GRHYD : les premiers enseignements du Power to Gas en france

Dans le cadre des Assises européennes de la transition énergétique, les membres du projet GRHYD (Gestion des Réseaux par l’injection d’Hydrogène pour Décarboner les énergies) – 1er démonstrateur Power to Gas en France – ont partagé leurs premiers enseignements deux ans après son lancement officiel.

Ce projet est coordonné par ENGIE en lien avec 10 autres partenaires. Il bénéficie du soutien de l’ADEME au titre des Investissements d’Avenir et est testé en grandeur nature sur le territoire de la Communauté urbaine de Dunkerque.

Le projet GRHYD est l’une des initiatives les plus importantes en France dans le développement de l’hydrogène. Son objectif est d’évaluer et de valider la pertinence technique et économique d’une nouvelle filière énergétique composée d’hydrogène et de gaz naturel sur les volets habitat et transport.
 
1.  Qu’est ce que le concept de « Power to Gas » ? GRHYD est -il une solution à l’augmentation de la part des EnR dans le mix énergétique européen ?
 
L’Agence Internationale de l’Energie prévoit que la consommation énergétique mondiale devrait doubler d’ici à 2035. Pour satisfaire ses besoins tout en respectant la loi de transition énergétique, la France veut porter à 23% la part des EnR dans sa consommation énergétique finale à l’horizon 2020 (vs 14% aujourd’hui).

Cependant, ces énergies sont aujourd’hui « intermittentes », les énergies éoliennes et solaires étant influencées par les conditions météorologiques, et leur répartition est inégale sur le territoire. L’objectif principal des acteurs de la filière porte donc  sur le développement des vecteurs de flexibilité pour optimiser le lien entre production et consommation d’énergie.

Le Power to Gas est une solution qui consiste à transformer l’électricité issue d’énergies renouvelables en gaz hydrogène. Une fois converties en gaz, les EnR peuvent donc être stockées et transportées dans les réseaux gaz naturel. GRHYD en est le 1er démonstrateur à grande échelle en France.
 
 
2. Pourquoi réaliser ce projet d’envergure sur le territoire du dunkerquois ?
 
Pionnière dans la mise en œuvre d’actions innovantes dans le domaine de l’énergie et du climat, la Communauté urbaine de Dunkerque conduit depuis 2004 une politique environnementale volontariste jouant le rôle de laboratoire de bonnes pratiques.

GRHYD représente l’étape logique et essentielle entre les expérimentations précédentes concrétisées sur le territoire dunkerquois (les projets EPACOP et ALTHYTUDE) et l’industrialisation future de ces solutions environnementales.

Accompagné par le pôle d’excellence ENERGIE 2020, ce projet doit consolider le leadership régional du Dunkerquois dans le domaine, avec en ligne de mire la distribution de cette énergie sur le territoire en 2017. Via cette démarche, la grande région Nord-Pas de Calais – Picardie se positionne en précurseur dans ce domaine et ambitionne de valoriser les savoir-faire industriels du territoire et préparer les emplois de demain. Le projet GRHYD représente le premier projet de grande envergure illustrant la Troisième révolution industrielle en marche dans la région.
 
3. Comment GRHYD répond concrètement à la nécessité d’augmenter la part des EnR dans la consommation d’énergie française ?
 
Chauffer un quartier et faire rouler une flotte de bus urbains avec du gaz naturel et de l’hydrogène : tel est le pari de GRHYD. Il s’agit de mettre en application le Power to Gas par la gestion couplée et optimisée d’un vecteur énergétique, l’électricité « verte », à une énergie, le gaz naturel grâce au vecteur hydrogène, permettant ainsi de stocker et valoriser l’énergie renouvelable.

GRHYD propose plus précisément de nouveaux produits pour de nouvelles utilisations de cet hydrogène :

• un carburant Hythane®,  mélange de gaz (80%) et d’hydrogène (20%)
• un combustible gaz, mélange de gaz naturel et d’hydrogène, permettant de produire, via son injection dans les réseaux de distribution de gaz naturel, de l’eau chaude sanitaire et du chauffage dans un nouveau quartier.
 
4. Quelles avancées sur le volet Habitat ?
 
Les modélisations technique et économique pour l’axe habitat ont été complètement réalisées. L’injection d’hydrogène dans le réseau gaz naturel permettra ainsi de répondre aux besoins de chaleur (chauffage et eau chaude sanitaire) des 100 premiers logements du nouveau quartier de la ZAC de Cappelle-la-Grande qui accueillera ses premiers habitants en mars 2017.

Des tests en laboratoire ont démontré que les chaudières actuelles permettraient la distribution de cette énergie, en tenant compte de la présence d’un maximum de 20% d’hydrogène dans le combustible gaz.

La démonstration ira encore plus loin en envisageant le raccordement d’un bâtiment existant, l’Etablissement Public de Santé Mentale, au réseau gaz naturel/hydrogène. Enfin, une étude réalisée auprès des citoyens démontre leur perception plutôt positive de l’arrivée du démonstrateur GRHYD dans l’Habitat.
 
5. Et sur l’axe Transport ?
 
Le second démonstrateur concerne le développement de la commercialisation d’une solution de carburant Hythane® à l’échelle industrielle. En complément de la station actuelle de carburant Gaz Naturel pour Véhicules (G.N.V.), une station de production-stockage hydrogène, localisée sur le site du dépôt de DK’Bus Marine à Petite-Synthe, doit permettre d’alimenter en carburant Hythane® une flotte de plusieurs dizaines de bus fonctionnant actuellement au G.N.V.

Dans l’optique d’un mélange hydrogène-gaz naturel à 20%, offrant le plus grand bénéfice environnemental, les partenaires attendent de connaître les conditions technico-économiques pour convertir les nouveaux bus à cette nouvelle énergie car à ce jour il n’existe aucune grille d’homologation pour un carburant composé de gaz naturel avec 20% d’hydrogène. Un frein règlementaire et financier que devra s’attacher à lever le projet GRHYD pour favoriser un futur déploiement de cette énergie.

GRHYD : les premiers enseignements du Power to Gas en france

[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

 
La carte d’identité du projet GRHYD

  • 11 partenaires
  • 5 ans : 2 ans d’études, 1 an d’autorisation, 2 ans de démonstration
  • 15 millions d’euros pour le projet GRHYD
  • 23% d’EnR dans la consommation énergétique de la France à horizon 2020
  • 1 300 emplois directs sur le secteur de l’éolien dans la nouvelle région Nord-Pas de Calais – Picardie
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

48 Commentaires sur "GRHYD : les premiers enseignements du Power to Gas en france"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Sonate
Invité

J’ai du mal à croire que en 2016, il y a encore des gens qui répétent cette expression scientifiquement fausse : “énergies intermittentes”. Le terme correct est “énergies (météo)fluctuantes”.

Neogrid
Invité
On veut un carburant Hythane pour véhicules avec 1 mélange de CH4 (80%) et d’hydrogène (20%). Et aussi le meme mélange 80%-20% permettant de produire, via l’injection d’H2 dans les réseaux de distribution de gaz naturel, de l’eau chaude sanitaire et du chauffage dans les nouveaux quartiers,car on dit que les chaudières actuelles permettraient la distribution de cette énergie, en tenant compte de la présence d’un maximum de 20% d’hydrogène dans le combustible gaz.(Quid des cuisinières et four à gaz?). Alors pourquoi le mélange CH4-H2 est limité actuellement à seulement 5 % d’H2 ?? Et que va t’il falloir modifier… Lire plus »
arzi77
Invité

GRHYD (Gestion des Réseaux par l’injection d’Hydrogène pour Décarboner les énergies) Dommage ! L’usage du terme “Décarboner” (en oubliant qu’il s’agit uniquement de se passer de carbone fossile) s’est hélas géneralisé ! Ceci est de nature à troubler le public non spécialiste, puisque dans le même temps, on encourage des activités comme le Bio gaz, la construction d’immeubles en bois, ou la reforestation, toutes activités qui utilisent ou recyclent du carbone deja present dans l’atmosphere, sans en ajouter, (comme c’est le cas avec les combustibles fossiles.) Défossiliser les énergies, c’est mieux que “décarboner” les énergies !

6ctsimple
Invité

Bah il faut tout modifier….le réseau, les équipements de combustion y compris certainement votre cuisinière. C’est donc possible, mais sur des portions de réseaux nouvelles, avec des appareils de consommation neufs et conçus pour, une injection d’H2 en tête de ce réseau et suffisament régulière pour assurer des caractéristiques du mélange relativement stable. Bref un casse-tête!

Papijo
Invité

“Pour ce que j’en pense je prefere m’orienter vers l’idée qu’on est capable d’isoler H2 de CH4 avec une menbrane au niveau “utilisateur” lors de la consommation.” Ah bon ! Et l’hydrogène en excédent dont vous ne voulez pas, … il va où ?

enerc77
Invité

OK pour faire des études, mais on atteind à peine 34% de renouvelables dans la part consommée en pointe annuelle (donc moins sur la production vu les exports). Avec une augmentation de 2 à 5 GW d’ENRs chaque année, on est encore très loin de saturer le réseau. Commençont donc par isoler les bâtiments et électrifier les transports. Un véhicule électrique, c’est plus efficace que de passer par la chaîne H2.

Verdarie
Invité
Mais si, stocker rend les renouvelables compétitifs. Etant compétifs, ils se développent plus vite.Et viennent en concurrence de l’existant. Ce qui fait baisser le prix Si l’énergie est moins chère elle impacte plus de secteurs qui peuvent mieux se développer.La France achète toute son énergie, nous avons donc intérêt à ce qu’on la paye le moins cher possible.La dépense énergétique nous contraint à faire des choix qui sont liés aux pouvoirs économiques de chacun. Il n’y a pas de commencement ou de fin, les choses peuvent être menées de front. Car les moyens qu’on met dans les renouvelables viennent en… Lire plus »
lionelfr
Invité
Le stockage n’est pas une question de technologie mais de politique à long terme. Actuellement un stockage incroyablement efficace consiste à bruler moins de fossiles quand il y a du vent.. Et ça marche. Et que deviennent les fossiles qu’on ne brule pas ? On les stocke ! Et les fossiles couteront des cacahuètes pendant 2 ans au moins. Donc pas d’affolement sur ce qu’on stocke. Par contre on développe des techniques qui seront un jour utilisées à des fins de stockage à grande échelle à la place des fossiles dans deux ans et plus. Grhyd est l’un de ces… Lire plus »
6ctsimple
Invité

“Une regle de 3 et voila H2 fait 0.19 l’energie contenu de CH4 par unité de volume.” On ne voit pas pourquoi vous vous fatiguez pour en plus vous planter… Le PCS des différents gaz c’est disponible partout. En gros, à pression atmosphérique, CH4 c’est 3 fois plus de PCS que H2 par unité de volume.

6ctsimple
Invité

Vous racontez vraiment n’importe quoi…..

6ctsimple
Invité

Un mélange de 80%CH4/20%H2 (en volume) à 200bar est détendu à pression atmosphérique. Trouver la proportion volumique du mélange détendu. PS; on peut aussi la faire avec un mélange à pression atmosphérique qu’on comprime à 200bar…..

6ctsimple
Invité

Où ai-je parlé de 11% (vos 11%)? Réflechissez donc à ma question de physique amusante….

6ctsimple
Invité

en oubliant le réseau existant… Ca n’a rien à voir, ce que peut supporter le réseau réglementairement aujourd’hui c’est 5% en volume..

lionelfr
Invité
Quel embrouillamini pour une réalité complètement ignorée : celle des participants au projet C’est très perturbant tous ces calculs qui ignorent la dimension business pour ne s’interesser qu’aux molécules. Les molécules ne vont pas régler de problème, c’est le business qui compte. Le business dit que les allemands font de l’injection d’HH dans le gaz de chauffage , les français dans le carburant de transport collectif .. Dans les deux cas , le paradigme est exactement le même : on essaye de récupérer les infrastructures gaz pour exploiter de l’hydrogène produit à partir des excédents Aucun de ces projet ne… Lire plus »
Verdarie
Invité
Le stockage n’est pas une question de technologie mais de politique à long terme. Sans doute, mais la technologie influence les choix politiques. Puisque lorsqu’on choisi une technologie on regarde: le coût de la construction, le prix de la matière première,le rendement des machines, les risques de l’utilisation, la production de déchets. En tout cas si j’étais un politique responsable c’est sans doute ce que je regarderais en premier jet ? Actuellement un stockage incroyablement efficace consiste à bruler moins de fossiles quand il y a du vent. On ne peut sans doute pas parler de stockage proprement dit ?… Lire plus »
6ctsimple
Invité

Celle de cebH2o est effectivement très complexe à utiliser! Pour autant, le nom des participants au projet ne risque pas de modifier fondamentalement des lois fondamentales de la physique (Mariotte, Avogadro, Gay-Lussac, Dalton).

lionelfr
Invité
Personne ne modifiera la physique, ni la politique, ni le pricing des fossiles, ni la logistique des EnR. Produire de l’HH en 2016 reste un projet qui deviendra exploitable lorsque les excédents potentiels dépasseront les 100TWh. Il y a certes des niches mais ce projet ne s’inscrit pas dans une niche. Les niches ont par définition des critères spécifiques qui priment sur les critères standards Ce projet est un trésor de données et un laboratoire bien dimensionné dans le cadre d’une recherche à 5 ou 8 ans. Et comme je l’ai dit , sa raison d’être est de remplacer les… Lire plus »
6ctsimple
Invité

“A cet égard, l’allemagne a raison de provilégier la capacité EnR et remettre l’intégration à plus tard. Il faut vraiment beaucoup plus d’EnR pour justifier l’hydrogène réseau ” Faut suivre, avec vous! Je ne vais pas faire une recherche sur vos écrits antérieurs, là c’est bientôt dodo. Mais sur le fond, je suis d’accord avec la phrase récopiée ci-dessus.

lionelfr
Invité
L’hytane est un carburant intéressant en ce sens qu’il exploite les moteurs thermiques : 35 millions en France. En plus de l’énorme parc installé, on n’a pas de problèmes de catalyseurs à métaux nobles ni de compatibilité ascendante avec les carburants déjà distribués (GNV en l’occurrence.) C’est exactement comme l’adsl d’il y a 15 ans. Ce n’est pas la solution idéale mais on peut la déployer en un rien de temps sur un marché de millions de tonnes d’éqv pétrole.. Faire du chiffre d’affaire pour financer la génération suivante.. pourquoi pas des réservoirs de type 4 (polymère carbone) sur les… Lire plus »
6ctsimple
Invité

compte tenu de le durée de vie moyenne d’un véhicule automobile, le rétrofit d’un carburant à un autre n’a quasiment aucun sens. Jamais personne ne va faire modifier sa “vieille” bagnole pour passer du diesel ( par exemple) à un mélange quelconque gaz+H2. Est-ce que les constructeurs automobiles vont développer des véhicules adaptés à un marché hythane, j’en doute un peu….. L’electricité va balayer certainement tout ça en quelques années , notamment pour les bus urbains.

6ctsimple
Invité

l’électricité ou des versions hybridées vont balayer tout ça.

lionelfr
Invité
Vous oubliez un peu vite le contexte. La production d’hydrogène se développe et pas uniquement dans l’électrolyse puisque l’australie va livrer de l’HH liquide tiré de son charbon au Japon par méthaniers. L’allemagne met en service des unités de 6 MW, McPhy propose des électrolyseurs jusqu’à 8 MW , Areva fait du PEM… D’autre part les bus en milieu urbain sont une calamité mondiale ! Il y en a dans toutes les villes du monde et le diesel a été classé dangereux par l’OMS … Enfin, si vous équipez les bus, vous pouvez facilement en faire autant avec les poids… Lire plus »
6ctsimple
Invité
Pour mettre tout le monde à l’aise, je trouve ce projet très bien pour faire avancer le schmilblick, la connaissance technique en matière d’introduction d’H2 dans des réseaux de gaz naturel. Pour autant, quand il aura rendu ses résultats, il n’apportera pas de solution. Je suis persuadé que toute technologie de consommation énergétique doit s’adapter à un produit normé et universellement répandu pour faire son trou. -l’electricité, tout va bien , c’est parfaitement normé. – le gaz naturel, pareil, éventuellement complémenté d’un chouia d’H2 dans le futur – les produits pétroliers normés, pareil. Mais le machin un peu spécial type… Lire plus »
6ctsimple
Invité

“La production d’hydrogène se développe et pas uniquement dans l’électrolyse puisque l’australie va livrer de l’HH liquide tiré de son charbon au Japon par méthaniers.” Ah bon? Source SVP… Je pense que vous confondez avec du méthane….

lionelfr
Invité

Hytane est compatible gnv, donc complètement standardisé. Je cherchrai la source. De mémoire c’était sur MIT ou Bloombrg.. GNV est une conversion simple des moteurs. Pour la reprogrammation de l’injection diesel, c’est précisément ce à qoi sert la r&d ! En plus, il y a l’aspect mat. premières. Pas de lithium, ni de platine, ni neodyme. Du bon vieil acier et de l’alu , un peu d’huile et une technologie qui pèse déjà 5% du pib mondial Donc aucune limite , aucune dépendance

6ctsimple
Invité

D’abord sur l’hydrogène liquide australien…. Et surtout cherchez le mec qui à une voiture diesel de quelques années et qui va tout à coup se demander si il devrait pas la convertir à un mélange gazeux quelconque… Dès que vous en trouvez un, vous nous faites signe!

lionelfr
Invité
Oui, la masse moléculaire d’un combustible fait beaucoup dans son histoire industrielle ! Cela dit , on n’observe pas de grosse différence entre la cinématique de l’HH et celle du CH4. L’HH est plus pointu et requiert des technologies plus sensibles. En même temps, la compatibilité du hardware HH avec le CH4 est quasi parfaite (aux la T° de combustion et d’ébullition près cependant) Mais il y a un énorme bug récurrent dans la façon de raisonner des français en général et c’est souvent le principal obstacle des technos récentes. Les français fonctionnent selon une approche strictement économique où tout… Lire plus »
Verdarie
Invité
Croire que tout un chacun va continuer d’inventer son futur pour que ses innovations ne profitent qu’aux entreprises internationales, c’est le meilleur moyen d’obtenir une population de zombis. Si l’on veut retrouver une industrie robuste et exportatrice il faut faire en sorte que chaque idée nouvelle puisse être protégeé,comme le font les Américains, avant de pouvoir être difusée.Et que la valeur crée par l’entreprise lui profite pour en faire profiter d’abord ses employés.C’est la seule manière de créer l’émulation nécessaire au développement. Ca n’empêche pas les autres pays d’en profiter mais ça limite la concurrence le temps nécessaire de l’adaptation… Lire plus »
lionelfr
Invité
oui, gloire au pékin, que son règne soit sanctifié, que sa volonté soit faite, blabla Je connais un tas de gens un peu réveurs (un pied dans la sphère artistique) à qui il ne manque qu’un bon agent, un mécène généreux.. Leurs idées sont bonnes, leur capacité à les réaliser est nulle Nulle parce qu’ils sont désordonnés, parce qu’ils ont du mal avec les gens pas d’accord avec eux, parce qu’il négocient mal, parce qu’ils ne supporte pas qu’une autre idée soit aussi bonne que la leur.. Et tous ces braves gens qui sont fondementalement cools, s’entendent dire que c’est… Lire plus »
Verdarie
Invité

C’est bizarre cette impression de penser que vous êtes devant votre glace entrain de vous faire une analyse psychologique ?

Guernoer
Invité

Lionel essaye de vous aider mais comme vous n’êtes pas très malin sur le plan relationnel(et en plus betement succeptible),vous allez encore vous faire un ennemi de plus et votre fameux projet de stockage ne va pas améliorer ses chances d’exister à cause de votre incompétence en matière de relation avec autrui.Résultat,votre attitude inapropriée va encore profiter aux énergies sales que vous detestez tant.Les énergies sales? vous en êtes malgré vous le meilleur allié.

lionelfr
Invité
La question n’est pas de savoir si le pékin est gentil, méchant .. La question est de savoir comment fait l’industrie pour protéger son activité Le nouveau mot qui aide à comprendre est “uberisation”. Comment l’industrie se protège contre ça ? Pas par les arguments syndicalistes. C’est en rendant un service que seuls de gros investissements permettent de rendre. Essayez de fabriquer un microprocesseur, une automobile à structure porteuse, ou simplement un écran LCD… C’est impossible parce que l’outil industriel pour fabriquer ça coute des milliards. L’industrie a besoin de choses comme ça. Ce dont l’industrie doit se passer ,… Lire plus »
Guernoer
Invité

C’est en rendant un service que seuls de gros investissements permettent de rendre. Essayez de fabriquer un microprocesseur, une automobile à structure porteuse, ou simplement un écran LCD… C’est impossible parce que l’outil industriel pour fabriquer ça,coute des milliards. Il est évident que seul de gros investissements permettront de fabriquer un grand ensemble de production,transport et distribution d’hydrogène à grande échelle pour passer dans une économie généralisée à l’hydrogène. C’est pas Uber qui va généraliser l’usage de l’hydrogène.

Verdarie
Invité
J’apprécie votre façon directe de dire des choses justes et d’apporter ainsi votre réflexion à cet échange qui, j’en conviens, s’est mal engagé. C’est d’autant plus bête que j’ai tendance à penser la même chose que lui sur la diversité des offres,le besoin de créer et d’organiser l’entreprise autour d’un vrai projet, qui apporte une solution nouvelle et inédite, dans un secteur ou chacun peut renforcer l’autre, afin de faire un tout cohérent et concurrentiel ! Mon inexpérience en matière de gestion d’entreprise m’incite également à penser que la solution réside, plutôt que dans un “tueur”,dans l’association de compétences indispensables… Lire plus »
lionelfr
Invité
Ce n’est pas grave. Verdarie a rebondi sur un mot de ma phrase qui sans son contexte , n’a plus du tout le même sens. Cela dit , la question indirectement posée par ce mot a aussi son importance : voir les VTC qui s’attroupent un peu partout dans les grandes villes.. Et c’est justement ce que redoute l’industrie : se retrouver avec un outil industriel payé une fortune, concurrencé par un hacker dans son garage. Contrairement à ce qu’on lit souvent sur ce forum, l’industrie ne cherche pas les solutions les plus faciles , elle cherche aussi à se… Lire plus »
Verdarie
Invité

Encore une fois, si l’on souhaite pouvoir parler des mêmes choses,il faut commencer par décrire le modèle à partir duquel on pourra réellement discuter.Et ne pas vouloir, à partir d’images fausses en déduire une vérité. Pour ce qui concerne la question de facilité, on ne la choisit pas, c’est juste elle qui s’impose lorsque vous pensez avoir fait le tour de la question. Enfin, le moteur que je propose a besoin d’énergie et ne fonctionne, ni avec la méthode Pantone,ni avec de l’énergie libre. C’est important car pour rassembler de gros investisseurs il faut pouvoir présenter un projet cohérent.

Guernoer
Invité
Les PME du domaine du stockage d’énergie,ont des contraintes de temps et des limites d’investissement qui ne leur donne pas de grandes marges de manoeuvres pour vérifier la validité de toutes les idées de stockage “massif et pas cher”(qui semblent trop beau pour être vrai) par la réalisation,à chaque fois, d’un petit démonstrateur semi industriel,car elles reçoivent beaucoup de ces propositions,bien plus qu’elles ne se hazarderont à en tester. D’où le fait,que la probabilité que vous puissiez réussir à faire tester votre idée par une PME travaillant dans l’énergie ou son stockage,apparait vraiment très faible,surtout que vous aurez de la… Lire plus »
Guernoer
Invité

Pour votre invention:Tantot vous nous parlez d’un moteur(ou d’un eco-moteur). Et tantot vous nous parlez d’un dispositif de stockage massif et pas cher d’énergie,qui conviendrait très bien aux Enrs intermittentes,solaire,éolien… Ce n’est pas du tout la même chose et n’aide vraiment pas à la crédibilité de vos propos. Au contraire,ça brouille beaucoup le message. A moins que vous n’ayez en fait, 2 inventions à proposer.Mais 2 inventions “miracles”,ça commence à faire beaucoup trop pour un seul homme. Déjà qu’une seule invention miracle….Cela laisse songeur(et très sceptique).

Verdarie
Invité
Bonjour et merci de toutes vos remarques qui me permettent d”amener plus de précisions, pour la bonne compréhension de ceux qui peuvent nous lire. J’entends ce que vous me dites que je pourrais traduire par:”Le propos est intéressant mais manque encore de crédit ?” Le crédit, maitre mot….Absent forcément lorsqu’on parle de concept, qui ne devient nouveauté, qu’après réalisation.C’est ce que dit implicitement Lionel-fr,dans son dernier message. Mais il n’y a pas d’incohérence dans ce que je dis. Même si parfois je n’utilise pas les mêmes mots pour désigner une même chose. Lorsque je parle d’un système, je désigne plusieurs… Lire plus »
Guernoer
Invité
la question du prototype, s’il peut être intéressant à construire pour pouvoir faire des observations et des mesures fiables, il n’est pas indispensable si vous pouvez vous fier à la démonstration des forces en présence et de quelques prototypes non fonctionnels qui permettent de se faire une bonne idée du fonctionnement général de la machine Les patron de PME(et meme de grandes entreprises)ne résonnent pas du tout selon votre logique à vous. Le prototype est absolument indispensable pour connaitre le cout du Kwh stocké par le dispositif,mais aussi la robustesse et donc la durabilité du dispositif,et s’il sera ou non… Lire plus »
Verdarie
Invité
La liberté c’est de pouvoir faire des propositions honnêtes pour répondre à un problème de société. C’est aussi d’être libre de choisir entre toutes les propositions, celles qui pourront répondre au mieux à ces besoins ? Ce qui fait la différence entre ceux qui réussissent et l’immense majorité des autres, c’est que ces autres doivent se contenter de copier le modèle. C’est d’autant plus bête qu’on l’a eu sous les yeux mais qu’au lieu de regarder on a préférer raisonner ? Dans cette discussion, ma seule logique c’est de pouvoir faire la proposition d’un système de stockage de masse de… Lire plus »
Guernoer
Invité
Eh bien,dans le cas où vous pensez que Verdarie a vraiment inventé un dispositif de stockage de masse aussi extraordinaire que ce qu’il nous dit.Pourquoi ne pas vous associer avec lui ? Et même amener avec vous,des amis à vous.Vous pourriez étudier communément de près ses propositions.Il vous suffira d’aller à Toulouse ou dans sa région.Et peut être même de commencer à en discuter,avant, un peu avec lui(de ses conditions préalables) sur l’un des nombreux autres réseaux mondiaux spécialisés et très connus des internautes et autres financiers(qu’il a évoqué sans les nommer dans son dernier post) sur lesquels il fait… Lire plus »
Guernoer
Invité

Faudra pas vous contenter d’une vidéo live(c’est trucable meme en flux direct live,par des experts vidéo).Il faudra que vous alliez vérifier rigoureusement(et en équipe de préférence)sur place,tout le temps nécessaire.Les possibilités d’abus et d’arnaques,sur de tels projets, ne sont pas à prendre à la légère.Rendez vous compte des enjeux,rien de moins que: Un système de stockage de masse de l’énergie électrique, simple, efficace, économique, écologique,robuste,acceptable,concurrentiel,compact, pouvant être installé partout dans le monde, même en ville. Franchement,la méfiance la plus rigoureuse ne sera pas un luxe inutile.

Guernoer
Invité
En fait,la “boite noire” serait trucable(dans le cas d’une vidéo en streaming) si on l’alimente discrètement par induction(il peut y avoir aussi d’autres trucages,demandez conseil à des illusionnistes professionnels)).D’où la nécessité de venir voir sur place et faire toutes les mesures et observations sur place,vraiment in situ.Meme si vous trouviez satisfaisant votre système par youtube et les appels vidéo conf sur skype pour visualiser tous les appareils,je vous conseillerais quand même toujours d’aller vérifier scrupuleusement sur place. On est jamais assez méfiant,surtout dans un cas de figure où les prétentions de l’invention du bonhomme sont assez énormes quand à leurs… Lire plus »
Verdarie
Invité
Inutile cebh20, je pensais parler à un cheval de course après son intervention suite à l’anicroche avec Lionel-fr mais en réalité il s’agit d’un canasson hargneux,paranoïaque et revanchard. Finalement de pouvoir discuter avant sur un forum ça nous préserve des mauvaises surprises ! Donc je ne répond plus à ceux qui me font un procès en sorcellerie parce qu’ils ont un cerveau atrophié qui les empêche de comprendre que le monde avancera sans eux. Maintenant si ce système vous intéresse, on peut en discuter gagnant/gaagnant dans un endroit comme par exemple à l’INPI qui organise ce genre de rencontre payante.… Lire plus »
Guernoer
Invité
Eh bien voilà,Verdarie vous propose un rendez vous gagnant/gagnant dans un endroit comme par exemple à l’INPI,qui organise ce genre de rencontre payante(combien???),mais c’est probablement vous qui allez devoir payer,comme par hazard. Bien sûr, c’est pas gratuit mais vous avez la garantie de l’Etat et vous êtes sûr de pouvoir aborder tous les aspects du problème. Maintenant,si c’est Verdarie qui paye cette rencontre à l’ INPI;à vous de voir si vous voulez ou non vous déplacer à L’INPI de Toulouse,de sa région (ou d’ailleurs ??).Bon,il n’y aura pas de prototype(dommage car pour vous (et moi) c’est la base. Le canasson… Lire plus »
Verdarie
Invité

Toute la bêtise du monde résumée dans ces commentaires ? Comment en étant bête au point de pas voir ses contradictions, peut-on vouloir diriger une entreprise qui demande des qualités de visionnaire ?

Guernoer
Invité
Pauvre France surtout,d’être mentalement polluée et parasitée sur ses forums par des égo-narcissiques débiles(ou peut être même des escrocs ratés aussi minables que méprisables) qui croient(ou veulent faire croire) avoir inventé un système de stockage massif économique miracle,alors qu’ils n’ont aucune compétences scientifiques ou technologiques crédibles(un retraité de la fonction publique territoriale,bricolo à ses heures perdues de retraité inculte en science et technologie et encore plus inculte sur le fonctionement des entreprises et les exigences légitimes de leurs dirigeants).Qui sont tellement bêtes,qu’ils ne sont sont même pas foutu de comprendre que sans un proto valable,il ne seront jamais prix au… Lire plus »
wpDiscuz