La Chine mise aussi sur le biocarburant cellulosique

Novozymes, COFCO (producteur et fournisseur de produits agricoles transformés), et le pétrolier chinois Sinopec ont signé vendredi un protocole d’entente couvrant les prochaines étapes menant à la commercialisation du biocarburant cellulosique en Chine.

Dans le cadre de cet accord, COFCO et Sinopec vont construire une usine de démonstration d’éthanol cellulosique que Novozymes alimentera en enzymes. La nouvelle usine sera opérationnelle au troisième trimestre de 2011 et produira chaque année 11,3 millions de litres de bioéthanol produit avec des tiges de maïs. En février, Novozymes a lancé le nouveau Cellic® CTec2, une enzyme qui permet de produire de l’éthanol cellulosique à un prix compétitif comparé à l’essence et à l’éthanol conventionnel.

« En 2009, nous avons formé ce partenariat en Chine pour développer du biocarburant à partir de déchets agricoles ; aujourd’hui, nous nous rapprochons du stade où nous produirons des quantités commerciales », a déclaré Michael Christiansen, président de Novozymes China. « À l’heure où les prix de l’essence tournent autour de 4 dollars le gallon en Chine, les entreprises du pays réaffirment leur engagement à investir dans le développement de sources de carburant alternatives propres ».

La plus grande usine de démonstration en Chine

La nouvelle installation sera la plus grande usine de démonstration en Chine à pouvoir convertir des déchets agricoles en biocarburant. La Chine dispose d’un approvisionnement adéquat en biomasse, et les résidus agricoles seuls dépassent les 700 millions de tonnes par an. Une étude réalisée en 2009 par Novozymes et McKinsey a indiqué qu’en convertissant des résidus agricoles en éthanol-carburant, la Chine pourrait réduire sa consommation d’essence de 31 millions de tonnes en 2020, réduisant ainsi de 10 % sa dépendance vis-à-vis du pétrole importé et éliminant 90 millions de tonnes d’émissions CO2. Ce faisant, cette industrie créera 6 millions d’emplois directs, générant des revenus de 32 milliards RMB – environ 4,7 milliards USD – par an.

D’ici 2020, on s’attend à ce que le nombre de voitures dépasse les 200 millions en Chine, comparé à 130 millions aujourd’hui, ce qui entraînera une croissance significative de la demande en carburants automobiles. Afin de répondre à cette demande croissante, le gouvernement chinois a établi une cible de développement de bioénergie ambitieuse qui maximisera la production de biocarburants cellulosiques.

COFCO est un producteur et fournisseur de produits agricoles transformés. COFCO et Novozymes collaborent depuis trois ans et, dans le cadre de cet accord, COFCO exploite une usine pilote à petite échelle qui est opérationnelle depuis trois ans.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "La Chine mise aussi sur le biocarburant cellulosique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Humus
Invité

Il faudra quand meme expliquer comment on gère durablement la fertilité des sols en exportant les résidus de récolte au lieu de les réincorporer dans le sol (et donc chute de la matière organique, donc risques sur la fertilité et l’érosion, sans parler des engrais chimiques, produits à partir de pétrole qui devront etre utilisés pour compenser…)

wpDiscuz