Haute Corse : la plus grande centrale solaire sur trackers en France

La société Exosun a annoncé avoir achevé la construction de la plus grande centrale photovoltaïque équipée de trackers (suivi solaire) en France pour le compte du développeur et producteur d’énergie renouvelable, La Compagnie du Vent (groupe GDF Suez).

En charge de la maîtrise d’œuvre du projet, Exosun sera ensuite responsable de l’exploitation et de la maintenance de la centrale pour une durée de 2 ans.

La centrale de Porette de Nérone, implantée près d’Aghione en Haute-Corse, possède une puissance installée de 3,8 MWc. Elle sera raccordée au réseau et devrait générer une quantité d’électricité équivalente aux besoins de 1.980 foyers dans la région (soit environ 6 235 MWh/an).

La centrale, qui occupe 8,3 hectares de terrain, est équipée de 39 lignes de trackers allant jusqu’à 124 kWc de puissance installée par ligne.

L’Exotrack 1 axe HZ est une technologie innovante conçue et brevetée par Exosun. Ce dernier a pour fonction d’orienter les panneaux photovoltaïques face au soleil du matin au soir, afin d’augmenter la production électrique de la centrale par rapport à celle d’une centrale équipée de structures fixes. Exosun avance le chiffre de + 15%.

« Nous sommes ravis d’avoir pu collaborer avec La Compagnie du Vent, groupe GDF Suez, sur un projet d’une telle envergure » a commenté Frédéric Conchy, Président d’Exosun. Un projet qui en termes d’emplois français représente 21.000 heures travaillés soit environ 16 hommes/an à temps plein.

« Ils nous ont fait confiance pour la conception, le développement et la réalisation du projet qui de plus est équipé de notre nouvelle technologie phare, l’Exotrack 1 axe HZ. C’est une technologie de pointe qui permet d’exploiter l’énergie solaire d’une manière toujours plus efficace, et qui répond aussi aux exigences économiques, techniques, et environnementales de nos clients ».

Haute Corse : la plus grande centrale solaire sur trackers en France

Respectant des normes qualité et environnementales, la centrale de Porette de Nérone a bénéficié d’une double certification ISO 9001 et ISO 14001 ; une première en France pour une centrale équipée de trackers.

La centrale est maintenant dans sa phase de mise en service et devrait produire ses premiers kilowattheures courant mai 2012.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "Haute Corse : la plus grande centrale solaire sur trackers en France"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

Quel etait l’usage anterieur du terrain? Agricole? Par ailleurs la photo ne semble pas correspondre au projet decrit: le tracker sur la photo ne semble avoir qu’un seul axe de rotation, contre deux sur le schema.

Anonymous
Invité

C’est un tracker 1 seul axe si tu regarde le schéma et que tu lis le texte. Autrement dis un tracker “pour dire que j’utilise un tracker”

aurel
Invité

Je ne sais pas trop si on doit se féliciter du développement de ce genre de projet, qui accapare d’énormes surfaces au sol. Commencons par reccouvrir tous les toits des bâtiments (maisons, immeubles, bâtiments agricoles et industriels, …)

Fredouille
Invité

Oui, il faut se féliciter de ce genre de projet qui “accapare” 8 hect pour les besoins de 2000 foyers. Et avec trackers, qui au même coût que du fixe produit 15% de plus d’énergie. Un projet PV pollue largement moins la surface agricole que les agriculteurs eux memes qui balancent des produits chimiques sans trop réfléchir. Il faut faire aussi du PV sur les toitures, ce n’est pas l’un ou l’autre, c’est l’un et l’autre.

Antoine
Invité
bon cette discussion sur la disparition des terrains agricoles au profit du PV, il faut poser une fois pour toutes les arguments : ces terrains ne sont pas dans la beauce, et même là ce serait un rendement de 9t/ha de maïs par exemple. Ces terrains sont souvent non cultivable. Pour mémoire, il faut une surface de 300000 ha de panneaux PV pour générer annuellement la conso electrique de la france, c’est 10% des surfaces de culture du maïs, et c’est 1% de la totalité des surfaces agricole. En dessous des panneaux, la terre est en jachère, ce qui veut… Lire plus »
Samivel51
Invité

Votre argument est interessant (il faudrait des sources pour les chiffres, qui paraissent bien optimistes), sauf si l’exploitant arrose au Roundup pour eviter que les hautes herbes ne fassent de l’ombre aux panneaux. L’idee de laisser de la place entre les rangees de panneaux pour le paturage des moutons est d’ailleurs interessante, et deja vue dans plusieurs projets. Mais il ne semble pas que ce soit le cas ici.

trimtab
Invité

“……..L’idee de laisser de la place entre les rangees de panneaux pour le paturage des moutons est d’ailleurs interessante……. Les allemends (encore eux!) avez vachement d’avance ! Des ‘arbres solazires ‘trackers’ et du paturage !: trimtab

Robert
Invité
Totalement d’accord même si je connais pas ces chiffres. Puis il faut dire qu’il est désormais interdit d’implanter des centrales PV sur des terrains agricoles. Enfin même si ces terres sont cultivables, c’est exactement le cas de jachères d’une durée de 20 à 30 ans sans aucune pollution. Enfin, on ne met pas de roudup entre les rangées, il est vrai que certain se servent de ces espaces comme paturage, mais la plupart du temps les terrains sont tondus 2 fois par an, printemps et automne. Pour info, laisser les moutons ou autres en paturage au milieu d’une centrale, il… Lire plus »
jmdesp
Invité

C’est vrai que sur le développement de la biodiversité sous les panneaux solaire, les allemands sont en avance, démonstration ici : Ca doit être une production mixte biomasse/solaire, mais l’équilibre idéal est difficile à atteindre. On remarquera qu’entre les panneaux effectivement ils tondent. Et aussi, la vue du ciel montre à quel point le climat allemand est adapté au solaire, en plein mois de juin. Certains bien sûr continueront à affirmer que les panneaux solaire n’ont besoin de strictement aucun entretien, que le coût de maintenance est nul.

Sicetaitsimple
Invité

Alors, moutons et protection des câbles, ou tondeuse “poussée”? That’s the question. En Corse,on peut même penser à quelques cochons “sauvages”, mais ils risquent de faire un peu de dégats…

Dan1
Invité

Pour ce qui est de l’avance des Allemands dans le PV, cela ne présage rien de bon pour la France selon l’information que je relayais ce matin : Et comme disait Lionel, la baisse du prix du Wc ne peut être qu’une bonne nouvelle très attendue…. des Chinois !

Sicetaitsimple
Invité

Bah oui, Lionel me disais en aout 2011: “Votre autre citation “..les constructeur allemands appartiennent déjà au passé..” : je me demande comment vous pouvez préter foi à ce genre de rhétorique de commercial bas-de-gamme. La seule formulation de cette phrase est explicite quant-à son parti pris.” Cf: Une fois de plus, je ne m’en réjouis pas, mais c’était tellement prévisible….

Sicetaitsimple
Invité
Plus sérieusement que mon commentaire sur la photo, une question que j’avais posée il y a quelques jours mais a priori sans réponse. On se pose légitimement ( CF. ci-dessus) la question de l’utilisation de surfaces supposées agricoles pour implanter du PV. Effectivement, il y a certainement beaucoup d’autres surfaces a priori plus propices. Néanmoins, ma question était “Pour un usage énergétique, quelle est la meilleure utilisation d’une surface agricole?”. En comparant a priori 3 solutions: – du PV au sol – de la culture style mais pour de la production de biogaz ( genre alllemagne) – de la culture… Lire plus »
Rom
Invité
Bonjour à tous, même si je ne suis pas spécialiste, je vais me hasarder à répondre, du moins pour les deux premiers points : – 1 ha de sol : environ 0,5 MWc, prenons 1 100 h équivalent pleine puissance, on produit 550 MWh – en considérant une culture de sorgho biomasse pour la méthanisation, d’après Energreen Genetics, spécialisé dans le sorgho (donc chiffre à prendre avec qq pincettes), on peut produire jusqu’à 15 000 m3 de biogaz/ha () soit, avec 60% de CH4, 9 000 m3 de méthane/ha. Avec environ 10 kWh/m3 et un rendement de 40% élec et… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Merci à Rom pour cette première contribution. Dites donc, ça ne parait pas brillant pour le biogaz “à l’allemande”, c’est-à-dire produit massivement par des cultures énergétiques (Mais en l’occurence). D’autant que l’utilisation de l’energie thermique ne va pas de soi à la campagne. Si en plus on considère le carburant pour cultiver, les intrants et la consommation d’eau, on ne doit pas être loin d’une catastrophe, non? D’autres contributions? Il doit bien y avoir quelques défeuseurs zélés de la production de biogaz à l’allemande dans l’assistance, non?

Pvforever
Invité
Pour faire avancer le débat, vous trouverez ci-dessous un document intéressant réalisé par SOLAGRO. L’usage énergétique des sols est clairement plus performant avec une centrale solaire qu’avec des biocarburants ou qu’avec du bois énergie…. Le PV n’est pas bridé par le rendement de la photosynthèse (inférieur à 3%), et d’après Solagro il y a un facteur 8 entre le rendement énergétique à l’hectare du plus performant des process energétiques provenant de la photosynthèse (ethanol de betterave) et du photovoltaïque. L’enjeux de consommation des espaces agricoles est à relativiser par rapport : – aux autres usages (par exemple objectif d’incorporation d’agrocarburant… Lire plus »
Samivel51
Invité

J’ajoute que certains terrains agricoles, tels que celui-ci probablement, sont particulierement peu favorables a l’agriculture et favorable au solaire PV: – Sol pauvre ou caillouteux; – Pente (orientee au Sud) – Altitude (moins de croissance des vegetaux, plus de rayonnement solaire). Mais ces calculs energetiques ont quand meme une limite economique et morale: Il faut quand meme nourrir l’humanite et les kWh, ca ne se mange pas.

Nicias
Invité

Il suffit de chercher Porette de Nerone, Aghione, sur google map, pour se rendre compte qu’il n’y a que des terres agricoles dans ce coin, du moins quand la pente le permet (la Corse, c’est montagneux).

renewable
Invité
En couplant solaire, éolien et valorisation de la biomasse inter-travées du champ solaire on commence à atteinre quelque chose d’intéressant à l’ha. 0,5MW de solaire pour 550MWh, 3MW éolien pour en moyenne 6600MWh et un petit complément biomasse d’environ 20MWh (une centrale au sol surplombe 30% de la zone ou elle est implantée et produit des ombrages quasi permanents sur 50% du sol). Le potentiel biomasse étant faible, on peut le stocker pour l’utiliser sur les seules périodes de pointe et au total dépasser les 7GWh de production sur l’année pour un site combiné de 1ha. De manière virtuelle il… Lire plus »
Nicias
Invité

Il faudrait penser à multiplier vos chiffres par 100 lorsque vous placez le signe % (valable aussi pour la Grèce) 50/550000= 0,0001 (à la louche) = 0,01%

Nicias
Invité

Si d’après ce que j’ai cru comprendre, on fait du pv pour limiter nos émissions de CO2, la question posée doit être légèrement différente. Il ne s’agit pas du rendement énergétique à l’hectare, mais de la performance du “puits de carbone” en question. On plante un arbre ou un panneau pv ?

Sicetaitsimple
Invité
Je rappelle que mon interrogation n’a que pour objet de comparer des rendements energétiques, pas de promouvoir a priori l’utilisation des terres agricoles par du PV, mais peut-être encore moins celle de de la production de mais pour faire du biogaz. Merci a Solarforever de nous ammener des éléments de comparaison, et à Renewable de préciser que son calcul est virtuel….et qu’il nous parle plusd’éolien que de solaire (euh, 3MW d’éolien par hectare, vous faites fort, ou alors c’est une par une sérarées par plein d’hectares, vous allez avoir du succès!) Merci à Chelya de nous rappeler que le mais… Lire plus »
Solarman
Invité
je pourrai amener quelques precisions à ceux qui ne connaissent pas la particularité de ce projet et qui ne disent que des conneries. Ce champ servait au 2/3 au paturage de brebis et sur le 1/3 restant il y avait du maïs qui avait les pieds dans l’eau dès qu’il pleuvait. Les brebis ont encore un large champ à côté pour gambader, et du maïs pousse encore en dehors du champ PV là où il n’est pas noyé. La totalité du champ est protegé des animaux sauvages par un grillage mais laisse passer les petits animaux style tortues (même les… Lire plus »
wpDiscuz