HCPV : plusieurs MW de projets pour Heliotrop

Heliotrop a annoncé le lancement officiellement de la commercialisation de ses unités solaires pour centrales au sol, suite aux résultats positifs de la première unité CPV connectée au réseau en France.

« Nous avons reçu plusieurs MW de commandes de démonstrateurs, en France et à l’étranger, des permis de construire sont déjà déposés », a déclaré avec enthousiasme M. Paul Bellavoine, Directeur général d’Heliotrop. « Nous avons le privilège de travailler avec des développeurs de projets visionnaires qui misent sur les technologies innovantes et ont confiance dans les ingénieurs et industriels français de la filière HCPV® Heliotrop. Pour ces acteurs responsables, privilégier l’innovation et l’industrie française est également un moyen de pérenniser leur activité en évitant le recours massif à l’importation de technologies. »

Un marché HCPV en très forte croissance

Heliotrop reste l’un des seuls acteurs au monde à maîtriser la très haute concentration 1 024 Soleils. La technologie CPV est identifiée comme la plus prometteuse pour les centrales au sol en zones ensoleillées, selon les analystes de l’EPIA (European Photovoltaic Industry Association) et GreenTech Media, avec un marché de plusieurs GW annuels (plusieurs milliards d’euros) dépassant 12 GW/an en 2020 (selon GTM).

Effectivement, l’amélioration annuelle des performances est trois fois plus élevée pour le HCPV que pour les technologies traditionnelles (+1,5%/an par an vs. +0,5%/an pour les technologies traditionnelles) ; la technologie CPV s’inscrit en complément de la technologie solaire thermodynamique, sans en avoir les besoins en eau ni les plafonds technico-économiques (turbines, matières premières importantes).

Dans les Appels d’Offre solaires en France en discussion jusqu’au 20 juin, le gouvernement prévoit un lot de 40 MW de CPV, appliquant ainsi certaines conclusions du rapport Charpin-Trink sur le CPV, « technologie d’avenir à encourager ».

Une filière industrielle française compétitive, créatrice d’emplois

Heliotrop fédère de nombreux acteurs, organisés dans la filière HCPV® et développant une capacité de production de 15 MW/an en 2011, étendue rapidement à 50 MW/an suivant le rythme de commandes : industriels dans le Grand Ouest de la France (Eolane, groupe GMD, Ateliers Michenaud), R&D principalement dans le Sud-Est (CEA, Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives, CNRS), et Exosun, leader des systèmes de suivi du soleil.

HCPV : plusieurs MW de projets pour Heliotrop

« Les partenaires industriels d’Heliotrop partagent l’ambition de développer en France et pour l’export une technologie solaire viable, à haute valeur ajoutée en France, rapidement compétitive avec les autres énergies, notamment fossiles. L’approche industrielle partenariale redynamise des lignes de production et des savoirs-faires précédemment appliqués à l’industrie automobile. Plusieurs centaines d’emplois vont être créés ou pérennisés. Le HCPV® Heliotrop est un moteur d’innovation, d’emplois industriels et de balance commerciale positive » a précisé pour sa part M. de Salins, Président d’Heliotrop.

Le Royaume du Maroc, contexte propice au HCPV® Heliotrop

Sur le plan international, Heliotrop était le 31 mai aux Assises de l’Energie du Royaume du Maroc, organisées à Oujda en présence effective de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, invité par le Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement. La technologie HCPV® Heliotrop est identifiée comme propice au contexte marocain, permettant d’assurer les coûts de l’énergie les plus bas.

Le Royaume du Maroc importe 95% de son énergie et a décidé un plan ambitieux de développement des énergies renouvelables, avec un minimum de 2 000 MW d’énergie solaire en 2020. Le volume de centrales solaires pourrait être bien plus important, avec les projets liés aux consortiums Desertec et Medgrid, qui exporteraient une partie de l’électricité vers l’Europe (article 9 du Plan Climat Européen).

– – – –

Heliotropop a réalisé un Bilan carbone ainsi que le temps de retour énergétique de son sytème ( voir >>> ici )

** HCPV®, acronyme d’Heliotrop Concentrated PhotoVoltaics, est une marque déposée de la société Heliotrop.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "HCPV : plusieurs MW de projets pour Heliotrop"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
dede29
Invité

la concentration locale de l’énergie solaire est très astucieuse mais j’ai du mal à croire à un temps de retour énergétique aussi faible ( 6 mois ) . Pour le 110 tonnes d’aluminium ,il faut déja 13.5 Mwh/t * 110t soit 1485 MWh .Reste le verre ,l’acier et les semi-conducteurs … Je pense que sur ce point les produits plus rustiques seraient plus performants et conviendraient mieux à des pays pauvres .

Samivel51
Invité

Pourquoi leurs panneaux ont-ils une forme aussi bizarre? Pourquoi toutes les cellules de sont-elles pas dans le meme plan? Cela augmente le nombre d’armatures. Il doit y avoir une raison, qui m’echappe.

jl06
Invité

Pas de références accessible pour répondre à la question de Samivel51, mais on peut spéculer: * Pour faciliter le montage * Pour réduire la prise au vente * Pour améliorer les échanges thermiques * Pour faciliter les opérations de maintenance * Pour que les compétiteurs se posent un tas de questions! * Parce que l’installation de la photo reste expérimentale tandis que le dispositif final sera plan après tout…

jl06
Invité
Tiens, une start-up française qui progresse! Ça fait plaisir à voir, non? Une équipe qui relève le défi et qui se lance, ça mérite d’être reconnu et soutenu, surtout dans le climat morose actuel du solaire français. D’autres avaient déjà salué ce beau départ à l’occasion d’une précédente brève. Par contre, difficile de reprocher à Heliotrop de ne pas communiquer de détails. En compétition sur le segment HCPV avec d’autres acteurs, généralement plus lourds et mieux installés, Heliotrop doit protéger ses cartes. Au moins, ils ont le mérite de ne pas céder aux annonces extravagantes qui visent à attirer les… Lire plus »
bolton
Invité

Sachant que l’armature doit se maintenir face au soleil, et donc bouger sur 3 axes, je dirais que c’est pour l’équilibre des masses.

Guydegif(91)
Invité
Bravo donc à cette start-up FRANçAISE d’être là où elle est , ce qui mérite d’être souligné, car trop souvent des sociétés US ou allemandes, voire chinoises ou indiennes…! Nous aimerions avoir qqs chiffres sur la 1ère installation (article de mars 2011), avec l’article de juin 2011…., comparatifs si possible au niveau RENDEMENT effectif, PRIX de revient, Prix d’AChAT des kWhs, ROI càd retour sur investissement attendu pour une installation pour se rendre compte….et lever de simples effets d’annonce… Donner des chiffres ne veut pas dire étaler au grand jour le savoir-faire technique, mais peut encourager des développements et projets… Lire plus »
Blu
Invité

Une hypothèse (hasardeuse et que je n’ai pas du tout vérifiée): ça pourrait peut-être servir pour l’asservissement des trackers? Je m’explique: si le panneau n’est pas bien face au soleil, on verra une ombre sur un des deux panneaux latéraux, qui se mesurera immédiatement sur la production d’un des deux côtés, il est alors facile de faire un automatisme qui tourne le panneau du côté correspondant. Ca semble crédible non?

bolton
Invité

Moi je dirais non car ça ne fonctionnerait que pour le tracking latéral, or le soleil prend un angle différent suivant la période de l’année, il faut donc aussi faire un tracking sur l’axe “vertical”.. Donc ton hypothèse me paraît peu probable. Je pense que c’est pour que le centre de gravité du système soit au niveau de son axe de maintien, tout simplement…

Fredouille
Invité

c’est bolton qui a gagné …..

wpDiscuz