“Iles à énergie positive” : les annonces de Ségolène Royal

Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, accompagne le Président de la République à la Martinique pour un sommet des pays des Caraïbes, qui se réuni à Fort de France le 9 mai 2015.

Ce sommet est consacré aux réponses concrètes à apporter aux dérèglements climatiques.

Ségolène Royal, lors de son dernier déplacement à la Martinique sur le thème de la transition énergétique et de la croissance verte, en septembre dernier, avait déjà souligné la chance historique que représente la transition énergétique pour les outre-mer français. Depuis, les premières initiatives « îles à énergie positive » appelées de ses vœux par la Ministre, ont été engagées et la dynamique d’un nouveau modèle de développement, qui ne sera plus fondé sur une dépendance aux énergies importées, s’accélère.

La Ministre souligne qu’en Martinique et au-delà, les îles sont à l’avant-garde de l’autonomie énergétique, parce qu’elles ont un potentiel exceptionnel pour faire monter en puissance les énergies vertes (éolien, solaire, géothermie, biomasse, énergies marines).

Enfin, elle rappelle, comme dans le Message de la Guadeloupe en octobre 2014, que la protection des îles contre les dérèglements climatiques est intimement liée à la protection de la biodiversité. Elle souligne à cet égard l’importance de la conservation et de la restauration des écosystèmes comme les mangroves ou les barrières de corail.

Les énergies renouvelables

A la demande de Ségolène Royal, une attention toute particulière sera donnée dans l’élaboration des schémas régionaux de raccordement des énergies renouvelables, à la prise en compte des spécificités des départements et territoires d’outre-mer, au premier rang desquels la Guadeloupe.

La ministre proposera avant la fin de l’été des dispositions pour mettre en œuvre un plafonnement de la quote-part des frais de raccordements payée le producteur en fonction des montants observés sur le territoire métropolitain.

La filière éolienne

Concernant des risques d’exploitation de la filière éolienne en raison d’interférences avec le radar Météo France du Moule, Ségolène Royal validera avant l’été une méthode avancée de modélisation qui permettra de libérer certaines zones de développement de l’éolien.

La Transition Energétique

La spécificité et le potentiel des Outre-Mer sont autant d’atouts pour devenir des précurseurs de la transition énergétique et climatique. C’est pour cela que Ségolène Royal a dédié un chapitre spécifique aux Outre-Mer dans son projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte. Cette loi a permis d’élargir la boîte à outils, mais la réussite de la transition énergétique passe maintenant par la mobilisation des territoires : innover dans les énergies renouvelables et dans la mobilité propre ainsi que développer l’économie circulaire.

Appel d’offres pour les installations solaires

Ségolène Royal lance un nouvel appel d’offres portant sur une capacité de 50 MW pour les installations solaires de grande taille (puissance minimale de 100 kWc, soit environ 600 m²), situées dans les Départements d’outre-mer (DOM).

Développement de la géothermie

La géothermie est une énergie renouvelable exemplaire, locale et créatrice d’emplois. Les départements- d’outre-mer, qui disposent d’une grande ressource exploitable, sont par
conséquent moteurs dans l’atteinte de cet objectif.

Dans ce contexte, l’ADEME travaille en étroite relation avec le commissariat général à l’investissement (CGI) à l’extension du fonds de garantie GEODEEP pour la géothermie volcanique. Véritable aide à l’engagement d’investissement, GEPODEEP est un fonds de garantie doté de 50 millions d’euros, crée le 30 mars dernier. Il garantit les porteurs de projets contre le risque de trouver une ressource géothermale insuffisante et indemnise le porteur de projet en cas d’échec des forages d’exploration et d’exploitation.

La filière biomasse dans le futur mix énergétique

Le plan développement de la biomasse doit veiller à la meilleure utilisation possible des gisements et éviter les conflits d’usage.

Pour garantir cela, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte instaure des schémas régionaux de la biomasse, co-élaborés par l’Etat et la région.
En outre, la ministre souscrit pleinement à la proposition de mise en place d’une stratégie régionale biomasse en Guadeloupe pouvant s’inspirer des méthodes de contrôle et de suivi de la biomasse déployées en métropole (mise en place d’une « cellule biomasse » en Guadeloupe, d’un observatoire régional de la biomasse, etc)…

La mobilité électrique

La ministre soutient l’option de déploiement des véhicules électriques au travers d’une alimentation en énergies renouvelables. Pour cela, elle souhaite que la question soit approfondie dans le cadre du groupe de travail sur l’autoconsommation dans les Zones NonInterconnectées (ZNI), au regard notamment du dispositif expérimental tout juste déployé en Martinique. Pour autant, l’articulation avec les réseaux électriques n’est pas à négliger, dans la mesure où la mobilité électrique peut avoir d’importantes synergies avec le reste du système électrique.

Afin d’assurer le déploiement des véhicules électriques, il est nécessaire de pouvoir disposer de bornes de recharge accessibles sur l’espace public offrant la possibilité aux usagers de faire face à une situation de faible autonomie. Pour cela, la ministre a alloué un budget total de 50 millions d’euros aux opérations soutenues dans le cadre des deux dispositifs de soutien au déploiement des infrastructures de recharge, portés par l’ADEME et la Caisse des Dépôts et Consignations dans le cadre des investissements d’avenir, sous forme de subventions.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz