Hasselt, où les camions poubelles roulent au vert

La ville de Hasselt en Belgique, vient de modifier le moteur de son premier camion poubelle pour le faire rouler au colza. Objectif ? Réduire à la fois les émissions de CO2 et les coûts d’exploitation du véhicule. Les premières conclusions sont encourageantes, mais tout ne va pas sans mal.

On parle souvent des déchets ménagers, on parle nettement moins du camion qui vient les chercher. La ville de Hasselt, précurseur en la matière, a décidé de tester l’utilisation d’huile végétale pure (PPO) comme combustible en lieu et place du gasoil classique.

Pour passer du gasoil à l’huile végétale (l’huile de colza dans ce cas-ci), le véhicule doit subir quelques modifications. Spécialisée dans le domaine, la SPRL Plantenolie, située à Ravels, a effectué les changements nécessaires. Coût de l’opération ? 6000 euros mais compensés en trois ans vu l’économie annuelle de 2300 euros réalisée.

Concrètement, un réservoir supplémentaire est ajouté : il servira au gasoil classique (on parle d’un réservoir d’une capacité de 30 litres). Le réservoir original est quant à lui rempli d’huile végétale. Et alors que le matin le camion démarre au diesel, le système passe automatiquement à l’huile végétale après environ 5 kilomètres. Si le véhicule roule sans arrêt de longue durée, il n’y aura pas de conversion vers le gasoil. Au retour, le chauffeur devra opter manuellement pour le diesel afin de parcourir les trois derniers kilomètres de son parcours. L’objectif étant de rincer le système et donc de permettre un meilleur démarrage le lendemain matin.

Pour rappel, les biocarburants sont produits à partir de plantes cultivées riches en énergie (céréales, maïs, betteraves à sucre, plantes oléagineuses). Leur combustion libère certes du CO2, mais ces émissions sont compensées par les volumes de ce même gaz absorbés par les plantes en question durant leur croissance. Les biocarburants sont donc appelés « neutres en CO2 ».

Le chef du service technique de la ville d’Hasselt est confiant : « Le camion roule depuis deux mois et les premiers résultats sont positifs. Si tout va bien, d’autres véhicules de notre parc passeront à l’huile végétale pure l’année prochaine. Le seul problème pour passer à une échelle plus importante est que la ville de Hasselt rencontre des difficultés pour trouver des pompes proposant ce carburant. »

 
(src : avec l’autorisation de AlterBusinessNews)
Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz