La Bolivie compte 2 autres gisements de lithium

Le gouvernement bolivien a annoncé que son pays comptait deux réserves supplémentaires de lithium en plus de celle du "Salar de Uyuni" (Sud-ouest de la Bolivie) et disposait de dix autres-gisements minérals (non métalliques) comme le potassium, le magnésium, le bore et l’Ulexite.

Un rapport de la société publique des mines de Bolivie (COMIBOL) stipule que le deuxième gisement de lithium le plus important du pays était le lac salé de Coipasa, situé dans la région andine d’Oruro (Ouest) à la frontière du Chili.

Selon les informations préliminaires délivrées par le COMIBOL, le site de Coipasa qui s’étale sur une superficie d’environ 3.300 km2 est riche en saumure. Et en plus des dépôts d’Ulexite dans certains endroits, il contient du lithium, du magnésium, du potassium et du bore.

Le président Evo Morales avait annoncé en novembre dernier que son gouvernement allait élaboré un plan d’industrialisation des eaux salées du site, pour un investissement initial de 250000 dollars.

L’autre réserve de sel de lithium se trouve dans les "Grands pâturages", située dans le département de Potosi, tout comme Uyuni.

Le gisement s’étend sur une superficie de 118 kilomètres carrés, et outre le lithium, contient également de l’Ulexite, un composant très usité dans l’industrie de la céramique, du verre (fibre optique) et de l’agrochimie (engrais).

Avec ses 10.000 kilomètres carrés, le Salar de Uyuni reste le plus grand gisement de lithium au monde. Une usine pilote de production de carbonate de lithium à petite échelle est actuellement en cours de construction. Dans la phase suivante, l’État bolivien espère ériger une usine plus imposante capable de produire du carbonate de lithium en quantité industrielle à partir de 2013. C’est la raison pour laquelle, il cherche un partenariat avec une société étrangère dans la fabrication de batteries au lithium à destination des véhicules électriques.

L’exploitation d’Uyuni a suscité l’intérêt de sociétés étrangères, comme les entreprises françaises Bolloré et Eramet, les japonais SNPGMJ, Mitsubishi et Sumitomo, LG en Corée du Sud et même le gouvernement russe.

Outre ces trois réserves, la Bolivie possède 6 autres lacs et 4 lagunes de sel qui contiennent des éléments minéraux non-métalliques à destination des industries chimiques et de la construction. Ces gisements sont les lacs salés de Laguani, Laguna, Chiguana, capina et Challviri, répartis tous à Potosi.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "La Bolivie compte 2 autres gisements de lithium"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

si le lithium se situe dans les saumures , peut on l’extraire de façon rentable dans les grandes salines par évaporation que sont les salins du midi ? Aprés tout ils procèdent si j’ai bien compris par évaporation différentielle , le sel se cristallisant en premier , la saumure restante riche en métaux divers lithium , magnésium , potatium pourrait être exploitée ? Mais peut être que l’exploitation n’est pas rentable ?

marcob12
Invité
Les dépôts boliviens suscitent l’intérêt mais on peut facilement imaginer trouver de nombreuses autres sources de lithium, voire les créer. Avec les seules réserves connues actuellement on peut déjà  alimenter largement plus de 3 milliard de véhicules (4 kg actuellement (sur 200 kg)pour une berline et autant dans l’avenir pour des autonomies bien supérieures) et comme on estime le lithium recyclabe à 98%, les batteries usagées deviendront une source précieuse de lithium raffiné. On peut envisager techniquement de récupérer du lithium via l’eau de mer, mais il faudrait justifier le coût.Les américains ont déjà envisagé d’assécher le “grand lac salé”… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

Si le coût du carbonate de lithium décuplait , comme dit marcob, on prend le pari que de nombreux “gisements” vont être exploités..; de façon rentable !

marcob12
Invité
De manière générale les saumures géothermales ne sont pas riches en lithium (on cite des valeurs allant de 8 à 50 ppm, même si localement on peut trouver mieux. Cela dépend énormément du sous-sol. Ceci dit, le plus grand gisement de lithium du monde est a priori sous la méditerranée qui a connu il y a environ 6 millions d’années une crise écologique majeure (un assèchement majeur dont témoignent des épaisseurs de sels localement très grandes). En dehors des océans (et en excluant la croûte terrestre) l’essentiel du lithium doit être là. A priori des sondages de type pétroliers suffiraient… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Mais ça m’interesse.. Un lien vers un bon article généraliste sur le sujet? Merci d’avance.

De passage
Invité

possède un gisement de Lithium dans le Centre connu depuis des décades, en gros 100,000 tonnes métal.

marcob12
Invité

Le marché automobile est en train de faire exploser la demande en lithium et donc on commence sérieusement à faire des comptes de réserves prouvées,probables, possibles. Un document récent (anglais) sur les ressources en lithium, leur origine et répartition géographiqie est donné ici. A noter que ce document pourtant bien documenté ne parle pas des ressources sous la méditerranée. Pour le reste il faut tisser sa toile à partir de sources multiples.

Jackmoz
Invité
Permets moi de douter florette : Si les dérivés pétroliers sont une énergie non renouvelables, c’est parce que leur combustion entraine la formation de gaz et d’eau, etc. On transforme ainsi par exemple de l’isooctane (l’essence) en CO2 par combustion.. Ici impossible de récupérer le CO2 pour refaire de l’isooctane…. Pour le Li je ne suis pas si sûr, par exemple l’oxydation de Li donne Li2CO3. La chimie permet par electrolyse de revenir en arrière et reformer Li. Bien sur tout à un prix, l’électrolyse demande de l’énergie, mais tout de même Li ne se perdrait pas et serait en… Lire plus »
wpDiscuz