Enerzine

« La filière éolienne est aujourd’hui mature et compétitive »

Partagez l'article

Alors que se déroulaient les Journées de l’énergie du 29 au 31 mars, la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Delphine Batho, a inauguré vendredi le parc éolien de la Motelle.

Avec huit éoliennes d’une puissance de 3 mégawatts chacune (soit 24 MW), le nouveau parc éolien de la Motelle, en Champagne-Ardenne devrait produire suffisamment d’électricité pour 24.000 habitants. Elle couvrira environ la consommation d’électricité de 10 % de la population du département des Ardennes.

Le parc éolien de la Motelle, propriété de Aérowatt Energies (filiales de Aérowatt et de la Caisse des Dépôts), est situé à cheval sur les communes de Banogne-Recouvrance, Le Thour et Saint-Quentin-le-Petit. Développé par l’entreprise Aérowatt, il été mis en service le 19 février dernier.

La Ministre a annoncé la mise en place d’un nouveau modèle de contrat d’achat d’électricité pour les installations éoliennes terrestres. Ce nouveau modèle permettra la signature anticipée des contrats afin de sécuriser le financement des projets éoliens actuellement en cours. Ce dispositif est effectif dès aujourd’hui pour tout nouveau projet.

La Parole est au président du directoire d’Aérowatt, entreprise propriétaire et gestionnaire du parc de la Motelle : Jérôme Billerey.

Quelles sont les activités d’Aérowatt ?

"Notre entreprise produit de l’énergie dans le domaine du solaire et de l’éolien. C’est un opérateur français de 45 salariés. Notre chiffre d’affaire 2012, constitué principalement de la vente d’électricité, s’élève à 27,7 M€. Nous sommes présents en France métropolitaine mais aussi outre-mer. Notre activité est le développement de projets et la production d’électricité. En ce qui concerne l’éolien, la particularité d’Aérowatt est de maîtriser toute la chaîne de valeur : identification des sites, conception des centrales, études techniques, montages financiers, exploitation des parcs. Nous sommes en grande majorité propriétaires de nos parcs et allons jusqu’à la phase de démantèlement des éoliennes, si nécessaire. La filière éolienne en France est aujourd’hui mature et compétitive."

Comment s’est déroulé le projet de la Motelle ?

"Les études ont démarré en 2007, en relation avec les partenaires locaux. La région Champagne-Ardenne est propice au développement de l’éolien. Le vent y est favorable et la région peu dense. Par ailleurs, les liaisons transfrontalières sont bien dimensionnées pour une circulation de l’électricité satisfaisante. J’ajoute qu’il y a une forte volonté régionale de développer cette énergie et une bonne acceptation sociale. Dans une région touchée par les difficultés économiques, des projets comme la Motelle redynamisent les communes, créent des emplois non délocalisables et valorisent des espaces disponibles."

Quelle est la particularité du parc éolien de la Motelle ?

"C’est un parc d’une très belle taille, 24 mégawatts, et surtout les éoliennes ont une capacité de 3 mégawatts, ce qui est une première en France. Habituellement, les éoliennes ont une capacité de 2 à 2,5 mégawatts. Les pales sont aussi impressionnantes : 112 mètres de diamètre, soit 55 m par pale. Le mat est de 94 m de hauteur."


Partagez l'article

 



             

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "« La filière éolienne est aujourd’hui mature et compétitive »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    christophe1007
    Invité

    C’est une bonne nouvelle: EDF ne sera donc plus obligé d’acheter très cher cette production. Le prix de l’électricité des échanges entre pays européens serait une base correcte (de l’ordre de 3 à 4 fois moins élevé que les prix garantis). L’Allemagne exporte parfois à un prix NEGATIF ! Pourquoi s’astreindre à acheter très cher cette production aléatoire des moulins à vent ?

    Martin
    Invité

    Vaut ben mieux investir dans une filière d’avenir comme les zeupéhères. Au moins pour 8 ou 9 milliards pièce en plus de l’électricité on produit des déchets mortels pour des millénaires et avec un peu de « chance » un gros clash fukushimesque dont nos enfants, petits et arrières pourront profiter pendant un sacré bail. Pour info le tarif d’achat de l’éolien c’est de l’ordre de 80 Euros du MW et le prix spot sur le marché de l’électricité se ballade ces derniers temps entre 20 et 200 Euros avec une moyenne aux alentours de 55€uros.

    Bachoubouzouc
    Invité

    Je sais bien que les habitudes ont la vie dure et que des éléments de langage rabachées pendant trente ans ne partent pas comme ça, mais la raison pour laquelle les « zeupéhères » coûtent aussi chers est que leur conception rend un « clash fukushimesque » quasi impossible : Ainsi, ils sont conçus pour ne pas provoquer de rejets dans l’environnement même en cas de fusion complète du coeur (récupérateur de corium), de chute de gros porteur (coque avion), etc. Bref, entre l’argument du MWh cher pour l’EPR et celui du « peu sûr » pour le nucléaire historique, il faut choisir…

    wpDiscuz