Innovation environnementale dans l’industrie pétrolière

Des chercheurs canadiens ont trouvé une nouvelle façon de réduire la consommation d’énergie de l’industrie pétrolière et gazière ainsi que les émissions de cette dernière.

Le gaz naturel qui émerge des puits de gaz est saturé d’eau qui provoque de la corrosion. Les entreprises gazières éliminent l’eau avec des déshydrateurs au glycol. Ce processus énergivore émet souvent des composés nocifs, notamment du benzène dont les vapeurs sont cancérigènes.

Le Centre Canadien pour l’Avancement des Technologie Environnementale ( CCATE) de Calgary, en Alberta, a mis au point avec 2 entreprises, RCL Environment Group Ltd. et Amine Experts, un modèle convivial d’optimisation des procédés. La création d’un tel modèle permet aux exploitants de champs de pétrole et de gaz de calculer les économies en combustibles et les réductions possibles des émissions sans avoir à recourir à des modèles informatisés coûteux.

Rod Leland, directeur général de RCL, estime que des économies annuelles totales en combustibles de 50 millions CAD et des réductions d’équivalents-CO2 de plus de 350.000 tonnes pourraient être réalisées grâce à l’optimisation des déshydrateurs au glycol au Canada.

Les déshydrateurs au glycol sont d’abord configurés à des taux optimaux. Toutefois, avec le temps, les taux de production de gaz et les pressions peuvent fluctuer à mesure que les puits sont épuisés et que de nouveaux puits sont ajoutés au circuit et exploités. Plus de 3000 déshydrateurs au glycol sont fonctionnels au Canada : les possibilités de réduction de consommation d’énergie et de baisse des émissions sont donc considérables. En diminuant les taux de circulation du glycol, on sollicite moins les rebouilleurs. L’optimisation des déshydrateurs au glycol peut réduire la consommation d’énergie de 25% et, par ce fait, réduire les émissions de benzène, sans dépense additionnelle en immobilisations.

Le modèle mis au point est de plus en plus accepté au sein de l’industrie pétrolière et gazière en amont. L’optimisation des déshydrateurs au glycol est un bon exemple de diminution volontaire des émissions

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz