Enerzine

Impacts de la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne

Partagez l'article

En Belgique, la Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz (CREG) a constaté que la fermeture des 7 réacteurs nucléaires allemands (15 mars 2011), avait entraîné une augmentation de 4,5 €/MWh du prix belge de l’électricité à terme (year ahead) sur la bourse Endex.

Sur le marché (spot), la différence de prix entre l’Allemagne et la Belgique a augmenté, l’Allemagne devenant progressivement plus chère. La CREG note également une augmentation des exportations de gaz depuis Zeebrugge vers l’Allemagne. A l’horizon 2022, la CREG estime que la fermeture de toutes les centrales nucléaires allemandes, du fait des couplage des marchés, entraînera une augmentation du prix de l’électricité en Belgique et estime cette hausse entre 5 à 15 €/MWh sur le marché spot.

Eléments de réponse :

Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, le gouvernement allemand a décidé le 14 mars 2011 de suspendre la production de 7 réacteurs (1, 2, 4, 10, 13, 15 et 17) pendant trois mois. Tous ces réacteurs sont rentrés en service avant 1980. En outre, le réacteur 12 était déjà à l’arrêt suite à des incidents techniques. Ces huit réacteurs représentent à eux seuls une capacité de 8.336 MW.

Après le 15 mars 2011, 41% de la capacité totale des centrales nucléaires en Allemagne avait déjà été mise hors service. Elles ont produit dans leur ensemble 140 TWh d’électricité en 2010.

Peu après, le 30 mai 2011, le gouvernement allemand a décidé de fermer toutes les autres centrales nucléaires d’ici 2022. Les 7 réacteurs mis en service avant 1980 ne seront pas redémarrés, tout comme le réacteur 12. Les 9 autres réacteurs encore en opération seront fermés graduellement jusque 2022.

Suite à cette diminution de la capacité de production, l’Allemagne, qui, selon un rapport du CEER (Council of European Energy Regulators), exportait 4.000 MW en moyenne le mois avant cette fermeture, a importé environ 1.000 MW en moyenne les deux semaines qui l’ont suivie. Le rapport précise que cette situation s’est déjà produite par le passé. La fermeture des centrales n’est donc peut-être pas la cause directe de ce changement de flux, bien que celle-ci semble être la cause la plus probable de ce changement de flux. Les centrales au lignite et les unités renouvelables ont augmenté leur production.

En ce qui concerne la demande de gaz, la CREG a souligné que les volumes physiques livrés sur Huberator à Zeebrugge ont fortement augmenté depuis la fermeture des centrales nucléaires allemandes, mais avec un léger décalage d’une quinzaine de jours. Il est clair que la fermeture des centrales allemandes a entraîné une hausse de la demande de gaz naturel sur Zeebrugge. Pour ce qui est des prix de gaz naturel, ceux-ci ont augmenté d’environ 4,5% entre le 14 et le 16 mars 2011.

Par contre, ces prix ne se sont pas stabilisés et ils ont chuté à partir du 17 mars. Ces importations supplémentaires de gaz à Zeebrugge ont ensuite été redirigées vers l’Allemagne. Les importations depuis les Pays-Bas, à ‘s Gravenvoeren, ont également diminué.

Suite à la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne, celle-ci importe plus d’électricité. Dès lors, les capacités de transmission aux frontières sont davantage sollicitées. Néanmoins, les prix allemands ne sont pas exceptionnels malgré l’arrêt des centrales nucléaires. Cette différence de prix s’explique aussi par la situation en France où une faible consommation, aidée par une haute disponibilité des centrales nucléaires et un niveau élevé des réservoirs d’eau a engendré des prix relativement bas.

En ce qui concerne l’impact sur les prix de l’électricité, le CEER ajoute que la fermeture des centrales a essentiellement influencé les prix forwards en Allemagne, qui ont augmenté d’environ 5 €/MWh. Il n’y a pas eu immédiatement d’impacts majeurs sur les prix day ahead en Allemagne.

Le CEER mentionne également que lors de quelques heures creuses, il y a eu des exportations nettes depuis l’Allemagne. Une comparaison avec les prix de 2010 suggère que la volatilité du prix de l’électricité n’a pas augmenté de façon significative suite à la fermeture des centrales.

Impact à long terme de la sortie du nucléaire en Allemagne

Comme le montre le graphique ci-contre, il y aura une fermeture graduelle de la capacité restante (12.008 MW) de production nucléaire, contrairement à la situation en Belgique où l’on constate une capacité de production constante entre le 1er décembre 2015 et le 30 septembre 2022. Ensuite, la baisse la plus importante en Allemagne de la capacité de production se produira entre le 31 décembre 2021 et le 1 janvier 2023, période pendant laquelle 8.057 MW disparaîtront.

Impacts de la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne

Il est prévu que la capacité nucléaire qui sera désactivée soit remplacée par trois types de centrales, des centrales au gaz, des centrales au charbon et également des énergies renouvelables (solaire et éolien). Par ailleurs, l’Allemagne prévoit d’encourager les économies d’énergie. Le Ministère fédéral allemand de l’Economie et des Technologies explique que son pays a l’intention de conserver suffisamment de capacités de production sur son territoire afin de couvrir ses besoins énergétiques.

La CREG conclut que les investisseurs auront considérablement plus de temps pour préparer la fermeture des 12.008 MW de capacité nucléaire à l’horizon 2022 qu’ils n’en ont eu lors de la fermeture des 5.065 MW le 15 mars 2011. Dès lors, les marchés ne devraient pas connaître de soubresaut majeur lors de la fermeture effective des dernières centrales nucléaires allemandes.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    32 Commentaires sur "Impacts de la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    ecoenergie
    Invité

    Avant de considerer le prix je pense a ce que nous allons ceder a nos descendants avec le rechauffement climatique Sortir du nucléaire c’est vertueux. On importe de l’énergie pudiquement sans savoir d’ou elle vient et on augmente la productions des centrales utilisant de la lignite combustible encore ,plus sale que le charbon

    Tang
    Invité
    Le gouvernement Allemand n’a t’il pas berné sa population dans la mesure où le message enregistré par ladite population est : on arrête le nucléaire et on compense par du renouvelable ? Gaz + charbon,…. pas très renouvelable, tout ça…. Je me sens écologiste, mais n’arrive pas à adhérer à la politique d’arrêt du nucléaire. Je ne vois pas comment s’en passer en 10, 20, voire 30 ans. D’après tout ce que je lis, le renouvelable ne permettra pas une telle compensation dans un délais si court. J’ai donc tendance à reprocher au « écologistes » politique leur aveuglement dans ce combat… Lire plus »
    Axel
    Invité

    On peut tres bien se passer du nucleaire, il faut juste arreter le gaspillage honteux que l’onf ait de notre electricité disponible a toute heure (auto consommation de la filière nucléaire, export, chauffage electrique…) emettre du Co2 est effectivement une mauvaise chose, mais fabriquer des dechets radioactifs pour des millenaires et accumuler les risques de catastrophe nucléaire a grande echelle est encore pire…..

    Thierry79
    Invité

    emettre du Co2 est effectivement une mauvaise chose, mais fabriquer des dechets radioactifs pour des millenaires et accumuler les risques de catastrophe nucléaire a grande echelle est encore pire….. => pire, pas si sûr. Si le but est la préservation de l’espère humaine à long terme, quel facteur peut avoir le plus de conséquence néfaste ? (je préviens tout de suite, je n’ai pas la réponse)

    Mac6
    Invité

    Est ce que c’est réellement la fermeture des centrales allemandes qui a entrainé cette hausse, difficile à dire dans la mesure ou leur cout marginal de production n’est guère inférieur à celui des centrales à charbon. Il faudrait plutôt dire « la spéculation couplée à la fermeture … » Et si on arrêtait les « le charbon c’est sale »… etc. Fukushima nous a prouvé que le nucléaire n’était pas mieux

    moise44
    Invité
    « On peut tres bien se passer du nucleaire, il faut juste arreter le gaspillage honteux que l’onf ait de notre electricité disponible a toute heure (auto consommation de la filière nucléaire, export, chauffage electrique…) » Par quoi remplacez vous le chauffage électrique si l’électricité est d’origine nouvelles ENRs ? Par du chauffage électrique ? Dénigrer le chauffage électrique pour dénigrer le nucléaire est il vraiment une bonne idée ? Pas si sûr …Surtout que ces nouvelles ENRs produisent aussi de l’électricité… Je ne considère pas que le chauffage électrique est du gaspillage. En revanche, chauffer des lieux qu’il n’est pas utile… Lire plus »
    moise44
    Invité
    « on pourrait se poser la question si on avait la possibilité de prolonger le nucléaire 10,20 ou 30 ans supplémentaires, mais force est de constater que personne ne veut en assumer le cout (nouvelle centrale et mise aux normes des centrales vieillissantes) et que les caisses de l’état sont vides et ne peuvent plus soutenir la filière… » Est-ce que vous vivez en France ? Je demande çà, parce que EDF est en train de construire un EPR a flamanville, certe a 6 milliards au lieu de 3 mais, je pense que vous êtes au courant ! La centrale de fessenheim… Lire plus »
    moise44
    Invité
    « Et si on arrêtait les « le charbon c’est sale »… etc. Fukushima nous a prouvé que le nucléaire n’était pas mieux » Dire que le charbon est sale me paraît assez légitime. Ça émet bcp plus d’équivalent CO2 que le Gaz naturel, moins que le gaz de synthèse (fait avec du charbon), et bcp plus que le nucléaire. Les déchets nucléaires ont une très longue demi vie pour les actinides, mais les cendres de la combustion du charbon existes aussi, et sont même légèrement radioactive d’ailleurs … Leurs est aussi conséquent et il va bien falloir en faire quelque chose ! Cela… Lire plus »
    Axel
    Invité

    le chauffage electrique, c’est pres de 3KW a la centrale pour donner 1Kw rendu au convecteur, ce mode de chauffage est le plus abberant qui soit. De plus il entraine des pointes hivernales limites ingerables.

    Axel
    Invité
    Les déchets nucléaires ont une très longue demi vie pour les actinides, mais les cendres de la combustion du charbon existes aussi, et sont même légèrement radioactive d’ailleurs .. Vous osez comparer une radioactivité naturelle a celle du combustible usagé ?vous avez une idée de la difference d’echelle entre ces 2 sources ? il y’a plusisurs contasts simples qui a mon sens, classent le nucleaire civil dans la corbeille: sa mise en place s’est fait d’une manière absolument anti democratique, ses liens avec le nucléaire militaire sont et resteront par definition incassables, et par dessus tout, on parle d’une industrie… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « sa mise en place s’est fait d’une manière absolument anti democratique » Sa mise en place a été décidée par un gouvernement démocratiquement élu et maintenue par tous nos gouvernements démocratiquement élus jusqu’à ce jour. Qu’est-ce donc que la démocratie à vos yeux ? « ses liens avec le nucléaire militaire sont et resteront par definition incassables » Ces liens ont été bel et bien cassés en France il y a bien longtemps. Mais bon, comme d’habitude : vous avez la moindre idée de ce dont vous parlez pour affirmer des contre-vérités pareilles ? « et par dessus tout, on parle d’une industrie QUI… Lire plus »
    Teredral
    Invité
    Si produire 3 kW (thermiques) à la centrale pour fournir 1 kW (électrique) au convecteur est aberrant (mais la règle de Carnot pour toute application de l’électricité), il est tout aussi aberrant d’utiliser une flamme à 1500 °C pour chauffer de l’eau à 30 °C. Il serait plus raisonnable de réserver le pétrole pour les applications pour lesquelles il est indispensable (chimie, plastique…) plutôt que de l’utiliser sous forme de fioul pour chauffer des logements. Quant à l’industrie nucléaire, c’est pratiquement la seule qui depuis le début de son existence A MIS EN OEUVRE UNE GESTION RATIONELLE DES SES DECHETS… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    S’agisant des déchets nucléaires HA-VL, nos 58 réacteurs nucléaire en produiront environ 5 000 m3 (tous traités et conditionnés) en ayant procuré au moins 20 000 milliards de kWh en 40 ans ou un peu plus. Or ces 20 000 Milliards de kWh produits au charbon auraient émis 20 000 milliards de kg de CO2 (plus plein d’autres chose : mercure, cyanure… + radioctivité de type uranium et thorium). Je ne sais d’ailleurs pas si cette quantité de produits peut rentrer dans une « citerne » de 5 000 m3. Donc d’un côté le gestion sécurisée d’un cube de déchets de 17… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Au fait, est-ce que quelqu’un sait comment on fait depuis des siècles pour traiter les déchets qui sortent des cheminées des centrales à combustibles fossiles (charbon, gaz, pétrole) ?? Je rappelle que plus de 40% de l’électricité mondiale est issue du charbon et que c’est 50% aux Etats-Unis et plus de 70% en Chine.

    Wilfried
    Invité
    Chaque année en moyenne, 1.150 tonnes de combustible usé sont retirés des réacteurs nucléaires en France, dont 1% est du plutonium : 11,5 tonnes par an. Vous savez, le plutonium, ce n’est pas anodin, et ça se promène sur nos routes, discrètement. Une partie, 850 tonnes (74%), est retraité à La Hague, d’où le plutonium est extrait pour être transporté à Marcoule (usine Melox) à l’autre bout de la France. Le reste ?? La France reste le seul pays au monde à produire du combustible nucléaire au plutonium, après la fermeture de Dessel en Belgique et Sellafield en Grande-Bretagne, tristement… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    « Le plutonium, c’est aussi le combustible des supposés réacteurs de 4e génération … après 2040, pour des recherches qui ont commencé vers 1950. » Oui et alors, on arrête tout ce qui long ? A titre indicatif, le principe de la pile à combustible a été découvert en 1839 en même temps que l’effet photovoltaïque. A cause de cela, faut-il arrêter les recherches sur ces deux filières qui n’ont toujours pas vraiment percé ? Effet photovoltaïque : découvert par le polytechnicien antoine Becquerel (grand père de Henri). c’est donc une double horreur : polytechnicien + ascendant d’un découvreur de la radiocativité… Lire plus »
    jihemnet
    Invité

    Pourquoi ne pas comparer aussi avec les déchets ménagers, qui, si ils n’étaient pas traités auraient de graves conséquence sur la santé humaine. Des millions de m3 de CO2 sont déversées dans l’atmosphère, mais c’est le désiquilibre créé qui risque à terme de provoquer un dérèglement climatique durable. Le CO2 ne tue pas, sauf à des concentrations extrêmes. Il est recyclable à l’infini, naturellement, par la photosynthèse. Essayer de déverser vos milliers de tonnes de déchets nucléaires en pleine nature ou près d’une ville, histoire de comparer l’effet!

    _axel
    Invité
    @bachoubouzouc Sa mise en place a été décidée par un gouvernement démocratiquement élu et maintenue par tous nos gouvernements démocratiquement élus jusqu’à ce jour. Qu’est-ce donc que la démocratie à vos yeux ? la decision de develloper un programme electro nucléaire s’est faite en catimini, sans aucune concertation des populations locales et nationales. Si pour vous c’est de la democratie, tant mieux, mais ma conception en est legerement differente. Ces liens ont été bel et bien cassés en France il y a bien longtemps quand bien meme ce serait le cas, il n’y a que la france qui compte dans… Lire plus »
    _axel
    Invité

    Quant à l’industrie nucléaire, c’est pratiquement la seule qui depuis le début de son existence A MIS EN OEUVRE UNE GESTION RATIONELLE DES SES DECHETS ET CONTINUE DE LE FAIRE DEPUIS PLUS DE 50 ANS. j’aurais vraiment tout lu :w: la gestion des dechets dans les années 60/80 pour la france et la GB consistait a les deverser dans l’ocean atlantique et la manche. COGEMA s’est egalement debarassé de barils encombrants le long des cotes africaines quelle belle et rationelle gestion, en effet :w:

    _axel
    Invité
    Juste histoire de donner un point de vue divergeant de la tendance moutonnière CO2 pabien/nucléaire=0 Co2= bien Les versions des années 90 s’accordaient à donner au gaz carbonique 50% de la responsabilité de l’effet de serre, 15% au méthane, 12% au protoxyde d’azote, 15% à la vapeur d’eau et 8% pour les autres sources, principalement les fréons et ozone d’origines récentes. Donc, haro sur le grand responsable, le CO2. Accusé numéro 1 : les combustibles fossiles ; le discours passe très bien auprès des populations sensibilisées aux problèmes de l’environnement. Manipulation ? On néglige de dire que le CO2 n’est… Lire plus »
    _axel
    Invité

    Si produire 3 kW (thermiques) à la centrale pour fournir 1 kW (électrique) au convecteur est aberrant (mais la règle de Carnot pour toute application de l’électricité), il est tout aussi aberrant d’utiliser une flamme à 1500 °C pour chauffer de l’eau à 30 °C sauf que le rendement d’une bete chaudière fioul/gaz frise les 90%, si ce n’est plus avec les dernières generations, alors que le rendement de la chaine electrique est desastreux…..

    Bachoubouzouc
    Invité
    « la decision de developper un programme electro nucléaire s’est faite en catimini, sans aucune concertation des populations locales et nationales. » Mais vous racontez n’importe quoi !!! Le développement du programme nucléaire s’est faite en catimini ???? Bien sûr, personne n’en a entendu parler à l’époque !!!! Des dizaines de réacteurs nucléaires passent tellement inapperçus !!!! Et je vous rappelle que toute construction de nouveau réacteur (pas de nouvelle centrale hein, de nouveau réacteur), se fait après une concertation du public, comme on l’a vu pour FLA3, comme c’est en cours pour Paluel 3 ! Ce que vous dites est un… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    Et sur le rendement des centrales nucléaires, je vois que vous reprennez un argument de plus en plus courant chez les anti-nucléaires. Sauf qu’ils oublient de préciser que ce rendement de 30% (de carnot, typique de toute machine thermique) est exactement le même dans les centrales au charbon ou au fuel que vous aimez tellement.^ Et même si le rendement n’est pas bon, c’est pas les mêmes conséquences derrières : d’un côté émission de tonnes de CO2 direct dans nos naseaux, de l’autres production de quelques kg de plus de déchets confinés !

    Axel
    Invité
    Mais vous racontez n’importe quoi !!! Le développement du programme nucléaire s’est faite en catimini ???? Bien sûr, personne n’en a entendu parler à l’époque !!!! Des dizaines de réacteurs nucléaires passent tellement inapperçus j’ai parlé de la decision de develloper un programme electro nucléaire, pas du devellopement physique de ce programme, relisez bien avec le doigt si vous avez du mal a suivre :w: Qu’est ce que vous en savez ? Vous avez mis votre nez dans les études de conception ? Sur quoi vous basez vous pour affirmer cela de manière aussi gratuite ??? tout simplement sur le… Lire plus »
    Axel
    Invité
    Et sur le rendement des centrales nucléaires, je vois que vous reprennez un argument de plus en plus courant chez les anti-nucléaires. Sauf qu’ils oublient de préciser que ce rendement de 30% (de carnot, typique de toute machine thermique) est exactement le même dans les centrales au charbon ou au fuel que vous aimez tellement.^ Et même si le rendement n’est pas bon, c’est pas les mêmes conséquences derrières : d’un côté émission de tonnes de CO2 direct dans nos naseaux, de l’autres production de quelques kg de plus de déchets confinés ! sauf que pour le petrole, on peut… Lire plus »
    Wilfried
    Invité
    Cela a sans doute évolué un peu depuis, mais la situation en 2005 était la suivante. – Emissions totales de gaz à effet de serre (sans compter la vapeur d’eau) en équivalent CO2 : 47.800 millions de tonnes (Mt), – dont CO2 : 36.660 Mt, – dont combustibles : 27.055 Mt, – dont combustibles utilisés pour la production d’électricité : 8.751 Mt (charbon, pétrole, gaz). En résumé, le CO2 émis pour la production d’électricité représente 32,3% de celui émis par les combustibles (8.751/27.055) – 23,8% de tout le CO2 (8.751/36.660) et 18,3% de tous les gaz à effet de serre… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « j’ai parlé de la decision de develloper un programme electro nucléaire, pas du devellopement physique de ce programme, relisez bien avec le doigt si vous avez du mal a suivre :w: » Ma question est toujours là : Est-ce que De Gaulle n’a pas été démocratiquement élu pour prendre ce genre de décisions ? Est-ce que les présidents suivant n’ont pas été élus malgré que la continuation du nucléaire ait été dans leur programme ? Et mon argument est toujours là : les populations locales sont consultées (au moins en France) pour toute construction d’un nouveau réacteur (exemple FLA3 et PEN3).… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « Hum… alors qu’à l’ONU on discute du programme nucléaire iranien c’est quand même un peu osé de continuer à nous sortir le mythe de la frontière entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire. Enfin je dis ça… » Cela ne prouve toujours pas que ce lien entre militaire et civil est par définition incassable. Pour le hors série du canard enchainé, en effet il faudrait que je me le procure. « Quand à De Gaulle : non il n’a pas été démocratiquement élu pour prendre ce genre de décision puisque le président de la république est garant du pouvoir exécutif et… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Vous dites : débat public en 2006… Loi n°2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique L’Etat veille à conserver, dans la production électrique française, une part importante de production d’origine nucléaire L’Etat se fixe donc trois priorités. La première est de maintenir l’option nucléaire ouverte à l’horizon 2020 en disposant, vers 2015, d’un réacteur nucléaire de nouvelle génération opérationnel permettant d’opter pour le remplacement de l’actuelle génération. Le pire c’est que vous le saviez très bien… votre jeu du « plus c’est gros, plus ça a de chance de passer » est un peu fatiguant… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    Vous disiez, je cite : « Et sur Flamanville les populations ont été consulté après la parution du décret prenant décision de construire Flamanville (!!!), le dossier rendu par la commission de débat public n’a même pas eu à être ouvert… » Cette affirmation était un mensonge pur et simple, et je vous l’ai prouvé en rappelant les dates de la consultation publique et celle de la parution du décret. Là vous êtes en train de parler d’autre chose, à savoir la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique, et son passage (article 4) sur la priorité donnée de… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Ce que vous dites est faux. La loi visait précisémment Flamanville puisque c’était le seul projet capable d’être réalisé » Ben tiens… C’était tellement le seul projet capable d’être réalisé qu’il y a un autre EPR en projet à Penly ! Vous vous enfoncez… « d’ailleurs la consultation n’a pas porté sur l’intérêt ou non de réaliser ou non Flamanville mais sur la façon dont ce projet (qui avait donc été décidé avant la consultation) devait être réalisé… » Des preuves ? Des sources ? « Intoxication classique de nucléocrate… » Waw…

    Bachoubouzouc
    Invité
    « Penly n’était pas capable d’être construit en 2015 puisqu’il faut 10 ans pour construire une centrale nucléaire… » C’est vrai. Ca n’empêche que la loi d’orientation n’était en aucun cas une décision ferme et définitive de construire FLA3 (puisque FLA3 n’y était même pas mentionnée). Et, rappelons le, cette loi n’est qu’une tentative de votre part pour nous faire oublier que dans votre mensonge, vous parliez spécifiquement du décret d’autorisation de construction : « sur Flamanville les populations ont été consulté après la parution du décret prenant décision de construire Flamanville (!!!) » C’était donc bien un bon gros mensonge… « et pour l’instant… Lire plus »
    wpDiscuz