Enerzine

La CRE observe des tensions sur le marché Français du gaz naturel liquéfié

Partagez l'article

Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), l’approvisionnement en gaz du sud de la France est caractérisé par une dépendance significative aux arrivées de gaz naturel liquéfié (GNL) aux terminaux de Fos Cavaou et de Fos Tonkin.

"Les prix du GNL ont significativement augmenté lors des dernières semaines en Asie, renforçant l’arbitrage des cargaisons de GNL vers l’Asie au détriment du marché européen" a t-elle prévenu.

Et d’ajouter, "l’Algérie a baissé ses exportations de GNL à la suite, notamment, de maintenances sur le port de Skikda, affectant l’approvisionnement du bassin méditerranéen et plus particulièrement du sud de la France et de l’Espagne. La date de retour à la normale des infrastructures de Skikda est aujourd’hui inconnue. Ces évènements arrivent dans un contexte de baisse des températures qui, bien que non exceptionnelle, a entraîné une hausse de la consommation de gaz."

De plus, "cette situation particulière a conduit à une sollicitation importante de la liaison Nord/Sud et des stockages en vue d’approvisionner le sud de la France."

La CRE observe des tensions sur le marché Français du gaz naturel liquéfié

Récemment, GRTgaz a indiqué devoir faire face à une congestion physique localisée dans le sud-est. Elle a élevé son indicateur de tension à un niveau orange. GRTgaz signale également que la sollicitation des stockages salins au début de l’hiver devrait être limitée et recommande aux expéditeurs d’augmenter rapidement les émissions à Fos.

Par conséquent, les tensions observées en zone Sud se traduisent par une hausse importante du différentiel de prix entre le PEG Sud et le PEG Nord**, sur les marchés spot ainsi que sur les marchés à terme. Le différentiel a donc atteint un niveau record de 12,29 €/MWh sur le marché day-ahead et de 6,24 €/MWh sur le marché monthahead le 3 décembre 2013. Cette hausse s’accompagne d’une volatilité importante des marchés au PEG Sud et d’une faible visibilité sur l’évolution de la situation dans les prochaines semaines.

En conclusion, la CRE rappelle qu’en application de l’article 4.1 du règlement (UE) n° 1227/2011 du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 concernant l’intégrité et la transparence du marché de gros de l’énergie (dit règlement REMIT), toute information détenue par un acteur de marché qui serait susceptible d’influencer de façon sensible les prix des produits énergétiques de gros doit être divulguée publiquement.

L’article 4.1 de REMIT dispose que "cette divulgation contient des éléments concernant la capacité et l’utilisation des installations de production, de stockage, de consommation ou de transport […] de gaz naturel ou des informations relatives à la capacité et à l’utilisation des installations de GNL […]."

** PEG = points d’échange de gaz


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    4 Commentaires sur "La CRE observe des tensions sur le marché Français du gaz naturel liquéfié"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    fredo
    Invité

    Un acteur de marché détient-il de l’information qui serait susceptible d’influencer de façon sensible les prix des produits énergétiques de gros doit être divulguée publiquement? Y aurait-il un chantage de Gdf Suez à la veille de l’augmentation des tarifsau client final?

    Sicetaitsimple
    Invité

    Je pense que le mieux serait de demander à Mme Rivasi ce qu’elle en pense, non? Ah mais non suis-je bête, elle est spécialisée dans les pointes electriques…. Nous voilà bien, on a des risques sur la pointe gaz et personne pour nous donner un avis éclairé.

    fredo
    Invité

    vous avez raison, ayons recours aux experts: donc, qu’en pensez-vous? PS quel rapport avec Mme Rivasi?

    Sicetaitsimple
    Invité
    Mon avis (certainement pas d’expert)? Il est ici (10/11 à 10h26): Je me permets de le recopier: « Sur le fond, on est un peu sur le même problème que l’électricité. Multiplication des acteurs qui comptent sur l’opérateur historique pour boucler le bilan en cas de problème, sans réelles obligations contraignantes d’être en mesure d’assurer la tenue de leurs engagements, juste des pénalités. On ne paye pas le parcmètre en espérant qu’il n’y aura pas de contractuel qui passera à ce moment là et en acceptant le risque qu’éventuellement il passe avec une amende d’une vingtaine d’€. Et donc la necessité… Lire plus »
    wpDiscuz