Enerzine

Home de Yann Arthus Bertrand : Hommage terrestre

Partagez l'article

<< L’HOMME A ROMPU UN ÉQUILIBRE DE PRÈS DE 4 MILLIARDS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION DE LA TERRE ET MET SON AVENIR EN PÉRIL. LE PRIX À PAYER EST LOURD, MAIS IL EST TROP TARD POUR ÊTRE PESSIMISTE : IL RESTE À PEINE DIX ANS À L’HUMANITÉ POUR PRENDRE CONSCIENCE DE SON EXPLOITATION DÉMESURÉE DES RICHESSES DE LA TERRE ET CHANGER SON MODE DE CONSOMMATION. EN NOUS OFFRANT LES IMAGES INÉDITES DE PLUS DE 50 PAYS VUS DU CIEL, EN NOUS FAISANT PARTAGER SON ÉMERVEILLEMENT AUTANT QUE SON INQUIÉTUDE, YANN ARTHUS-BERTRAND POSE, AVEC CE FILM, UNE PIERRE À L’ÉDIFICE QUE NOUS DEVONS, TOUS ENSEMBLE, RECONSTRUIRE. >>

Interview de Yann Arthus-Bertrand :

À quel moment l’idée d’un long métrage s’est-elle imposée ?

Quand j’ai fait venir Al Gore à l’Assemblée Nationale pour qu’il y montre son film – Une vérité qui dérange – j’ai compris à quel point le cinéma pouvait être une énorme caisse de résonance, plus encore qu’une émission de télévision. J’ai vu à quel point les spectateurs étaient émus, parfois jusqu’aux larmes, et je me suis dit que le long métrage était un excellent moyen de toucher les gens. Cela m’a aussi paru un cheminement naturel après la photographie et les émissions télé. Je m’étais aperçu qu’en photographiant la Terre, je parlais de l’homme, et c’est cette même logique que l’on retrouve au cinéma.

Il s’agit de votre premier long métrage de cinéma, qui est aussi un projet d’une rare ampleur : de la production jusqu’au montage en passant par le tournage, avez-vous rencontré beaucoup de difficultés ?

Denis Carot, le producteur de Va, vis et deviens, m’a été présenté par Armand Amar, ami et compositeur. Il a dit oui tout de suite, au même titre que Luc Besson.

C’est ensuite que cela a été difficile !

Quand on vous donne autant d’argent pour faire un film aussi inédit que Home – entièrement tourné depuis un hélicoptère et en haute définition – la responsabilité est énorme, et le stress permanent.

J’ai géré tout cela à l’instinct, comme toujours, c’est-à-dire en apprenant sur le tas : nous nous sommes vite rendu compte que l’équipe de tournage devait se réduire, dans l’hélicoptère, à un pilote, un cadreur et un ingénieur vision. Puis il a fallu gérer les contraintes techniques, liées à la nouvelle caméra que nous utilisions, et aux conditions de tournage, différentes pour chacun des pays que nous survolions. J’ai également fait ce film sans scénario, avec une unique page d’intention. Je savais ce que je voulais raconter, mais la narration s’est vraiment construite au fur et à mesure du tournage, notamment l’idée centrale de l’énergie : d’abord l’énergie produite par les bras de l’homme, puis la révolution de ce que nous appelons les « poches de soleil », le pétrole. C’est finalement un vrai film de photographe, habitué à peu de contraintes !

Quel est le message au coeur du film ?

Ce film est un vrai manifeste. Notre impact sur la Terre est plus fort que ce qu’elle peut supporter : nous consommons trop, et nous sommes en train d’épuiser toutes ses ressources. Depuis le ciel, on voit bien les endroits où la Terre est blessée : Home explique donc simplement les problèmes actuels, tout en disant qu’il existe une solution. Le soustitre du film pourrait être « il est trop tard pour être pessimiste » : nous sommes à la croisée des chemins, des décisions importantes doivent être prises pour changer le monde. Ce que nous disons dans le film, tout le monde le sait, mais personne ne veut vraiment y croire. Home est donc une pierre supplémentaire à l’édifice construit par les associations écologiques pour revenir à plus de bon sens et changer notre façon de consommer et de vivre.

Cela passe également par une diffusion exceptionnelle du film…

L’idée de distribuer ce film sur un maximum de supports et avec un maximum de gratuité m’est venue grâce à Patrick de Carolis, qui voulait investir dans le film pour France Télévisions. Il m’a en effet annoncé qu’il ne pourrait le diffuser que deux ans après sa sortie en salles. Je suis donc allé voir Luc Besson, et je lui ai dit qu’il fallait distribuer Home gratuitement.

Il m’a répondu que c’était impossible, avant de se laisser séduire par l’idée d’un film qui sortirait partout au même moment, et accessible à tous. Cela n’avait jamais été fait, et cela a été rendu possible grâce à François-Henri Pinault, Président directeur général du groupe PPR, qui a tout de suite accepté d’être partenaire de notre film. L’idée est surtout pour moi que Home soit vu par les gens qui consomment, ceux qui ont un impact sur la Terre, et qui auront, je l’espère, envie de changer leur vie après avoir vu ce film.

Comment envisagiez-vous le commentaire et la musique du film ?

Le commentaire était évidemment primordial : je me suis beaucoup inspiré du travail de Lester Brown, le fameux analyste environnemental américain, et de son Etat du monde. J’ai également collaboré avec Isabelle Delannoy, avec qui je travaille depuis longtemps. Quant à la musique, je l’ai évidemment confiée à Armand Amar, le meilleur ami du monde et l’un des meilleurs musiciens français.

C’est aussi un spécialiste des voix et des musiques du monde, et j’avais envie de ce mélange culturel pour le film.

Comment avez-vous travaillé le rythme du film ?

J’aime la lenteur de l’émerveillement, j’avais donc envie d’un film qui prenne son temps. Les contraintes techniques liées au poids de l’hélicoptère et à la caméra que nous utilisions nous ont conduit à tourner beaucoup de scènes au ralenti, et c’est ce que j’aime dans ce film : il est contemplatif. C’est aussi un film qui s’écoute et se médite : il y a des choses difficiles à entendre dans ce film, mais je n’étais prêt à aucune concession.

Pourquoi ce titre, Home ?

C’est Luc Besson qui en a eu l’idée, et il s’est imposé. C’est un titre très symbolique puisque l’écologie est la science de la maison …

Home est compensé carbone : qu’est-ce que cela implique ?

Toutes les émissions de gaz carbonique engendrées par le film sont calculées et compensées par des sommes d’argent qui servent à donner de l’énergie propre à ceux qui n’en ont pas. Cela fait dix ans que l’ensemble de mon travail est compensé de la sorte.

Qu’aimeriez-vous que le film suscite chez le public ?

En plus de changer leur vie, j’aimerais que les gens aient envie d’aider, de partager.

Théodore Monod disait cette phrase superbe : « on a tout essayé sauf l’amour ». J’espère que ce film sera synonyme de beaucoup d’amour.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    13 Commentaires sur "Home de Yann Arthus Bertrand : Hommage terrestre"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Guydegif(91)
    Invité
    Qd on a vu les films de Y.A-B.  »La terre vue du ciel », leurs teneur et messages et les perspectives décrites ci-dessus on ne peut que s’attendre à une oeuvre MAGISTRALE et déterminante de la part de Yann Arthus-Bertrand et ses équipes. ça fait chaud au coeur d’être de la même nation que ces hommes et femmes-là ! ça fait chaud au coeur et fier d’être français dans ces élans-là ! Bravo et Merci à Luc Besson, François-Henri Pinault, Patrick de Carolis, Denis Carot, Armand Amar, et les oubliés, et toutes les équipes techniques ayant contribué à la réalisation de cet… Lire plus »
    Emilou
    Invité

    Yann Arthus Bertrand Encore un écololo qui passe son temps en avion dans les quatre coins du monde pour nous en mettre plein la vue et nous dire que nous, les petits insignifiants, devons rester au sol interdit d’avion, de voiture ou de toute autre technologie energivore à crever de faim en mangeant bio! Merci YAB, on s’y mettra lorsque les conseilleurs seront les payeurs! emilou

    Tartempion
    Invité

    Excellent, … et quand on lit la dernière phrase du commentaire N° 2, on se dit encore plus …………….. excellent parce que les conseilleurs sont aussi les payeurs du film………… ils auraient pu en profiter pour gagner encore plus……………… mais ne l’ont pas fait, et ont privilégié le bénévolat ……………… cela donne encore plus d’allure au message !      Le seul bémol que l’on pourrait y voir, est qu’ils aurraient pu y inclure un chapitre avec tous les nouveaux thèmes écologiques qui peuvent nous permettre de corriger rapidement, ……….. parce que l’écologie ne doit pas être un frein mais un élan………………

    Yboulkegue
    Invité

    Quel commentaire médiocre ! On s’y mettra quand les conseilleurs seront les payeurs dites-vous. C’est précisement avec ce genre d’attitude qu’on va droit dans le mur. Ne venez pas pleurez sur vos libertés perdus quand la seule solutions sera la cohercition et l’interdiction. En attendant je pense qu’il faut au contraire se féliciter que certains engagent du temps et de l’argent pour éveiller les consciences et mettre le doigt la ou ça fait mal.

    Emilio 15
    Invité
     il est même au dessous de ce qu’il se prépare.Ce film n’est qu’une scandaleuse propagande des lobbys écolofascistes qui veulent préparer les populations à une dictature écologiste mondiale en commençant par l’occident puis progressivement,en l’étendant au monde entier. Une espèce de théocratie écologiste mondiale est en train de se préparer  à conquérir le monde tout au long de ce siècle.Elle commencera  en occident par taxer de plus en plus l’énergie puis la consommation de viandes et poissons , puis toutes sortes d’interdictions,sanctions,pénalisations dans tout les domaines interviendront pour faire de ce monde un enfer politique,économique et écoloreligieux encore plus insuportables pour… Lire plus »
    Emilou
    Invité
    Vous dites qu’il faut « mettre le doigt la ou ça fait mal », c’est un peu comme quand on dit « si ca fait mal, c’est que ca fait du bien ». Le concept de devoir faire mal, pour moi est absurde. Et je pense comme ‘Emilio 15’ que les messages de certains ecolos sont subversifs. Je suis tout à fait d’accord qu’il faut limiter notre gaspillage de ressources finies, le temps de trouver des technologies  plus renouvelables. Mais que cela soit mis en sauce par des gens comme YAB ou Nicolas Hulot demandant à tous les autres d’abandonner leur mode de vie… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Il n’y a pas que vos pseudo qui sont proches, vos idées aussi ! Un Allègre_bis a dû passer par là ! Un manque flagrant d’objectivité dans vos commentaires ! manque flagrant également de bon sens et d’observation ! Si vous en êtes encore à juger de la sorte, j’espère que vos enfants et ceux qui vous entourent ne vous écoutent pas ou plus….C’est scandaleux !! Vous qui avez des yeux, regardez quelqu’un comme Yann Arthus-Bertrand ou Nicolas Hulot: a-t-il ou ont-ils un look et une attitude de jetsetter parcourant le monde en avion, d’hôtel 4 étoiles en 4 étoiles… Lire plus »
    Emilou
    Invité
    Désolé Guydegif, mais YAB est bien allé avec une équipe de caméraman filmer le monde en hélico. Ca m’étonnerait qu’ils aient dormi à la belle étoile et qu’ils y soient allés en pédalo. Même si je suis d’accord avec une partie du message (on gaspille inutilement un tas de ressources et on est à l’heure actuelle techniquement capables de faire beaucoup mieux), le messager (YAB) et son ego ne m’horripile. Quand à mes proches, je pense qu’ils écoutent encore mes arguments comme j’écoute les leurs dans une discussion conviviales. Pour Claude Allègre, j’ai lu son bouquain sur le climat, pas… Lire plus »
    trimtab
    Invité
    Pour ceux qui disent : « Ces braves vedettes vont aller en avion de colloque en forum de par le monde pour dire que nous devons rouler à vélo, arrêter de voyager et ne manger que des produits locaux de saison »   Même si pour beaucoup la notion de ‘compensation carbonne’…….   « Toutes les émissions de gaz carbonique engendrées par le film sont calculées et compensées par des sommes d’argent qui servent à donner de l’énergie propre à ceux qui n’en ont pas. Cela fait dix ans que l’ensemble de mon travail est compensé de la sorte »   ………est un peu ‘du… Lire plus »
    Charles muller
    Invité
    Le GIEC, la science et le climat Le « consensus » du GIEC est une notion en trompe-l’œil. D’abord, le cœur du consensus est faible : il existe un réchauffement moderne depuis 1750, les gaz à effet de serre anthropiques y contribuent, surtout depuis 1950. Personne ne le conteste, pas même les sceptiques. Ensuite, les sciences ne fonctionnent pas par consensus, mais par autocritique permanente, surtout dans les sciences « jeunes » du climat où presque tous les domaines spécifiques de recherche sont encore très débattus : l’exigence de consensus tient à la nature politique et non scientifique du GIEC (c’est un groupe « intergouvernemental »). Enfin, le… Lire plus »
    Charles muller
    Invité
    Il y a bien des manières d’être sceptique. Être sceptique vis-à-vis du déferlement catastrophiste des médias en matière climatique, cela relève du bon sens : sur ce thème comme sur les OGM, le clonage, les pluies acides, le trou de la couche d’ozone ou bien d’autres, on sait que les médias de masse visent à capter des clients, en jouant avant tout sur l’irrationnel, sur l’émotion, sur la pulsion. Dans ce texte, nous développerons plutôt quelques raisons d’être sceptiques sur le fond, sur la physique du climat et sur la qualité des modèles. La variabilité du climat : un rôle central pour… Lire plus »
    Charles muller
    Invité
    La section 8.4 de l’AR4 (620-627) rappelle ainsi la persistance des biais, erreurs ou divergences dans la reproduction de ces oscillations naturelles du climat. Cette variabilité intrinsèque met notamment en jeu le comportement des océans et son couplage avec l’atmosphère. Dans un texte de synthèse récent et sévère, l’océanographe de réputation internationale Carl Wunsch (MIT) a clairement mis en question l’efficacité des modèles dans cet exercice : « Le chemin pour résoudre un problème difficile passe par sa reconnaissance et sa définition. Quand des conclusions hyper simplifiées sont transformées en vérités , un champ d’études peut être déformé pendant des décennies avant… Lire plus »
    enerZ
    Invité

    Merci d’éviter ce genre de réflexion…  Enerzine possède une rubrique environnement. Les membres sont assez « adultes » pour savoir si oui ou non ils sont censés intervenir… Le modérateur

    wpDiscuz