La centrale photovoltaïque au sol de Foussais-Payré mise en service

Après 8 mois de travaux, la centrale photovoltaïque au sol, implantée sur la commune de Foussais-Payré en Vendée située sur l’ancien site d’enfouissement technique du Sycodem, a été mise en service le 10 février 2014.

La centrale photovoltaïque au sol, d’une puissance de 1,6 MWc, se compose d’environ 6.100 modules photovoltaïques de la marque REC Solar, entreprise Norvégienne. Ils devraient produire 2 millions de kWh par an, ce qui représente la consommation en énergie électrique d’environ 1.000 habitants soit les trois quarts de la commune de Foussais-Payré.

Le Syndicat de Collecte des Déchets Ménagers, Sycodem, est propriétaire de la parcelle de terrain qui accueille cette centrale. Il s’agit d’un ancien centre technique impropre à toutes constructions et cultures. Trivalis exploite le centre de tri voisin de cette centrale.

L’investissement a été financé par Volta Développement Vendée, filiale de Sergies, à 70% et de Vendée Énergie à hauteur de 30%.

Les travaux ont été réalisés par Armorgreen, acteur majeur dans les énergies renouvelables, entreprise d’Ile et Vilaine. Cette dernière et ses titulaires ont appliqué les prescriptions de la charte « chantier vert », dont le cahier des charges est défini en partenariat avec l’ADEME. Les sociétés locales Vendée Fluides Energies et SDEL Océane ont réalisé les raccordements du parc solaire. Les onduleurs constituant ce parc sont de marque italienne Power One.

La centrale permettra d’économiser l’équivalent de 600 t de CO2/an.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "La centrale photovoltaïque au sol de Foussais-Payré mise en service"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Riceback
Invité

Tiens donc, REC Solar aurait relocalisé ses usines asiatiques en Norvège ???!!! De qui se moque-t-on ? Chacun sait que ces modules sont fabriqués à Singapour qui, en plus d’une main d’oeuvre “low-cost” est également un pardis fiscal. Alors des ENR à ce prix, non merci. Quant à Sergies, qui est la filiale d’un syndicat intercommunal, pas sur que ses actionnaires soient au courant de ce genre de (lamentable) pratique.

Pastilleverte
Invité

et tout ça pour la “modique” somme de ??? Ce qui nous fait le prix de la T de CO2 évité à ??? est-ce que les digues sont aussi bien entretenues à Fouusais qu’à La Faute (sur ou plutôt sous mer) ? (Comment ça Foussais Peyré est dans les terres ? et alors, vous n’avez pas entendu parler de la hausse “sans précédent” du niveau des océans ? à 3mm par an, ne reste plus que quleques millénaires avant que la centrale PV ne soit engloutie ssous les flots)

Bob1
Invité
c’est fou dans les enr cette façon de vouloir tout le temps absolument du made in france ou du materiel “commerce équitable” je vais dire qu’a la louche 90% de nos objets électroniques du quotidien (ordinateurs, téléphones, imprimantes, la liste est sans fin) sont frabriqués en asie dans des pays a bas couts, sans que l’on s’en émeuve particulièrement, en tous cas pas au point de vomir sa rancoeur sur le net Par contre, pour les panneaux PV, c’est interdit… il faut que ce soit le produit magique: pas cher, fabriqué bien chez nous, par des ouvriers de chez nous,… Lire plus »
Riceback
Invité
Jean Boudreau a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil-matin (fait au Japon) à 6 heures. Pendant que sa cafetière (faite en Chine) filtrait le café (fait au Brésil) , il s’est rasé avec son rasoir (fait à Hong-Kong). Puis il s’est habillé avec sa chemise (faite au Sri Lanka), ses jeans (faits à Singapour) et ses chaussures (faites en Corée). Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fait en Inde) agrémenté de fraises (d’Espagne) et de bananes (du Costa Rica), il s’est assis, calculatrice en main (faite au Mexique), pour calculer son budget de la… Lire plus »
wpDiscuz