Enerzine

Greenpeace met à mal la sécurité des sites nucléaires français

Partagez l'article

Des militants de Greenpeace se sont introduits hier au petit matin dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) à 95 kilomètres au sud-est de Paris dans l’objectif de mettre à défaut la sûreté nucléaire.

Vers 7h30 en effet, des militants de l’ONG sont parvenus à escalader le dôme de l’un des 2 réacteurs afin d’y peindre le signe "danger". Quatre heures plus tard, l’incident occasionné par l’intrusion des miliants de Greenpeace sur le site nucléaire de Nogent-sur-Seine a été jugé classé par EDF, les 9 personnes ayant été interpellées par la Gendarmerie Nationale.

EDF a indiqué que cette intrusion n’a eu aucune conséquence sur la sécurité des installations, ni sur la sécurité des personnes présentes sur le site. Le groupe français d’électricité a ajouté que l’intrusion avait été "immédiatement détectée par le dispositif de sécurité et leur cheminement a été suivi en permanence sur le site, sans qu’il soit décidé de faire usage de la force." Par ailleurs, sur deux autres sites EDF (Chinon et Blayais) des banderoles qui avaient été déployées, ont été immédiatement retirées.

Greenpeace de son côté a justifié cette opération : "Cette action montre à quelle point les centrales nucléaires françaises sont vulnérables : de simples militants, aux intentions pacifistes, ont réussi, avec peu de moyens, à atteindre le cœur d’une centrale nucléaire ! Pourquoi ? Comment ? Car les dispositifs de sécurité existants sont insuffisants ! Et pourtant … L’audit des installations nucléaires commandité par le gouvernement après la catastrophe de Fukushima ne prend pas en compte le risque d’intrusion humaine. etc…"

En conséquence, Greenpeace demande au gouvernement d’élargir le périmètre de l’audit des installations nucléaires françaises en y intégrant l’ensemble des risques.

"Un audit lacunaire !"

La réalisation de l’audit commandité par le gouvernement Français a été confiée aux exploitants nucléaires eux-mêmes, (CEA, Areva et EDF) et celui-ci sera analysé par l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’ici la fin de l’année. Cet audit, réalisé intégralement au sein du consortium nucléaire français, se borne selon Greenpeace "à étudier les problèmes liés à des événements naturel (séismes, inondations…). Risque terroriste, chute d’avion, virus informatique : aucun risque d’agression externe d’origine “non-naturelle” n’est pris en compte."

Dans un rapport commandé par Greenpeace et à paraître en janvier Arjun Makhijani, expert indien indépendant, président de l’institut de recherche sur l’énergie et l’environnement du Maryland (États-Unis) analyse ainsi l’audit nucléaire français : “Du point de vue des causes et du déroulement de l’accident, il n’est pas pertinent de limiter l’analyse des événements initiateurs aux seuls phénomènes naturels (séisme et inondation). Les risques d’origine humaine auraient dû, dans une démarche de révision globale de la sûreté, être intégrés dans cette analyse. Ceci concerne, a minima, les causes accidentelles, et devrait même inclure les actes de malveillance.”


"Des dispositifs de sécurité impressionnants… sur le papier !"

Le gouvernement, en charge de la sécurité des sites nucléaires, se targue toujours d’après Greenpeace "d’avoir des plans à toutes épreuves pour sécuriser le parc atomique français, telle que l’intervention d’avions de chasse en maximum 15 minutes sur tous les sites nucléaire, la présence continue d’un peloton spécial de Gendarmerie sur chacun des sites, des dispositifs de radar aérien de détections au dessus de certaines installations, une double clôture électrifiée et vidéo surveillance autour de chacun des sites, un espace aérien interdit au dessus des sites ou encore un accès soumis à “autorisation spéciale”, etc."

"Mais malgré ces mesures “exceptionnelles” et dignes des meilleurs films d’action, les militants de Greenpeace montrent aujourd’hui que les installations nucléaires françaises sont très fragiles. C’est probablement pour ça que les risques externes non-naturels ne sont pas pris en compte dans l’audit. Si c’était le cas, aucune installation ne pourrait être déclarée sûre!"

 

 Réaction de Yannick Jadot – Député européen Europe Ecologie

"L’action de Greenpeace de ce matin met en évidence à quel point il est facile de pénétrer dans une centrale, fait particulièrement inquiétant étant donné la proximité de la centrale avec une zone si densément peuplée. Greenpeace montre à quel point les installations nucléaires françaises sont vulnérables, et confirme l’insuffisance de l’audit des installations nucléaires françaises."

"Nous avions souligné que les "stress tests" définis au niveau européen par la Commission européenne ne prennent en compte à aucun moment le risque "humain". Le groupe des Verts /ALE avait ainsi publié mi-novembre une étude indépendante qui montrait déjà clairement que les "stress tests" européens étaient loin d’être suffisamment rigoureux pour évaluer correctement la sûreté de nos réacteurs et réduire au maximum le risque d’accident. Non seulement, ces tests ne parviennent pas à évaluer les risques posés par des facteurs internes – comme les incendies, les défaillances humaines, la dégradation ou le dysfonctionnement des infrastructures, ou la combinaison de ces facteurs ; mais ils évaluent également mal les risques de menaces extérieures, comme le crash d’un avion ou d’intrusion humaine."

 

Réaction de Cécile Duflot – Secrétaire nationale d’Europe Ecologie les Verts

"Henri Guaino a jugé les militants et les militantes de Greenpeace « irresponsables ». On peut au contraire les remercier d’avoir éprouvé nos centrales avec cet « audit gratuit ». Greenpeace a taillé une nouvelle brèche dans le mythe de la sûreté nucléaire française" a indiqué dans un communiqué Cécile Duflot.

"Le risque humain et le risque terroriste doivent être enfin pris au sérieux par les autorités nucléaires et le gouvernement. Le nucléaire sûr n’existe pas plus à Nogent qu’à Tchernobyl ou à Fukushima."

Echanges d’amabilités sur Twitter entre C. Duflot (EELV) et E. Besson (Ministre de l’énergie) !

Cécile Duflot :
<< Les "dysfonctionnements" dans le nucleaire Monsieur @Eric_Besson si les intentions n’etaient pas pacifiques ça s’appelle une catastrophe ! >>

Eric Besson
<< Êtes tjrs aussi subtile ! Apparemment ils ont été repérés et surveillés en permanence. Auriez préféré un tir à vue ? @CecileDuflot >>

Cécile Duflot
<< EDF devrait remercier @Greenpeacefr pour cet "audit gratuit" qui dévoile les faiblesses de nos installations nucléaires >>

Cécile Duflot
<< @Eric_Besson Qd vs aurez fait un audit sur la sécurité nucleaire, ss pb. Plus urgent pour un ministre que de faire le kéké sur twitter non ? >>

Eric Besson
<< @Eric_Besson évoque des dysfonctionnements >> : il y a eu dysfonctionnements et il faudra prendre des dispositions pour que ça ne se reproduise pas.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    61 Commentaires sur "Greenpeace met à mal la sécurité des sites nucléaires français"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Rice
    Invité
    « Le nucléaire en France est une affaire de spécialistes ! » … mais spécialistes en quoi au fait ? En passoires ? C’est tout de même inquiètant de voir que l’on rentre dans une enceinte sécurisée comme dans un moulin. Même s’il ne s’agit pas du coeur de la bête, que se passerait-il si ces écolos étaient en fait de vrais terroristes ? Les quelques gendarmes en place feraient-ils le poids face à des fous de Dieu ? Non décidémment, le nucléaire est trop dangereux pour être confié à des gens aussi incompétents et le plus simple serait probablement d’arrêter rapidement… Lire plus »
    gaga42
    Invité

    Je ne suis pas un fan de GreenPeace, mais là bravo, ils ont mis le doigt où ça fait mal! Le refus de prendre en compte les facteurs « humains », dont le terrorisme, dans l’audit des centrales françaises était scandaleux.

    Realiste
    Invité
    Merci à la multinationale Greenpeace de montrer une nouvelle fois son vrai visage d’alliée objective du terrorisme qu’elle appelle de ses voeux pour sortir du nucléaire en France. On comprend mieux qu’EDF ait eu besoin dans le passé de se défendre contre ses intrusions physiques mais non sanctionnées, par des intrusions informatiques qui, elles, ont été sanctionnées par la justice. Et si le nucléaire était, comme on le lit parfois sur ce forum, synonyme d’état policier et d’abandon de la démocratie, les acivistes de Greenpeace ne se seraient-ils pas retrouvés avec des balles dans la peau avant d’atteindre un bâtiment… Lire plus »
    Nature
    Invité

    Une fois encore , on vérifie , à la lecture de certaines réactions hostiles à Greenpeace, qu’il ne fait pas bon s’attaquer à un mythe. Ici la prétendue sécurité des centrales, ailleurs la pertinence des éoliennes. La lucidité est une vertu peu appréciée.

    Pour
    Invité

    Je ne suis pas fana de Greenpeace dont les actions m’énervent parfois, mais là chapeau, beaucoup dénonce la mascarade des stress tests qui ne prennent en compte que peu d’aspect des risques et il faut de courageux militants pour appuyer là où ça fait mal. BRAVO

    Bachoubouzouc
    Invité
    Comme d’habitude avec le nucléaire, la presse fait ses choux gras avec de purs non-évènements : Avant-hier la presse titrait sur une nouvelle fuite à Fukushima. Renseignement pris, on apprend qu’il s’agit de 300L (une demi baignoire) d’une eau à peine plus radioactive que l’eau de mer dans laquel elle a fuie. Je suis sûr que cela valait la peine de mobiliser la presse internationale pour une goutte d’eau dans l’océan (littéralement). Hier, des militants pénètrent sur une centrale comme des trolls, en découpant une cloture (et en se faisant immédiatement détecter, évidemment), et sont interpellés calmement 15 min plus… Lire plus »
    einstein30
    Invité
    en fait ,greenpeace c’est introduit non pas dans la centrale mais dans l’enceinte de la centrale ; nuance ; ca leurs a servi a quoi ? a rien . même sur le dôme du reacteur ,ils ne peuvent pas porter atteinte a la surete nucleaire du site . pour « s’ introduire  » dans la centrale ,il faut un badge + un code personnel pour acceder a la partie non nucleaire ;les portiques sont en surveillence permanente , s’il y avait un danger pour les installations ,ils n’auraint pas eu le temps de monter sur le dome ,les forces de l’ordre… Lire plus »
    yp
    Invité

    être intercepté c’est mieux. Greenpeace = 1 Sécurité du nucléaire = 0 « les équipes de surveillance avaient repéré le groupe et compris tout de suite qu’ils avaient affaire à des « militants pacifiques » et non armés. » c’est bien, mais en même temps ils ont pas réussi à les intercepter, et s’ils s’étaient trompés sur les intentions et la nature des intrus? c’est très étonnant que matériellement on ne soit pas capable d’empêcher des gens même pas sportifs de pénétrer sur le site, et de surcroit jusqu’au réacteur lui-même.

    gaga42
    Invité

    Encore une fois, je me fiche de savoir où s’arrête le métier de l’ASN, on a promis aux « voisins » des centrales la « totale » transparence sur la sureté, donc en tenant compte de tous les risques, y compris les risques humains qui semblent être les plus probables (erreur humaine comme à Tchernobyl ou terrorisme comme 9/11).

    Bachoubouzouc
    Invité

    Encore une fois, certaines choses sont faites pour être communiquées en toute transparence, d’autres sont faites pour être étudiées en secret : le secret défense a sa raison d’être et son utilité. Et dans ce cas ci, la manière dont ces militants ont été interpellés montre bien que la question avait été étudiée. Sinon pour info Tchernobyl n’a jamais été du à une erreur humaine, mais à un manquement délibéré aux règles d’élémentaire prudence (désactivation de protections, pilotage de l’installation en dehors de ses limites de conception, etc).

    Bachoubouzouc
    Invité
    « c’est bien, mais en même temps ils ont pas réussi à les intercepter, et s’ils s’étaient trompés sur les intentions et la nature des intrus? » D’une part, si ils les ont bien interceptés. D’autre part sur l’identification des instrus la vidéo tournée par les militants parle d’elle-même. « c’est très étonnant que matériellement on ne soit pas capable d’empêcher des gens même pas sportifs de pénétrer sur le site, » D’habitude des barbellés et tout simplement la loi suffisent à arrêter les curieux. Dans le cas présent ça na pas suffit. Tant pis, ils sont repartis avec les menottes aux poignets. « et… Lire plus »
    Uk
    Invité

    Il est important de rappeller que si la sécurité des sites est remise en cause. A aucun moment la sureté n’a été impactée. C’est donc l’aspect gardiennage et pas l’aspect nucléaire qui est a revoir. (Des terroristes avec une tonne d’explosifs pour les 2m de béton du réacteur c’est beaucoup moins discret)

    Sakharov
    Invité

    Chelya de grâce relisez vous avant de poster, ça pique les yeux…

    renewable
    Invité
    du risque nucléaire. Continuez à vous enfoncer, à montrer à quel point les partisans du nucléaire sont obtus et sans aucune once d’esprit critique ou de doute, pleins d’arrogance et de mépris pour les citoyens. Votre commentaire est ridicule et totalement démenti par la réalité des faits. A Cruas ils sont restés 14H observés par la police? Alors qu’EDF a démenti qu’aucune autre pénétration n’avait eu lieu? ou alors ils courent tellement vite et sons telement des sur-hommes sur-entrainés (l’un d’eux est ingé informatique, il doit savoir se téléporter) que la police avec 30kg sur le dos d’équipements selon EDF… Lire plus »
    Steph
    Invité
    Demain je me fait bourrer le crane par un excite issu de je-ne-sais-quoi, j’apprends a piloter sans apprendre a atterir, j’achete en toute discretion un vieux coucou et je le remplis d’une tonne de dynamite et 3-4 de kerozene, je decolle de Habsheim, Colmar, Montbeliard ou tout autre aerodrome non surveille et 10 mn plus tard je peux me crasher sur Fessenheim et personne ne pourra m’arreter. Ce qui suit : destruction des systemes de refroidissement, le kerozene en flamme se repartit tout autour du coeur empechant les secours de le refroidir a la lance a incendie comme a Fukushima,… Lire plus »
    Mix75000
    Invité
    Les centrales sont sûres ne veut pas dire qu’elles sont bien sécurisées la preuve avec l’action Greenpeace. Quand on parle de nucléaire on mélange tout. Les stress tests concernent la sûreté et non la sécurité. Une sécurité défaillante est inexacceptable. Peut-être qu’il aurait fallu avoir des morts plutôt que des gens arrêtés. La sûreté concerne la gestion du fonctionnement de la centrale même, des dispositifs de gestion du coeur du réacteur. Alors ne confondons pas les choix et des carottes. La sécurité est du ressort de l’exploitant. La sécurité est très difficile à obtenir parce qu’il peut toujours avoir des… Lire plus »
    Mix75000
    Invité
    Les centrales sont sûres ne veut pas dire qu’elles sont bien sécurisées la preuve avec l’action Greenpeace. Quand on parle de nucléaire on mélange tout. Les stress tests concernent la sûreté et non la sécurité. Une sécurité défaillante est inexacceptable. Peut-être qu’il aurait fallu avoir des morts plutôt que des gens arrêtés. La sûreté concerne la gestion du fonctionnement de la centrale même, des dispositifs de gestion du coeur du réacteur. Alors ne confondons pas les choix et des carottes. La sécurité est du ressort de l’exploitant. La sécurité est très difficile à obtenir parce qu’il peut toujours avoir des… Lire plus »
    gaga42
    Invité

    « un manquement délibéré aux règles d’élémentaire prudence » EST justement une erreur humaine…

    Raoul-78
    Invité

    BACHOUBOUZOUC selon son habitude part dans des délires verbaux et grossiers. Probablement parce qu’il ne lui reste plus d’autres arguments. « Factuellement ici la réussite de la gendarmerie a été complète ». Pour sûr ! Et probablement que les mutations ne vont pas tarder pour bien marquer une aussi belle réussite !!!

    Nicias
    Invité
    Verdict de l’Irsn, circulez ya rien a voir: Opérations de Greenpeace dans les installations nucléaires : L’IRSN estime que ces intrusions ou tentatives d’intrusion ne remettent pas en cause la conception des dispositifs de sécurité des sites nucléaires français. … Sans préjudice de l’analyse qui reste à mener, une telle opération de communication militante court toujours le risque d’être confondue avec une action malveillante plus sévère, potentiellement motivée par une volonté de sabotage. Sans démontrer la vulnérabilité des installations, de telles opérations font donc courir de graves risques aux personnes qui les réalisent. Comme quoi le système de protection n’est… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    @ renewable : Ceci est mon opinion avec les éléments dont je dispose à l’instant t. Si les infos à venir venaient à me donner tors, je corrigerais ce que j’ai dit. Je l’ai déjà fait plusieurs fois par le passé, et j’aurais bien à le refaire à l’avenir. En revanche vous, vous n’avez de leçons d’aveuglement à donner à personne ! @ gaga42 : «  »un manquement délibéré aux règles d’élémentaire prudence » EST justement une erreur humaine… » A ce régime là, les actes de malveillance et les délits sont alors aussi des erreurs humaines. @ Raoul-78 : « BACHOUBOUZOUC selon son… Lire plus »
    max76
    Invité
    Moi je pense que pour résoudre à cela, il faut juste que la gendarmerie ai le droit de tirer à vue sur tout intrus !!!! Comme ça plus de polémique sur la sécurité mais une autre sur les droits de l’homme ??? Nous vivons dans un monde qui aime se faire peur et qui aime les beuz sans jamais résoude les vrais problèmes « ici on parle d’indépendance énergétique et de géopolitique avant tout ». Merci Greenpeace pour tant d’idiotie. seront-il encore là pour défendre nos intérêt nationaux quand ils auront fait fermer nos centrales Nuc ou iront-il manifester là encore contre… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    C’est moche comme une éolienne, néanmoins je suis émerveillé. Cette petite merde produit 1/3 de l’électricité nécessaire à l’île de France (soit 11,5 millions de personnes en équivalent-propagande éolien/solaire). 900 personnes y travaillent, c’est peu, c’est pas cher, ça prend pas de place. C’est un prodige qui nous permet de consacrer notre argent à bien des choses plus utiles que réduire les 5% d’émissions de CO2 imputées à la production de notre électricité.

    renewable
    Invité
    A lire les commentaires on peut se poser la question : « tirer à vue », « moi à l’armée c’était pas pareil », « terroristes ». Il y a vraiment un fossé générationnel entre les vieux ingé/technicins qui ont passé leur vie à mager grace au nucléaire et qui voient dans toute tentative de lègre idée de commencement de petite remise en question de la place de cette énergie une attaque directe contre eux et leur dure vie de labeur. Has been. Il y a eu un problème de sécurité et merci à Greenpeace d’être allé au délà du discours lénifiant des chefs du nucléaire… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    lion est toujours aussi brutal, non il n’y aura pas de mitrailleur sur mirador car ce type d’armement est obsolète et greenpeace est nettement moins inquétant que vos positions, je rappelle que le gros des troupes greenpeace sont des gamins de 10 ans et des ados. Comme tous les jeunes , le comando exerce sur eux une sorte de fascination qui a toujours quelque chose d’effrayant, répondre à cela par de vraies armes vous expose à une riposte plutôt politique que violente (car unanime) mais extrèmement efficace, la plupart des maniaques nationalistes ont été très puissants avant de tomber en… Lire plus »
    Uk
    Invité

    Vous regardez beaucoup trop de films a la tv, pour percer 2m de beton il faut ce type de munition : lancé à 270m/s (depuis un avion car pour le beton armé précontrain l’energie cinétique a énormement d’importance). Ca ne tient pas vraiment dans un sac a dos… Donc non la simulation de Greenpeace n’est pas pertinente vis a vis de l’intégrité du batiment réacteur.

    Voiture
    Invité
    la voiture c’est 1.2 Tonnes pour le bas de gamme , 1.5 T pour le moyen gamme . Entre la fabrication et la mise à la décharge , la voiture passe 90 % de sont temps dans un parking ou garrage , 8 % à transporter une seule personne , 2 % à transporter plus d’une personne . Quand elle roule c’est avec un rendement moyen de seulement 20 % . Bref la voiture actuelle des particuliers est une abbération technologique alors que les constructeurs pourraient fournir des véhicules de 400/500 kg consommant moins de 1 l /100 . tout… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    Oui mais avec son sac a dos, ses cellules pv et ses batteries, Lionel peut non seulement alimenter un PC mais aussi faire le guidage laser ! @Renewable Réac, has been, négationniste… Libre a vous de dire n’importe quoi mais s’il vous plait, restez correct !

    Lionel_fr
    Invité

    Oui j’aime bien les films et non je ne pense pas en regarder trop. C’est vrai que les missiles guidés laser sont très « confortables » mais dans une logique de commando terrestre à armes légères, le contexte change complètement et c’est exactement pour cela qu’il faut être au contact avec la cible. D’où la necessité absolue de aintenir un périmètre encore une fois. Quant à expliquer comment il faut faire , je m’en garderai bien. Encore une fois , les armes sont un métier.

    Uk
    Invité

    J’essayais de montrer qu’il est impossible pour un commando léger de s’attaquer a 2m de béton… Entre se promener dehors et pénétrer a l’intérieur du batiment réacteur ou meme atteindre la salle de commande, il y a une grosse différence.

    Power
    Invité

    Donc de vrais terroristes ont bien compris qu’il suffisait de s’habiller en greenpeace poser des charges explosives meme si il ne peuvent avoir acces aux lieux strategiques quoique bien armes et entraines j’ai quelque doutes. Parfois les democraties s’imposent des contraintes les mettant en peril.

    Reivilo
    Invité

    @ Voiture ? Les positions de Greenpeace sur la question sont similaires aux votres. Et ils agissent aussi dans ce domaine, par exemple au salon de l’auto

    Nicias
    Invité

    @Chelya Faut aussi détruire tous les groupes électrogènes de secour et après reste le plus dur, tenir le terrain 24h sans se faire zigouiller par le GIGN.

    Uk
    Invité

    C’est complétement démago ce que vous faites : on peut montrer des mines de cuivre, de fer ou les plateformes pétrolières qui ont exactement le meme impact… L’activité humaine consomme des ressources ce n’est pas nouveau…

    Nicias
    Invité

    Vous savez, le Niger (photo 1), c’est grand, ils en ont de la place dans le désert. Et le Canada, pas si pauvre que ça, (photos 2 & 3), c’est encore plus grand. A priori les canadiens n’enrichissent pas l’uranium (la légende de la photo 3 est érronée), et toute la production des mines d’Elliot lake, aujourd’hui fermées, a servi pour les bombes US.

    Nicias
    Invité

    d’une mine d’uranium: C’est pas dans l’état initial mais ça finira par disparaitre.

    Reivilo
    Invité

    Comme le dit Nicias ce pays est grand et il y a de la place pour polluer mais c’est déjà bien parti. Par contre si c’est riche en uranium ça reste effectivement un des derniers pays au monde pour le développement humain.

    Nicias
    Invité

    On a aussi les mines de terre rare pour éoliènnes. Ici Mountain Pass, fermée en 2001: Je cite Wikipédia: In 1998, chemical processing at the mine was stopped after a series of wastewater leaks. Hundreds of thousands of gallons of water carrying radioactive waste spilled into and around Ivanpah Dry Lake.

    Dan1
    Invité

    Je trouve tout de même que l’uranium reste un petit joueur en matière de mines. Allons voir comment ça se passe chez les maîtres incontestés, les Gargantua de l’énergie :

    Nicias
    Invité
    Les éoliennes qui ont besoin de néodymes c’est une très faible part du marché ! Évidemment, il nous revient donc de prouver qu’il y a du néodyme dans chaque éoliènne, habile et insurmontable. Lynas (qui exploite une mine de terres rares en Australie avec Rhodia) se porte très bien grâce à Siemens et ses éoliennes, mais on ne sait pas pourquoi d’après Chelya qui ne fournit aucun lien. Demain, on me demandera de prouver, qu’une éolienne n’utilise des tonnes de cuivre ou de béton (gourmand en charbon) et je devrai percer les secrets industriels de la moindre des PME sur… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    sceptique. Et donc je ne me contenterai pas de vos afirmations gratuites non sourcées. Pour les terres rares c’est totalement vérifiables, il suffit de regarder les parts de marché des éoliennes à aimant permanent Comme je n’y connais rien, auriez vous la gentillesse de me dire quelle organisation a réalisé ce genre d’étude de part de marché ? Il me suffit juste d’un lien…

    Dan1
    Invité

    Remarquez bien que parfois les choses qui apparaissent très faciles pour les uns peuvent en réalité être très difficiles pour d’autres. J’ai par exemple était étonné des difficultés que vous avez rencontrées à répondre à la question posée pour la première fois ici puis maintes fois reprise (notamment par Sicetaitsimple) :

    Nicias
    Invité

    @Dan1 Remarquez bien que parfois les choses qui apparaissent très faciles pour les uns peuvent en réalité être très difficiles pour d’autres. Je ne suis pas sur d’avoir bien compris, car j’avoue mon ignorance du fonctionnement d’une éolienne. Il me semble que la seule façon d’en savoir plus, ce serait de connaitre les communiqués de presse des fournisseurs chinois de néodyme. Chelya parle chinois et pourrait me répondre par un lien plutôt que par étalage d’arogance. Bien sur, ce message ne vous est pas vraiment destiné.

    Dan1
    Invité

    Mon message s’adressait à chelya qui ne peut pas ne pas comprendre.

    Lionel_fr
    Invité
    Pour le neodyme dans les éoliennes , c’est simple : Toutes les machines actuellement installées possèdent une boite de vitesse. Ce choix a été fait précisément pour ne pas dépendre des matières premières. Les machines à « gearbox » (en l’occurrence un gros multiplicateur) n’emploient pas de néodyme dans l’alternateur. Cela ne présume pas de l’emploi de moteurs brushless ailleurs dans la machine. Je rappelle qu’une éolienne est un robot totalement asservi par des moteurs et des servos. Mais ce n’est pas le sujet de la conversation. Nous ne parlons pas de quelques grammes de métaux rares mais de quantités plus importantes.… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    Merci pour ces explications. Je n’ai pas tout compris, notamment en ce qui concerne la transformation de l’énergie mécanique en électricité. J’irai lire un cour la dessus en temps voulu. Quoi qu’il en soit, des éoliennes utilisent déjà du néodyme, et cette part est appelée a se développer avec l’offshore.

    Power
    Invité

    A ma connaissance le neodyme est utilise pour ses performances en tant qu’aimant dans les alternateurs. Bien sur cet aimant peut etre en ferrite par exemple mais en depit des performances. Je ne voit pas la relation avec une boite de vitesse qui sert a reguler le couple. Ma voiture ,start and stop , ecologie oblige, a un alternateur demarreur contenant du neodyme et je vous le certifie je passe manuellement des vitesses.

    Lionel_fr
    Invité
    L’alternateur industriel reste une pièce complexe assez difficile à appréhender lorsque il sort des schemas classiques, même pour un ingé avec des bases solides. C’est le cas des éoliennes ou on joue au maximum sur le courant d’excitation et l’impédance pour maintenir le rotor en rotation ou au contraire le mettre à l’arret par exemple Le neodyme et le cobalt rendent les aimants plus puissants à encombrement égal. L’exploitation de cette propriété dépent du design de l’alternateur et des contraintes qu’on lui demande de remplir. On peut dire qu’il permet une plus grande distance entre les bobines et les aimants.… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Pour revenir au sujet principal : les tribulations de greenpeace chez EDF J’ai deux constats et deux questions : 1) On nous dit que 2 militants sont montés sur le dôme d’un réacteur de Nogent et on ne voit aucune photo probante de Greenpeace. 2) On nous dit que EDF a laissé faire l’intrusion sous contrôle. Questions : 1) Pourquoi Greenpeace (ou d’autres) ne diffusent-ils aucune photo de l’équipe installée sur le dome (au moins lorsque le soleil s’est levé) 2) Pourquoi EDF a-t-il soit disant laissé filer jusque sur le dôme ? Apparemment Greenpeace aurait averti EDF de l’intrusion… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    C’est effectivement aveuglant! « Les éoliennes actuelles, ont une conception volontairement rustique et robuste orientée maintenance. L’alternateur est déporté sur un coté de la nacelle et relié à l’arbre principal par un multiplicateur ou une courroie.  » On attend la photo d’une courroie d’éolienne ….Ca doit bien trainer sur le Net, non, M. Lionel?

    wpDiscuz