JO 2012 : la centrale énergétique du Parc Olympique

La nouvelle centrale énergétique du Parc Olympique de Londres (King’s Yard) officiellement inaugurée mardi par le Maire de Londres, a été conçue, financée et construite par Cofely, une filiale de GDF Suez.

Equipée d’une tri-génération produisant à la fois de la chaleur, de la climatisation et de l’électricité à partir de gaz naturel et de biomasse, elle fournira un système de chauffage et de climatisation performant et peu carboné.

Elle est désormais prête à couvrir les besoins de chauffage et de climatisation de l’ensemble du Parc Olympique, du nouveau quartier «durable» du Grand Londres (Stratford) ainsi que les nouveaux bâtiments et infrastructures qui verront le jour après 2012. Ces infrastructures seront exploitées pendant 40 ans par le Groupe. Ce projet est, à ce jour, le plus important de ce type au Royaume-Uni.

"Il était impératif de lier étroitement les Jeux Olympiques de Londres 2012 avec des critères de développement durable. Non seulement les londoniens en bénéficieront en terme d’opportunités d’emplois et d’acquisition de nouvelles compétences, mais cela contribuera également a faciliter la transition vers une économie peu carbonée. C’est une fantastique réussite que les énergies du Parc Olympique soient produites sur site. L’électricité, le chauffage et la climatisation desserviront les différents bâtiments du site Olympique ainsi que le nouveau quartier que nous créons à l’est de Londres. Nous allons promouvoir la construction de centre énergétiques de ce type à travers le Fonds London Green qui offre des crédits pour des projets d’infrastructure innovants" a déclaré Boris Johnson, Maire de Londres.

Inauguration de la centrale énergétique du Parc Olympique

"Le centre d’énergie sera au coeur de nos projets de développement durable à long terme, à même de satisfaire tous les besoins à venir en énergie du parc olympique, ainsi que les cinq quartiers avoisinant qui vont être développés. Non seulement il sera capable de fournir une énergie plus efficace en permettant l’élimination des chaudières individuelles, mais il aura aussi la capacité de répondre aux besoins liés au développement de l’est de Londres" a indiqué pour sa part, le Directeur Général de la compagnie «Olympic Park Legac».

Le mix énergétique mis en place contribuera également et dans une large mesure à l’objectif global que s’est fixé l’ODA* de réduire de 50% les émissions de carbone sur la zone du Parc Olympique. La climatisation des bâtiments sera garanti par des groupes électriques à ammoniac associés à des refroidisseurs à absorption, fonctionnant à l’aide de la chaleur récupérée de la centrale du centre énergétique.

La centrale énergétique de King’s Yard est une structure modulaire flexible, permettant d’en augmenter la capacité et d’y intégrer des équipements de pointe supplémentaires au fur et à mesure du développement de la zone après les Jeux et en fonction de l’augmentation de la demande.

L’accent a été mis sur la conception architecturale de la centrale énergétique de King’s Yard. Conçue par la société John McAslan & Partners, elle reflète l’héritage Victorien du Parc Olympique et s’inspire des célèbres centrales de Londres telles que celle de la Tate Modern (ancienne centrale électrique de Bankside) et de la centrale de Battersea. Une partie des infrastructures de production d’énergies et un centre de visites seront installés dans le bâtiment de style victorien.

Le centre énergétique a également été conçu de façon à s’intégrer dans un ensemble plus vaste de bâtiments techniques situés sur le Parc Olympique. Ces bâtiments techniques ont tous été conçus pour être «ancrés au sol», affirmant une identité qui les distingue des infrastructures sportives qui apparaissent comme des constructions plus légères et qui «flottent» au-dessus du sol.

La centrale d’énergie en quelques chiffres :

  • Une capacité initiale de 46,5 MW pour le chauffage et de 16 MW pour la climatisation.
  • La charpente de la centrale mesure 45 m de hauteur en son point le plus haut.
  • Fournira du chauffage et de la climatisation sur l’ensemble du parc olympique à travers un réseau urbain de 15 km.
  • 5 tours de refroidissement et 2 générateurs d’eau chauffée pesant chacun environ 60 tonnes installés dans la centrale.
  • Commencé en 2008, les travaux de construction ont été réalisés en 2 ans.

Un projet alliant efficacité énergétique et développement durable :

  1. Les installations utiliseront des sources d’énergie renouvelables très peu émettrices de carbone (gaz, biomasse).
  2. Les installations permettent une transformation plus efficace du combustible comparée aux centrales traditionnelles.
  3. Les eaux usées recyclées pourront être utilisées pour les tours de refroidissement de la centrale énergétique.
  4. Le réseau de chaud et de froid du Parc Olympique fonctionnera à des températures basses pour réduire les pertes d’énergie.
  5. La production du chauffage garantira aux consommateurs des coûts d’alimentation inférieurs à ceux obtenus avec des moyens classiques.

Une infrastructure fournissant un système de chauffage et de climatisation propre au delà des Jeux Olympiques :

Une deuxième centrale de production d’énergétie est en cours de construction à Stratford afin de couvrir les besoins du nouveau quartier du Grand Londres et fournir en appoint le Parc Olympique.

Grâce à sa conception modulaire flexible, tout risque de surcapacité a pu être écarté au cours de la première phase de développement tout en offrant la possibilité d’intégrer de nouvelles technologies à l’avenir, et répondre à la demande d’énergie après 2012.

* L’ODA est l’organisme public chargé du développement et de la construction des nouveaux sites et infrastructures pour les Jeux Olympiques de Londres 2012 et de leur utilisation après 2012.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz