La Chine recherche “pétrole noir” désespérément

Déjà en mars 2005, l’ancien ambassadeur britannique à Pékin, James Lilley, indiquait à la BBC que "les Chinois prospectaient activement dans le monde en vue d’augmenter leur approvisionnement de pétrole". Que se soit au Kazakhstan, au Soudan, en Angola, voire même à Cuba, la Chine n’est pas trop regardante sur la provenance du pétrole, du moment où elle peut s’en procurer !

Résultat, la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) a annoncé aujourd’hui avoir pris une participation de 45% dans une zone pétrolifère au large du Nigeria, pour 1,9 milliards d’euros.

Un accord a été signé entre la CNOOC et la South Atlantic Petroleum pour un rachat de 45% des droits pétroliers de cette dernière sur une zone dans laquelle se trouve notamment un important gisement dont Total est l’opérateur.

Déjà présente au Canada, en Australie et en Indonésie, la CNOOC renforce son emprise en s’implantant au Nigéria, premier producteur de brut d’Afrique et sixième importateur mondial avec 2 millions et demi de barils par jour.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz