La batterie du futur compte sur la pomme de terre

La société Yissum Research Ltd, qui est en quelque sorte le bras technologique de l’Université hébraïque de Jérusalem, annonce avoir développé une nouvelle batterie solide organique qui fonctionne avec des pommes de terre spécialement traitées.

Simple, durable et solide, le dispositif pourrait potentiellement apporter une solution immédiate et peu coûteuse aux besoins en électricité des populations situées dans les régions rurales les plus reculées.

Des chercheurs de l’Université Hébraïque ont en effet découvert qu’une capacité accrue de sel dans les tubercules de pomme de terre avait pour effet de produire davantage d’électricité.

Bon marché (zinc et électrodes de cuivre) et facile à concevoir, cette source d’énergie verte pourrait améliorer considérablement la qualité de vie de 1,6 milliard de personnes. Elle pourrait ainsi contribuer à satisfaire des besoins importants de ces populations dans des domaines, tels que l’éclairage, la télécommunication, ou encore l’accès à l’information.

Le seul fait de faire bouillir des pommes de terre avant de les utiliser dans l’électrolyse, augmenterait jusqu’à 10 fois leur puissance électrique et permettrait de les utiliser pendant des jours voire des semaines. La capacité de produire et d’utiliser de l’électricité à des puissances faibles a déjà été démontrée dans des applications de type LEDs.

L’analyse des coûts a montré que cette batterie de pomme de terre serait de 5 à 50 moins chères qu’une pile disponible dans le commerce. La lumière alimentée par cette batterie verte serait également au moins 6 fois plus économique que les lampes à kérosène souvent utilisées dans ces pays.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "La batterie du futur compte sur la pomme de terre"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
js
Invité

en tous cas si c’est vrai c’est tout de même assez étonnant !

trimtab
Invité

On trouve souvent dans les pages ‘jeunes’ des journaux et magazines de temps en temps des ‘experiences’ insolites de ce type (par exemple): De ça a le ‘commercialiser’, pourquoi pas ? La nature nous montre pleines de chose. A nous de les ‘voir’ et s’en servir. trimtab

fredo
Invité

en fait les patates alimentent en électricité la friteuse électrique, pratique!

christian
Invité

Voyons, cuivre, zinc, patate. Si je remplace par cuivre, zinc, rondelle de citron, je retrouve la bonne vieille pile de Volta ! (1800) La “tromperie” réside dans le fait que, au final, on consomme bien les métaux impliqués, quel que soit l’électrolyte, quel que soit le séparateur… Or la charge électrique totale débitée au cours de la vie de la pile est proportionnelle à la quantité de métaux…

Cal
Invité
C’est peut être pas nouveau, mais l’ampérage et le voltage de la pile dépends surtout de l’electrolyte utilisé, ici la pomme de terre, Essaye de mettre en contact zinc cuivre et citron ou zinc cuivre et pomme de terre tu verras que l’amperage sera totalement différent. Le fait de traiter les patates permet de detruire les parois cellulaires des enzymes porteur de charges, augmentant ainsi considéramblement l’ampérage de la pile. La quantité d’énergie totale dépend effectivement de la quantité de métaux, mais la vitesse du débit de courant (l’ampérage) dépends de l’électrolyte. Et c’est bien le courant (associé a un… Lire plus »
Bug
Invité

Allez les champs de patate en surproduction et donc CO2 a pleine puissance, ou est l’energie verte la dedans?

wpDiscuz