La centrale nucléaire suisse de Mühleberg tirera sa révérence en 2019

Après avoir analysé différents scénarios portant sur l’avenir de la centrale nucléaire suisse de Mühleberg (CNM), l’entreprise BKW a décidé de poursuivre son exploitation jusqu’en 2019, date à laquelle elle sera définitivement déconnectée du réseau.

La compagnie énergétique affirme que l’ensemble des aspects techniques, économiques, stratégiques et politiques ont été pris en compte lors du processus décisionnel. "En renonçant à réaliser les investissements nécessaires à une exploitation à long terme, BKW réduit considérablement le risque entrepreneurial, peut renforcer son engagement dans le domaine de l’hydraulique et de l’éolien en Suisse et à l’étranger, et peut investir de manière accrue dans la mise au point de prestations et de produits innovants" a t-elle expliqué.

Il s’avère que les investissements nécessaires à une exploitation à long terme de la centrale auraient été synonymes de "coûts élevés" pour BKW, des coûts dont l’amortissement n’aurait pas été garanti pour la période d’exploitation restante de la CNM au vu des conditions-cadres économiques, régulatoires et politiques.

BKW table également sur l’apparition à moyen terme de nouveaux aléas d’ordre technique, économique et politique, non quantifiables et encore peu clairs à l’heure actuelle, qui pourraient entraîner une hausse des risques économiques liés à une exploitation à long terme. Par ailleurs, le fait de renoncer à exploiter la CNM au-delà de 2019, libère des moyens financiers et permet à BKW, d’investir de manière accrue dans de nouvelles capacités de production ainsi que dans des prestations énergétiques et des produits innovants.

Au final, BKW ne prévoit aucun licenciement : "Le principal objectif est de conserver les spécialistes et le personnel actuellement employés à la CNM pour le reste de la durée d’exploitation de l’installation ainsi que pour les phases de post-exploitation et de désaffectation."

CNM : Plan d’investissement pour 6 ans seulement

BKW mettra en œuvre à la CNM plusieurs projets de rééquipement au cours des 6 prochaines années d’exploitation.

Au total, les investissements de BKW dans l’exploitation et la maintenance de l’installation s’élèveront à près de 200 millions de CHF, dont 15 millions de CHF pour des mesures de rééquipement ‘extraordinaires’. Ces dernières concernent notamment l’optimisation du système d’alimentation en eau de refroidissement ainsi que du dispositif de refroidissement de la piscine de désactivation des combustibles usagés.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "La centrale nucléaire suisse de Mühleberg tirera sa révérence en 2019"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nicias
Invité

Il est triste de voir toutes ces centrales qui sont fermées dans le monde en raison de coûts élevés d’investissement qui ne peuvent être rentabilisés en raison d’incertitude politique. C’est une grosse erreur économique.

Steph
Invité

Incertitude politique ?! C’est certain que la Suisse est LE pays auquel on pense quand on evoque l’instabilite politique, les decisions a l’emporte-piece et la mauvaise gestion …. Ach, dies’ Franzos !!

dede29
Invité

Voila une centrale BWR datant de 72, prolongée jusqu’en 2019 ! Fessenheim date de 77 et certains voudraient … ; curieux !

jmdesp
Invité

d’incertitude économique sur la demande électrique. En ce moment, en Suisse, les opérateurs d’installation de pompage ont aussi du mal à cause des exports depuis l’Allemagne qui font monter les prix, et les empèchent de gagner de l’argent. Alors en 2019, Mühleberg continuera-t-elle à faire gagner de l’argent ou sera-t-elle trop concurrencé par les exports du charbon allemand sans bénéficier d’aucun avanatage lié à l’absence d’émission de carbon ? la question est là.

cezorb
Invité

Trouvez sur cette page le liquidateur volontaire en cas d’accident nucléaire en France…

Dan1
Invité

Comme d’habitude, les Suisses se hâtent lentement. Car, on ne parle pas du plus vieux réacteur nucléaire au monde et encore en fonctionnement : BEZNAU I Et c’est pas loin de Bâle tout ça :

Sicetaitsimple
Invité

Rappelons comme déjà dit ci-dessus que la centrale aura 47 ans ( même un peu plus) en 2019 et que par ailleurs c’est une centrale qui ne fait “que” 365MW. Que l’explotant juge ( car il doit avoir une échéance reglementaire en 2019 de type visite decennale en France) que c’est le bon moment pour arréter plutôt que d’engager des sommes importantes pour repartir pour une dizaine d’année, c’est son choix et la Suisse aura quand même de l’électricité, les voisins , comme le souligne Jmdesp, auront si necessaire largement de quoi couvrir d’éventuels manques.

chelya
Invité

C’est écrit noir sur blanc qu’ils arrêtent d’exploiter la centrale parce que ça leur coutera plus cher que d’investir dans des nouvelles capacités de production en éolien, en hydraulique et des offres de performances énergétiques et vous arrivez encore à être dans le déni ?

Sicetaitsimple
Invité

Je ne suis pas sûr de savoir à qui vous répondez. Je voulais juste, car Fesseinheim a été évoqué dans les commentaires, dire qu’on ne parlait pas tout-à-fait de la même chose, ni en techno ( BWR/PWR), ni en age, ni en puissance, ni certainement en coûts. L’éolien en Suisse, vous êtes sûr que ça va donner? Combien de puissance installée aujourd’hui, quel programme?

Dan1
Invité
C’était il y a déjà longtemps, j’écrivais sur la tactique suisse vis à vis de l’éolien : Notament : “Les suisses ont trouvé une solution, ils ont mis une éolienne de 2 MW à l’entrée du pays (Collonges). Elle est très visible bien que souvent arrêtée. Ce n’est pas très cher, ça s’intègre assez bien au paysage et c’est surtout excellent pour la communication. A part cela, les suisses ne sont pas très en avance sur l’éolien (quelques MW installés)” Mais bien sûr, depuis l’éolien suisse a pris son essor et c’est maintenant plus de 50 MW (oui vous lisez… Lire plus »
Dan1
Invité

Allez une petite photo de l’éolienne de Collonges : C’est sympa l’éolien suisse et au moins les éoliennes ne risquent pas de se déventer entre elles !

Sicetaitsimple
Invité

50MW, c’est du lourd! Mais comme Chelya nous dit que nos voisins vont investir dans de l’éolien pour remplacer leur nucléaire, on va le croire. Il va à n’en pas douter nous fournir d’ailleurs des prévisions de puisssance installée sur une dizaine d’année.

Dan1
Invité

Oui, mais il faut préciser que l’éolienne de Collonges fonctionne à la brise de vallée et ça décoiffe quand ça chauffe. D’ailleurs, vous avez vu c’est un petit rotor monté sur un grand mât parce que sinon elle serait incontrolable. Mais bon, je l’ai tout de même vu plusieurs fois à l’arrêt.

Dan1
Invité
Ah ben oui, en arrêtant les centrales nucléaires (au fait où en est Beznau ?) les Suisses pourraient largement doubler, tripler voire décupler leur capacité éolienne. Regardons cela de plus près. Ils ont 52 MW installés soit 0,052 GW Doubler le parc éolien c’est : passer brutalement à 0,104 GW. Cela imposerait aux Suisses d’être capable d’installer au moins 17 éoliennes de 3 MW ou 26 de 2 MW ! Décupler le parc c’est : passer brutalement à 0,520 GW. Cela imposerait aux Suisses d’être capable d’installer au moins 156 éoliennes de 3 MW ou 234 de 2 MW !… Lire plus »
Hebien
Invité

La Suisse produit plus d’électricité renouvelable que de nucléaire : Oui,mais c’est très majoritairement de l’hydro-électrique.L’éolien est marginal en comparaison et les remarques de Dan1 restent très pertinentes. Décupler le parc c’est : passer brutalement à 0,520 GW. Cela imposerait aux Suisses d’être capable d’installer au moins 156 éoliennes de 3 MW ou 234 de 2 MW ! Et 0,520 GW,c’est vraiment modeste!

Dan1
Invité

A chelya “Vous êtes au courant que la Suisse produit plus d’électricité renouvelable que de nucléaire ?” Je crois que j’étais au courant, d’autant que les Suisses exploitent des installations hydraulique en commun avec la France. Et puis, il m’arrive parfois de sortir de mon beau pays ! Ceci dit, c’est vous qui avez formulé les choses dans ce sens là : “… C’est écrit noir sur blanc qu’ils arrêtent d’exploiter la centrale parce que ça leur coutera plus cher que d’investir dans des nouvelles capacités de production en éolien,…” J’ai donc d’abord répondu sur l’éolien !

Sicetaitsimple
Invité

oui, c’est vrai, de l’hydraulique. Et savez vous que la Suisse voit passer au-dessus de sa tête à peu près autant d’electricité qu’elle n’en consomme ( et qu’elle n’en produit d’ailleurs, le bilan production-consommation est en gros équilibré). Dans les 3 cas (consommation, production, trading entre voisins), on parle d’environ 60TWh. Donc pas de souci, si la Suisse ferme du nucléaire il lui suffira d’importer toujours autant et d’un peu moins exporter. Ca ne va pas plaire aux Italiens….

Sicetaitsimple
Invité

Comparer Picardie et Suisse en matière de ressource éolienne me parait un peu osé, mais je ne suis pas le spécialiste que vous semblez être… Et la galère, c’est que la Suisse ne faisant pas partie de l’UE, ils n’ont pas de NREAP. C’est le secret bancaire appliqué au développement des renouvelables! Bon, on verra….mais vus me permettrez d’avoir quelques doutes. 52MW est le point de départ 2013.

Dan1
Invité

“si vous comptiez faire peur avec votre argument c’est un peu raté…” Ah non, faire peur c’est une méthode d’antinucléaire ça ! Nous n’avons pas la même caisse à outil.

Luis
Invité
¤ En Suisse on a pas seulement une éolienne, sais-tu ? “At present, Switzerland only has 33 large wind turbines with a total capacity of merely 60 megawatts, but the country aims to increase wind power production from 88 gigawatt-hours (2012) to 600 by 2020 – and a 4,300 by 2050. In other words, Switzerland is currently nearly completely bereft of wind turbines but will have to increase installed capacity roughly sevenfold by the end of this decade.” Plus des trois quarts des personnes interrogées en Suisse soutiennent l’énergie éolienne et disent que cela n’a qu’un effet mineur sur les… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

600GWh en 2020! (pas des MW, mais des GWh) C’est remarquable! C’est quand même environ 1% de la consommation de la Suisse (60TWh environ)….. Je vous laisse calculer pour 4300GWh en 2050….

Sicetaitsimple
Invité

Je m’apercois que les chiffres que j’avais en tête ( une quasi égalité entre consommation, imports et exports à un niveau d’environ 60TWh) pour la Suisse sont un peu vieux. Pour la conso, c’est toujours vrai (environ 63TWh en 2012). Par contre, pour imports et exports commerciaux, ça a explosé avec respectivement 87 et 89TWh en 2012. Bref, nos amis suisses ne sont pas près de manquer d’éléctricité, il leur suffira de maintenir les imports et d’un peu moins exporter. Attention, le document (2012) est copieux:

wpDiscuz