Enerzine

GRHYD : premier projet d’envergure pour l’injection d’hydrogène vert

Partagez l'article

La Communauté urbaine de Dunkerque, GDF Suez et leurs partenaires ont annoncé lundi le lancement d’un premier projet démonstrateur, GRHYD : "Gestion des Réseaux par l’injection d’HYdrogène pour Décarboner les énergies."

Le projet GRHYD comporte 2 volets relatifs. L’injection d’hydrogène dans les réseaux de gaz naturel d’un quartier neuf à Cappelle-laGrande d’une part, et la production de carburant Hythane® pour alimenter les bus du réseau de transport en commun de l’agglomération dunkerquoise d’autre part.

Il a pour objectif de transformer en hydrogène de l’électricité issue d’énergies renouvelables et produite en dehors des périodes de consommation pour la valoriser via les usages du gaz naturel. Il représente également le 1er projet de grande envergure illustrant la Troisième révolution industrielle actuellement à l’oeuvre dans le Nord-Pas de Calais.

Les 12 partenaires du projet GRHYD vont donc expérimenter la première injection d’hydrogène dans le réseau gaz naturel pour satisfaire les besoins de chaleur (chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson…) des 200 logements prévus dans le nouveau quartier (près de 1.000 usagers), efficace énergétiquement, de la Zone d’Aménagement Concerté de Cappelle-la-Grande. Le quartier sera alimenté par un mélange d’hydrogène et de gaz naturel, dans des proportions d’hydrogène variables et inférieures à 20 % en volume.

Démultiplier, en effet, les sources d’énergies renouvelables implique le développement de capacités de stockage susceptibles de compenser les intermittences de production et les variations de consommation. La transformation d’énergie électrique en hydrogène est actuellement la technologie la plus prometteuse quand il s’agit d’absorber les fluctuations de la production globale d’électricité. Audelà de sa faculté à être reconverti en électricité, l’hydrogène peut être exploité directement comme combustible, écologique et à rendement optimal, à condition qu’il trouve des débouchés de proximité pour remplacer les sources fossiles.

Le second démonstrateur, qui est le prolongement du projet ALTHYTUDE que la Communauté urbaine de Dunkerque avait précédemment accueilli, concerne le développement d’une solution de commercialisation de carburant Hythane® à l’échelle industrielle pour alimenter une cinquantaine de bus (fonctionnant actuellement au GNV) de la flotte du réseau de transport en commun de l’agglomération. Une station de bus GNV sera adaptée au mélange hydrogène-gaz naturel, à hauteur de 6 % d’hydrogène et ensuite jusqu’à 20%.

Au-delà des enjeux techniques d’innovation et de maîtrise de l’énergie qui sont considérables, le projet GRHYD est aussi porteur de perspectives économiques importantes en termes de développements industriels, commerciaux et d’emplois.

 

GRHYD : premier projet d'envergure pour l'injection d'hydrogène vert

GDF Suez et 3 de ses filiales opérationnelles (GrDF, GNVERT et Cofely Ineo), se sont associés au sein d’un consortium avec des équipementiers (AREVA, CETH2 et McPhy Energy), des structures publiques (CEA et INERIS), un centre technique (CETIAT), un exploitant de réseau de transport urbain (STDE) et surtout, avec la Communauté urbaine de Dunkerque, territoire d’accueil du projet, pour lancer ce démonstrateur relatif à l’injection d’hydrogène dans les réseaux de gaz naturel et la production de carburant Hythane®.

GRHYD est le premier projet à avoir été accepté suite à l’Appel à Manifestations d’Intérêt (AMI) dédié à l’hydrogène et aux piles à combustibles publié par l’ADEME en avril 2011. En septembre 2012, le projet d’un budget global de 15,3 millions d’euros a reçu le feu vert du Commissariat Général aux Investissements (CGI) et sera donc financé à hauteur de 4,5 millions d’euros via les Investissements d’Avenir.

[ Power to gas : schéma d’architecture de production de méthane de synthèse ]

GRHYD : premier projet d'envergure pour l'injection d'hydrogène vert

[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

 

Qu’est-ce que l’électrolyse de l’eau ? (src : McPhy)

L’électrolyse est un procédé qui utilise l’eau (H2O) comme matière première pour produire de l’hydrogène et de l’oxygène gazeux grâce à un courant électrique. Découverte à la fin du XVIIIe siècle, cette méthode a été industrialisée pour la première fois en 1900. En 1939 les premiers électrolyseurs générant 10 000 Nm3/h d’hydrogène sont installés, capacité faisant encore partie des plus grosses installations au monde aujourd’hui.

L’empreinte carbone de l’hydrogène est plus ou moins élevée selon la provenance du courant électrique servant à l’électrolyse. Un courant électrique provenant d’énergie renouvelable (solaire, éolien, hydraulique, biomasse, etc.) permet de produire un hydrogène dont l’empreinte carbone est très faible : l’hydrogène vert.

L’électrolyse de l’eau, couplée aux énergies renouvelables, est donc une réponse très pertinente pour :

– produire de l’hydrogène de façon pérenne et durable pour les industriels,
– stocker de l’énergie verte sans alourdir son bilan carbone,
– alimenter une mobilité verte (véhicules hydrogène).

Pourtant, à l’heure actuelle, seulement 5 % de l’hydrogène produit à travers le monde provient de ce procédé. Les 95 % restants sont produits à partir du reformage du gaz naturel. L’émergence des énergies renouvelables devrait favoriser la production d’hydrogène vert et permettre d’alimenter les marchés du futurs, clés pour l’environnement : la mobilité verte et le stockage d’énergie renouvelable à des prix compétitifs.

Qu’est-ce que le Power To Gas (src : McPhy)

Aujourd’hui l’intermittence des Energies Renouvelables (ENR) est un frein à leur développement à grande échelle. En effet, l’énergie électrique n’étant pas stockable facilement, il est bien souvent plus facile de déconnecter ces ENR du réseau électrique plutôt que de stocker l’excédent électrique. On est alors en présence d’électricité fatale (électricité perdue).

Une solution pour éviter de perdre cette électricité fatale est le Power To Gas, ou l’injection d’hydrogène vert dans le réseau de gaz naturel. Dans le cas d’une production éolienne, on parle par exemple de "faire souffler le vent dans le réseau de gaz naturel"

Le concept du Power To Gas est d’utiliser le réseau de distribution existant du gaz naturel pour stocker l’électricité fatale et la déplacer vers un autre point d’utilisation.

>>> Applications <<<

L’électricité fatale issue des ENR est transformée en hydrogène vert par électrolyse de l’eau. Cet hydrogène vert sert alors de vecteur énergétique, et peut alors avoir plusieurs applications :

– être utilisé via les centrales à gaz pour générer de l’électricité. On connecte ainsi le réseau électrique et le réseau de gaz naturel dans les deux sens
– être injecté directement dans le réseau de gaz naturel, dans une limite de 20 %, afin d’être utilisé par les consommateurs de gaz naturel de manière habituelle
– être combiné avec du CO2, pour donner du méthane (CH4) et de l’eau (principe de la méthanation). Ce méthane renouvelable synthétique peut alors être injecté dans le réseau de gaz naturel de façon très simple et sans limite
– être utilisé dans la mobilité pour tous les véhicules roulant aujourd’hui au GNV (Gaz Naturel pour Véhicules), qui peuvent alors circuler à l’Hythane© (mélange de 80 % de CH4 et 20 % d’H2)


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    41 Commentaires sur "GRHYD : premier projet d’envergure pour l’injection d’hydrogène vert"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    nrjlibre
    Invité
    Bonjour Je viens d’aller vérifier sur: on cale le curseur sur 4h15 par ex, et que constate-t-on (à l’huile !) ??? Pendant que le nucléaire ronronne doucement (pourvu que ça dure !) à 80 %, et bien on voit tourner du gaz, du charbon et même du fioul alors que la consommation est loin des records ! Et encore plus surprenant, on turbine plus de 3 gigawatts tout en exportant 10% de la production nucléaire ! Alors je vous le demande: Pourquoi ne parle t-on d’électricité « fatale » que pour le renouvelable ? N’est ce pas la preuve que du « fatal »… Lire plus »
    Sonate
    Invité

    Il suffit de regarder la définition d’énergie fatale dans Wikipédia pour s’en rendre compte : une énergie fatale est une énergie résiduelle contenu en fin de process et non-valorisée (ex : la chaleur résiduelle des eaux grises). Les énergies renouvelables métédépendantes (éolien, solaire sans stockage) ne sont donc pas des énergies fatales.

    Samivel51
    Invité
    A mon avis cette situation est liee aux surcapacites en thermique fossile. Vu que le mois de janvier a ete le 3eme plus doux en France depuis 1900, les centrales thermiques fossile ont tres peu tourne et ne rentrent pas dans leurs couts fixes. Donc des que le tarif de gros est legerement au dessus de leur cout de prod (ce qui n’est plus le cas des que le vent souffle un peu, et cette nuit-la il n’y a pas de vent), ils produisent. Et comme le prix de gros cette nuit-la reste bien bas, les barrages pompent pour revendre… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité
    re bjr Vous m’épatez avec votre analyse ! Surcapacité thermique ? Ca serait pas plutôt le nuke en surcapacité chronique 11 mois par an depuis des dizaines d’années ? Demandez au japonais si ils sont en surcapacité thermique ! On ferait mieux de fermer nos plus vieux réacteurs avant de se les prendre sur la tête quiite à faire tourner plus souvent nos thermiques au bord de la faillite (tu parles !) et en développant les renouvelables comme tout le monde ! Histoire de pouvoir compter sur qqs mégawatts quand on va fermer en catastrophe (hélas !) nos chers vieux… Lire plus »
    jpdebangui
    Invité

    @nrjlibre me surprendra toujours par son raisonnement biaisé. Il ne faut pas oublier que si le prix de l’électricité en France est le plus bas d’Europe c’est bien grace au nucléaire. Acceptera-t-il de payer 2 à 3 fois plus cher ? La voie H² est une des voies du futur… Il serait inadmissible de la négliger.

    nrjlibre
    Invité
    re Aloirs soyons clair: L’hydrogène j’adore depuis le lycée et quand je lis ça je biche: et ça pareil: Bref on vit une époque formidable ! Par contre qui a payé ces luxueuses et maintenant périmées centrales nucléaires ? Comment décide t-on du prix du KW alors qu’on en sait rien ? Est ce qu’il y a de quoi être fier de brader du courant pas cher alors que les couts cachés ne pourront plus l’être très longtemps (cachés !) Parce que bien malins ceux qui peuvent dire combien va coûter le démantèlement de ces 58 monstres, le stockage ad… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « Alors je vous le demande: Pourquoi ne parle t-on d’électricité « fatale » que pour les renouvelables ? » Tout simplement parce que pour les renouvelables non pilotables, on n’a pas le choix. Tandis que pour les fossiles aujourd’hui, si on les a fait tourner pendant toute la journée, c’est qu’il devait y avoir une bonne raison pour cela. Cette raison pouvait être par exemple que les conditions de marché rendait cette exportation intéressante : Elle a été pendant toute la journée supérieure à la production des fossiles. « Et ne devrez t-on pas réserver ce terme désobligeant (pour le moins !) à la… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    Quelques explications probables sur la production à 4h00 ce matin: – le gaz, ce sont nos braves cogen subventionnées du 1/11 au 30/03, à fond la caisse 24h/24 quelque soit la demande, avec un impact non négligeable sur la CSPE, la balance du commerce extérieur et les émissions de CO2! Que du bonheur! C’est du fatal volontaire et subventionné. – le fioul j’imagine ( pas sûr), que ce sont également des productions fatales de type petites cogen ou centrales dans les raffineries. – l’hydraulique bah il faudrait que nrjlibre apprenne que le fil de l’eau ça existe. – le charbon… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité
    à sict ok d’accord sur tout sauf le fioul, pour le fil de l’eau, je savais ! ! Mais alors parlons d’énergie « fatale » là aussi ! Pour le fioul il y a plein de jours sans, donc argument non recevable ! Quant au nuke il passe royalement de 55 GW à 52, méchante modularité ! Vous lacherez pas le morceau, moi non plus ! Il reste vrai que 11 mois par an on inonde le marché d’un courant bradé, et que le 12° mois on achète à n’importe quel prix pour faire chauffer les grilles pains qui servent de chauffage… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    quels jours vous voyez sans fioul? Moi aucun, y compris au mois d’aout dans les historiques… Quant au nuke, il n’a pas de raison de moduler beaucoup la nuit dernière. Par contre, ça peut lui arriver, un exemple: Je recopie: Comme Pamina demande des éléments de langage pour 2012, voici mon premier: ça concerne le nucléaire inflexible, vous savez, celui qui empèche le développement des renouvelables ( taper « Battle of the grids » si vous voulez en savoir plus). Eh bien je vous invite à consulter la page ECO2Mix de RTE du jour, c’est incroyable comme ces gens soit disant indépendants… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité
    Que les données se sont affinées ya peu ! Ok pas un jour sans fuel ! Et au ralenti, on voit bien ! Donc énergie « fatale », non? Pourquoi un exploitant nucléaire (genre mamamouchi !) léverait-il le pied tant que la machine encaisse ? Nos voisins suisses achètent à vil prix en heures creuses pour turbiner à fond quand on est en manque ! Heureusement qu’ils sont là, hein ? Par contre quand il y aura 2 réacteurs fondus en France, et que peut être on aura arrêter les autres (comme au Japon, vous vous rappelez?), là, ils vont être très… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    à nrjlibre « pour le fil de l’eau, je savais ! ! Mais alors parlons d’énergie « fatale » là aussi ! » Ben, faudrait lire et écouter parce que je crois qu’on dit depuis des années que l’hydraulique au fil de l’eau c’est du fatal et c’est comme cela que RTE traite cette production : Je me suis permis de citer Sicetaitsimple qui ne m’en voudra probablement pas. A nrjlibre : ne lachez pas le morceau !

    Sicetaitsimple
    Invité

    Ca prouve quand même une certaine continuité, c’était en 2009! Vous avez raison, il ne faut pas lâcher le morceau, et c’est bien le cas!

    nrjlibre
    Invité
    Bon alors tout ce qu’on peut pas arrêter quand on en a pas besoin, c’est du fatal, ok ? Pas que le photovoltaïque ou l’éolien , hein? Mais donc pas mal de nuke, surtout l’été ! Et pour les 2/3 d’énergie qui servent à chauffer le Rhône, la Loire ou autre, ça s’appelle comment? Et pour l’indépendance de l’atome, on leur paye pas l’uranium au nigériens? Ou alors si peu cher par rapport à ce que ça rapporte ? Au risque de pourrir la moitié de l’Europe? Le jour où ça va péter, j’en voudrais même pas de vos excuses… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    nrjlibre nous dit: « Nos voisins suisses achètent à vil prix en heures creuses pour turbiner à fond quand on est en manque !  » Ca fait partie des anneries récurrentes propagées par certains, il se trouve que c’est simplement démenti par les chiffres. En 2010, la « marge » export-imports était de 20 francs suisses par MWh. Vous pouvez étudier le lien, mais comme précisé à l’époque c’est assez indigeste!

    Sicetaitsimple
    Invité

    C’est compliqué d’argumenter pour vous quand toutes vos tentatives d’affirmations « factuelles » sont démenties par les chiffres et les faits (voire ci-dessus), c’est vrai…. Bah vous êtes juste anti-nucléaire de base, ce n’est pas une tare, c’est votre choix. Vous permettrez juste que votre avis puisse ne pas être partagé et ce n’est pas forcément une tare non plus. Ce n’est certainement pas en me traitant de « faux derche » que vous allez me faire renoncer à prouver que vos arguments dits « factuels » sont faux. Y’a de l’ancienneté (voir également ci-dessus)!

    nrjlibre
    Invité

    Et si on regarde régulièrement là ? C’est sûr que ça brasse, les prix, les GW, tout ça ! Mais regardez bien ! Pour info âneries ne prend qu’un n ! et arrêtez de me traiter, je vais finir par être grossier, espèce de nucléocrate psycho-rigide ! Au fait, on attend la cata ? Ou on arrête avant ? Aux fous !

    Guydegif(91)
    Invité
    Tous ces kWhs ou MWhs  »fatals » pour générer de l’Hydrogène vert, utilisable en différé, soit via le réseau  »gaz », soit via les véhicules_H2, bus ou autres PL, ou VL équipés GNV…en leur rajoutant juqu’à 20% de H2 ! YA+KA prévoir aux endroits stratégiques au plus près des surplus  »fatals » des installations d’électrolyse: près des cours d’eau où le fil de l’eau aussi peut donner des kWhs  »fatals », près des installations PV et éoliennes…. Voilà du taff pour du Génie Chimique ciblé  »électrolyse ». Après ça il n’y aura plus besoin de  »brider » les EnR (PV ou éolien) à x % de… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    pardon pour la faute d’aurtografe…..Ca détruit effectivement tout ce que je dis. « Regardez bien ». Je regarde, et alors? Vous voyez quoi?

    Bachoubouzouc
    Invité

    « Pour info âneries ne prend qu’un n ! et arrêtez de me traiter, je vais finir par être grossier, espèce de nucléocrate psycho-rigide ! » Pour info, un point d’exclamation marque la fin d’une phrase, la phrase suivante doit donc débuter par une majuscule. Il est toujours stupide de pointer les fautes de français des autres quand, à force, tout le monde y compris soi-même finit par en faire. C’est surtout le signe qu’on est à court d’arguments. Calmez vous donc (vous devenez épuisant à lire) et présentez nous un discours construit et argumenté.

    Guydegif(91)
    Invité
    GRHYD : En septembre 2012, le projet d’un budget global de 15,3 millions d’euros a reçu le feu vert du Commissariat Général aux Investissements (CGI) et sera donc financé à hauteur de 4,5 millions d’euros via les Investissements d’Avenir. Etat des lieux ce Février 2014??? Timing? Calendrier des étapes? MeS qd? Il eût été intéressant que l’article le mentionna ! Merci à Enerzine de faire le point et de nous dire ! Ce type d’installation pourrait ou devrait FLEURIR sur tout le territoire, métropole et aussi Dom-Tom !!!! pour éviter du bridage (et donc perte sèche!) ridicule ! C’est ce… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité
    peu cher Comme je n’ai pas gardé le statut d’invité (pas comme certains) vous pouvez consulter tous mes messages ! Alors ne vous privez pas chouchou, consultez ! Et un seul argument devrait suffire : Fukushima !! On va vraiment attendre que ça arrive en France pour commencer à réfléchir et à réagir ? Un tel aveuglement, un tel entêtement dans une filière qui sera interdite dans quelques années, après x catastrophes ! Et aujourd’hui on en remet une couche : En 2014 la France lance un fonds de développement des entreprises nucléaires ! Yessssssss, vous êtes trop forts !… Lire plus »
    phigoudi
    Invité

    Quel régal, pour un non spécialiste, de vous retrouver chaque matin ! Je trouve que l’humour et les arguments de nrjlibre sont plus convainquants que les chiffres en béton des « nunukes ». Merci, nrjlibre pour ce moment d’humour plein de logique. Merci à guydejif pour son éternel optimisme constructif. A demain.

    Energie-nuke
    Invité

    On remplacera progressivement nos 58 réacteurs actuels(en 45-50 ans)par 30 EPR(1,6 GwW chacun) + 30 successeurs d’astrid((600 MWe chacun)à cycles de Brayton donc sans eau pour générer l’électricité).48+18 soit 66 GWe. En plus ils pourront consommer un mox uranium-plutonium-thorium(ressources pour plusieurs millénaires). Et les successeurs d’Astrid seront capables d’incinérer les actinides mineurs et tous les autres transuraniens indésirables.Cela n’est pas de la magie,c’est de la physique nucléaire.On construira même des ADS (sous critiques)pour achever le travail d’incinérations des déchets actinides mineurs les plus irréductibles si besoin était. Le nucléaire,c’est l’avenir,même s’il le partagera avec les ENRs.

    jpdebangui
    Invité
    Sur 23 réponses, 3 sont étayées et sensées… Les autres sont du verbiage qui ne s’appuie que sur des ondits de ondits….. C’est grave, car ce n’est pas ainsi que peut se construire une société qui réfléchit sur son avenir et celui de ses enfants. Energie-nuke fait la bonne synthèse, les besoins en énergie iront croissants et il faudra d’autre solutions que les ENRs. Il a simplement oublié les solutions en projet et en étude comme les TOKAMAK et consort de l’énergie H contrôlée, et les amplificateur d’énergie à base de Thorium. Tout le reste est un combat de clocher…… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité
    Depuis le temps que je m’escrime contre ces docteurs Folamour, votre message de sympathie me va droit au coeur, Phigoudi ! Naïf que je suis, je le prends au premier degré ! Si besoin, détrompez moi avec douceur, cher ami ! Sinon bande d’ennucléés, je vous maudis vous et vos saloperies de machines archaïques et totalement obsolètes quand on voit ce que nous annoncent les nanotechnologies et autres découvertes sensationnelles de ce siécle à venir ! Et le fait de devoir attendre la cata pour peut-être voir l’ombre d’un frémissement de début de réaction au fait qu’on a merdé grave,… Lire plus »
    Energie-nuke
    Invité
    Les nanotechnologies et autres découvertes sensationnelles de ce siècle à venir nous annoncent une énergie nucléaire encore plus performante et encore mieux maitrisée,tant dans la fission nucléaire que plus tard dans la fusion nucléaire.Les appelations de « docteurs Folamour » sont du verbiage dérisoire d’antinucléaire basiques et archaiques sans intérêt. On continue avec nos 58 réacteurs qu’on remplacera par 60 réacteurs,(30 de 3G plus 30 de 4G)comme j’ai expliqué en détail dans mon post précédent.il n’y aura pas de très grosse cata(fukushima ou tchernobyl)en France,sauf dans les fantasmes délirants des antinucléaires les plus basiques et hystériques.Oui,vive la vie et les cons ne… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité

    Alors que toutes les découvertes vont vers le solaire et l’hydrogène, il est pathétique (et toc !)de voir ces sectaires cramponnés à leur centrale de 1 GW sinon t’existes même pas ! J’espère qu’ils seront encore vivants le jour de la cata ! Nos nucléocrates, on leur fera comme à nos aristocrates ! Non mais sans blague, vous vous en tirerez pas comme ça ! On est en France nom de bleu ! Réagissons avant la cata ! Au secours ! Vive la vie et l’amour ! Vous embrasse

    Bachoubouzouc
    Invité
    « Comme je n’ai pas gardé le statut d’invité (pas comme certains) vous pouvez consulter tous mes messages ! » Quel héros vous êtes ! Plus sérieusement, il y a un champ « recherche » en haut de la page du site, par lequel vous pourrez consulter tous mes commentaires. C’est internet, tout reste enregistré, et libre à tous pour consulter. « Et un seul argument devrait suffire : Fukushima !! » Avec un tel argument, le moindre accident de voiture ou d’avion suffirait à interdire ces deux technologies. On sent bien que cela ne tient pas, qu’on peut toujours faire des efforts de sécurité routière/aérienne/nucléaire… Lire plus »
    nrjlibre
    Invité
    je vais qd mm pas me retaper ts vos délires nucléocentrés ! Quand on pense que l’énergie nucléaire ne représente que 6 % de l’énergie frénétiquement dépensée sur terre, on peut qd mm penser que sans beaucoup d’effort on pourrait s’en passer avant que ça nous pète à la gueule ! Non? Mais non, pr vs l’avenir c une centrale nucléaire ts les 10 km, des transfos et des lignes hautes tensions dans tous les sens! Tout le reste, pile à combustible, panneau photovoltaïque imprimé 3D, nanorouille, hydrogène avec stockage biomimétique, tout ça c des délires de cool babas et… Lire plus »
    Energie-nuke
    Invité

    …Et tant qu’à faire avant d’être interdit d’antenne, sachez vs ts nunukes de mes 2, je vous merde ! Et je prends rencard pr après la cata! J’ai une fourche et une faux qui s’ennuient dans ma cave ! Les nucléocrates, à la lanterne………… Bon,bien je crois qu’il y a un client pour les services psy renforcés de St Anne .

    Bachoubouzouc
    Invité
    « je vais qd mm pas me retaper ts vos délires nucléocentrés ! Quand on pense que l’énergie nucléaire ne représente que 6 % de l’énergie frénétiquement dépensée sur terre, on peut qd mm penser que sans beaucoup d’effort on pourrait s’en passer avant que ça nous pète à la gueule ! » D’une part vous ne trouvez rien à répondre à mon contre-argument (normal, vous avez tort), d’autre part vous détournez la conversation sur autre chose. Par ailleurs, on attend vos suggestions (réalistes, hein) pour remplacer la production de tous ces réacteurs par autre chose que du charbon. « Mais non, pr… Lire plus »
    enerZ
    Invité

    Vos propos deviennent excessifs et redondants !! ils n’apportent rien au débat. Cela est donc considéré comme du trolling. Le modérateur

    Dan1
    Invité
    Je trouve le modérateur bien modéré. Car quand je lis : « sachez vs ts nunukes de mes 2, je vous merde ! », j’appelle cela des propos injurieux. C’est plus que des propos excessifs et redondants. Pour la redondance, cela s’explique très : quand on a rien à dire il faut meubler. Car les mots ont un sens. Après, on peut s’interroger sur le rôle de ce type de troll, est-il là pour déconsidérer les antinucléaires ? essaie-t-il de compenser la faiblesse des arguments par la hauteur du verbe ? M’enfin, il ne tiendra pas longtemps comme nombre de feux follets… Lire plus »
    De passage
    Invité
    …à l’instar de tous les écolos et la Commission EU, pas un mot sur l’aspect économique, bien sûr tabou absolu. Un rapport officiel et public français (naturellement pro-verts) informe récemment que le coût de l’énergie éolienne « mature » est de 142€ / MWh (contre 50 pour le gaz naturel). Et on ose labeller cela de « courant bon marché »? On nous prend pour des imbéciles. Avec un rendement d’électrolyse au mieux de 80%, le MWh « gaz vert » coûtera 178€ + amortissement d’électrolyseur: 4 fois plus cher. L’EU reconnaît que les hypothèses de 2000 selon lesquelles l’énergie fossile allait augmenter vertigineusement et rendre… Lire plus »
    De passage
    Invité
    …à l’instar de tous les écolos et la Commission EU, pas un mot sur l’aspect économique, bien sûr tabou absolu. Un rapport officiel et public français (naturellement pro-verts) informe récemment que le coût de l’énergie éolienne « mature » est de 142€ / MWh (contre 50 pour le gaz naturel). Et on ose labeller cela de « courant bon marché »? On nous prend pour des imbéciles. Avec un rendement d’électrolyse au mieux de 80%, le MWh « gaz vert » coûtera 178€ + amortissement d’électrolyseur: 4 fois plus cher. L’EU reconnaît que les hypothèses de 2000 selon lesquelles l’énergie fossile allait augmenter vertigineusement et rendre… Lire plus »
    Herve
    Invité
    Pour résumer ce que dit l’article, on va convertir de l’electricité excedentaire en H2 (rendement?) pour ensuite l’injecter dans le réseau de gaz, afin de la bruler (rendement?) jusque a l’usage, le tout avec un procédé certainement trés couteux. Super (qui paye??? nous bien sur encore une fois) Je ne suis pas systématiquement contre des experiences dans ce domaine, ) mais faudrait voir l’utilité à terme du bazzard. Il y a actuellement pas mal d’usines, chaufferies, fours… qui brulent du gaz à longeur d’année. Equiper ces installations de résistances électriques pour un fonctionnement en bi energie donnerait un résultat nettement… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Il faut noter que: 1) les kWhs se stockent très mal ou peu, car en batteries, donc limité + SAV ! Par contre, le H2, lui, eput se stocker et donc se consommer en différé. 2) les kWhs ou MWhs convertis en H2 par électrolyse sont de  »l’énergie fatale », càd pas requise à l’instant t, donc il faut la consommer d’une certaine manière, pour respecter l’équilibre: MWhs produits = MWhs consommés, sinon ça jure! 3) l’installation EnR, éoliennes, ou PV, ou méthaniseur / biomasse /CH4 existe, donc elle a coûté le coût de l’installation. Si on arrête les éoliennes ou… Lire plus »
    jmdesp
    Invité
    Je pense que c’est vous qui n’aez pas bien lu ce qu’écrit Hervé. Si cette énergie fatale était juste vendue directement à moins de 30€ le MWh, elle concurrencerait immédiatement le gaz sur pas mal de ses usages de production de chaleur. La France est d’après l’EIA en 2012 le 7ème importateur mondial de gaz à 43 bcm (podium: Japon, Allemagne, Italie). Inutile de dire qu’à chaque seconde un grand nombre d’établissement brulent du gaz pour des usages chaleur. L’électricité en trop si elle leur était vendu à un peu plus 25€/MWh rentabiliserait presque immédiatement l’équipement nécessaire pour être capable… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    et souhaitable car pas très cher en termes d’investissement (ça fait très longtemps que je prône les usages thermiques de l’électricité en substitution à des fossiles dans les cas de « surproduction »), mais il y a juste le « petit » problème du coût du transport, de la distribution et des taxes diverses qui font qu’un MWh qui vaut 0 sur le marché de gros arrive quand même à 70 ou 80 en France, et beaucoup plus chez ceux qui voient le problème juste devant eux, soit Allemagne et Danemark. C’est un problème régulatoire, donc pas insoluble mais très compliqué.

    Herve
    Invité
    Les groupes conventionnels sont lents a réagir mais ont beaucoup d’inertie. L’onduleur est certes plus rapide, ce qui doit compenser son manque d’inertie (la stabilité serait à étudier). Noter que participer au réglage de la frequence signifie que les producteurs ENR devraient garder en réserve une partie de leur potentiel, (par exemple laisser 3% de leux panneaux PV a l’arrêt en permanence,…) soit une perte seche et donc une augmentation du cout equivalente. La plus grande difficulté pour eux est de garantir une disponibilité. Concernant les besoins de chaleur la nuit du dimanche au lundi, il y a toujours pas… Lire plus »
    wpDiscuz