Grande distribution et détaillants verdissent l’Europe

Grâce aux engagements pris par les détaillants (distributeurs) européens sur la promotion de modes de consommation plus respectueux de l’environnement, les consommateurs européens trouvent désormais davantage de produits verts dans les rayons.

Selon les conclusions d’un rapport de suivi consacré à la réalisation des objectifs volontaires que se sont fixés les membres du Forum européen de la vente au détail – à l’initiative de la Commission européenne et du secteur lui-même – les détaillants ont tenu leurs promesses.

Non seulement ceux-ci proposent davantage de produits durables dans les supermarchés, mais ils ont enregistré des progrès dans la réduction de leur empreinte environnementale en accordant une attention particulière aux mesures permettant d’utiliser plus efficacement les ressources. Des efforts restent toutefois à consentir en ce qui concerne la communication avec les consommateurs sur les questions de durabilité. Le rapport recommande de créer un système de trophées destiné à récompenser les meilleures pratiques.

S’exprimant sur la question, M. Janez Potocnik, membre de la Commission chargé de l’environnement, a déclaré : «Voilà un rapport qui démontre que les détaillants prennent de plus en plus au sérieux leurs responsabilités vis-à-vis de l’environnement. Puisqu’ils sont extraordinairement bien placés pour influencer les choix des consommateurs, je me réjouis de constater qu’ils mettent davantage de produits verts dans leurs rayons. Je tiens à féliciter les détaillants pour leurs efforts en faveur d’une utilisation plus efficace des ressources et d’une réduction de leur impact environnemental – mais nous n’en sommes qu’au début.»

On s’engage pour le vert

Depuis le lancement du Forum de la vente au détail en 2009, les détaillants se sont fixé un programme d’actions individuelles et spécifiques visant à contribuer à des modes de production et de consommation durables. En tête de leurs priorités, ils ont placé l’efficacité énergétique des bâtiments et la vente d’un nombre croissant de produits durables.

Les quelque 280 engagements pour l’environnement se répartissent en trois catégories: ce qu’on vend, comment on le vend et la manière dont on communique.

Le suivi des premières séries de ces engagements de 2009 a mis au jour de nombreux exemples de bonnes pratiques. Dans différents États membres, les visites organisées dans les magasins ont révélé que l’offre de produits verts se renforce et notamment que les détaillants ont étoffé leurs gammes de produits porteurs d’un label écologique et de produits biologiques.

La durabilité dans les faits

La chaîne de supermarchés Carrefour a augmenté de 83 % (par rapport à 2006) le nombre de produits biologiques vendus sous sa propre marque, tandis que Mercadona a atteint un score de 100 % de récupération des déchets d’emballage dans ses magasins et centres de distribution. Par ailleurs, Asda Wal*Mart a réduit de 40 % les émissions de CO2 de sa flotte de transport, par rapport aux chiffres de 2005, tandis qu’en 2009, Lidl parvenait à réduire de 10 000 tonnes ses émissions de CO2, simplement en optant pour des sacs à provisions fabriqués à partir de matériaux recyclés. D’autres exemples sont présentés dans le rapport.

Bien que le rapport mentionne aussi un certain nombre d’exemples de bonnes pratiques en matière de communication avec les consommateurs, il souligne que les détaillants ont encore des efforts à consentir dans ce domaine. Enfin, le rapport recommande de créer un système de récompenses pour mettre en valeur les bonnes pratiques.

Le Forum de la distribution

Le Forum de la distribution a été lancé en 2009 dans le but de favoriser une meilleure prise de conscience des mesures pratiques nécessaires à la promotion d’une consommation durable. La participation au Forum est ouverte à tous les détaillants adhérant au REAP (Retailers’ Environmental Action Programme – programme d’action environnemental des détaillants), ainsi qu’aux organisations de la société civile qui souhaitent contribuer à en réaliser les objectifs.

En juin, les détaillants ont présenté un code de conduite écologique non contraignant à l’intention du secteur. Le code de pratiques de distribution écologiquement viables porte essentiellement sur l’approvisionnement durable en produits tels que le bois ou le poisson, sur l’efficacité accrue de l’utilisation des ressources dans les magasins, sur l’optimisation des transports et de la distribution et sur l’amélioration des pratiques de gestion des déchets et de la communication avec les consommateurs.

Les signataires s’engagent à rendre compte des progrès qu’ils auront réalisés en présentant, par exemple, un rapport sur le développement durable de leur entreprise. Ce code de conduite a déjà été signé par dix-neuf grands distributeurs et sept associations de détaillants.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Grande distribution et détaillants verdissent l’Europe"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité
La Grande Distribution tente surtout de verdir son image. Les hypermarchés sont anti-écologiques dès leur conception: – Inaccessibles en transports en commun – Loin des centre-villes donc inaccessible a pied et finalement uniquement accessibles en voiture – Utilisation massive d’espace au sol (terres agricoles, espaces naturels) notamment à cause des immenses parkings (puisqu’accessibles uniquement en voiture). – Zero utilisation de lumière naturelle pour l’éclairage. – Encouragement au sur-emballage puisque les produits doivent “se vendre eux-mêmes”. – Rayons frais (et parfois même surgelés) grand ouverts, qui refroidissent le supermarché pendant que le chauffage le réchauffe. – Produits non frais mis au… Lire plus »
Tassin
Invité

Faites attention, la dernière fois que j’ai souligné ce genre de greenwhsing et l’abbération écologique que représente la grande disbtribution, je me suis fait traité de “Khmer vert”…

Banila
Invité
Inaccessibles en transports en commun ? ça doit beaucoup dépendre de la qualité du réseau de transports en commun car là ou je suis ils ont tous un arrêt de bus à proximité… Loin des centre-villes donc inaccessible a pied et finalement uniquement accessibles en voiture ça doit dépendre de la taille du centre-ville, ici il y en a en, plutôt de petite taille mais ils sont présent. Rayons frais (et parfois même surgelés) grand ouverts, qui refroidissent le supermarché pendant que le chauffage le réchauffe. Entièrement d’accord sur ce point. Centralisation des achats favorisant les fournisseurs (inter)nationaux aux dépends… Lire plus »
wpDiscuz