La facture d’électricité inquiète l’informaticien

L’industrie des technologies de l’information a toujours été énergivore, sans que jamais la ligne rouge ne soit franchie. Il semble que cette limite soit sur le point d’être atteinte. Les responsables informatiques prennent progressivement consciences de ce phénomène et deviennent de plus en plus sensibles à la thématique énergie, représentée par la consommation électrique des parcs d’ordinateurs et des périphériques associés. Une étude du centre d’analyse Gartner confirme cette tendance lourde, pour les années à venir.

D’un côté on le voit, le coût de l’électron augmente globalement dans tous les pays et de l’autre les logiciels deviennent de plus en plus sophistiqués (comme par exemple, la prochaine version de windows nommée VISTA). L’effet produit demeure que les ressources matériels sont sollicitées plus souvent et consomment donc plus d’énergie. (voir également la brève : des cartes graphiques de plus en plus énergivores)

Selon le vice-président en charge des recherches pour Gartner : « pour chaque watt destiné à alimenter un processeur, un autre watt sera nécessaire pour le refroidir ». Deux solutions tentent de résoudre ce problème. L’une consiste à fabriquer des processeurs à basse consommation, pour une puissance de travail plus ou moins équivalente. Et l’autre consiste à héberger plusieurs sessions utilisatrices au sein d’une même machine afin d’optimiser au maximum les ressources de l’ordinateur. C’est ce que l’on appelle la virtualisation.

(src : Gartner)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz