Enerzine

Interview d’Eric Sauvage, DG de Centrosolar France

Partagez l'article

Centrosolar France, la filiale de la firme allemande du même nom est implantée dans l’hexagone depuis 2007, et dirigée par Eric Sauvage. Ce dernier répond volontier à 5 questions .

Qui est Centrosolar. Quelle est votre origine, pouvez-vous définir votre activité principale ?

Eric Sauvage : « Centrosolar est un industriel allemand, fabriquant et commercialisant des solutions photovoltaïques en toiture vers des installateurs. L’origine de Centrosolar se trouve en Allemagne. La société a été fondée en 2005. Elle a grandi rapidement par le rachat successif de plusieurs acteurs historiques du marché photovoltaïque allemand. Elle a ensuite très vite pris une dimension internationale en créant plusieurs filiales dès 2007. Aujourd’hui Centrosolar c’est plus de 1.000 personnes dans le monde, avec des filiales en Europe (France, Italie, Benelux, Royaume-Uni, Grèce, Espagne), et en Amérique du Nord (Etats Unis, Canada).»

Comment Centrosolar se positionne sur ce marché ?

Eric Sauvage : « Centrosolar apporte à ses clients professionnels des solutions photovoltaïques complètes, innovantes, robustes et de qualité. Centrosolar est à mi-chemin des métiers de couverture et de l’énergie. C’est à la fois un industriel, mais aussi un fournisseur de solutions et de services autour du métier de photovoltaïque en toiture. »

Comment analysez-vous l’évolution actuelle de ce marché ?

Eric Sauvage : « Le marché français passe par une phase de dépression forte en volume et en prix. De plus, l’image du PV chez les particuliers et les maîtres d’ouvrage industriels et publics a été endommagée depuis 2 ans. Plusieurs raisons expliquent ce dommage. La construction des tarifs d’achat et leur fonctionnement, plus que leur niveau lui-même, sont inadéquats et contribuent à dégrader l’image du PV. à cela, il faut ajouter des informations erronées visant à dévaloriser le PV vis-à-vis d’autres énergies. Nous pensons toutefois que ce cycle va s’achever. La parité tarifaire se rapproche à grand pas, et aura lieu avant la fin du prochain mandat présidentiel. Les forces politiques et économiques bien informées perçoivent déjà que le photovoltaïque trouvera une place importante dans le mix énergétique français à brève échéance. Il faut agir pour que l’industrie européenne prenne sa place dans ce marché considérable. »


Actuellement, le secteur du photovoltaïque connaît des difficultés. Selon vous, que doivent mettre en œuvre les acteurs de ce marché pour maintenir leur position et poursuivre leur développement ?

Eric Sauvage : « La problématique est multiple. Le marché européen se contracte en volume et en valeur compte tenu de la révision brutale des politiques de tarif d’achat. Mais aussi parce que le prix des matériels connait une baisse nécessaire. Le secteur vit en outre une forte surcapacité, nourrie par des investissements à contre cycle, en particulier en Chine. Enfin, l’industrie chinoise est suspectée d’être subventionnée créant une forte distorsion. Tout ceci a pour effet de détruire une partie du tissu industriel européen, ainsi que de nombreux installateurs et sociétés liées au PV.

Pour les acteurs industriels, il faut en passer par une période de contraction de l’activité. Elle peut être tempérée par une couverture géographique internationale, afin d’amortir les variations nationales des marchés. Au-delà de cette période, les marchés repartiront. Mais le nombre de sociétés actives aura été réduit. »


François Hollande affirme vouloir faire des énergies renouvelables une priorité. pensez-vous que cela puisse donner un nouvel élan au marché photovoltaïque ?

Eric Sauvage : « Le Président François Hollande s’est exprimé en faveur d’un mix énergétique équilibré, dans lequel la part des énergies renouvelables sera de 50% à horizon 2025 contre 75% à ce jour. Compte tenu des temps de construction des infrastructures de production, et de la croissance des besoins en énergies, cela signifie que les décisions d’investissement et d’orientation vers les différentes énergies vont se prendre dés maintenant. La part du photovoltaïque va considérablement augmenter, puisque cette énergie va devenir une source d’énergie électrique renouvelable compétitive à horizon de quelques années, ce que nous nommons la parité tarifaire avec les énergies non renouvelables. Le secteur photovoltaïque va donc connaitre une phase de transition, durant laquelle il dépendra encore des tarifs d’achat. Durant cette période doit se mettre en place le cadre réglementaire permettant de gérer la parité tarifaire à venir, et la préparation des infrastructures liées au changement de modèle de production d’énergie. Le nouveau modèle reposera sur une production partiellement décentralisée de l’énergie, et permettra d’atteindre l’objectif de 50% d’énergies renouvelables


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz