La Bretagne scelle un pacte pour éviter le black-out

Le « Pacte Electrique Breton » qui a été signé mardi engage ses signataires** à mettre en œuvre un programme d’action ambitieux pour assurer sur le long terme la sécurité d’appro- visionnement électrique de la Bretagne.

En effet, la Bretagne présente simultanément une forte croissance de la demande (+ 2,6 % de croissance moyenne annuelle entre 2003 et 2008 au lieu de 1,1 % en moyenne nationale), notamment alimentée par le dynamisme démographique, et une faible production régionale d’électricité (qui ne couvre que 8 % des besoins, dont 6% pour le Finistère).

Le plan d’action proposé dans le pacte électrique breton comporte trois volets indissociables et dont la mise en œuvre collective Etat/région est nécessaire.

La maîtrise de l’énergie : le nouveau Ministre de l’industrie (Eric Besson) a décidé de réduire par « deux, puis par trois la croissance de la consommation d’électricité dans la Région ». Pour atteindre ce but, l’Etat s’engagera aux côtés des acteurs locaux pour, par exemple, favoriser dans la région les actions d’économie d’énergie qui présentent l’impact physique le plus important sur la consommation d’électricité.

Le développement des énergies renouvelables : dans ce domaine, Eric Besson a expliqué que l’objectif est de passer de 845 MW installés actuellement à 3 600 MW en 2020, en encourageant entre autres le développement de l’éolien, de la biomasse et des énergies marines. L’Etat engagera des études de potentiel et des appels d’offres nationaux pour le lancement de nouvelles filières, avec l’objectif qu’une partie de ces projets se situe en Bretagne.

La sécurisation de l’alimentation électrique : à cet effet, une ligne à haute tension sera réalisée entre Lorient et Saint-Brieuc, afin de permettre l’acheminement de l’électricité dans de bonnes conditions, y compris lors de l’éventualité d’un incident sur une autre ligne. Par ailleurs précisé que « cette ligne sera enterrée, pour préserver les paysages de l’intérieur breton ».

Enfin, pour apporter la puissance nécessaire en bout de ligne, le Ministre a confirmé qu’un « moyen de production classique, d’une puissance de l’ordre de 400 MW, sera construit à l’initiative de l’Etat à l’Ouest de la Bretagne ». L’Etat et la Région s’engagent à utiliser la meilleure technologie disponible, tant d’un point de vue économique qu’écologique, à savoir une centrale à cycle combiné à gaz.

« Aujourd’hui nous avons su tirer ensemble les enseignements des leçons du passé » a argumenté Eric Besson. « Ce pacte est une réussite car il nous réunit tous autour d’une vision commune de l’avenir énergétique de la Bretagne : une vision à la fois ambitieuse, plus ambitieuse même que le Grenelle, réaliste et bien équilibrée ».

** Eric Besson, Ministre de chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, Michel CADOT, Préfet de la Région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, Président du Conseil Régional de Bretagne, Alain Boudard, Président de l’ADEME, Dominique Maillard, Président de RTE et Dominique Braye, Président de l’ANAH.

[ Credit photo – RTE Nantes ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "La Bretagne scelle un pacte pour éviter le black-out"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Steph
Invité
Et au meme moment, on bloque tous les projets solaire professionnels, on entrave l’eolien avec tous les faux arguments possibles (hachoire a oiseaux, effet visuel, pas recyclable, pas demontable), on bloque l’hydro en classant toutes les riviere et nous sort du chapeau la biomasse qui implique lisier et exploitations porcines et possede un potentiel reel mais fini, et les energies marines pour lesquelles on trouvera aussi en temps voulu des opposants finances par le nucleaire. Je parie qu’a ce moment, on aura une Inspecteur General des Finances type Charpin pour nous sortir que l’energie de la houle et des marees… Lire plus »
ccsiaix
Invité

Le stockage des dechets et le demantellement des centrales nucléaire est provisionné, c’est une obligation légale.

Bibou64
Invité

Comment fait on pour provisionner la surveillance de dechets radioactifs pendant plusieurs milliers d’années ? Combien d’Euro a t on provisionné à la 6503 eme année ? et à la 6504 eme ? Par ailleurs, M.Besson promet des ENR,  on promet, par contre, actuellement on en serait plutot à casser  le développement des  PME avec le photovoltaique en arretant tout projet de raccordement pendant 3 mois. Promesses, promesses, vous verrez, plus tard, blabla.

erwann-29
Invité
Ce fameux pacte Breton , appelé aussi Triskell énergie breton, semble être une vaste opération de séduction pour faire asser ni lus ni moins qu’uen centrale Thermique privée d’un coût d’environs 1 milliards (centrale plus aduction gaz)  et dont la quantité de co2 emise serait équivalente à la circulation motorisé de 2 départements bretons! De plus il ne s’agit pas de seulement pouvoir au problème de pointe mais bel et bien de la fare tourner de manière lus rentable !   Sans parler de tous les autres aspects sanitaires, sociologiques, économiques et surtout  anti négawatts que celà peut avoir ! … Lire plus »
ccsiaix
Invité

Compte-tenu de l’engouement de la planéte (et des bretons) pour les énergie fossiles, celle-çi va disparaitre bien avant que le problème du financement exact du démantélement et de la surveillance des déchets nucléaires dans 6000 ans se posent… Pas de chance pour les bretons qui seront submergés en premier par la montée des eaux dans quelques décénnies ….

erwann-29
Invité

je ne parle pas du niveau des eaux .. mais de celui de ton intervention CCsiaix!

ccsiaix
Invité

Je n’ai pas pu m’empécher 😉 Environ 80% de l’électricité dans le monde est d’origine thermique fossile. Pour l’énergie primaire mondiale , jede plogoff n’ose imaginer le chiffre. Si les bretons avaient une solution, que ne l’ont-ils mis en oeuvre depuis La bataille de Plogoff, il y a cinquante ans …….

Envircinq
Invité

qui a payé les conséquences européennes de Tchernobyl? quel lobby? quel est le risque avec les éoliennes? elles n’ont encore enlevé la vue à personne même si elles la gène à certain et c’est un des plus grand risque…

Biogaz
Invité

En complément : la prédominance du nucléaire dans la production électrique nationale explique que ”la France laisse moins de place à la croissance au secteur des énergies renouvelables”. Cette situation freine les investissements qui, même dans le cadre d’une politique renforcée, ne devraient pas augmenter de plus de 50 %.

fredo
Invité

Pourquoi J-Y Le Drian, pdt du CR Bretagne, cautionne-t-il une telle tartuferie? Quid des objectifs d’économie d’energie et d’émission de Co2 (réduire la hausse n’est pas une diminution, mais une augmentation de la consommation d’énergie)? Pourquoi se précipiter pour une centrale en focntionnement en 2016, alors qu’il existe en Bretagne un tel gisement d’économies d’énergie, et d’énergie renouvelable (excellent gisement éolien terrestre, biomasse/biogaz), avec un impact d’au moins 10%. A propos du biogaz, cela paraît une bonne piste, mais les exploitations agricoles sont exclues de la prime à la méthanisation pour une raison inconnue, ceci peut expliquer son faible développement.

Sicetaitsimple
Invité

J’ai cru comprendre que le fameux pacte comprenait un volet MDE, un volet renouvelables, et un volet réseau/production centralisée… “Pourquoi J-Y Le Drian, pdt du CR Bretagne, cautionne-t-il une telle tartuferie”? Peut-être parce qu’il se rend bien compte que sa région est au bord du black-out tous les hivers, non? Si on se met à reprocher aux politiques le fait de s’occuper des vrais problèmes…. Mais bon, que la Bretagne compte sur le biogaz et l’éolien est un pari, un peu risqué .. Est-ce que l’un d’entre vous est capable de mettre des chiffres réalistes derrière ses propositions ou suggestions?

ccsiaix
Invité

Des chiffres réalistes derrière ses propositions… Il faudra bien un jour ou l’autre que la bretagne installe une ou plusieurs centrales nucléaires ou accepte les conséquences de son refus. Je ne comprends vraiment pas pourquoi l’électricité est aussi bon marché dans une région qui fait appel systématiquement à des moyens couteux comme l’éolien subventionné, les centrales à gaz et à charbon pour produire son électricité. Les centrales à gaz et à charbon sont couteuse sur le plan environnemental. Que signifie l’abbréviation  MDE ?

Mde
Invité

L’abréviation “MDE” signifie:Maitrise des Dépenses Energétiques(ou Dépenses en Energie).

Sicetaitsimple
Invité
Tout d’abord, MDE signifie maitrise de la demande en energie. Ensuite, j’espère qu’il ne vous a pas échappé que les tarifs régulés de fourniture d’électricité sont basés sur la péréquation tarifaire. Autrement dit, tout citoyen francais (qu’il habite à Gravelines, Brest ou StDenis de la Réunion) a accès au même tarif.Ce sont ensuite les mécanismes type CSPE pour les DOM-TOM qui compensent… Que la Bretagne génère plus de pertes réseau que la moyenne ou qu’elle soit équipée de moyens de production plus couteux que la moyenne, ou qu’elle ait un plan de développement des renouvelables (donc CSPE) plus ambitieux que… Lire plus »
wpDiscuz