IFP : bilan positif pour le projet Castor

Le projet européen Castor, qui visait à proposer des technologies permettant le captage et le stockage de 10 % du CO2 émis en Europe, vient de s’achever.

Castor figure parmi les six projets retenus pour le 6e Programme-cadre pour la Recherche et le développement technologique (PCRD) sélectionnées par la Commission européenne. De plus, Pierre Le Thiez, aujourd’hui Directeur général adjoint de Geogreen, a été récompensé par le DOE (Department of Energy) américain pour son rôle en qualité de coordinateur du projet.

Coordonné par l’IFP et rassemblant 30 acteurs issus de 11 pays européens, le projet Castor s’est appuyé sur un pilote industriel, mis en place en 2006 à Esbjerg au Danemark sur la centrale thermique Dong Energy, pour réduire de 30 à 50 % les coûts de captage du CO2 (captage en postcombustion).

Ce pilote, le plus important au monde à l’heure actuelle sur fumées réelles de combustion, a démontré la possibilité de capter 90 % du CO2 émis par une centrale à charbon, grâce à l’utilisation de solvants adaptés, pour un coût de 40 € la tonne (que l’IFP compare au coût de captage estimé, en 2004, à 60 € la tonne).

Castor a également été l’occasion d’affiner la compréhension du comportement du CO2 dans le sous-sol et de définir plusieurs bonnes pratiques pour le stockage géologique en termes de performance, de sécurité et d’impact environnemental. Quatre sites de stockage européens ont été plus particulièrement étudiés. Le logiciel Coores développé par l’IFP pour simuler l’injection du CO2 et la stabilité à long terme du stockage a été utilisé pour modéliser plusieurs scénarios de stockage du CO2 dans ces réservoirs.

Depuis février 2008, l’IFP participe à un nouveau projet européen du 7e PCRD, Cesar, consacré au captage du CO2 en postcombustion et qui se situe dans la continuité de Castor.

Les essais sur le pilote construit à Esbjerg seront notamment poursuivis. L’objectif du projet est double : améliorer la performance des solvants et leur capacité à être régénérés, et utiliser de meilleurs contacteurs gaz/liquide comme les contacteurs membranaires afin de réduire la taille des installations.

Pour l’IFP, Le succès de Castor témoigne de la reconnaissance de sa capacité à coordonner des projets internationaux et à fédérer des équipes pluridisciplinaires et confirme la position centrale qu’il occupe dans le domaine du captage et du stockage du CO2.

 

Voir aussi :

Captage/séquestration du CO2 : Très très coûteux, par Caderange

Nouvelle méthode d’enfouissement du CO2 au Japon

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "IFP : bilan positif pour le projet Castor"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

Bravo à l’IFP et ses équipes qui ont mis en oeuvre ce projet ! Capter 90% du CO2 émis par 1 Centrale ! Beau challenge ! Belle prouesse ! Espérant que les solvants sont ”nature-friendly” et biodégradables (!)…ou faudrait en trouver… Bonne continuation !A+ Salutations Guydegif(91)

wpDiscuz