Investissements d’avenir : la moitié concernera la transition écologique

Jean-marc Ayrault a présenté hier le nouveau programme d’investissements d’avenir (PIA) sur 10 ans et d’un enveloppe budgétaire de 12 milliards d’euros qui introduira une éco-conditionnalité dans les critères de sélection dans la majorité des projets.

Une première enveloppe de 35 milliards d’euros dans le cadre du premier PIA avait été instaurée par le gouvernement précédent.

C’est pourquoi, les premiers décaissements du PIA 2 n’auront pas lieu avant 2016. Le 1er Ministre à confirmé qu’une part du financement de ces nouveaux investissements proviendra des recettes issues des cessions de participations de l’État.

J-M Ayrault a souligné également que la moitié du PIA 2 sera consacrée à des investissements directs ou indirects pour la transition écologique. Des investissements seront ainsi réalisés dans le cadre de la transition énergétique, la rénovation thermique et la ville de demain à hauteur de 2,3 milliards d’euros. En y ajoutant les 1,7 milliards d’euros de l’industrie durable, il manque encore 2 milliards d’euros. Est ce à dire qu’il faudra piocher dans les autres postes budgétaires pour atteindre les 6 milliards ? Des précisions seront peut être apportées dans les jours qui viennent.

Investissements d'avenir : 50% concernera la transition écologique

Dans la partie transition énergétique, il faut entendre la maîtrise des nouvelles technologies de gestion, de transport et de production d’énergie et de chaleur (stockage d’énergie, piles à combustible, énergies marines, solaire, biomasse, biocarburants, géothermie, pompe à chaleur, réseaux intelligents), ainsi que l’incitation des entreprises à limiter leur consommation d’énergie et à réduire leur impact sur l’environnement.

Dans la seconde partie, l’Etat entend favoriser l’émergence de projets innovants pour la rénovation des bâtiments et accompagner les entreprises du secteur pour assurer la rénovation de 500.000 logements par an (dont 120.000 sociaux) afin de faire reculer la précarité énergétique et permettre aux ménages de consommer moins à confort constant.

Enfin, la dernière partie doit promouvoir un développement urbain plus durable. Développer des filières performantes de recyclage à une échelle industrielle ; Agir en faveur des technologies vertes (génie écologique notamment) en investissant dans les projets portés par les entreprises de ces secteurs en croissance ; Intensifier le développement de nouvelles solutions de transport de demain (réduction des émissions, connectivité, transport collectif)

L’un des thèmes abordés concerne plus spécifiquement la maîtrise de la consommation d’énergie avec le déploiement de la nouvelle génération de compteur électrique. Le compteur « Linky » dit ‘intelligent’ doit à terme remplacer le parc des 35 millions de compteurs actuels pour un coût de 5 milliards d’euros.

Linky a aussi pour objectif de favoriser la transition énergétique en rendant possible l’intégration à grande échelle des énergies renouvelables, l’information des consommateurs, la différenciation des tarifs, la maîtrise de l’énergie, une meilleure maîtrise de la pointe, le développement du véhicule électrique et donc le développement de réseaux intelligents (« smart grids »). Il permettra immédiatement la télé-relève, la facturation sur des index réels, des interventions à distance et des dépannages plus rapides. Un appel d’offres va être lancé cet été pour le déploiement d’ici 2016 par ERDF d’une première phase de 3 millions de compteurs, mettant en œuvre les technologies les plus avancées. Le déploiement total doit être effectué à l’horizon 2020.

En prenant en compte l’ensemble des opérations nécessaires à la conception et à la fabrication, c’est entre 62 et 80 % du compteur qui sont susceptibles d’être construits en France, avec la création potentielle de 10.000 emplois, dont 5.000 pour la pose.

Un autre thème concerne les transports en commun urbains avec un soutien à la mobilité propre. Près de 500 millions d’euros seront mobilisés pour soutenir les projets portés par les collectivités locales de métropole (hors Ile-de-France) et des Outre-mer.

Le parti des verts EELV satisfait

Le secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts s’est félicité des annonces de principe du Premier Ministre sur le plan « Investir pour la France », dont plusieurs rejoignent les analyses et les propositions des écologistes.

Sur les grandes orientations du nouveau Programme d’investissements d’avenir (PIA), les annonces du Premier Ministre amorcent pour Pascal Durand "les transitions attendues par les écologistes, indispensables pour la France."

"En insistant sur la nécessité de bâtir un nouveau modèle de développement et en introduisant pour la première fois un critère d’éco-conditionnalité dans les investissements publics, le Premier ministre oriente clairement l’action de son gouvernement et les politiques publiques vers la transition écologique" a t-il ajouté.

Il estime toutefois que les annonces sur le logement, la réduction des consommations d’énergie et la lutte contre la précarité énergétique, pour positives qu’elles soient, mériteront d’être précisées.

Aussi, comme un leitmotiv énoncé depuis le départ forcé de Delphine Batho de son ministère, le porte parole d’EELV réaffirme qu’il restera attentif à ce que ce premier pas soit le déclencheur des grandes transitions qui devront être complétées et clarifiées, à la rentrée, avec l’adoption du budget, y compris du Ministère de l’Ecologie, et la grande loi sur la transition énergétique.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Investissements d’avenir : la moitié concernera la transition écologique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Teredral
Invité

Comme souvent, les informations données sont incertaines voire incohérentes. Comment à partir du graphique peut-on dire que la moitié des investissements est affectée à la transitions écologique ? Et comment peut-on financer les compteurs “intelligents” à hauteur de 5 Mds alors que la part transition énergétique ne représente que 2,3 Mds sur le graphique ?

Albert-jean
Invité

La transition énegétique c’est concilier l’économie, la cohésion sociale, le respect de l’homme et de son environnement ! Cela n’a rien a voir avec l’extémisme vert qui préconise le massacre du cadre de vie avec des aérogénérateurs monstrueux qui ne produisent que des dividendes pour la maffia éolienne, payés par les contribuables et les abonnés ERDF. De plus des centrales thermiques snt nécessaires pour assurer la continuité de la production, sans comper les investissements en moyens de raccordement. L’abonné paie 3 fois : sa consommation, les surcoûts éoliens, les centrales thermiques ! Merci les verts !

Endy
Invité
5 milliards pour EdF pour financer les compteurs Linky, sur 6 milliards (si je calcule bien, c’est 50% de 12 milliards)… En gros 80% des sous vont à EdF, lequel vient d’annoncer une augmentation des tarifs, semble-t-il liée aux surcoûts du nucléaire, pour un objet contesté n’engendrant aucune économie directe… + 500 millions pour l’outre mer… ça fait pas beaucoup pour la rénovation thermique et la sobriété/efficacité énergétique, qui sont pourtant LES chantiers prioritaires. On donne donc encore des thunes pour des technologies à l’avenir et à l’utilité incertaine (sans parler de leur ACV, je pense évidemment à la voiture… Lire plus »
Salarieieg
Invité
A un détail près: le financement du compteur Linky est porté par EDF et non par l’Etat, il n’y a donc pas d’argent qui va vers EDF, EDF le financera sur fonds propres, ce n’est pas l’impot qui payera le compteur , mais facture des clients (à travers le TURPE). Il y a là un excellent exercice de communication de la part de l’Etat, qui en tant qu’actionnaire de l’entreprise place le compteur dans le paquet des 12 milliards d’investissements. D’ailleurs, le budget des investissements d’avenir de l’ADEME se voit réduit de 2,8 milliards à 2,3 milliards, donc -500 millions… Lire plus »
Ceciliag
Invité
Avec toutes ces mesures contraignantes pour les équipementiers, constructeurs automobiles, il nous faut des sociétés novatrices dans le domaine de la réduction des émissions de CO2. En gironde, il y en a une : Exoès ! Elle travaille sur un système de récupération de chaleur à l’échappement avec des gains de consommation allant jusqu’à 15% ! Depuis quelque temps on entend bcp parler d’elle. Elle a créé un moteur adaptable à tous les types de véhicules afin de réduire les émissions de CO2 et donc économiser un peu notre plein d’essence. Pour les intéressés je me permets de vous donner… Lire plus »
wpDiscuz