La Communauté urbaine de dunkerque teste l’hythane

GDF Suez et la Communauté urbaine de Dunkerque, associés à leurs partenaires*, ont présenté fin janvier les résultats sur l’expérimentation d’un carburant innovant : l’Hythane – composé à 80 % de gaz naturel et à 20 % d’hydrogène – sur deux bus du réseau dunkerquois circulant habituellement au gaz naturel.

C’est GDF Suez qui a piloté ce projet de Recherche et Développement alors que la Communauté urbaine de Dunkerque s’est portée volontaire pour l’accueillir. Leur objectif était de suivre les performances de ces deux bus "DK’Bus Marine" sur le terrain et de tester le fonctionnement des équipements sur toute la chaîne, depuis la production de l’hydrogène jusqu’à son utilisation. Débuté en 2005 avec le soutien de l’Ademe, ce projet appelé Althytude (L’Alternative Hydrogène dans les Transports Urbains à Dunkerque) s’est achevé en septembre 2010.

L’expérimentation Hythane montre que le carburant Hythane permet d’obtenir des bénéfices immédiats pour l’environnement. En effet, l’hydrogène améliore la combustion de gaz naturel, ce qui permet d’atteindre de meilleures performances techniques et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (diminution d’environ 8 % par rapport au GNV) et les émissions de polluants locaux (réduction des NOx de 10 % par rapport au GNV). Le bilan carbone est d’autant plus amélioré que l’hydrogène est produit à partir d’énergies renouvelables comme l’éolien. Le carburant Hythane® permet au final de réduire la consommation énergétique et d’apporter un agrément de conduite reconnue par les conducteurs de bus.

Par ailleurs, pour les collectivités déjà équipées d’une station gaz naturel véhicule (GNV), l’Hythane® est applicable aux technologies existantes. GNVERT a ainsi pu adapter la station GNV de Dunkerque en y installant une station hydrogène. Il est également nécessaire de légèrement adapter les moteurs de bus GNV.

Au-delà de ses qualités propres, le GNV pourrait être une passerelle vers les énergies renouvelables et la réduction des émissions de gaz à effet de serre au service des collectivités locales. Cette expérimentation ouvrirait alors la voie à une éventuelle introduction commerciale de l’Hythane® dans les transports publics français.

* Ademe, GNVERT, Irisbus Iveco, Véolia Transport, Ecole Centrale de Marseille, Hydrogenics

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "La Communauté urbaine de dunkerque teste l’hythane"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nicolas_54
Invité

Avant que nous ne roulions tous avec des véhicules 100% écolos, il va s’en passer des décennies… Il est beaucoup plus intelligent (et rapide) d’améliorer les systèmes existant.

Alphasud
Invité

Certes le bilan écologique est bon, qu’en est’il du coût. Ces pilotes doivent servir également à tester grandeur nature la rentabilité de tels essais.C’est sympa l’Hythane mais le GNV n’est pas très cher en ce moment.

Flexo
Invité

ce serai posible dès maintenant techniquement. avec le parc roulant et des couts de modifications mineurs. mais nos drires renommees DIRRECT et le ministère des transport bloquent ces modifications actuellement. le resultat serait: économie pour les exploitants; moins de pollution moins de dépendance énergétique si on pousse le truc jusque faire tourner les moteurs avec le gaz de nos déchets. Mais ca ne se fera pas car nos administrations sont aux mains de quelques intérêts privés qui ne veulent pas de ces changements.

stef.baly
Invité

Depuis quand l’hydrogène est-il produit à partir d’énergies renouvelables (electricité en l’occurence permettant de réaliser l’hydrolyse) ? L’hydrogène d’un point de vue industriel est produit par crackage du méthane !…

Mamouth
Invité

L’hydrogène au niveau industriel n’est effectivement pas produit par des énergies renouvelables. Il peut l’être, mais pour l’instant, s’il existe des pilotes, ce n’est pas économiquement compétitif comme vecteur d’énergie. Par ailleurs, un moteur diesel peut aussi fonctionner à 90% au biogaz et 10% au gazole (vu de mes yeux – attention, il s’agissait d’un moteur statique faisant de la cogénération, pas d’un moteur de véhicule).

airsol
Invité

lu dans “energie et developpement durable” Première station service  hydrogène allimentée en solaire dans le connecticut par Proton Energy et  Sun hydro

Guydegif(91)
Invité

Hythane = 80 % GNV + 20% H2 ! Bonne exploration qui mérite d’être soulignée car les 80% pourraient effectivement provenir du biogaz issu de nos déchets ou de station de méthanisation à la ferme ou en valorisation d’algues vertes encombrantes….Quant à l’H2, surement qu’à terme on pourra en générer à partir d’EnR aléatoires tels l’éolien ou le PV…en guise d’artifice de stockage ! Persévérer ! Persévérer ! il faut chercher sans relâche ! Très Bien ! checher, chercher, on finit tj pra trouver…des choses…! Bon courage ! A+ Salutations Gudegif(91)

wpDiscuz