelles collection.

De passage
Invité

Le GIEC annonce l’apocalypse pour 2100: Aucun risque personnel, personne d’entre nous ne le verra. De larges groupes de scientifiques indépendants, non financés et persécutes par le GIEC supportent une théorie climatique différente mettent Soleil comme responsable essentiel des variations climatiques. Bien sur nul n’en parle en France car black-out total chez nous. Ces scientifiques annoncent un refroidissement prochain (dès 2022) et de longue durée (60ans et plus). Encore un peu de patience et on verra si leur théorie tient la route.

s4m
Invité
L’État est effectivement soutient financier en tant qu’actionnaire d’EDF (qui est une société de droit privé depuis 2004) et d’AREVA (qui a toujours était de droit privé), via le CEA. Cette actionnariat est plutôt un bon plan depuis la “privatisation” (partielle) d’EDF puisque plus de 25Mds d’€ de dividendes cumulés ont été reversés à l’Etat. Quant à Areva, même en période difficile (2012), les pertes ont été digérées par l’entreprise. En outre, on pourrait également citer comme bénéfice pour l’économie française (et donc les caisses de l’Etat), les revenus importants que tirent AREVA et EDF de leurs activités internationales (respectivement… Lire plus »
Luis
Invité

¤ Les façons de subventionner le nucléaire ont été nombreuses, souvent indirectes et peu visibles. C’est valable tout aussi bien pour les compagnies privées que publiques. Et cela continue, y compris aux USA avec les garanties de l’état fédéral ou la contribution sur les factures d’électricité de chaque compagnie concernée pour la construction d’un réacteur.

Nicias
Invité

Dans la décennie passée, la calotte glacière du Groenland a fondu six fois plus vite en moyenne que la décennie précédente tandis que l’antarctique fond cinq fois plus vite. Si c’est vrai, et que le contenu en chaleur des océans a aussi enclenché le turbo, alors cela devrait se voir sur les mesures satellitaires du niveau des mer. Il n’y a aucune accélération de la hausse du niveau des mers entre la décennie 2000 et les années 90. Il y a des modèles pourris au royaume de la climatologie et on a aucun moyen de savoir lesquels.

Nicias
Invité
L’acidification des océans depuis 1900 a augmenté de près de 30% et est probablement à son niveau le plus fort depuis des millions d’années. Le PH dans les océans varie de 7 à 11 suivant la latitude et la profondeur. Il parait que le PH “moyen” a baissé de 8,2 à 8,1. C’est invérifiable ! On a évidemment aucun réseau de station de mesures aujourd’hui alors imaginez au début du siècle vos scientifiques qui touillaient la mer avant de tremper son papier ph dans un milieu aussi hétérogène ! PS: C’est la concentration en ions hydrogènes qui a, parait-il, augmenté… Lire plus »
Luis
Invité
¤ Cela pourrait sembler plus rapide à construire, mais les petits réacteurs nucléaires trainent autant la patte que les grands pour leur construction. En Russie, grand pays nucléaire, deux petits réacteurs de 32 MW sont en construction depuis avril 2007. D’abord appelés “Severodvinsk 1 et 2” on les trouve maintenant sous l’appellation “Academic Lomonosov 1 et 2”. Aux dernières nouvelles, leur mise en service est prévue pour décembre 2019 : durée 12,5 ans. C’est pas rapide rapide ! Entre 1999 et 2009 l’Afrique du sud avait esayé de construire un petit réacteur de 80 MWe à lits de boulets (pebble… Lire plus »
jmdesp
Invité
Comment pouvez-vous aligner une telle série d’absurdité et penser pouvoir être pris au sérieux ? Chaque litre d’eau de mer contient naturellement 10 Bq de radioactivité, à quelques dizaines de mètres du port de Fukushima, la contamination est déjà tellement diluée qu’on arrive plus à la distinguer du niveau naturel. Les déchets nucléaires des US sur 50 ans, c’est 70 000 tonnes, mais en un an, ils mettent dans les décharges 179 000 tonnes de batteries contaminées par divers métaux lourds, et fortement susceptible d’aller se répandre dans les nappes phréatiques à terme. Ils ont remplis 170 km2 avec les… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“Les façons de subventionner le nucléaire ont été nombreuses, souvent indirectes et peu visibles.” Luis, vous nous avez donné le lien d’un site lui aussi antinucléaire, qui nous parle d’un rapport sans nous le proposer en consultation, qui nous parle de méthodes de subvention sans les détailler, qui cite des chiffres résultant de calculs dont on n’a pas la méthode ou les données de base, bref qui pratique l’escroquerie habituelle. Soyez précis et factuel si vous voulez être cru. “Cela pourrait sembler plus rapide à construire, mais les petits réacteurs nucléaires trainent autant la patte que les grands pour leur… Lire plus »
Nicias
Invité

Bah non même pas vrai, au GIEC, c’est business as usual.

Nicias
Invité

Ma petite maison peut elle aussi prendre 12 ans à construire si j’ai de gros soucis administratifs, un entrepreneur véreux, ou tout simplement des problèmes de financement. Tout à fait: although construction work was frozen in mid-2011 amid bankruptcy proceedings against the shipyard.

Bachoubouzouc
Invité

@ Nicias : “Tout à fait: although construction work was frozen in mid-2011 amid bankruptcy proceedings against the shipyard.” Ramener la corruption sur la table du nucléaire, mais sans trop y toucher non plus (parce que la thèse des antinucléaires comme quoi le nucléaire est intrinsèquement corrompu n’a jamais tenu la route). Faudrait pas qu’on aille vers une discussion rationnelle, oh !

Bachoubouzouc
Invité

Corruption, que lis-je : Banqueroute ! Qui ainsi laisserait penser, sans le dire, que le nucléaire n’est pas rentable. Excusez moi, Nicias, j’ai encore lu trop vite et mal compris votre post. Votre technique passive-agressive était bien celle que je décrivais, mais le sujet n’était pas le bon.

Dan1
Invité

A lire chez Libération de la part de Sylvestre Huet : Finalement, c’est peut être pas grave du tout mais on en est pas encore tout à fait sûr.

Dan1
Invité

Allez, je vous remets une petite illustration d’un excellent générateur de CO2 dont vous avez l’habitude et que vous reconnaîtrez au premier coup d’oeil : Selon certains, il est hautement probable que cette installation n’est aucune influence sur le climat car le réchauffement climatique est une fumisterie. A moins que ce ne soit l’inverse et que la grosse fumisterie en photo puiise nous créer quelques désagréments. Point n’est besoin de s’étriper sur les forums, pour en avoir le coeur net, il suffit d’attendre quelques dizaines d’années.

Nicias
Invité

Je suis parfois un peu cryptique et on s’est mal compris. L’info que je donnais ici, c’est que les réacteurs en cause mettent du temps à être construit (au moins en partie) pour des raisons qui n’ont rien a voir avec la difficulté technique du projet. Luis aurait bien sur du nous parler de la dernière centrale Russe qui vient d’être mis en route après une pause de 16ans dans la construction, soit 23ans au total il me semble !

Dan1
Invité

Je ne sais pas si le réchauffement climatique va nous perturber dans les années à venir, mais ce qui et est sûr c’est que l’Europe est sur la bonne pente : Enfin bonne pour les charbonniers américains qui ont bien progressés chez nous.

Nicias
Invité

C’est un peu court comme période pour en juger, il faut corriger des variations climatiques ! (surtout pour le gaz)

wpDiscuz