Île Saint-Denis : “250 m2 de production énergétique orientés plein sud”

Le bailleur social Immobilière 3F a confié aux Ateliers David, société du groupe Acieo représentant la marque Acieo Énergies, le soin de faire de la transition énergétique, enjeu de la prochaine conférence de Paris (COP 21), une réalité dans un immeuble de logements de l’Île Saint-Denis (Seine-Saint-Denis 93).

Avec la création d’un mur rideau étanche producteur d’électricité directement consommée dans les communs, le groupe Acieo a conjugué défi technologique et exigences esthétiques.

Une façade de 400 m2 exposée au Sud : les conditions étaient remplies pour que la rénovation thermique de cet immeuble composé à 70 de logements sociaux devienne exemplaire. Les équipes des Ateliers David ont tout de même dû franchir plusieurs obstacles avant de transformer la paroi verticale en « générateur » capable d’alimenter en électricité la majorité des communs (éclairage, ascenseur…).

Un chantier techniquement hors du commun

« C’est certainement la plus grande façade photovoltaïque de l’île Saint-Denis et aussi l’une des plus grandes en France, explique Nicolas Le Mann, d’Acieo Energies. Nous avons dû faire face à deux types de contraintes : la hauteur et la montée en température du verre photovoltaïque ».

Pour sécuriser l’installation de ce « mur solaire », 1er projet d’ampleur de ce type sur l’île Saint-Denis et 4e pôle local de production photovoltaïque, les équipes de Nicolas Le Mann ont installé une nacelle bi-mât après avoir étayé le sous-sol. Quant au problème de régulation de la température des parois, il a été résolu par l’installation de grilles de ventilation destinées à graduer la masse d’air selon l’altitude et l’exposition au rayonnement solaire.

"L’avantage c’est que les panneaux se voient. On est à une époque où il faut que ça se démocratise" ajoute  Nicolas Le Mann

Des panneaux « actifs » sur mesure et un générateur d’une puissance de 23 520 Wc

Aucune déperdition d’énergie n’est à déplorer.

L’ossature de la façade est en aluminium. Les modules photovoltaïques sont de type bi8verre avec des cellules encapsulées entre deux plaques de verre (feuilleté) et non placées entre plaque de verre et polymère, comme à l’accoutumée.

L’ensemble garantit une plus grande résistance des panneaux. Le générateur, directement raccordé en autoconsommation, produit l’énergie nécessaire au fonctionnement de la majorité des équipements communs, soit 17 MWh/an.

Pour un cout total de 260.000 euros, les 250 m2 de panneaux photovoltaïques ont été installés sur une façade de 400 m2. Le financement a été répartit de la façon suivante : Région île-de-France (100 K€), Ademe (100 K€), I3F (60 K€).

Les travaux ont duré 3 mois, d’avril à juin 2015.

Île Saint-Denis : "250 m2 de production énergétique orientés plein sud"

 

Chiffres clés :

• Dimensions du mur pignon : 38 mètres x 11 mètres
• Surface des panneaux solaires : 250 m²
• Performances énergétiques : puissance crête 23.520 Wc
• Énergie produite : environ 17 000 kWh/an
• Entreprise : Ateliers David (Groupe ACIEO)
• Bureau de contrôle : BTP Consultants
• Date des travaux : janvier – juin 2015
• Coût de l’opération : 260 000 € HT
• Subventions : conseil régional d’Île-de-France (100 000 €) et Ademe (100 000 €)

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Île Saint-Denis : “250 m2 de production énergétique orientés plein sud”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Radulph
Invité

Et bien voilà, ce n’ est pas si difficile, quand même…!

Radulph
Invité

Et bien voilà, ce n’ est pas si difficile, quand même…!

climax1891
Invité

Sachant qu’un réfrigérateur A+++ de 300 litres qui coûte 900 euros consomme environ 140 kWh/an de moins d’un réfrigérateur A+ qui coûte 300 euros, l’économie serait de 9 800 kWh/an.

Solarguy
Invité

c’est une inepsiye d’installer du photovoltaique verticalement (-40% de perte par rapport a plus sud et 30 degrés) et c’est du gros gachis de subventions publiques

b api
Invité

Ca sert à quoi de subventionner l’auto-consommation ? Et à tel prix ?? 23 kWc 260 k€, mais ca fait plus de 10 k€/kWc ! Une gabegie économique, sauf quand on parvient à obtenir des subventions! Que le (riche?) conseil régional de l’Ile de France dépense sa trésorerie, c’est leur problème, mais l’ADEME c’est l’argent de tous ! Il y a mieux à faire que ce genre de panneau d’affichage qui discrédite finalement la filière photovoltaïque. Au sinon, structure de société intéressante, celle de ACIEO: toutes les compétences pour ce marché (juteux) de la rénovation chez les bailleurs sociaux.

Sonate
Invité

Je veux bien que ce soit des conditions difficiles pour l’installation, mais là c’est cher quand même ! Une installation au sol ou sur toiture commune (IBS) tourne entre 1 et 2 € / Wc suivant la taille.

Herve
Invité

Si c’est architectural, je m’incline. Toutefois, je suis surpris qu’un projet privé touche 260K€ de subvention pour son architecture… C’est un standard en région Parisienne? Nous en Province, c’est plutot l’inverse: on nous impose une architecture, mais c’est bibi qui paye la facture…

Lanthane
Invité

Si ça produit 17 000 kWh/an (on espère) à 0,13 €/kWh (prix sans sbuventions), il faudrait 177 ans !! Ce sera moins avec l’augmentation du prix de l’énergie m’enfin devant les 20-25 ans garantis… S’il y a de l’argent à gâcher, mon livret A est disponible, merci.

wpDiscuz