Enerzine

Innovalight reçoit des fonds pour son encre solaire

Partagez l'article

La compagnie Innovalight basée à Sunnyvale, en Californie, a levé 18 millions de dollars de capitaux supplémentaires afin de poursuivre le développement de son procédé d’encre solaire.

Fin août 2009, Enerzine avait évoqué dans un article cette technologie d’encre composée de nanoparticules pouvant être pulvérisée sur plusieurs types de substrats.

Entre temps, en septembre 2009, Innovalight a annoncé un taux de conversion de 18 % après avoir appliqué son encre solaire sur des cellules en silicium. Elle a également indiqué que "les résultats avaient été certifiés de manières indépendantes par deux centres de renom, que sont le laboratoire des énergies renouvelables du Département Américain de l’Énergie (NREL) et l’Institut Fraunhofer des systèmes énergétiques solaires (ISE) en Allemagne".

Grâce à ce financement, la société envisage maintenant de porter le taux de conversion des cellules solaires à plus de 20 %.

Innovalight reçoit des fonds pour son encre solaire

Les avantages de la technologie d’encre de silicium sont multiples. Tout d’abord, l’encre peut être pulvérisée sur le substrat sans avoir recours à une phase d’impression avec contact. D’autre part, le procédé de fabrication utilise moins de machines, de substrats et d’énergie car les cellules solaires peuvent être produites à des températures basses. Enfin, le coût de fabrication final s’avère être relativement bas comparé à d’autres process de fabrication où le nombre de séquences demeure élevé,

Innovalight reçoit des fonds pour son encre solaire


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "Innovalight reçoit des fonds pour son encre solaire"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Ed
    Invité

    Cela n’existe-t-il déjà pas chez Nanosolar?

    marcob12
    Invité

    La technique sous-jacente semble la même (concevoir des nano-particules de matériau photosensibles dispersées dans un solvant qui autorisent  la fabrication de panneau par des techniques d’imprimerie, voire de peinture), mais « Nanosolar » fait dans le CIGS et eux ont trouvé la formule pour utiliser une matière bien moins rare et a priori moins problématique (à recycler entre autres) à savoir le silicium.

    Gilloustyle
    Invité

    J’ai du mal a suivre.. Ils pulverisent leur encre sur des cellules c-Si classiques OU ils fabriquent leurs propres cellules composees que d’encre ?

    wpDiscuz