Enerzine

Incident du 8 septembre (Tricastin): la solution d’EDF

Partagez l'article

Le 8 septembre 2008, lors de l’opération de déchargement du combustible du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire EDF du Tricastin, deux assemblages combustibles sont restés accrochés aux structures internes supérieures de la cuve du réacteur. EDF a proposé une solution de récupération, qui satisfait l’ASN.

EDF avait présenté à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) le 30 septembre 2008 un procédé pour récupérer les deux assemblages combustibles. Ce procédé n’a pas été mis en œuvre par EDF.

L’ASN a alors analysé la nouvelle solution technique proposée par EDF le 14 octobre et a considéré que le dossier présenté par EDF est satisfaisant. Elle a demandé à EDF de réaliser des contrôles complémentaires sur les structures internes supérieures auxquelles sont suspendus les assemblages combustibles à l’issue de l’intervention afin de vérifier leur état.

L’ASN a assisté aux opérations de qualification du nouveau procédé qui se sont déroulées le 17 octobre au centre d’expérimentation et de validation des techniques d’intervention sur chaudières nucléaires à eau pressurisée (CETIC) de Chalon-sur-Saône. EDF s’est notamment engagée à assurer la sécurisation des assemblages contre le risque de chute en préalable à tout contact entre le matériel utilisé lors de l’intervention et les assemblages. L’ASN estime que cette disposition est satisfaisante.

L’analyse de l’ASN s’est notamment fondée sur l’expertise rendue par son appui technique l’IRSN.

L’événement survenu sur le réacteur n°2 de la centrale nucléaire du Tricastin n’a pas conduit à des rejets à l’intérieur ou à l’extérieur de l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur, rappelle l’ASN, et le refroidissement des assemblages est assuré par le circuit normal de refroidissement utilisé lorsque le réacteur est à l’arrêt.

Les opérations de récupération des deux assemblages combustibles du réacteur n°2 se dérouleront selon un calendrier établi par EDF.

L’ASN a également demandé à EDF les analyses menées pour expliquer cet événement et les actions correctives envisagées.

L’incident est classé provisoirement au niveau 1 de l’échelle INES.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz