La croissance turque doit inclure l’environnement

Par rapport à d’autres pays de l’OCDE, la Turquie est bien placée en ce qui concerne la biodiversité et le niveau relativement faible de ses émissions de gaz à effet de serre par habitant. Mais selon un nouveau rapport de l’OCDE, ce pays sera confronté à l’avenir à des défis majeurs sur le plan de l’environnement, en raison de modes de production et de consommation non viables.

La Turquie, qui est bien dotée sur le plan de la biodiversité, a bénéficié d’efforts de reboisement et de l’extension des zones protégées qui, selon le dernier rapport des Examens environnementaux de l’OCDE consacré à la Turquie, couvrent actuellement plus de 5% du territoire du pays.

La Turquie produit moins d’émissions et de déchets nocifs par habitant que la plupart des pays de l’OCDE. Elle est par ailleurs, en pointe pour ce qui est de l’utilisation de l’énergie solaire pour le chauffage à grande échelle et a pris des mesures pour réduire la pollution des centrales à charbon et des véhicules à moteur, indique le rapport.

Mais, la circulation routière, qui avait chuté en 2000-2001, a brutalement augmenté, provoquant une forte pollution de l’air dans certains centres urbains. Et les pressions exercées par le tourisme, l’urbanisation, l’industrie et l’agriculture continuent de menacer la biodiversité et les ressources naturelles.

Le rapport de l’OCDE souligne les progrès accomplis sur le plan de l’environnement, mais insiste aussi sur la nécessité pour la Turquie de redoubler d’efforts en vue de lutter davantage contre la pollution et de protéger la nature. L’OCDE estime que ces progrès seront bénéfiques pour le pays, sur les plans de l’économie, de la productivité et de la santé de la population ainsi que du développement de ses exportations de produits éco-compatibles.

Le texte insite également sur la contribution importante que peut apporter la Turquie au règlement des problèmes d’environnement d’ampleur internationale dans des domaines comme le changement climatique, les questions maritimes et l’eau.

"Le bilan est positif, vos efforts ont indéniablement porté leurs fruits,” a fait observer Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, aux autorités turques lors de la présentation du rapport à Ankara, mais il s’agit d’une tâche de longue haleine et il y a encore beaucoup à faire.”

L’infrastructure environnementale de la Turquie est peu développée et la récente phase d’expansion économique a posé des problèmes dans divers domaines comme la qualité de l’eau et de l’air, ainsi que de la gestion des déchets, de l’érosion des sols et de la protection des ressources naturelles.

L’intensité de la pollution, mesurée par les quantités de dioxydes de souffre et d’oxydes d’azote émises rapportées à la production économique totale, est parmi les plus faibles de la zone OCDE. Environ  53% de la totalité des eaux usées d’origine industrielle, dont une bonne part contient des métaux toxiques,  comme le mercure, le plomb, le chrome et le zinc, continuent d’être rejetés dans les cours d’eau et les eaux côtières, sans avoir subi de traitement préalable.

Se situant dans une perspective à long-terme, le rapport de l’OCDE suggère que la Turquie pourrait faire beaucoup plus pour tirer profit des sources d’énergie renouvelable. Il préconise aussi un renforcement des normes réglementaires, sur le modèle de la  législation européenne, ainsi que l’adoption de mesures propres à assurer leur mise en œuvre effective.

“La Turquie est confrontée à la nécessité de veiller à ce que la croissance économique s’accompagne de progrès sur le plan environnemental et social”, note le rapport, “les autorités nationales, les communes et le secteur privé doivent absolument intensifier les efforts déployés en faveur de l’environnement pour parvenir à une convergence dans ce domaine avec d’autres pays de l’OCDE.”

Examens environnementaux de l’OCDE : Turquie est en vente en format papier ou en format électronique via la Librairie en ligne de l’OCDE. Les abonnés et les lecteurs des institutions abonnées peuvent consulter la version en ligne via SourceOCDE.

Voir aussi : Visite officielle du Secrétaire général de l’OCDE en Turquie.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz