Impact de la récupération assistée du pétrole sur la gestion de l’eau

IFP Energies nouvelles (IFPEN) vient de lancer en collaboration avec 6 partenaires industriels, le projet de recherche Dolphin, qui vise à étudier l’impact de la récupération assistée (EOR) par voie chimique sur les technologies mises en œuvre dans le cadre de la gestion des eaux de production pétrolière.

L’EOR joue un rôle déterminant pour augmenter la quantité d’hydrocarbures extraite d’un gisement. Du point de vue des opérateurs pétroliers il représente un enjeu majeur dans un contexte de croissance de la demande d’énergie nécessitant de repousser les limites actuelles des réserves.

La récupération chimique utilise en particulier des viscosifiants et des tensio-actifs permettant de produire jusqu’à 20% d’hydrocarbures additionnels sur un champs pétrolier. L’un des défis à relever pour développer l’EOR chimique est de comprendre l’impact des produits utilisés sur le cycle de l’eau et d’apporter des solutions. Cela requiert d’investiguer la compatibilité des procédés EOR avec les technologies de séparation de l’eau et des hydrocarbures, de développer des solutions adaptées pour faciliter le traitement des eaux produites et de définir les conditions de réinjection des eaux dans le réservoir à des fins de récupération assistée.

A ce titre, IFPEN vient de conduire pendant 18 moisen collaboration avec Petrobras et Statoil une étude préliminaire en laboratoire destinée à mesurer l’impact des additifs utilisés par l’EOR chimique sur les installations de traitement des eaux en surface. Au regard des verrous techniques restant encore à lever, IFPEN lance aujourd’hui un ambitieux programme expérimental ouvert aux opérateurs pétroliers via la création du projet Dolphin.**

D’une durée de trois ans, Dolphin doit permettre d’étudier, en conditions représentatives de champs pétroliers, l’impact de l’EOR chimique sur l’ensemble du système de production, et plus précisément d’évaluer la compatibilité des substances chimiques de l’EOR avec les additifs de traitement ainsi que leur impact sur le puits, les installations de surface et les procédés de réinjection.

** Petrobras, Statoil, IFP Technologies Canada, OMV,Shell et Wintershall ont rejoint Dolphin.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Impact de la récupération assistée du pétrole sur la gestion de l’eau"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

qu’en termes choisis…ces choses là sont dîtes. premier point, est-ce la mission d’un organisme financé à hauteur de 300 Mns d’euros par an de fonds publics d’aller optimiser le rendement de champs pétroliers d’opérateurs étrangers? S’il y a des financements privés de l’étranger (ça gagne bien dans le pétrole), cela vient-il en déduction des subventions publics apportés par le contribuable français? Par ailleurs, il est où le “EN” de IFP EN dans cette histoire ? Bien la peine de faire du greenwashing! Ne parle-t-on pas notamment ici de schistes bitumineux au Canada et dans le delta de l’Orenoque?

oeildecain
Invité

Est-ce bien la peine de continuer à aider des secteurs qui n’ont de cesse que de quitter nos emplois ? Est-ce bien la peine de continuer à aider des secteurs qui détruisent l’environnement et l’air ambiant que l’on respire … Nous avons largement assez avec le soleil et les vents maritimes ! .

jpm
Invité
IFP ‘institut français du pétrole)qui n’était pas encore IFPEN a été créé à la libération pour s’affranchir un peu des USA en matière pétrolière et énergétique. A ce titre c’est devenu un acteur mondial majeur en R&D, qui via ses filiales vend des procédés français et de l’assistance dans le monde entier. Les partenariats privés viennent en effet en complément de la subvention d’état. Les tutelles sont les ministères de l’industrie et des finances, seule la recherche fondamentale est subventionnée (Bruxelles y veille). Les filiales apportent également leurs dividendes (AXENS, BEICIP FRANLAB, etc.). Pour avoir une idée de l’activité EN… Lire plus »
Tech
Invité

récupération, assistée , gestion de l’eau, dolphin dieu que c’est b’eau on en boirait greenwashing avec de l’eau aux tensio-actifs , ils lavent plus blanc Coluche reviens !

Sicetaitsimple
Invité

Vous avez une voiture? Si oui, est-elle electrique?

Tech
Invité

à 6CT hybride, mais j’attends les hydrogènes air liquide n’assume pas assez et avance un peu trop mollement je les comprends aussi, difficile d’affronter de face les pétroliers! mais les chevaux vapeurs ont bien remplacé un jour les chevaux tout court!

pierreerne
Invité
La récupération assistée du pétrole (RAP) est étudiée par l’IFP depuis plus de trente ans. Les techniques mentionnées ici (viscosifiants et tensio-actifs) étaient déjà étudiées dans les années 1980. Que ce soit IFPEN qui ait récupéré ce domaine est un fait purement administratif. Dans les années 1980, peu de personnes se souciaient de la toxicité de viscosifiants utilisés aussi dans la moutarde ou les sauces salade (gomme xanthane) ni des tensio-actifs qu’on appelle PAIC Citron lorqu’ils sont utilisés comme produit de vaisselle… Aujourd’hui, on consomme toujours sans dommage de la moutarde et des sauces salades, et il importe, pour certains,… Lire plus »
oeildecain
Invité
Oui, bien sûr….. une kangoo XL ZE ….. mais, autant c’est une merveille à conduire, autant le rayon d’action à 40 kms est pire qu’une plaie d’Egypte ….. Ceci étant dit, en tant qu’ancien foreur, je n’ai aucune haine envers le pétrole, mais je constate que tous les clignotants sont à l’orange et qu’il faut sûrement en finir … H², methane, hythane etc … sont là pour rentabiliser le solaire et l’éolien …. Le problème n’est plus que dans la médiocrité de nos politinuls … Il parait que pour se donner le ressort du désespoir, il faut que l’on soit… Lire plus »
Nicias
Invité

On trouvera ici ce que nous coute les véhicule hybrides ou électriques : Perso je préffère les subventions à la recherche. La rentabilité sera peut-être nulle, mais la probabilité n’est pas de 100%.

wpDiscuz