La filière betteravière expérimente le miscanthus

Depuis le printemps dernier, l’usine Sica Pulpe d’Epenancourt en Picardie, spécialisée dans la déshydratation de déchets de betteraves, expérimente le miscanthus, combustible vert utilisé comme substitut au charbon.

Le site Sica Pulpe d’Epenancourt est implanté au milieu d’immenses champs de betteraves. En 2001, cette ancienne sucrerie s’est reconvertie en usine de déshydratation de pulpes de betteraves : elle transforme les déchets non utilisés par l’industrie sucrière en aliments pour bétail.

Jusque là, les deux fours, cœur du process de déshydratation, fonctionnaient au charbon. Mais, depuis le printemps 2009, Sica Pulpe expérimente un nouveau combustible : une plante, le miscanthus. « Notre objectif est de rejeter le moins de CO2 possible dans l’atmosphère, donc de passer à une filière biomasse qui n’en produit pas, contrairement au charbon. De plus, sur le plan économique, cela nous permet de nous affranchir des variations de coûts de l’énergie fossile et de soutenir une filière pérenne avec les agriculteurs », explique Louis Defrennes, ingénieur à Sica Pulpe.

Francis Têtu connaît le site comme sa poche : c’est lui, en qualité d’intégrateur de systèmes Alliance de la société AEM Prestations, qui a en conçu l’architecture d’automatisme en collaboration avec Schneider Electric pour ces variateurs de vitesse et automates. C’était il y a près de 10 ans, en 2001, au moment où la sucrerie entamait sa reconversion.

Pour permettre le fonctionnement du process avec ce nouveau combustible, Francis Têtu s’est appuyé sur l’architecture existante, pensée à son origine pour être flexible et évolutive.

La filière betteravière expérimente le miscanthus

Via le réseau Ethernet, les données sont collectées point par point et remontent en temps réel au poste de supervision. « Nous avons installé six nouveaux variateurs ATV 71 qui servent principalement à amener le produit jusqu’aux fours où il sera brûlé. Deux automates Premium commandent via de l’IO scanning nos six ATV 71 et toutes les commandes s’effectuent à distance grâce à la supervision. Depuis le poste de supervision, nous pouvons régler toutes les vitesses, moteur par moteur », précise Francis Têtu. Et d’ajouter : « avec ce procédé de déshydratation, nous avions l’obligation de pouvoir contrôler chaque moteur sinon nous courions le risque de bourrage ou de surchauffe qui pouvait endommager le système. »

« La supervision est un apport considérable, pour la sécurité des personnes d’une part mais aussi pour le confort d’utilisation puisque l’on pilote tout à distance : tous les moteurs sont paramétrés dans cet outil. Et puis, les réglages sont si fins que cela génère des économies : quelques degrés de température en moins, ce sont des euros non dépensés ! », conclut Etienne Lenarts, directeur de Sica Pulpe et Président de l’Association de recherche technique betteravière.

Si l’expérimentation au miscanthus menée à Sica Pulpe Epenancourt est concluante, la biomasse devrait remplacer l’énergie fossile sur l’ensemble des sites de déshydratation de Picardie.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "La filière betteravière expérimente le miscanthus"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

j’ai cru un moment que les cultivateurs de la région allaient déplanter de la betterave pour planter du miscanthus et en faire du “charbon vert”. Mais non. Alors d’où vient le miscanthus ? est-il importé , d’où ? à quel prix ?

1000 mille
Invité

ce n’est pas un diplodocus mais une herbe “géante”…

wydocq
Invité

Ouf! Enfin une application du miscanthus gigantus!!! J’ai failli croire qu’il a été mis au tiroir des oubliés!!!! Pas à pas…………………………..

wydocq
Invité

De plus je crois que dans 20 ans ils auront une trés bonne surprise pour leur terre qui a été exploitée pour cette plante. Il serait intérrésant que d’autres cultivateurs et entreprises s’intéressent à cette plante, pour le dévellopement durable, l’enrichissement des terres en carbone et azote ainsi que pour le reconversion des cultivateurs.

wydocq
Invité
le miscanthus est un bambou hybride non invasif (contrairement à beaucoup d’autres bambous) il se contente de son m², il a besoin de soins les trois premiére années puis devient “autonome” et repousse tous les ans aprés fauchage, le rizomme est assez onéreus mais on peut penser à faire une plantation par semis (sous serre au départ) il dure à peu prés vingt ans et au final a enrichi la terre en carbone (le rizome qui meurt) et en azote (les feuilles qui tombent chaque année avant la récolte) on prétend qu’il est possible d’utiliser la plante à 100% pour… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

merci à tous, j’avais déjà entendu parlé de l’herbe “à éléphants”, ma question était : d’où provient le miscanthus qui va être utilisé par l’industrie betteravière comme charbon vert ? et donc, est-il importé et à quel prix ?

1000 mille
Invité
je ne sais pas. Le miscanthus est une graminée vivace dont la plupart des espèces proviennent d’Asie. Cette plante pérenne riche en lignocelluloses, offre une nouvelle filière d’énergie renouvelable (biocarburant, chauffage, électricité,…), qui devient un thème incontournable dans le cadre d’une politique énergétique durable et de diminution des émissions de gaz à effet de serre. Cette culture constitue donc une nouvelle alternative de production d’énergie respectueuse de l’environnement, à l’échelle industrielle. Destinés aux novices comme aux spécialistes, vous trouverez donc ci-dessous divers documents & informations sur le miscanthus que nous étudions sur le site d’Estrées-Mons. Bonne journée à toutes et… Lire plus »
1000 mille
Invité

qui pourrait renseigner pastilleverte… le diplodocus n’était qu’un mauvaise rime,merci de ne pas m’en tenir trop rigueur

Pastilleverte
Invité

1000 mille fois mercis. Aucun souci pour le jeu de mots (la rime eût pu être encore plus riche) Documentation très intéressante; J’espère que les lieux de production ne sont pas trop éloignés des “fours” des betteraviers, bilan crabone (vert ou noir) oblige !

Guydegif(91)
Invité

Bravo à Sica Pulpe d’Epenoncourt d’avoir réussi sa reconversion sortie du sucre… Bravo pour le choix EnR de biomasse végétale en leiu et place d’un carburant fossile !! Bravo d’avoir lancé l’expérimentation miscanthus… Printemps 2009: le recul est encore faible, mais j’espère qu’économiquement aussi pour tous les acteurs, Sica + les agriculteurs cultivateurs-récoltants du Miscanthus, l’opération est bénéfique. Une autre piste à envisager par le même team dans le même esprit et a priori avec un rendement encore supérieur: l’Igniscum ! voir Hanau Energies qui a qq expérience avec cette autre piste biomasse végétale ! A+ Salutations Guydegif(91)

wpDiscuz