Japon : “plus de 100 projets de parcs photovoltaïques”

Les compagnies d’électricité japonaises sont désormais tenues d’acheter toute l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable (éolien, solaire, biomasse, géothermie) à des prix plus élevés et déterminés par l’Etat.

Ainsi, pour l’électricité solaire, le tarif de rachat a été fixé à 42 yens (ou 0,42 euros) le kilowattheure, soit l’un des tarifs de rachat (Feed-in Tariff) les plus élevés au monde. Par comparaison, en France, le tarif de rachat de l’électricité solaire photovoltaïque produite à partir de panneaux solaires s’élèvait au 1er avril 2012, à 37,06 centimes/kWh pour les particuliers, concernant une installation intégrée au bâti inférieure à 9 kW. Au dessus de cette puissance, le prix de rachat est passé à 32,42 centimes/kWh.

Cette mesure en vigueur depuis le 1er juillet 2012, a aussi pour objectif de faire entrer de nombreuses entreprises sur le marché nippon de la production d’électricité ‘renouvelable‘.

Dans l’archipel, il y aurait en construction ou en projet plus de 100 parcs photovoltaïques d’une puissance unitaire de plus d’1 mégawatt, d’après les données recueillies par le groupe d’information économique Nikkei.

Nippon Crucible
, un fabricant de céramiques réfractaires a annoncé le 28 juin dernier, qu’il allait se lancer dans la production d’électricité photovoltaïque en utilisant des terrains basés dans la ville de Toyota (Préfecture d’Aichi). La production d’énergie annuelle est estimée à 2,2 millions de kWh pour 750 tonnes de CO2 non rejetés dans l’atmosphère. La superficie utilisée sera approxivement de 36.000 m2, et le montant de l’investissement initial d’environ ¥ 650.000.000 (soit 6,48 millions d’euros).

Autres annonces évoquées par la presse locale  :

Mori Holdings – un promoteur immobilier et Japan Wool Textile – un fabricant de fibres, ont annoncé qu’ils entreront également sur le marché nippon en installant des panneaux photovoltaïques sur des terrains de golf.

Mitsui Matsushima, un exploitant de mines de charbon et vendeur de matériaux de construction, a indiqué vouloir installer des panneaux photovoltaïques d’une puissance de 2 MW sur ses propres terrains dans la ville de Fukutsu, (Préfecture de Fukushima).

La société spécialisée dans les centres de données, Bit-isle prévoit pour sa part de placer des panneaux photovoltaïques dans la ville de Takehara, (Préfecture de Hiroshima). La superficie de panneaux photovoltaïques couvrira environ 72.700 m2, divisés en trois zones, pour une production annuelle d’énergie unitaire avoisinant les 2 millions de kWh.

Nippon Telegraph and Telephone (NTT) a indiqué de son côté avoir créé une société de production d’énergie photovoltaïque, afin d’exploiter au mieux 60 MW de systèmes photovoltaïques répartis sur 30 sites au Japon.

Le conglomérat industriel Toshiba s’apprête à construire un parc solaire capable d’alimenter 30.000 foyers à Minamisoma, une localité située à moins de 30 kilomètres du complexe atomique de Fukushima.

La firme Kyocera a annoncé la construction d’une centrale solaire de 70 mégawatts permettant d’approvisionner quelque 22.000 habitations dans la préfecture de Kagoshima (sud-ouest).

Enfin, le groupe de télécommunications mobile Softbank prévoit la mise en place de la plus grande centrale solaire du Japon dans l’île septentrionale de Hokkaido, après avoir inauguré un petit parc photovoltaïque dimanche à Kyoto (centre-ouest).

La part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique japonais reste relativement faible, moins de 2%, hors production hydraulique. Le parc nucléaire nippon étant quasiment à l’arrêt depuis la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011, la production électrique a été largement compensée par des centrales thermiques, fonctionnant au gaz, au charbon ou au pétrole.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Japon : “plus de 100 projets de parcs photovoltaïques”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Solaar
Invité

Bonjour, Il y a une erreur importante dans votre article, les installations solaires au dessus de 9kW ne disposent pas toutes d’un tarif d’achat de 32c€/kWh. les choses sont un peu plus complexes, voici les tarifs d’achat actuellement en vigueur : sidentiel Intégration au bâti 37,06 32,42 Intégration simplifiée au bâti 20,35 19,34 Enseignement ou santé Intégration au bâti 27,23 27,23 Intégration simplifiée au bâti 20,35 19,34 Autres bâtiments Intégration au bâti 23,61 Intégration simplifiée au bâti 20,35 19,34 Tout type d’installation 10,79

Jean michel pai
Invité

on y voit beaucoup plus clair maintenant. Merci

Mrqfrd
Invité

“Les compagnies d’électricité japonaises sont désormais tenues d’acheter toute l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable (éolien, solaire, biomasse, géothermie) à des prix plus élevés et déterminés par l’Etat.” Tout ca finira mal.

Dan1
Invité

La Japon c’est 127 millions d’habitants qui consomme environ 1 000 TWh d’électricité par an. C’est le double de la France. Je crains donc qu’avec 100 MW de PV en projet ce soit un poil trop juste. Consulter FEPC pour s’en convaincre : Maintenant, le japon pourrait viser 50 GW de PV (l’objectif allemand de 2020). Avec ça ils obtiendraient peut être 50 TWh d’électricité soit 5% de leur besoin !

Sicetaitsimple
Invité

Ne doutons pas qu’à ce prix là (pres deux fois les prix allemands), les installations vont se multiplier!

Paulpote
Invité

S’il n’y avait pas eu ces bombes atomiques, ils n’en seraient pas à installer dans l’urgence des sources alternatives d’énergie. Comment des “scientifiques” aussi compétents (!!!…) ont-ils pu construire des centrales dans des zones à risques ??? Comment ont-il pu oublier d’imaginer ce scénario catastrophe. L’ingénieur nucléaire japonais (comme l’ingénieur ukrainien d’ailleurs) est beaucoup plus bête que l’ingénieur nucléaire français, c’est bien connu. Et donc il n’y a AUCUN risque en France… 🙂 Quoi qu’il en soit, il est quand même temps d’arrêter définitivement tout ce cirque.

climax1891
Invité

En Australie, il y a jusqu’à 3 fois plus d’ensoleillement qu’au Japon. Donc des parcs photovoltaïques pourront produire jusqu’à 3 fois plus d’énergie. En échange, le Japon pourrait récupérer une partie du charbon ainsi économiser par l’Australie pour le brûler dans des centrales à haut rendement. Au final, la consommation de charbon ne sera pas augmenté.

Bachoubouzouc
Invité
@ Paulpote “L’ingénieur nucléaire japonais (comme l’ingénieur ukrainien d’ailleurs) est beaucoup plus bête que l’ingénieur nucléaire français, c’est bien connu. Et donc il n’y a AUCUN risque en France… :)” La technique habituelle : Nous faire dire ce qu’on a jamais dit pour mieux nous contredire. Trouvez vous de vrais arguments plutôt. @ Climax1891 “Le japon devrait les installer en Australie. (…) En échange, le Japon pourrait récupérer une partie du charbon ainsi économisé par l’Australie pour le brûler dans ses centrales à haut rendement.” C’est pas faux. En plus l’Australie a de l’espace désertique à occuper avec du PV.… Lire plus »
Steph
Invité
Vous avez raison, parlons concret : – Fessenheim, construite sur de normes sismique liees au tremblement de terre de Bale de magnitude 6.2, or ce dernier a ete releve a 6.5. Construite sous le niveau du canal d’Alsace -> risque d’inondation reconnue par l’ASN. Enfin en cas d’accident quel qu’il soit, 1.50m de beton dans le radier alors qu’a Fukushima c’est 7m et heureusement car le corium a deja attaque le beton sur 70 cm. – le Blayais : voire incident de submersion de la tempete de 1999, on est passe a un cheveu de la catastrophe, tout ceci occulte… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“Fessenheim, construite sur de normes sismique liees au tremblement de terre de Bale de magnitude 6.2, or ce dernier a ete releve a 6.5.” La centrale est conçu pour résister à 6,7 (). “Construite sous le niveau du canal d’Alsace -> risque d’inondation reconnue par l’ASN.” Je ne connais pas le détail de la protection de Fessenheim contre l’inondation (digues, batardeaux, pompes), mais l’ASN a du les juger suffisants. Sinon cela fait longtemps qu’elle en aurait ordonné l’arrêt. Et ne me répondez pas “L’ASN n’est pas fiable” : Vous lui faites bien confiance lorsqu’elle épingle EDF pour des accidents de… Lire plus »
Dan1
Invité

Si on s’en tient aux informations disponibles le corium n’a pas atteint le radier proprement dit à Fukushima. Il aurait attaqué le béton coulé à l’intérieur de l’enceinte métallique : Je redonne le schéma : Cela veut dire que même dans les cas les plus catastrophiques, le corium ne se sauve pas comme il veut. De ce point de vue, les réacteurs GE des années 60 étaient assez bien conçus. Pour l’hydrogène et les rejets c’est une autre affaire.

Jf
Invité

Nous stupide, nous avaler que le nucléaire sans risques. Envoyez en vacances à Fuku et Tcherno tous ces INGENIEURS et blabla on fait blabla et blabla quand une explosera dans la Grande France, y diront quoi tous ces INGENIEURS…. Je propose que l’on offre à chaque protecteur du nucléaire une boite de plutonium, et alors peut être que ça pourrai aider , non ? Au plaisir. JF

Enpassant
Invité

Le simple fait que les informations soient aussi contradictoires, imprécises et sujettes à polémique, atteste si besoin était que le nucléaire est quand même une belle m…. Nos néo-Folamour en veulent toujours plus sans avoir jamais réglé aucun des prblèmes inhérents que sont démantèlement et stockage…. De plus, à chaque catastrophe, “on” découvre qu” ‘on” aurait du faire ceci ou cela… Bref, un travail d’amateurs pourtants sur-diplomés (à ce qui parait).

Bachoubouzouc
Invité
“Le simple fait que les informations soient aussi contradictoires, imprécises et sujettes à polémique, atteste si besoin était que le nucléaire est quand même une belle m….” En suivant ce raisonnement, le réchauffement climatique, la théorie de l’évolution et la science en général sont de “belles merdes”. Insinuer un maximum de doutes et les utiliser ensuite pour discréditer l’ensemble est décidemment une technique très en vogue chez les propagandistes de tout poil. “Nos néo-Folamour en veulent toujours plus sans avoir jamais réglé aucun des prblèmes inhérents que sont démantèlement et stockage….” Des problèmes qui avancent bien et pour lesquels on… Lire plus »
Enpassant
Invité
Si je comprends bien votre dernière remarque, il faut être viticulteur pour apprécier un vin, cinéaste pour un film, cuisinier pour un repas au restaurant, et donc footballeur professionnel pour… Etc, etc… Mais, savez vous que les gens “qui effectuent un travail aussi complexe” ont également su nous faire des produits dérivés et des subprimes, un réacteur nucléaire à Tchernobyl, pas de digues à Fukushima et sont même en train de nous expliquer les bienfaits de l’évasion fiscale, heu pardon de l'”optimisation fiscale”, du speed-trading, du shadow banking et que le Libor est une délicieuse boisson…. Pardonnez cher Monsieur Bachoubouzouc… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“Si je comprends bien votre dernière remarque, il faut être viticulteur pour apprécier un vin” Non. Je dis que critiquer à l’emporte-pièce des professionnels depuis le comptoir de son café du commerce est facile, mais rarement pertinent. “Mais, savez vous que les gens “qui effectuent un travail aussi complexe” ont également su nous faire des produits dérivés et des subprimes, un réacteur nucléaire à Tchernobyl,” Je n’ai jamais dit que ces personnes étaient infaillibles (loin de là !). “Pardonnez cher Monsieur Bachoubouzouc que de petites gens, avec de petits cerveaux puissent aussi avoir des avis, qui dans de (trop) nombreux… Lire plus »
Pas naif
Invité
Le Japon est une démocratie faible, c’est à dire là où l’opinion publique manipulée pèse davantage que la réalité physique, le bon sens et un coût énergétique décent. Les “décideurs” sont politiques, ne pensant qu’à leur ré-élection et après eux, “le déluge”. Donc ils disent couper le nucléaire et trouver les 30% annuels manquants par des renouvelables: Propos pas idiots de la part d’un enfant de 8ans, mais un ado de 16ans comprend que l’électricité n’est pas stockable… mais les politiques ferment les yeux se disant “ces imbéciles veulent du renouvelable, alors on y va, de toutes façons c’est eux… Lire plus »
Pas nzaif
Invité
On a eu le pire cas au graphite: Tchernobyl avec aux commandes un politicien imbécile qui n’a pas écouté ses ingénieurs: boum. Avec les centrales à eau, on eu TMI en 1979 et la leçon prinipale n’a pas été comprise: faut pas laisser les centrales aux mains de capitaux privés.. Le pire cas c’est Fukushima: Agression naturelle extérieure prévisible sur un site laissé moisir car Tepco est privée et s’intéresse davantage aux profits: 4 tranches kaputt d’un coup (accident de fusion qui aurait pû être évité si les financiers n’étaient pas aux commandes, mais comme cette configuration peut se reproduire… Lire plus »
wpDiscuz