Enerzine

La crise économique a t-elle un impact sur l’industrie éolienne ?

Partagez l'article

L’industrie éolienne, comme beaucoup d’autres secteurs industriels, doit faire face à la crise économique ; mais que pensent les leaders de la filière en ces temps difficiles ?

La question de savoir s’il y aura ou non des phases de consolidation a été posée à six dirigeants à l’occasion de la conférence européenne de l’éolien – EWEA 2013, à Vienne, hier matin.

"Il y a un certain nombre d’entreprises qui souffrent et qui ont du mal à gérer leurs bilans dans ces moments difficiles", a déclaré Alfonso Faubel, Vice Président de la branche énergie éolienne d’Alstom. "Certains acteurs sont compétitifs, tandis que d’autres changent la façon dont ils fonctionnent", a ajouté Stephan Ritter, directeur général Europe chez General Electric.

Alors que les chefs d’entreprise n’ont pas identifié des niveaux élevés de consolidation sur le marché de l’éolien terrestre, ils en ont par contre observé dans l’offshore : "Seules les entreprises ayant des connaissances survivront dans l’éolien en mer", a indiqué Alfonso Faubel. "Nous avons besoin d’entreprises proches des zones côtières et qui sont là sur le long terme", a ajouté Jan Kjaersgaard, PDG de Siemens Wind Power.

Selon Lars Bondo Krogsgaard, Directeur Général des ventes chez Nordex, le temps des sociétés verticalement intégrées – celles qui fabriquent les éoliennes tout ou partie – est terminé. "Notre stratégie consiste à faire plus avec les sous-traitants".

Un Copier-coller de l’industrie automobile

Pour Alfonso Faubel, l’industrie éolienne pourrait apprendre de l’industrie automobile : "il y a beaucoup de bonnes pratiques à partir desquelles la filière du vent peut profiter, en particulier dans l’automatisation et la standardisation de la chaîne d’approvisionnement", a t-il dit. "Nous devons faire preuve de souplesse pour faire face aux turbulences du marché", ajoutant qu’une normalisation signifierait que les usines soient fermées ou mises en réserve lorsque les conditions économiques deviendraient moins favorables.

"Des hauts et des bas existeront toujours. Par exemple aux États-Unis, nous avons du mettre à pied le personnel, alors qu’au Danemark nous sommes à pleine capacité – il est important d’avoir une approche globale pour un produit standardisé" a affirmé Jan Kjaersgaard, allant dans le sens d’Alfonso Faubel.

La crise économique a peut-être eu un effet positif pour les acteurs européens de l’énergie éolienne : "la question de la concurrence chinoise n’est plus aussi prégnante". "La Chine n’est plus la seule  option quand on parle de coûts", a déclaré Jan Kjaersgaard. Cependant, avertit Jean Huby, directeur général d’Areva Wind, "les acteurs asiatiques peuvent prendre rapidement des parts de marché."

Jukka-Pekka Mäkinen, PDG de The Switch, a ajouté que la technologie éolienne en Europe devenait de plus en plus mature, les coûts étant  en baisse cela rendait plus difficile pour les acteurs asiatiques de pénétrer le marché européen. "Nous n’avons pas vu le boom – asiatique – attendu", a t-il précisé.

Par ailleurs, les différents dirigeants ont indiqué que les politiques de soutien instables des gouvernements européens n’ont pas aidé le secteur de l’éolien, un thème récurrent que l’on retrouve tout au long de la conférence EWEA 2013 : "nous avons besoin d’une stabilité à long terme pour faire baisser les coûts", a déclaré Jean Huby.

Pour finir sur une note plus positive, Stephan Ritter a indiqué que même dans les moments difficiles liés à la crise économique, l’industrie éolienne se porte bien. "Nous avons eu 11.000 MW de capacité installée l’année dernière, l’industrie est au travail", a t-il conclu.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    5 Commentaires sur "La crise économique a t-elle un impact sur l’industrie éolienne ?"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Zolaine
    Invité

    je suis elecktromeckanicka et je un broge deles nerge solar latom solar et latom planate energe econme

    Zolaine
    Invité

    je suis elecktromeckanicka et je un broge deles nerge solar latom solar et latom planate energe econme

    Zolaine
    Invité

    je suis elecktromeckanicka et je un broge deles nerge solar latom solar et latom planate energe econme

    Guydegif(91)
    Invité

     »Pour finir sur une note plus positive, Stephan Ritter a indiqué que même dans les moments difficiles liés à la crise économique, l’industrie éolienne se porte bien. « Nous avons eu 11.000 MW de capacité installée l’année dernière, l’industrie est au travail », a t-il conclu. YA+KA mettre AUSSI l’Administration au travail pour faire avancer les dossiers et AVANCER conjointement ! A+ Salutations Guydegif(91)

    feeasso
    Invité

    Concernant la France, deux mesures d’urgence restent absolument nécessaires pour relancer la filière ; faire enfin notifier le tarif d’achat auprès de la Commission européenne et adopter la loi PPL Brottes. Le grand débat sur la transition Energétique devant lui durablement dégager la voie de l’éolien français. Pour en savoir plus

    wpDiscuz