La bactérie E. Coli comme source de biocarburant

Une équipe de chercheurs taiwanais et américains a modifié génétiquement la bactérie E. Coli pour lui permettre de porter davantage de substances riches en énergie dont la synthétisation pourrait amener au développement d’un biocarburant.

La bactérie, ainsi créée par l’implantation de chromosomes spécifiques, peut produire de longues chaînes carbonées de cinq à huit atomes de carbone. L’éthanol, l’alcool le plus utilisé pour la fabrication de biocarburant, n’en comprend que deux et est donc moins énergétique.

En particulier, les chercheurs ont optimisé leur approche pour synthétiser plus facilement un alcool à six atomes de carbone, le (S)-3-methyl-1-pentanol. Selon les chercheurs, les avantages des alcools à longue chaîne carbonée sont multiples : ils sont plus énergétiques, ne corrodent pas les moteurs et sont compatibles avec les moteurs diesel et à injection. De plus, il est également très facile de les séparer de l’eau.

Les prochaines étapes vont consister à améliorer de nouveau ce processus avant de le transférer à une entreprise. Les résultats ont été publiés dans la revue en ligne "Proceedings of the National Academy of Sciences".

BE Taiwan numéro 22 (17/02/2009) – Institut Français de Taipei (Taiwan) / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57789.htm

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La bactérie E. Coli comme source de biocarburant"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Biocarbs
Invité

les moteurs diesel et à injection (mais aussi utilisables dans les moteurs à explosion (essence) ) . Bref un vrai progrés si ça peut être industrialisé à grande échelle pour un cout à la pompe acceptable pour l’automobiliste .

Faq2qaf
Invité

Longue chaîne carbonnée plus énergétique, c’est indéniable, mais le rapport “énergie de combustion/molécules de CO2 libérées” dégringole. D’un point de vue purement éco-énergétique, l’intérêt des longues chaînes me semble moindre. Pour les aspects chimiques, corrosion et solubilité dans l’eau de l’éthanol, il suffirait de substituer le OH par un composé non toxique (pas de chlore) ou de faire des éthers. Quels sont les inconvénients de cette technique?

wpDiscuz